L’archange Michaël m’a demandé d’avoir pitié de moi-même.

D’habitude, je ne réimprimerais pas ce passage, mais il a dit : « Ce que Je te demande aujourd’hui et ce que Je demande à toute l’humanité, à toute l’existence chaque jour…. » Ce n’est pas clair comme de l’eau de roche, mais on aurait dit qu’il souhaitait que ce soit affiché de façon générale.

Il a raison quand il dit que je suis revenu de ma colère, de mon agressivité et – en y mettant le meilleur éclairage possible – de mon assurance. L’autre jour, j’étais irrité par quelqu’un et une voix m’a dit : « Est-ce de l’amour ? » Et j’ai compris que ce n’était pas le cas et j’ai arrêté ce que je faisais. C’était la toute première fois.

L’archange Michaël dans une lecture personnelle avec Steve Beckow à travers Linda Dillon, 17 août 2018.

Tu sais que je suis Guerrier de la Paix. Mais le salaire de la guerre n’est pas le salaire de la paix, car la paix se trouve doucement.

Donc, quand je fais la paix, elle est parfois sévère et ressentie comme puissante, surtout quand il y a de la résistance, ou, oui, même de la récalcitrance. Mais en général, s’il y a une telle chose, quand je fais la Paix, elle est douce. C’est omniprésent. Elle ne force pas. Elle n’exige rien.

C’est très certainement un appel et c’est si attirant, si séduisant que bien sûr, vous voulez y participer. Et, mon frère bien-aimé, c’est ce que tu cherches. C’est le sentiment d’être en paix.

Maintenant, être en paix n’élimine pas le changement. Cela n’élimine certainement pas les questions, les interrogations ou l’expansion. En fait, si elle le permet, c’est parce que, dans ce sentiment de bien-être, dans cette profondeur de la connaissance, il y a le désir de s’engager sur la voie d’une connaissance encore plus vaste.

Et oui, c’est possible, cela peut se refléter dans le mental, mais c’est vraiment un état d’être dans votre cœur. Et il y a des moments, mes chers, où vous avez senti que votre sentiment de paix est un peu comme une balle qui rebondit. Il y a des hauts et des bas.

Et pourtant, pour vous, mon allié, mon ami, mon frère, la paix n’est pas seulement un désir ardent. C’est essentiel pour vous. Et vous l’avez appris de plus en plus au cours des dernières années. Et vous avez renoncé à ce sens de la défense que vous avez porté pendant tant d’années, qui s’est souvent manifesté par l’agressivité et certainement l’affirmation de soi.

Vous avez lutté, vous avez travaillé, vous avez vaincu et vous avez été victorieux en ralentissant, en trouvant cette voie du milieu. Ainsi, votre cœur et votre être exigent ce sens de la paix, non pas à l’exclusion de la joie ou de l’intimité ou quoi que ce soit d’autre.

Parce que dans la paix, dans la joie, dans l’amour, tout est possible. C’est le fait de savoir que tout est possible, c’est le plaisir qui fait chanter votre cœur. Alors, vous avez été un peu sur cette balançoire, balançoire à bascule.

Ce que Je vous demande aujourd’hui et ce que Je demande à toute l’humanité, à toute l’existence chaque jour, c’est d’avoir une immense compassion incroyable et non mesurable pour votre douce personne.

Donnez-vous non seulement ce dont vous sentez que vous avez besoin, ce que vous sentez que vous désirez, ce que vous sentez qui vous permettra de continuer. Donnez-vous, Bien-aimée, ce que vous méritez. Et c’est un sentiment de compassion et de paix profonde et durable.

Les changements, les énormes changements qui s’opèrent sur cette planète, au moment même où nous parlons, sont basés sur cette connaissance interne de la paix. Pas sur l’action précipitée ou le comportement réactif, ce que vous voyez beaucoup trop autour de vous, à la fois avec les petits et les grands.

Non, ça vient d’un sens de la tempérance, et oui, de la tolérance. Et la tolérance l’un pour l’autre et la tolérance pour vous-même. Tolérance pour la rapidité ou la lenteur avec laquelle les choses bougent.

Traduit par Frédérik pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes