Campagne annuelle de financement

LIRE LA SUITE

------------------------

Bonsoir à tous. Je suis Gabriel. Je vais moi aussi évoquer avec vous, si vous le voulez bien, une notion de santé, une notion de santé que vous allez sans doute appeler la santé mentale, la santé psychologique ou la santé émotionnelle, dans son bord.

Je voudrais vous dire qu’il est beaucoup de choses actuellement qui impactent cette santé.

Commençons par un point important. Nous allons parler de ce que vous dites, puis de ce que vous pensez. Ce n’est pas toujours lié.

 

Commençons par ce que vous dites. Commençons par les mots prononcés.

Moi, archange Gabriel, j’ai l’habitude de ce travail des mots dans votre conscience. Je connais l’impact, je connais la puissance, je connais la force des mots, mais souvent vous les ignorez, souvent vous les minimisez, souvent vous les dévalorisez.

Oh ce n’est pas une critique que j’émets ici, c’est juste un rappel : les mots sont puissants et ils ont un impact sur votre corps, sur l’énergie et sur l’expérience que vous vivez de manière générale, car la santé mentale d’un être c’est aussi la santé mentale de son environnement, la création de l’environnement de vie dans lequel l’expérience de vie va s’implanter, et vous êtes l’expérience de vie. Ainsi ce que vous pensez, a un impact bien plus important, ce que vous dites et pensez, a un impact bien plus important sur ce qu’il se passe autour de vous, que vous ne pourrez jamais l’imaginer, le croire ou même le savoir.

Si vous répétez tout le temps : « ça ne s’arrêtera jamais, ça ne s’arrêtera jamais, ça ne s’arrêtera jamais » – bien que vous devriez dire : « cela ne s’arrêtera jamais » – vous ralentissez les potentiels, vous ralentissez la possibilité qu’une expérience, que vous jugez négative, puisse trouver une solution.

« Nous sommes partis pour des années ! », voilà ce que j’ai entendu de manière planétaire, sur les circonstances actuelles qui sont les vôtres. Ces paroles ont retardé des possibilités. Elles ne les ont pas empêchées. Votre monde, vous verrez, sera vainqueur de l’énergie d’Amour que vous émettez en rayonnement naturel, encore une fois. Là-dessus je suis en accord avec l’archange qui m’a précédé, j’insisterai même là-dessus.

Les mots que vous prononcez doivent être parfaits autant que possible, posés dans l’intention de ne pas nuire, posés dans l’intention de nourrir, de nourrir l’âme, de nourrir l’autre, de nourrir l’énergie de la planète. C’est important et nécessaire peut-être. Je dis « peut-être » car c’est une illusion que vous vivez. Ne doutez pas de ceci.

Les mots, que vous posez, ont créé en l’autre un schéma. En l’autre et en tout car, quand je dis « l’autre », je parle du monde, je parle d’une plante, je parle d’une personne, je parle d’une énergie de manière générale.

Les mots que vous prononcez vont provoquer un retour d’énergie. Si vous dites à quelqu’un qu’il n’a pas compris, ou qu’il ne comprend rien, ou qu’il ne sait rien, l’énergie qui sera renvoyée est « voilà ce que tu m’envoies » : Je suis celui qui ne sait rien, c’est ce que tu m’envoies et c’est ce que l’énergie renvoie elle-même. Ainsi, celui qui croit savoir, finira par ne rien savoir. Voyez ce que je veux dire, c’est pour vous donner un exemple concret car j’entends que vous me le demandez. Si une personne passe sa vie et son existence à dire à d’autres qu’elles ne savent rien, alors à la fin de son existence elle ne saura rien et elle aura en elle une maladie, comme une maladie de dégénérescence du cerveau diriez-vous, qui lui fera perdre connaissance et mémoire. Elle ne saura rien mais elle aura répété toute sa vie à tout le monde qu’ils ne savaient rien. Alors que si vous êtes quelqu’un qui sans cesse dit : « J’aime ton opinion, elle a le mérite d’exister » cela est autorisé, cela est permis.

Dans le futur, vous provoquerez des nouveaux choix, des nouvelles circonstances de vie, mais qui ne vont pas vous amoindrir.

L’écho de votre parole doit toujours être le plus – c’est une invitation, ne prenez pas le mot « toujours » comme un dogme – mais ce que vous dites, correspondra et cela est vrai, toujours, à ce que vous allez recevoir. Si vous dites à quelqu’un : « Tu es nul », sachez que vous finirez par l’être. Si vous dites à quelqu’un : « Tu es merveilleux », sachez que vous finirez par l’être.

L’indulgence et la compassion sont de mises actuellement. Dans ce moment où vous créez des camps et des séparations, vous allez créer de plus en plus d’êtres qui vont être un peu séparés en eux, qui vont créer des multi-personnalités parce qu’il y aura une séparation à l’intérieur d’eux, parce qu’ils auront vécu longtemps une période à considérer qu’un choix est bon et qu’un autre ne l’est pas.

Il ne s’agit pas de ne pas faire de choix. Chaque choix est important, il détermine qui vous êtes, ce que vous faites et là où vous allez, unitairement et planétairement. Mais n’opposez pas les autres choix, s’il vous plaît, aux vôtres car vous créez une opposition avec vous-même.

Il ne s’agit pas de détruire un monde, mais d’en construire un nouveau. Ne détruisez rien. Quand un nouveau monde vient au monde, il s’impose sans douleurs, globalement, tranquillement. Ne soyez pas pressés.

Voilà une attitude mentale, le fait d’être pressé que les choses s’arrêtent, voilà une attitude mentale qui provoque encore l’obligation de lenteur plus tard, pour comprendre la lenteur, pour comprendre à quel point la paix se pose dans la lenteur, pas dans la précipitation. Le fait de ne pas changer d’idée, le fait de rester constant dans une idée dans le temps, va faire émerger cette idée et elle sera durable. Le fait de forcer une idée fera peut-être émerger une idée, mais elle ne sera pas durable. Recherchez des exemples de mes mots et vous les trouverez. Tous ceux qui ont forcé des situations, ces situations n’ont pas été durables. Elles n’ont pas à l’être. Elles ne dureront, pour certaines d’entre elles, qu’une centaine d’années mais ce n’est rien, ce n’est rien du tout.

Ce qui est durable a été posé tranquillement, calmement. C’est pourquoi je vous invite à ne pas vous inquiéter des circonstances, que certains essaient de vous imposer en ce moment, de manière aussi rapide. Cela ne pourra pas avoir d’impact très long sur vous, car cela a été positionné trop rapidement. Tout ce que quelqu’un essaie de vous imposer très rapidement finira par se déliter, se décomposer naturellement. Vous savez, lorsqu’on arrose une plante, on l’arrose un petit peu chaque jour. Si vous lui mettez beaucoup d’eau, elle va paraître pousser au début, mais elle va vite pourrir de cette eau en trop d’abondance.

Ainsi je vous invite à la stabilité de pensée, je vous invite à la stabilité de parole, je vous invite aux mots parfaits envers l’autre, car ainsi vous maintenez la perfection envers vous-même.

Votre parole doit être juste, vos mots doivent être justes. Là j’utilise « devoir », « doit », pas pour vous imposer cela mais parce c’est le cas. Quand je dis : « votre parole doit être juste », elle l’est, c’est-à-dire que quoi que vous prononciez, ceci est considéré comme juste de la part de l’Univers qui vous renverra votre propre écho. J’aurais dû peut-être dire votre parole est juste. En disant « doit être juste », je vous laisse croire que vous avez « le choix » qu’elle puisse être juste ou ne pas être juste, et votre parole est toujours imprimée dans l’Univers et elle vous est toujours rendue en retour. Cette loi est immuable. Il n’est pas de moment où l’Univers ne vous entend pas. Juste la durée du retour qui fluctue mais le retour est toujours présent. La durée du retour de vos paroles peut fluctuer de quelques secondes, quelques heures, quelques mois, quelques années. A une époque de vos existences, cela pouvait même prendre quelques vies, mais ceci n’est plus le cas. La plupart de vos paroles, dans l’époque que vous êtes en train de vivre, dans l’accélération temporelle que vous êtes en train de vivre, la plupart de vos paroles auront un impact immédiat, de quelques jours, au mieux, au pire, selon ce qui aura été prononcé. Mais, et c’est important, n’oubliez pas, vous avez toujours la possibilité de corriger votre parole, de corriger ce que vous avez demandé.

Comprenez ceci, votre corps emmagasine des informations pendant la journée et il va les libérer, à travers un autre corps, pendant la nuit. Si vous rectifiez vos paroles avant de vous endormir, si vous apprenez à vous pardonner, même à pardonner vos propres paroles avant de vous endormir, vous diminuerez toujours l’impact de celles-ci. Vous diminuerez toujours les conséquences positives ou négatives de celles-ci. Vous avez toujours cette possibilité de correction, vous êtes les créateurs mais vous êtes aussi les « dé-créateurs », ceux qui peuvent manifester ou supprimer de l’existant. La parole compte. La parole est ce qui va générer votre attitude et votre mental. C’est ce que vous dites, que vous êtes et que vous devenez. Pas simplement ce que vous faites, qui a bien sûr une bonne proportion dans cette attitude, mais ce que vous dites va être la base du mouvement, va être la base de l’énergie, ce que vous dites va être profondément impactant et impacté dans l’Univers. C’est pourquoi, à certains d’entre vous parfois nous avons dit « tais-toi », car parfois il vaut mieux ne rien dire que de manifester la parole divine, cette parole est créatrice.

J’en viens maintenant aux pensées. Quel est l’impact de vos pensées sur votre corps et sur la création ? Vos pensées sont créatrices bien entendu, évidemment. Vos pensées sont créatrices, si elles sont harmonisées à vos émotions.

L’avantage de la parole, c’est qu’elle n’a pas toujours, pas systématiquement devrais-je dire, besoin d’une émotion correspondante pour être appliquée. C’est un peu le principe de cette technique que vous avez appelée l’hypnose. La parole va alors prendre, générer elle-même l’émotion, et ce n’est pas l’émotion qui va générer la parole.

Mais dans une pensée, c’est une information qui est envoyée dans l’Univers. Si elle n’a pas de correspondance émotionnelle, si ce que vous dites n’est pas maintenue, amplifiée par un champ émotionnel, cela devient très vite volatile dans l’Univers, avec des répercussions, oui, toujours, mais très faibles, comme une poussière. Si vous voulez densifier la force de votre pensée, si vous voulez que cette pensée soit plus agissante, il faut que votre flux émotionnel y corresponde, et un flux émotionnel positif.

Si vous dites quelque chose avec colère, bien sûr vous le positionnerez dans la matière. Quelque chose dit avec colère finira par arriver. Il va y avoir des conséquences dans votre monde, mais cela aura aussi des conséquences dans votre corps. N’oubliez pas, il y a toujours un retour. C’est pourquoi nous vous invitons à ce que nous appelons, par défaut, la création positive, de créer à partir de sentiments positifs, de créer à partir de l’amour, de la paix, de la joie, de la bonne humeur, de l’entr’aide, de la compassion, plutôt que par colère, mépris, usure, jalousie. Ces créations-là existent aussi. Elles finissent par ronger le corps, avec des maladies qui rongent parce que vous avez grappillé, volé, un peu d’énergie de l’autre pour obtenir ce que vous désiriez.

Trouvez une moyenne. Non que vos pensées doivent être impeccables, car celles-ci sont souvent bien involontaires et, des réceptions émanant de bien des champs d’énergies qui vous traversent, contiennent des informations qui se transforment, en vous, en pensées. Certaines sont d’ordre divines et viennent directement du Père céleste, d’autres sont d’un ordre plus sombre, viennent d’égrégores, de sommes de pensées acceptées ou validées, encore une fois, par vous-même. Donc, vous n’êtes pas totalement responsables de votre pensée mais vous devenez responsables de vos paroles, et c’est pour cela que vos paroles prononcées ont une action plus forte que vos paroles pensées. Mais si vos paroles pensées correspondent à une énergie et à une émotion, cela aura alors le même impact, voire un impact plus grand, et je vais vous dire pourquoi.

Quand vous prononcez une parole, quelqu’un peut s’y opposer. Si vous pensez d’une personne « tu es guérie ! », que vous êtes aligné à cette parole, vous envoyez un message de guérison. Mais quand vous dites cela, s’il y a des personnes à côté ou même le patient lui-même, parfois, va s’opposer à cet état et dire : « Je ne peux pas être guéri » ou « il ne peut pas le guérir ou la guérir ». A ce moment-là, des champs d’énergies complètement différents commencent une sorte de bataille, de compétition énergétique.

La pensée, la guérison par le secret car c’est de cela dont je parle, agit sous une forme d’une prière, une action, d’une pensée que personne ne connaît, à laquelle vous associez un état d’être.

Si personne ne la connaît, personne ne peut s’y opposer et Dieu est toujours avec vous. Alors votre pensée devient agissante, avec douceur et force en même temps, sans rien imposer, en posant simplement une énergie alignée à une fréquence, qui est celle de l’émotion. L’émotion est un amplificateur puissant. Retenez cela.

Ne réfléchissez pas à la place de l’autre s’il vous plaît. Autorisez-vous tous les miracles possibles. Sachez que ceux-ci sont toujours possibles. Il n’est pas de moment où un miracle ne soit pas possible. Le miracle est toujours possible. Vous êtes le miracle de la vie à chaque instant, un combat à chaque instant dans la forme, dans l’énergie et dans l’information mais regardez, vous avez gagné car vous êtes encore là. Non que mourir soit une perte, mais cela signifie que, majoritairement, vous vous construisez à chaque instant. Et regardez ces enfants qui, assez souvent, sont dans une joie à sourire assez naturelle, ils se construisent, ils grandissent, ils continuent à grandir.

Plus ils sont tristes et plus leurs corps cessent de se régénérer. Je parle des humains en général. Regardez des personnes qui sont très vieilles. Si elles passent leurs journées à être tristes, vous allez vous apercevoir qu’elles vieillissent encore plus vite. Le processus de régénération s’arrête. « Je ne veux plus être la vie, je ne veux plus être en vie », alors le processus se déconstruit, les systèmes d’autoréparation du corps s’arrêtent. Mais chez des êtres joyeux, aimants, aidants, ceux-ci peuvent vivre des dizaines d’années. Bien sûr certaines maladies peuvent les emporter très vite, mais il existe des maladies qu’elles auront provoquées, sans jamais avoir été trop cherchées et ce n’est pas bien grave, souvenez-vous, mais aussi des maladies qui leur ont été imposées par d’autres, par des comportements, par une médication inadéquate, par des flux d’informations faits pour les angoisser.

Ah mes amis, si je dois résumer mon intervention aujourd’hui, gardez ceci en tête : soyez joyeux avec les autres, soyez aimant avec vous-même, soyez aimant avec le monde, vous guérirez ce monde, vous guérirez votre corps, vous ferez remonter votre énergie.

Ne vous séparez pas, assemblez-vous, soyez unis et réunis. Dans cet état d’être, rien n’arrivera. Rien n’arrivera qui ne soit planifié pour votre plus grand bien.

Que votre parole soit juste, forte, et que votre amour le soit aussi, tout comme le mien vous est maintenant envoyé, en Paix, toujours.

Canalisé par Sylvain Didelot

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0