Votre soutien est Important : Campagne de Financement - Voir les détails

Introduction

Nous sommes citoyens de deux mondes : le monde extérieur et notre monde intérieur. Quand nous sommes petits, la différence entre ces deux mondes n’est pas encore très claire. Un bébé doit découvrir ce qui lui appartient et ce qui ne lui appartient pas. Quand on est enfant, ce n’est pas évident tout de suite.

Je me souviens, enfant, que j’avais parfois peur dans le noir ; j’ai vu toutes sortes d’objets. Puis j’ai appelé ma mère, qui a dû faire fuir ces choses effrayantes. J’ai montré du doigt un coin où je pensais pouvoir voir quelque chose. Puis maman agita la main et dit : “Tu vois, il n’y a rien.” Cela m’a mis à l’aise. Plus tard, j’ai découvert que les choses que je croyais étaient là, je pouvais aussi voir quand j’avais les yeux fermés : elles existaient dans ma tête. Peu à peu, j’ai commencé à prendre conscience de la différence entre le monde intérieur et le monde extérieur. Tout ce qui était à l’extérieur de moi était soumis à des lois rigides, mais pas à l’intérieur de moi-même, où tout est possible. Le monde intérieur n’était que le mien, le monde extérieur que je partageais avec tout le monde.

Cependant, la plupart des enfants écoutent généralement les messages implicites qu’ils reçoivent de leurs parents et de leurs enseignants : tout ce qui concerne le monde extérieur est important, alors que le monde intérieur ne l’est pas – vous ne devriez pas y consacrer trop d’attention. Nous voyons maintenant les effets de cet accent mis sur le monde extérieur : dépression, épuisement professionnel, problèmes de santé. Cela va encore plus loin. Parce que nous voyons le monde à travers les yeux de nos peurs inconscientes, nous voyons des ennemis même quand ils ne sont pas là. En conséquence, il y a des ennemis et des batailles partout.

Tous ces problèmes peuvent être évités si nous élevons nos enfants différemment – si nous leur apprenons à gérer leur monde intérieur – si nous les encourageons à apprendre à apprécier la richesse de ce monde intérieur – si nous leur apprenons à aborder avec amour le côté obscur de leur monde intérieur plutôt que de le condamner – si nous leur communiquons que le monde intérieur est infini – si nous leur donnons cette source intime de sagesse au fond de ce monde intérieur, à laquelle ils peuvent toujours revenir.

Nous ne pouvons pas négliger notre monde intérieur impuni. Le prix que nous payons, nous le voyons autour de nous.

D’où ce petit guide. Voici trois leçons sur votre monde intérieur que vous auriez déjà dû apprendre à l’école.

1 : Soyez conscient de vos peurs

Si nous n’apprenons pas à affronter nos peurs, elles deviennent les lunettes colorées à travers lesquelles nous voyons la réalité. Cela signifie que nous voyons les choses en termes de bien ou de mal, et que nous devrons travailler dur pour ne pas être victimes d’actes répréhensibles. Nous sommes éloignés des plaisirs de la vie.

Un exemple : une de mes connaissances de France a fait une photo exceptionnelle d’une araignée femelle qui a un cocon spécial dans lequel elle porte ses oeufs.

Sandrine, la femme a pris cette photo, ressent un lien spécial avec les petits animaux, comme les araignées et les insectes, et elle en fait des photos incroyables. Elle communique aussi avec eux. Sandrine elle-même est une belle Française qui rayonne un amour profond pour tout ce qui vit.

Comme beaucoup de gens, je trouve les araignées un peu effrayantes. C’est aussi ce que j’ai ressenti lorsque j’ai vu le tableau pour la première fois. Puis j’ai essayé de le voir à travers les yeux de Sandrine, et j’ai ressenti quelque chose de son amour pour les petits habitants de cette planète. Tout à coup, j’ai vu quelque chose de merveilleux, de délicieux, d’intime. Une créature vivante très différente de celle que je suis, mais qui a toujours une place unique dans l’univers et qui, à sa façon, prend soin de ses œufs avec amour.

Quand je regarde à travers les yeux de la peur, alors il y a quelque chose d’effrayant, quelque chose d’autre que moi, une dualité : l’araignée, une créature étrange qui pourrait me menacer ; un être dont je ne veux pas dans mon univers. Quand je regarde avec les yeux de Sandrine, la dualité disparaît alors complètement. C’est toute une expérience que de voir cela se produire. La peur crée la dualité, l’amour l’illumine.

Quand je regarde l’obscurité avec peur, c’est quelque chose de dangereux, à l’opposé de ce qu’est la lumière et qui me menace. Quand je regarde l’obscurité avec amour, je vois un endroit où il n’y a pas de lumière et j’entends un enfant effrayé et perdu qui appelle à l’aide, la source de ma peur.

Quand nous voulons vivre dans ce monde d’une manière harmonieuse, alors nous devons regarder à l’intérieur et observer honnêtement toutes nos peurs.

Comment tu fais ça ?

Imaginez que vos peurs ne sont que de petits enfants qui se sont cachés quelque part au fond de vous. Ces enfants ont des noms ; par exemple, la solitude, la pauvreté, la douleur, le chagrin. Il y a peut-être même un enfant qui s’appelle la mort. Ce sont les noms des enfants perdus qui appellent à l’aide. Appelez-les et embrassez-les tous. Ils font partie de vous et de votre monde intérieur. De cette façon, vous apportez votre lumière à votre propre obscurité intérieure.

Si nous ne prenons pas conscience de nos peurs, alors ces peurs colorent nos lunettes et nous apparaissent comme notre réalité. Puis, quand nous grandissons, nous entourons nos peurs de toutes sortes d’idées qui renforcent ces peurs. La peur donne toujours un message négatif sur le monde qui vous entoure. En fin de compte, ces idées deviennent des vérités convaincantes sur le monde.

En voyant vos peurs comme des enfants perdus à l’intérieur de vous, et en les embrassant avec amour, vous enlevez ces lunettes et vous pouvez voir le monde autour de vous à travers votre lumière originale : la lumière de l’amour. La dualité disparaît et revient comme unité.

C’est normal d’avoir toutes sortes de peurs. Ce n’est que si nous sommes capables d’affronter honnêtement ces peurs que nous pourrons les transformer et transformer le monde qui nous entoure d’une manière aimante.

La dualité est dans l’œil du spectateur.

2 : L’imagination est le chemin de notre richesse intérieure

Pendant les consultations et les ateliers, j’entends souvent les gens dire : “Je ne suis pas sûr que ce ne soit que mon imagination.” J’ai toujours l’impression que les gens ont l’idée qu’ils n’ont pas le droit de fantasmer. Il y a apparemment une sorte de tabou contre cela.

Néanmoins, tant de belles choses ont été créées par l’humanité. Pensez à toute la merveilleuse musique, les peintures, la littérature, les films, l’architecture – tout ce qui est né de l’imagination des humains. Aussi, les grands scientifiques et philosophes avaient une grande imagination. Pourtant, à l’école, il n’y a malheureusement pas de temps pour fantasmer. S’il y en avait, nous apprécierions tous et utiliserions notre imagination de manière plus créative : elle est enseignée à l’école, donc elle doit être importante. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Vous vous dites peut-être même que vous n’avez pas d’imagination. Non ? N’avez-vous jamais eu de fantasmes sexuels ? Quand vous étiez enfant, n’avez-vous jamais fantasmé sur votre avenir ? A propos d’une maison de rêve ? Vous n’avez jamais rêvé d’un partenaire idéal, d’un emploi que vous aimeriez avoir ? Fantasmé à propos d’un voyage dans un pays lointain ? Croyez-moi, vous avez beaucoup d’imagination : chaque fois que vous pensez à l’avenir, vous utilisez votre imagination.

Si vous voulez apprendre à utiliser votre imagination de façon créative, la première étape est de reconnaître que vous utilisez souvent votre imagination ; cela fait partie de l’être humain. Chez certaines personnes, il est mieux développé que chez d’autres, et il fonctionne différemment chez chaque personne et à sa façon. Elle est encore présente en chacun de nous.

Chez certaines personnes, leur fantaisie est très visuelle, chez d’autres pas tant que ça. Si ce n’est pas le cas avec vous, réalisez qu’il y a des gens nés aveugles qui ne savent pas ce que sont les images ou les couleurs, mais qui ont une grande imagination et certains écrivent de merveilleux romans, par exemple.
Tout comme chaque personne a des rêves, tout le monde a la capacité de fantasmer.

L’étape 2 est que vous commencez tout simplement à exercer votre imagination. Fantasmer est quelque chose que l’on peut développer. Comme pour tout, ce qui s’applique ici aussi, c’est que “la pratique rend parfait”. La répétition est la clé et que vous prenez le temps pour cela. Lorsque votre monde intérieur remarquera que vous prenez le temps d’apprendre à utiliser votre imagination, il vous viendra en aide.

Un exercice très simple consiste à imaginer que vous parlez avec un homme ou une femme sage. Si vous êtes une femme, choisissez un homme et vice versa. Cela vous aide à vous sentir comme une personne à part entière qui est à la fois un homme et une femme. Si vous avez de la difficulté à imaginer quelqu’un, prenez un personnage de l’histoire.

Commencez la conversation et imaginez quelles seraient les réponses. Par exemple, parlez d’un problème que vous avez. N’ayez pas peur d’imaginer le genre de réponses que vous obtenez ; faites-en un dialogue. Pour moi, cela fonctionne mieux quand j’écris les réponses. À un moment donné, vous remarquerez que les réponses fantasmées viennent assez facilement. En fait, vous n’avez plus besoin d’y penser.

Et puis vient un moment où vous réalisez : “Hé, ce que j’entends maintenant est très spécial.” C’est alors que vous avez relié votre imagination à une source plus profonde : la couche profonde de sagesse en vous-même. Lorsque vous aurez rétabli le contact avec cette source, vous pourrez prendre la décision : “J’ai autorité sur ma vie.” L’autorité finale n’est pas quelqu’un d’extérieur à vous, mais qui vit en vous. En vous, il n’y a qu’une seule personne – vous. Vous avez autorité sur votre vie.

Les gens ont donné leur propre autorité intérieure parce qu’ils pensent qu’ils sont ignorants. En utilisant votre imagination, vous pouvez, cependant, entrer en contact avec votre source intérieure de sagesse. Au moment où vous réalisez que vous pouvez prendre l’autorité sur votre vie, la confiance en soi est née.

3 : Apprenez à penser positivement – et surtout à comprendre ce que c’est

On parle beaucoup du pouvoir de la pensée positive. Tous les groupes de personnes sont engagés dans la répétition sans fin de pensées comme : “Je suis riche.” Mais cela n’aide pas vraiment.

Alors, comment le faire d’une manière qui aide ? Il part de l’hypothèse qu’au plus profond de vous, il y a une source de lumière et d’amour : votre cœur.

Il y a deux types de pensées. Il y a des pensées qui sont en harmonie avec la lumière de cette source, et qui renforcent la lumière et assurent qu’elle coule à travers la Terre. Ensuite, il y a aussi des pensées qui bloquent la lumière de cette source et s’y accrochent sous forme de nuages noirs. Ce sont des pensées fondées sur la peur. Par exemple, si vous voulez être riche parce que vous avez peur de la pauvreté, ce n’est pas, en fait, une pensée positive.

Ceci peut être pratiqué. Imaginez cette source, un soleil brillant, quelque part au-dessus de votre tête. Alors pensez-y dans votre tête. Si c’est une pensée positive, une pensée qui est en harmonie avec la source, alors vous sentirez une réaction positive dans votre corps ; par exemple, une sensation de chaleur dans votre cœur. La lumière s’écoule de la pensée. Si c’est une pensée négative, alors la lumière de votre source est bloquée.

Remarquez votre corps pour voir si des tensions apparaissent. Votre corps ressent lorsque le contact avec la source est rompu et réagit à cela, souvent avec le sentiment d’être perturbé. Si vous remarquez cela, cela signifie qu’il s’agit d’une pensée négative. Ensuite, posez-vous la question : “Quelle peur se cache derrière tout ça ?” Trouvez la source de cette peur : un enfant perdu.

Enfin : la pratique rend parfait

Au début, ce genre de travail intérieur ressemble un peu à un déménagement dans une ville inconnue à l’étranger. Si vous y allez pour la première fois, tout semble étrange et déroutant, peut-être même menaçant. Peu à peu, tout devient plus familier, les gens plus connus. Vous commencez à vous faire des amis et vous vous sentez à l’aise.

Quelque chose de semblable se produit aussi si vous commencez à explorer votre monde intérieur. C’est un monde différent, les règles sont différentes, mais peu à peu cela devient plus facile et plus connu.

Imaginez ce qui suit : chaque être humain sur Terre a une parcelle de terrain. Maintenant, imaginez que chaque personne entoure son propre lopin de terre avec beaucoup d’amour et d’attention, ce qui le rend aussi beau que possible. Quelle belle planète serait la Terre.

C’est ainsi que l’Univers est construit. Tout le monde a un petit morceau de l’Univers. Cette pièce, c’est vous, c’est votre monde intérieur : la seule pièce de l’Univers dont vous avez le contrôle, que vous ne voyez pas de l’extérieur, mais de l’intérieur. Regardez autour de vous : il n’y a personne d’autre, tout est à vous.

Est-ce qu’on traite cette pièce avec amour ? Nous aimons-nous nous-mêmes ? Le plus souvent, ce n’est pas le cas. Habituellement, nous sommes comme des jardiniers qui font beaucoup de commentaires sur les jardins de leurs voisins, mais qui négligent totalement leur propre jardin et le souillent.

Nous remplissons la partie de l’Univers qui nous appartient de sentiments et de pensées négatives ; il n’y a presque pas de lumière en elle. Souvent, nous ne nous donnons que très peu d’amour. Il suffit de regarder le monde autour de vous et de voir quelles en sont les conséquences. Pour la plupart d’entre nous, c’est l’hiver : le Soleil intérieur ne brille pas. Disons “oui” à chaque parcelle de notre jardin intérieur. Que notre Soleil intérieur – cette source inépuisable de vie – brille sur chaque plante, aussi petite soit-elle. Laissez l’hiver faire place à un beau printemps.

Gerrit Gielen

Traduit par Frédérik pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 

Votre aide est Importante : Campagne de Financement - Voir les détails

Print Friendly, PDF & Email