Ce que vous cherchez est ce que vous êtes. Lorsque vous éprouvez un sentiment de recherche ou d’absence, nous vous invitons à faire une pause et à vous concentrer sur la Source. La maison, c’est tout. La maison, c’est l’abondance. Quand vous vous reposez dans cette abondance, vous êtes à la Maison. Le sentiment de recherche, ou tout sentiment de manque, est votre invitation à la Source. Rien de phénoménal, rien de ce qui se passe pendant la journée, n’est plus important que de répondre à cette invitation quand vous la recevez.

Ce que vous cherchez est ce que tout le monde est aussi. Cela signifie qu’aucun d’entre eux ne peut interférer dans le retour de votre conscience à la Source, à la paix intérieure. Ils sont votre invitation. Lorsque des jugements – positifs ou négatifs – sur des personnes ou des groupes de personnes surgissent, ils bloquent la conscience très simple, toujours présente, à votre disposition à tout moment, que les « autres » sont toujours vos égaux en présence et en joie. Vous êtes leurs égaux. Le jugement trierait ce que vous semblez voir en positif et négatif, supérieur et inférieur. La joie vous guide simplement sans jugement.

Nous vous encourageons à regarder à travers les facettes de l’histoire pour permettre à ce que vous êtes d’y briller. Quand vous regardez directement les facettes de l’histoire comme si elles étaient réelles et que vous les jugez, que vous leur donnez du pouvoir, vous manquez le vrai pouvoir que tous partagent. Le vrai pouvoir que tous partagent – ce qui peut briller directement dans l’histoire – est l’harmonie. Quand vous permettez à ce que vous êtes de briller directement dans l’histoire, vous permettez à ce que tous les autres sont, de briller dans l’histoire. À l’aube de cette prise de conscience, vous pouvez avoir l’impression d’une passivité, d’une position assise. Il y a plusieurs saisons dans votre retour à la pleine conscience de ce que vous êtes. Ce n’est que l’un d’entre eux et ne nécessite pas votre jugement. Permettez qu’il soit tel qu’il est, et vous permettrez à toutes les choses d’être telles qu’elles sont.

Quand vous jugez les aspects apparemment séparés de l’histoire que vous vivez, vous empêchez ce que vous êtes de briller à travers elle. Vous êtes le seul à pouvoir bloquer l’abondance de ce qui est. Vous êtes le seul à pouvoir bloquer le bonheur dans votre expérience. Personne d’autre ne peut faire ça contre votre volonté. Cette capacité que vous devez bloquer – vivre dans le fantasme – sera éventuellement perçue comme inutile et sera abandonnée facilement et naturellement.

Quand vous pensez que vous devez donner vie à un aspect spécifique de l’histoire, vous donnez une réalité à l’histoire au lieu de permettre à ce que vous êtes de la guider. Vous pouvez dire, quand vous surestimez des aspects de l’histoire, par le sentiment de tension. Ce sentiment de tension n’est jamais, jamais causé par un autre, bien qu’une analyse de l’histoire vous mènerait directement à cette conclusion. Chaque fois qu’une tension survient, vous surévaluez et jugez un aspect de l’histoire que vous vivez. Demandez de l’aide. Demandez à voir vraiment, et vous ne serez pas coincé dans un blâme qui vous enlèvera votre pouvoir. Si vous blâmez, vous accordez du pouvoir à quelque chose qui n’existe pas. Au lieu de blâmer, nous vous suggérons de vous en souvenir de ceci :
L’être est amour et douceur éternelle

Lorsque vous êtes en faute, il semble que vous vous concentrez sur le jugement des autres, mais en réalité, vous vous concentrez sur eux pour éviter la douleur d’affronter la façon dont vous vous jugez vous-même. Se souvenir de la vérité de votre être partagé vous fait sortir de la dureté, dans la douceur qui vous permet de voir la situation avec amour et gratitude.

Ce que vous êtes, c’est la facilité. Cela signifie que tout le monde est la même facilité. Si vous ne le voyez pas, vous pouvez l’inviter. Vous pouvez l’inviter en déposant les armes, qui sont des jugements. Les jugements sont des décisions sur le néant. Ce sont des tentatives pour donner réalité au néant. Puisque vous ne pouvez rien rendre réel, peu importe à quel point vous essayez, les jugements n’apporteront jamais le bonheur. Les jugements bloquent le bonheur. Laissez tomber les jugements, et il n’y a plus que de la facilité. Quand vous restez à l’aise, l’inspiration vous montre le chemin.

Nous vous remercions de votre écoute. Nous vous remercions de votre volonté de voir ce que tous partagent, toujours. Nous vous invitons à vous souvenir de ce qui est partagé, afin que vous puissiez laisser tomber ce qui semble séparé.

Les Anges, canalisé par Julie

Traduit pour Messages Célestes: https://messagescelestes.ca

Photo par Roy Tack sur Unsplash

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

 
Print Friendly, PDF & Email