Chers frères de la planète Terre ! JE SUIS ASHTAR SHERAN !

En fait, le moment est très délicat. Pas délicat dans le sens d’inquiétant, délicat dans le sens d’essayer de rendre les choses aussi faciles que possible pour la planète entière. Des défis apparaissent et apparaîtront à chaque instant, non seulement pour l’humanité mais aussi des défis personnels pour chacun d’entre vous. C’est un temps pour l’observation, un temps pour le traitement. Vous avez encore des problèmes très importants à régler.

Je peux vous dire ceci : Personne n’est prêt. Je peux dire que certains sont mieux préparés. C’est comme une grande course, où il y a ceux qui se sont préparés toute l’année, qui sont mieux préparés physiquement ; donc c’est sûr que cette course sera plus facile pour eux. Mais ceux qui ne courent qu’une fois de temps en temps auront plus de mal à terminer le parcours complet. Faire un parallèle, c’est comme ça que vous êtes : Certains sont mieux préparés, d’autres sont encore en train de se préparer. Mais personne ne terminera la course sans difficulté, personne ne terminera la course en marchant, car ce n’est pas le but de la course. Comme son nom l’indique, la course est faite pour courir. Ce serait facile s’il s’agissait de marcher, de s’arrêter, de se reposer, mais ce n’est pas l’objectif.

 

Apportez ceci à votre voyage, il s’agit d’un voyage éprouvant et fatigant. Où chaque minute, chaque instant, chaque pas que vous faites, il peut y avoir une surprise, il peut y avoir une barrière, il peut y avoir un obstacle, il peut y avoir un test à passer. C’est donc le moment de vous préparer, c’est le moment pour vous de prendre conscience de vos points faibles, de ces points qui pourraient vous gêner au moment de la course finale. Je dirais que la préoccupation de chacun d’entre vous ne devrait pas être pour son voisin, ne devrait pas être pour la planète, ne devrait pas être pour ce qui se passera demain.

Comprenez bien ce que je dis ; bien sûr, vous devez avoir de l’amour pour votre voisin, de l’amour pour la planète, mais ne vous inquiétez pas de leur démarche. C’est votre voyage à vous seul, c’est donc de votre voyage que vous devez vous soucier, c’est de votre voyage que vous devez être attentif. Nous le disons ici depuis un certain temps déjà : c’est le moment de l’intériorisation, mais beaucoup de gens ne comprennent pas. Vous continuez à vous préoccuper du Tout, vous continuez à vous préoccuper de ce qui se passe à l’extérieur, et pire, vous vous laissez emporter par ce qui se passe à l’extérieur.

Je vous dirais donc de tourner votre attention vers l’intérieur, de porter votre attention sur votre degré de préparation. Avez-vous effectué toutes les tâches, franchi toutes les étapes ? Je répondrai non, vous avez encore beaucoup à apprendre. Vous êtes toujours emporté par ce qui se passe dehors, par ce que les autres pensent. Et je dirais qu’en ce moment, il ne peut y avoir d’opinion des autres. C’est un moment pour chacun de vous d’être avec vous-même. Vous n’avez pas encore appris à ne pas demander de l’aide aux autres.

S’il y a un problème, s’il y a un doute, vers qui se tourner ? Je réponds : à celui qui peut vraiment vous aider, c’est-à-dire Dieu le Père/Mère ou tout autre Être de Lumière en qui vous avez confiance. Je dirais qu’ils vous donneront sûrement la réponse et, mieux encore, qu’ils vous donneront la bonne réponse. Mais vous vous obstinez à croire que nous ne vous répondons pas, vous vous obstinez à croire que vous n’êtes pas capable de recevoir nos réponses, et qu’il est plus facile de demander à l’autre. Et qu’est-ce que vous obtenez en retour ? L’opinion des autres.

Lorsque vous posez une question à quelqu’un, comment cette personne répond-elle ? Dans sa conscience, dans sa compréhension, dans sa connaissance, c’est-à-dire que toute réponse donnée est basée sur son parcours, sur tout ce qu’il a traversé, sur tout ce qu’il a appris. En quoi cela vous sera-t-il utile si tout est basé sur ce qu’il pense ? Vous devez apprendre cela. C’est un enseignement que nous avons répété ici de nombreuses fois et vous n’apprenez pas, vous continuez à demander l’aide des autres, vous continuez à demander la sagesse des autres, vous continuez à demander l’opinion des autres.

 

Comme le dit le mot lui-même, l’autre est l’autre, pas vous ; mais vous insistez pour demander l’aide de l’autre.

Je peux donc affirmer que vous ne recevrez jamais nos réponses, car vous croyez plus en l’autre qu’en nous. Et avec cela, vous fermez cette porte, qui pourrait être ouverte à nos réponses. C’est comme si vous disiez : « Ecoutez, je vais fermer la porte pour vous, je préfère écouter quelqu’un que je peux voir, quelqu’un qui est vivant, quelqu’un qui est aussi humain que moi !

Ainsi, chaque fois que vous vous éloignez, que vous fermez cette porte et que vous ne communiquez pas avec nous, le voyage devient pour vous plus difficile, plus douteux, plus incompréhensible et extrêmement compliqué, car vous aurez de plus en plus de doutes. Mais vous pensez être prêts à vivre tout le processus, vous pensez être prêts pour la grande course, où je vous garantis que 90% d’entre vous s’arrêteront après quelques pas, parce que vous ne serez pas capables de courir.

Nous l’avons dit et répété ici : le temps est à l’intériorisation, le temps est à la préparation. Et qu’est-ce que la préparation ? C’est cette porte ouverte pour que nous puissions entrer dans votre vie, pour que nous puissions tous vous guider, pour que nous puissions tous vous aider à surmonter les obstacles. Maintenant, qui va ouvrir cette porte ? Nous sommes tous de ce côté. C’est votre libre arbitre d’ouvrir la porte et de la garder ouverte. Nous n’ouvrons pas la porte, car vous devez vouloir qu’elle reste ouverte, vous devez vouloir notre aide, vous devez croire en notre aide. Mais vous pensez que vous êtes prêts, vous pensez que vous êtes très bien préparés, vous êtes tous parfaitement calés et prêts pour le grand moment.

Je demande donc à chacun d’entre vous de vérifier si vous êtes vraiment prêt. Être prêt, ce n’est pas être dans une belle tenue, tout habillé, prêt pour la course, car celui qui s’entraîne tous les jours peut porter une guenille et aura plus de chances que vous. Alors, qui est prêt ? Qui est vraiment prêt pour le grand moment ? Comment pourrez-vous obtenir l’aide des êtres de lumière pour traverser tout le processus si la porte est toujours fermée ? Posez-vous cette question : avez-vous pu ouvrir la porte et prendre contact avec nous ? Je sais que la plupart d’entre vous répondront non.

 

Alors, comment pouvez-vous ouvrir la bouche et dire que vous êtes prêt et impatient que tout se passe ? Ajoutez à cela des milliers et des millions de personnes qui sont dans le même cas que vous. Donc la grande voie, la grande vérité est une : Vous devez ouvrir cette porte et la laisser ouverte. Et croyez du plus profond de votre être que nous sommes là pour y répondre, pour vous aider, pour vous apprendre le courage, la compréhension et la sagesse. C’est tout. Est-ce trop demander ? Je ne pense pas. C’est très peu demander, mais vous pensez que c’est impossible.

Ainsi, tant que vous vous imaginez que vous n’êtes pas capable, que vous ne le méritez pas et que vous ne pouvez pas réussir, tout restera en l’état. Maintenant, le moment peut venir où le déclencheur du départ de la course sera tiré, que vous soyez prêt ou non. Et alors nous saurons vraiment qui va arriver en tête et qui ne le fera pas.

Canalisé par Vania Rodrigues

Traduit du Portugais pour Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Suivez-nous...