Il ne s’agit pas seulement de confiance ; il ne s’agit pas seulement de confiance en nous et de confiance en la Mère, le Père, Jésus ; il s’agit aussi de confiance, bel ange, en votre soi sacré.

Belli’Anna ~ Cette maladie qu’on appelle la peur

Ce merveilleux joyau canalisé est partagé avec amour par Laurie à partir de sa lecture personnelle avec Linda Dillon.

 

Belli’Anna : Parlons maintenant de cette maladie appelée la « peur », car c’est ce qu’elle est : une maladie ou un malaise.

Vous savez, bien-aimés, que vous avez vécu beaucoup, beaucoup, beaucoup de vies et que vous êtes revenus sur cette planète, la belle Terre, à maintes reprises – oui, au service de notre Mère sacrée, mais aussi parce que vous aimez cette planète et vous aimez ce qu’elle a à offrir en termes de variation, de larges possibilités d’expérience sur cette belle planète. Mais à cause de cela, vous avez également été témoins de la dévastation à de nombreuses reprises, de divers fléaux, maladies, guerres, massacres…

Vous avez donc cette toile de fond de connaissance, appelons-la, de la variabilité – et vous le savez – et vous êtes déjà mort de maladie auparavant. Il y a donc une certaine toile de fond et des saignements (c’est tout ce que nous disons) de d’autres vies, mais ceci est aussi fermement construit dans cette vie et particulièrement cette peur du cancer.

Maintenant, comprenez que le cancer est comme un virus et bien que vous ne l’ayez jamais catégorisé comme tel, il y a eu cette connaissance subtile en vous de la vulnérabilité, dirons-nous, de vous-même et de la population générale, et vous avez certainement vu d’autres personnes qui ont succombé. Les graines du cancer… pensez-y de cette façon… les graines du cancer qui sont ensuite arrosées ou propagées par le virus sont l’amertume – une amertume profonde, profonde, non exprimée.

Les personnes qui ont si souvent le cancer, ce n’est pas qu’elles sont des individus misérables, bien au contraire. En général, ce sont des personnes – et oui, nous parlons en généralités parce que nous devons en parler – qui semblent être satisfaites ou heureuses, qui ont le sourire aux lèvres. Mais ce qu’ils ont souvent fait – et ce que vous avez fait dans le passé, donc maintenant nous éclaircissons cela – c’est que vous avez pris les graines de la déception, des choses qui étaient littéralement amères pour la langue ou pour l’âme, et vous les avez enterrées parce que c’était une stratégie. C’était une bonne stratégie ? Pas de mon point de vue, mais c’était un mécanisme d’adaptation.

Maintenant, vous avez pris une décision d’âme il y a des années pour changer cette stratégie, non pas pour cracher des graines amères sur les autres, bien au contraire, mais pour ne pas avaler, et donc ne pas fertiliser, les graines de la déception dans votre cœur ou votre âme, mais dans votre corps même. Donc, ce que vous avez fait – et il ne s’agit pas pour nous d’effacer, bien que nous soyons en train de le faire aujourd’hui même en ce moment même – mais pensez-y. Si vous avez une plante et que vous ne l’arrosez jamais, elle va se faner et mourir, et les feuilles et les racines vont simplement se désintégrer avec le temps. C’est exactement ce qui est arrivé à vos sentiments d’amertume, de sorte que vous êtes de moins en moins en mesure, littéralement ou physiquement, de faire croître le cancer.

Cela parle de la maladie.

Mais la peur, cette fausse inquiétude concernant l’avenir, est tout aussi destructrice que n’importe quelle autre maladie. Il ne s’agit pas seulement de confiance ; il ne s’agit pas seulement de confiance en nous et de confiance en la Mère, le Père, Jésus ; il s’agit aussi de confiance, bel ange, en votre soi sacré. Ainsi, ce que nous souhaitons faire, et la raison principale pour laquelle nous parlons aujourd’hui, est de traiter cette peur. Et bien que la peur ait été attachée, disons, liée au cancer, nous la dissolvons aussi pour qu’elle ne soit pas liée à d’autres choses aussi – et il y a une variété, Dieu sait, de maladies sur votre planète.

 

Prenez donc un moment avec nous et ressentez cette peur qui a prospéré dans la partie supérieure de votre plexus solaire, avec des racines qui descendent jusqu’à votre nombril, et laissez-nous la dissoudre. Utilisons votre cramoisi et mon cramoisi comme une flamme douce, puissante et brûlante – non, pas pour la brûler, mais avec la flamme, la chaleur, la sécheresse, pour simplement la laisser se dissoudre maintenant – et nous l’évacuons comme des gouttes de lumière rouge/rouge étincelantes.

C’est une chose, doux ange, d’être inquiet ou conscient pour vous-même et les autres, car c’est simplement être responsable, mais plus de peur. Que cela se fasse !

Canalisé par Linda Dillon

Traduit et partagé par : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Newsletter : Suivez-nous pour ne rien manquer...
Recevez les nouveaux articles à tous les jours, une fois par jours :

Print Friendly, PDF & Email