Terre-Mère

Bonjour à vous tous, je suis la Terre-Mère, cette Déesse que vous avez oubliée. Dans les temps anciens, nos coeurs communiquaient ensemble. Nous formions une seule énergie, une seule conscience. Vous viviez à la surface de mon corps physique en parfaite symbiose avec mon énergie, ma conscience, mon amour. En ces temps très anciens, votre corps n’était pas aussi dense que celui que vous occupez aujourd’hui dans cette dimension. Alors, vous débutiez chacune de vos journées en me saluant. Lorsque vous me saluiez, vous vous saluiez vous-même, votre énergie, votre amour, votre lumière car votre conscience et ma conscience étaient Une. Tout se faisait dans une harmonie parfaite et totale. Vous viviez dans l’abondance, dans le respect de tout ce qui vit.

Aujourd’hui, je me présente à vous afin de vous parler ce langage d’unité que votre âme connaît, que vos cellules ont gardé en elles-mêmes, dans vos mémoires ; cet âge où la race humaine était une en conscience. Chaque humain respectait les autres humains car leurs coeurs communiquaient entre eux. Chaque humain respectait toute forme de vie, respectait cette forme que vous appelez la terre, c’est-à-dire mon corps physique dans cette dimension. Aujourd’hui, je viens vous parler de douceur, d’amour, d’ouverture. Ces mots, mes enfants de la terre les ont oubliés. Ils les ont d’abord oubliés pour eux-mêmes. Lorsque je contemple vos coeurs, mes enfants, j’y vois de la tristesse, de la culpabilité, des doutes, des peurs, de la non-confiance… J’y vois tout ce qui vous coupe de mon coeur et tout ce qui coupe vos coeurs les uns des autres. Est-ce que vous comprenez ce langage ?

Vous avez marché depuis des milliers d’années dans cette dimension, sur cet astre que vous appelez terre, qui est moi, ma conscience manifestée pour vous servir. Et, de vie en vie, ce voile est devenu de plus en plus obscur. Regardez! Contemplez le monde dans lequel vous vivez présentent ! Lorsque vous marchez sur vos trottoirs, est-ce que vous proclamez la joie de vivre ? Est-ce que vous saluez, chaque matin, le soleil avec un coeur joyeux ? Est-ce que vous ouvrez les yeux au petit matin avec la joie dans votre coeur ?… Non !… Pourquoi mes enfants ? A cause de ces doutes, de ces peurs, de ces blessures qui ont un seul nom, une seule racine, une seule origine, le non-amour ! Le non-amour est cette vibration qui vous coupe de l’univers !

Remarquez dans l’univers, tout communique les uns avec les autres. Le soleil nourrit ses planètes dans ce système solaire. Regardez ici la relation entre chaque règne !… les oiseaux, les insectes, les plantes, les arbres, l’air. Tout est en relation, en interrelation dans une harmonie parfaite. Ce qui maintient la vie.

Alors, je vous pose la question : est-ce que çà vous tente de redevenir vivant, de vous réveiller de ce rêve ou plutôt de ce cauchemar ? Je suis venue vous inviter à la nouvelle vie, à cette vie que vous avez connue, qui vit dans le fond de votre coeur, que vous n’avez jamais oubliée. Je pense que vous n’avez jamais oublié que le bonheur était possible, que vous avez dit oui à toutes ces incarnations. Vous n’avez jamais oublié que vous étiez des êtres de lumière, si non, vous ne seriez pas ici présentement, occupant ces temples, occupant ces outils merveilleux d’évolution que sont vos corps. Vous ne seriez pas ici dans cet endroit, en cet instant, si à l’intérieur de vous il n’y avait pas cet espoir, ce rêve disant que oui, tout est possible. Le respect, l’amour, l’harmonie, la lumière sont vrais, ils existent. Vous pouvez vivre dans un état de lumière, un état de conscience, un état d’amour où chacun a sa place, où chacun a le droit de vivre sa lumière au soleil.

Présentement, je suis en gestation de moi-même. Lorsque dans votre règne, en habitant vos temples, une femme attend un enfant, est-ce que vous doutez qu’un jour l’enfant va naître ?… Lorsque vous voyez son gros ventre arrondi, rempli de lumière, est-ce que vous pouvez douter que l’enfant naisse ?… Eh bien moi, présentement, je suis en gestation de la nouvelle vie d’amour et de lumière. Ce qui veut dire que cette ère d’harmonie, de paix n’est pas un rêve. Elle s’en vient, ou je dirais, elle court devant vous car je suis en train de la préparer dans tout mon être, dans mon corps physique et autour de mon corps physique. Je suis en train de préparer la vibration de lumière qui va supporter l’amour de mes enfants.

Donc, ce rêve, cette ère de paix, d’amour, de lumière n’est pas pour dans dix mille ans ni cent ans, c’est pour très bientôt car je la prépare chaque jour. Et vous, mes enfants que je chéris de tout mon amour, vous êtes les enfants de lumière qui allez apporter, qui allez manifester ce rêve dans cette dimension car vous allez bientôt vous réveiller de ce long cauchemar. Vous allez revivre !… vous rappeler qui vous êtes ! Les voiles sont à la veille de tomber mes enfants. Préparez-vous avec joie à cet enfantement qui se produira bientôt.

Cet enfantement ne sera pas seulement pour moi-même, ce sera pour mes enfants de lumière et d’amour. Seulement ceux qui ont ouvert leur coeur à l’amour et à la lumière pourront supporter la vibration de mon corps, la vibration énergétique de la nouvelle vie que je m’apprête à enfanter.

Qu’est-ce que cela veux dire pour vous ? Seulement ce qu’il y a de plus merveilleux ! Je vous annonce que, oui, vous pouvez vivre cette vie d’amour et de lumière avec moi. Le seul critère, la seule demande que je vous fais, c’est de vous accepter avec un amour inconditionnel. C’est de cette façon que la nouvelle vie pourra se manifester en vous, que vous pourrez vous synchroniser avec mon coeur.

Mon coeur accepte chacun d’entre vous avec un amour inconditionnel. Je ne remarque que la beauté en chacun de vous. Bien sûr, je vois encore les blessures, les souffrances, les peurs, les doutes, mais je m’en fous ! Je regarde le diamant de votre coeur, je regarde la beauté de l’âme qui est en vous et qui est vous !

Alors ce que je vous demande, c’est de développer cet amour inconditionnel pour chacun d’entre vous. D’abord, pour vous-même, car c’est par vous-même que ce rêve pourra se réaliser. Si vous vous acceptez d’un amour inconditionnel, alors toutes les portes s’ouvrent grandes autour de vous et en vous. C’est comme si toute la lumière de la création pouvait pénétrer en vous pour vous apporter tout ce dont vous avez besoin : l’amour, la paix, la joie, la sérénité, l’harmonie, la confiance, la foi, la tolérance, la compassion… toutes ces qualités qui ne forment, en fait, que les facettes de votre corps unique. Si vous ouvrez vos portes en vous accueillant inconditionnellement, vous allez hausser votre taux vibratoire et vous allez permettre à l’Univers de venir vous bercer, de venir vous apporter l’abondance sous toutes ses formes, de vous rendre service, de rendre votre vie magique et merveilleuse. Est-ce que vous comprenez ces mots ?

Regardez cette forêt. Les arbres poussent, les ruisseaux coulent, les oiseaux sont dans les arbres, tout est en harmonie et tout respire l’énergie de vie. Pourquoi ? Parce que chacune de ces consciences, de ces énergies, ouvre son coeur pour recevoir et pour donner avec une confiance totale, ce qui fait que chaque arbre reçoit sa dose de lumière, de pluie, d’amour de l’univers et pousse avec grâce. Chaque jour de sa vie, il glorifie la vie. Il rend grâce pour cet honneur d’être dans cette dimension et de pouvoir ressentir ces énergies, cette vie en lui et autour de lui.

Et si vous, vous faisiez la même chose, que se passerait-il ? Vous seriez UN avec la création au lieu de vous sentir seul sur votre île, isolé du monde, isolé de vos frères et soeurs, isolé des consciences des arbres, des animaux, des pierres, isolé des atomes qui forment cet oxygène, cet air que vous respirez. Vous sentiriez une ouverture de coeur, une confiance qui engloberait, qui communiquerait avec tout ce qui vit autour de vous ! Et qu’est-ce qui vit autour de vous ? … Tout. Absolument tout ! Il n’y a pas une seule particule, une seule cellule, un seul atome qui ne vibre pas de l’amour du Christ dans cette dimension. Même la pierre sur laquelle vous êtes assis, même le tronc d’arbre sur lequel vous êtes appuyé, même la feuille dans l’arbre. Tout est lumière, tout est conscience d’amour. Si cet amour n’était pas là, il n’y aurait pas d’arbre, il n’y aurait pas de feuille, il n’y aurait pas d’air.

Vous vivez dans un monde de lumière. Mais comme vous êtes dans la troisième dimension, ce monde de lumière s’est condensé pour matérialiser toutes ces formes autour de vous et créer ce temple que vous occupez présentement. Tout est vivant. Et si tout est vivant, qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que tout fonctionne avec une base d’amour… car sans l’amour il n’y a pas de vie, il n’y a aucune vie. Alors pouvez-vous imaginez l’amour dans lequel vous baignez présentement ?

 

Cet air que vous respirez, est-ce que vous payez pour ? Est-ce qu’on vous demande, chaque matin : « Combien de bouffées d’air vas-tu respirer aujourd’hui ? »

Est-ce que l’on vous demande des comptes ? Cette eau que vous buvez, est-ce qu’on vous demande : « Combien de gouttes d’eau vas-tu boire aujourd’hui ? »

Non. Pourquoi ?… Parce que tous ces éléments entretiennent la vie. Ils entretiennent votre vie. Non pas dans un esprit de sacrifice, mais dans un esprit de joie. Vous comprenez cela ? Un esprit de grande joie.

Et moi, votre Terre, cet astre sur lequel vous marchez tous les jours, chaque journée je vous insuffle ma vie, je vous envoie le rayonnement d’amour qui maintient votre temple vivant dans cette dimension. Alors, enfants de mon amour, qu’attendez-vous pour vous aimer ? Qu’attendez-vous pour transformer vos vies ? Qu’attendez-vous pour être heureux alors qu’autour de vous tout vous enseigne comment être heureux? Dans cet instant présent, êtes-vous malheureux ? Vous êtes ici, vous respirez. Vous écoutez cette eau qui coule, vous sentez le vent sur votre peau, vous êtes bien installés, entourés de la vie divine. Est-ce que vous souffrez ? Alors pourquoi votre vie ne serait-elle pas une longue vie remplie de moments de lumière et d’amour ?

Il faut apprendre à vivre l’instant qui est en vous, autour de vous, en glissant avec lui. Regardez comment la journée s’est déroulée jusqu’à ce moment. Il y a-t-il eu des petits imprévus ?… des petites surprises ?… des petits détours ?… Il y a même quelques amis qui sont arrivés en retard, n’est-ce pas ? Pourquoi tout cela arrive-t-il aujourd’hui ? Peut-être qu’il faut comprendre que tout est parfait, qu’il ne faut que glisser avec les événements, qu’il faut cesser de vouloir tout contrôler, tout régimenter, tout mettre en procédure jusqu’à la dernière virgule. Et pourquoi voudrions-nous vous enseigner de glisser avec les événements ? Pourquoi ? Je suis certaine que vous avez remarqué que tout s’accélère autour de vous. Ce qui veut dire qu’au lieu d’avoir une décision à prendre par heure, vous en avez dix à prendre par heure, n’est-ce pas ? Si vous avez cent décisions à prendre par heure, est-ce que vous allez pouvoir tout contrôler jusqu’à la dernière virgule?

Ce que vous vivez présentement, imaginez que c’est le niveau Un d’un taux vibratoire, et que moi je veux vous amener au niveau Sept. Que devrez-vous faire pour passer du niveau Un au Deux, Trois, Quatre, Cinq, Six, Sept ? Le niveau Sept est le niveau qui correspond à la cinquième dimension, cette dimension vers laquelle je me dirige. Alors, toute cette belle grande aventure, par qui commence-t-elle ? Par vous ! Vous ! Vous !

Pour se rendre du niveau Un jusqu’au niveau Sept, en parlant de taux vibratoire – c’est une image que je vous donne – le chemin le plus rapide et le plus facile c’est l’amour ! C’est un mot que vous entendez souvent dans votre langage, n’est-ce pas ?… amour !

Eh bien moi, aujourd’hui, je me présente devant vous et je vous demande de regarder, d’analyser, de bercer, d’embrasser l’amour, de le rechercher sur toutes ses facettes, de le découvrir, de l’accueillir. Pourquoi ?… parce que c’est l’amour qui va vous permettre de hausser votre taux vibratoire. Lorsque la conscience est une, cela sous-entend que tous les éléments de cette conscience ont le même niveau vibratoire. Si vous vibrez au niveau Un vous ne pouvez pas entrer en synchronie avec le niveau Quatre ou Deux ou Dix. C’est comme deux univers qui ne peuvent pas se toucher.

Je m’en vais vers la cinquième dimension. Le temps de la souffrance, de la douleur, de la misère est terminé. Nous avons tous ensemble fait notre part pour apprendre, comprendre la dualité, la non-conscience, le non-amour, le rejet, la culpabilité, la peur. Ensemble nous avons goûté chacune de ces saveurs, de ces couleurs, chaque graduation de chacune de ces émotions, de ces situations et maintenant nous avons terminé la classe. Vous comprenez cela ?… terminé ! Nous avons ensemble assez souffert. Notre contrat est terminé ! Le contrat qui stipulait que nous voulions vivre, expérimenter, sentir le non-amour, la dualité, l’inconscience.

Y avez-vous assez goûté ? En avez-vous assez ?

« ……. »

Je trouve que votre réaction n’est pas très forte ! Y avez-vous assez goûté ?

« oui ! oui !! oui !!! »

C’est mieux, c’est mieux ! Je me grattais la tête et je me disais : « Oh ! peut-être que je devrais reculer, attendre quelques centaines d’années encore ! » Vous en avez assez ! Moi aussi !

 

Pendant que vous dormez, pendant que vous vaquez à vos occupations de tous les jours, je prépare la nouvelle vie. Je prépare la nouvelle grille énergétique qui va alimenter la vie de mes enfants. Alimenter une vie de lumière, de respect, d’amour. Tout ce qui ne correspond pas à ces vibrations d’amour ne sera plus nourri par mon énergie. Désormais, je refuse d’alimenter les énergies de destruction, les énergies qui sèment la mort, la discorde, la douleur. N’est-ce pas une bonne nouvelle que je vous annonce ? Les temps sont comptés mes enfants. Je suis en gestation de la nouvelle vie et vous faites partie de cette nouvelle vie, vous mes enfants chéris présentement ici en ce lieu sacré.

Alors, voudrez-vous m’accompagner dans ce grand voyage ?

Le Groupe : « oui ! oui !! oui !!! »

J’aime cette réponse !… je l’anticipais, je la rêvais.

Apprenez à vous aimer vous-même. Arrêtez ce babillage qui vous culpabilise, qui vous dit que vous ne valez rien, que vous ne pouvez rien, que vous êtes un ver de terre. Cessez de vous discréditer. Regardez plutôt toutes ces qualités extraordinaires et magnifiques que vous avez développées au long des âges, au long de vos vies. Chacun, chacune, ici présent, vous avez des trésors de qualités en vous. Vous n’avez même pas encore découvert un pour cent de ces trésors.

Un pour cent, c’est peu, n’est-ce pas ?… vous avez en vous beaucoup de qualités comme le courage, le respect, l’abnégation, la persévérance, la compassion. Vous avez aussi beaucoup d’imagination.

Savez-vous que certains d’entre vous pourraient être des grands inventeurs ? Vous avez la capacité d’aller chercher dans le futur, dans les autres univers, sur les autres planètes, les inventions qui pourraient aider cette race et cette planète. Certains d’entre vous ont la capacité de guérir tous les corps, du physique en passant par l’éthérique, l’astral, le mental, tous les corps spirituels d’un individu, seulement en prononçant quelques mots, en émettant une vibration d’amour car votre coeur sait quelles vibrations produire pour atteindre les organes qui sont malades, qui sont déstabilisés, qui manquent d’amour. Quelques-uns d’entre vous pourraient être des grands musiciens car vous avez été des musiciens glorieux, avec une virtuosité extraordinaire.

Vous ne connaissez pas tout ce que vous avez emmagasiné comme facultés, comme qualités. Et cette imagination… est-ce que vous l’utilisez pour rendre votre vie merveilleuse, extraordinaire, joyeuse ?… ou l’utilisez-vous pour discréditer ? Vous discréditer !

Regardez. Je vous invite, à partir de maintenant, à examiner les mots que vous utilisez pour vous décrire, les mots que vous utilisez pour décrire ceux qui vous entourent. Vous allez y découvrir vos peurs, vos blessures, vos doutes. Et si vous voulez aller plus loin, lorsque vous ressentez un petit malaise en vous, arrêtez-vous et demandez-vous : « pourquoi est-ce que j’ai ce malaise, d’où est-ce que cela vient ? » Posez-vous seulement ces deux questions : pourquoi cela et d’où cela vient-il ? En restant tranquille, seul avec vous-même, il ne peut y avoir rien d’autre que la réponse à votre question. Cela va vous venir par une image, des mots, une émotion, une situation qui se rappelle à vous. Et l’image, la sensation, l’émotion va être la réponse à votre question.

Vous avez tous le potentiel illimité de vous guérir ! Ce qui vous en empêche c’est que vous ne croyez pas que vous pouvez le faire. C’est la seule chose qui vous empêche de vous guérir de tous vos malaises. Depuis longtemps on vous dit que vos malaises physiques sont reliés à vos émotions, n’est-ce pas ?… et ces émotions sont reliées à une situation, à une croyance, à une douleur, à une autre vie, et tout cela votre imagination peut vous le révéler. La seule chose que vous ne devez pas faire, c’est de douter, douter de vous-même. Vous comprenez ces mots ?. Cessez de douter !

Faites des exercices avec vous-même. Commencez par des petits exercices ! Ne commencez pas par vous lancer des défis du genre « À quelle date est-ce que je vais faire ma transition ? »

Surtout pas ce genre de question. Commencez par faire des petits pas. La première chose à apprendre sur vous-même, c’est d’accepter de vous examiner, de regarder ce qui se passe en vous. Je vous regarde maintenant et je constate que, quatre-vingt-dix-huit pour cent du temps, c’est votre mental qui contrôle. Devant toute situation qui se produit autour de vous, en vous, c’est toujours votre mental qui va répondre, analyser, essayer de trouver la réponse, et ce mental est comme un couvercle par dessus ce coeur que vous êtes. C’est comme une chape de plomb qui vous empêche de ressentir ce qui se passe vraiment en vous.

Lorsque vous êtes dans une conversation avec quelqu’un et que tout à coup vous sentez une petite gêne, vous sentez votre joie diminuer, c’est à ce moment précis qu’il faut vous arrêter et vous dire « …mais que se passe-t-il en moi ?… quel mot vient de m’arracher mes ailes ?… quel mot vient de me couper en deux ?… quel mot me rend misérable… m’a enlevé toute ma joie ? » et avec ce mot, vous regardez comment vous vous comportez. Quelle situation est reliée à ce mot, quelle mémoire revient en vous par rapport à ce mot ? Et de fil en aiguille, vous aller apprendre à vous connaître de plus en plus. Vous allez apprendre à être vous-même, à vivre tel que vous êtes, vous. Vous allez vous libérer de tous ces fardeaux que vous traînez, de tous ces boulets. Et que sont ces fardeaux, ces boulets ? Ce sont les croyances, ce que vos parents vous ont dit que vous étiez, que le village vous a dit, que la société vous a dit. Ce beau moule dans lequel on vous a forcé à rentrer. Vous comprenez cela ? Maintenant il faut sortir du moule. N’est-ce pas une bonne nouvelle ? Il faut sortir du moule pour apprendre à découvrir qui vous êtes vraiment.

 

Est-ce que chacun, ici présentement, vous vivez la vie que vous aimeriez ? Est-ce que vous êtes joyeux chaque matin ? Est-ce que vous vivez votre rêve ? Est-ce que vous connaissez la raison pour laquelle vous avez pris ce corps dans cette vie précisément, le but de votre vie ? Est-ce que vous connaissez ce qui vous rend le plus heureux ? Toutes ces questions vous renvoient à vous-même. Et d’après ce que je regarde, la plupart de vous, vit la vie de quelqu’un d’autre, la vie que vos parents, que vos amis voulaient que vous ayez. Quelle est votre vie ?

Quel est le sens de chacune de vos vies à vous, ici ? Pourquoi avez-vous pris la peine de reprendre un corps physique pour venir, à cette heure actuelle, dans cette ère merveilleuse, dans cette dimension ? Pour souffrir ?… Non. Pour ne plus souffrir ! Pour apprendre à ne plus souffrir. Pour apprendre à vivre vos rêves, apprendre à vivre ce que vous êtes vous ! N’est-ce pas extraordinaire ?

Alors, sur ces bonnes paroles, je vous invite à vivre votre vie, à vous découvrir et pour cela, le chemin le plus court, c’est d’apprendre à vous aimer inconditionnellement, avoir de la compassion pour vous-même, avoir du respect pour vous-même. Cessez de vouloir performer, de vouloir être bon, de vouloir être le meilleur, d’avoir raison. Cessez de vouloir tout contrôler, de bien paraître. Cessez d’être ce que vous pensez qu’on attend de vous.

Je vous ouvre une porte aujourd’hui. J’espère que vous poserez le pied tout entier sur cette porte, la porte vers vous-même, vers la découverte de qui vous êtes vraiment. Et moi, qui prépare la nouvelle vie, je la prépare non pas seulement pour moi mais pour vous mes enfants. Pour que ensemble nous vivions enfin la joie, la paix, le respect, l’harmonie, la lumière. Ensemble, dans cette belle dimension ! A Bientôt !

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0