Bien-aimés, parlons de la nouvelle année dans laquelle vous vous dirigez maintenant et comment elle va se dérouler. Eh bien, vous allez déterminer comment cela va se passer, parce que ce sera comme vous l’avez décidé. Si vous pensez que ce sera trop lourd, qu’il y a trop de défis et qu’il n’y a rien à attendre, alors ce sera comme ça pour vous.

Mais si vous écrivez chaque soir le petit devoir, vous aurez juste devant vous, en caractères d’imprimerie – mettez-le à l’encre, pas au crayon – un événement de ce jour-là qui est de joie. Même s’il faut que ce soit là où c’est l’absence de quelque chose qui ne s’est pas produit aujourd’hui, notez-le, car c’est au moins une façon positive de voir les choses. Je suis sûr qu’au fil des jours, vous trouverez beaucoup à écrire, parce que vous vous êtes déjà entraînés à chercher le bien et à vivre dans l’espace de ce qui vous apporte la joie.

Vous vivez dans l’amour. Ce n’est pas toujours le cas à première vue, mais comme vous ne jugerez pas, comme vous vous asseyez avec lui et commencerez à comprendre, « Qu’est-ce que cela apporte à l’expérience » et, « Est-ce là où je veux vivre ? C’est vraiment ce que vous voulez savoir. C’est pourquoi vous vous faites le corps. C’est pourquoi vous faites l’expérience humaine. C’est pourquoi vous marchez parmi les frères et sœurs pour partager vos expériences.

Vous voulez savoir, « Quelle est ma vraie nature ? Qu’est-ce qui ressemble au Christ ? » Non pas dans le sens où cela vient du livre saint, mais : « Que ressent-on dans mon cœur ? Est-ce que ça semble expansif ? Est-ce qu’on se sent aimant ? Est-ce que je sens que je peux expérimenter chaque nuance de cette autre personne comme moi-même, comme le Christ lui-même, ou est-ce que je sens qu’il y a un grand gouffre entre les deux ? » Si c’est ce que ça fait, arrêtez-vous, respirez et demandez à vous-même : « Comment puis-je voir ça différemment ? »

Alors vous déverserez sur cette expérience votre amour apaisant de connaître la Vérité de votre être, la vérité de votre expérience que vous avez déjà eu cette sorte de vie de délaissement, de jugement, de questionnement. Sinon, vous ne le comprendriez pas, vous ne le sentiriez pas, vous ne le verriez même pas. Vous y êtes déjà allé. Puis vous vous demanderez : « Qu’est-ce qui l’a fait tourner ? »

En vérité, c’était quelqu’un qui vous regardait et souriait, qui regardait et voyait que vous aviez de la valeur. On vous a peut-être dit toute votre vie que vous ne valiez rien, et votre partie intérieure, votre partie réelle, a dit :  » Ce n’est pas vrai ! J’ai de la valeur. » Mais cela ne semble pas évident de l’extérieur pour les autres, et c’est là, bien sûr, qu’ils regardent.

Puis quelqu’un arrive, vous regarde et dit : « Ouah ! Je te vois comme le maître que tu es ! Ce que tu viens de dire éveille en moi un sens plus profond. » Et ils sourient. Et le sourire est porteur de valeur.

Je n’étais pas exactement comme dans le livre saint. J’étais ami, d’abord et avant tout – ami, égal à tous. Puis on m’a mis sur ce super piédestal. Je n’aime pas être sur le piédestal ; on peut en tomber. Et cela arrive, parce qu’on dit : « Eh bien, il devrait être tel ou tel. » Et si je ne semble pas l’être, on ne comprend pas, et on pense que je ne suis plus le Christ.

L’un est toujours le Christ. Cependant, on enseigne par tous les moyens qu’on peut enseigner. J’ai donc enseigné beaucoup de choses différentes il y a deux mille ans, et je continue d’enseigner comme vous il y a deux mille ans ; tranquillement, pour la plupart, bien qu’il soit écrit-et c’était vrai-que j’avais un peu de ce que j’appellerais une colère vertueuse quand j’ai renversé les tables des changeurs de monnaie. Parce que, comme vous l’avez constaté au cours de votre vie, lorsque le résultat net est important, il y a un certain élément d’énergie qui se dégage. Je voulais faire la démonstration en renversant les tables, et puis les changeurs de monnaie se précipitaient sur le sol pour récupérer la valeur la plus merveilleuse, comme ils le pensaient, dans les pièces d’or. Cela leur a servi de leçon pour voir ce qui, dans leur jugement de valeur, était le plus important. Ça en a réveillé certains. Ce fut un point d’enseignement à travers les âges. Il y a donc eu des moments où je n’ai pas été doux et gentil. Parfois, on enseigne par des méthodes différentes.

Je vous dis donc, en cette nouvelle année, d’être conscient de votre valeur. Soyez conscient de la valeur des frères et sœurs. Tendez la main à ceux qui peuvent avoir un point de vue différent du vôtre ou un langage différent quant à la façon dont ils expriment leur philosophie. Ne soyez pas prompts à juger et à dire qu’il y a séparation et qu’ils ont tort. Personne n’a vraiment tort. Ils font l’expérience et créent ce qui semble être différent. Mais quand vous vous arrêterez et quand ils s’arrêteront pour respirer profondément – et je sais que c’est parfois un peu difficile – vous constaterez que vous avez plus en commun qu’il n’y paraît au début. Recherchez les valeurs communes, celles qui sont partagées.

Soyez comme l’enseignant qui a la patience de permettre à celui qui apprend de passer par les différentes voies de l’apprentissage ; vivez dans l’amour. Travaillez dans ce sens. Mais si cette méthode ne semble pas fonctionner, en dernier recours, utilisez un peu d’énergie. C’est pas grave. Cela a un impact. Mais essayez d’abord les autres méthodes. Parlez avec votre cœur. Aimez chacun comme un exemple du Christ qu’ils sont, même si ce qu’ils mettent en mots semble diamétralement opposé à ce que vous ressentez à ce sujet.

Considérez-les comme les petits enfants innocents. Maintenant, je sais que chacun d’eux vient avec une certaine disposition. Chacun de nous avant une incarnation rencontre ce que vous appelleriez le groupe d’âmes et décide de ce qu’il veut vivre dans une vie. Les détails sont laissés au choix du moment, mais les points saillants de ce que vous voulez vivre sont assez bien définis avant l’incarnation avec beaucoup de latitude quant à la façon dont vous allez le faire. Cela laisse beaucoup de place au choix impromptu, parce que vous pouvez avoir un certain point de vue sur quelque chose que vous allez défendre jusqu’à la mort. Et tout d’un coup, une nouvelle idée vous vient et vous décidez : « Hmmm, je dois y penser pendant un moment. »

Je vous ai vu faire ça. Je vous ai vu vous heurter à ce que vous pensiez savoir, puis vous avez dit : « Mais peut-être… » Vous avez pris une grande respiration, et les choses se sont passées différemment. En d’autres termes, vous avez fait un changement de perception.

Cette nouvelle année va être amusante pour vous. Ce sera un défi de taille. Ça va vous donner l’opportunité de prendre une décision, « C’est ce que je ressens à ce sujet. » Alors ce sera une année de réévaluation – vivre dans le cœur, aimer, trouver de la valeur en soi et dans les autres.

Chacun d’entre vous a de la valeur, et elle doit être utilisée pour permettre aux autres de voir leur valeur, pour pouvoir donner le don de l’amour. Telle est votre vraie mission. C’est pourquoi vous êtes ici. C’est donner de l’amour aux autres et à soi-même. Venez à l’endroit où vous dites : « Vous savez, ce n’est pas de la vanité que de dire que j’ai de la valeur. » Parce que vous avez de la valeur. Sachez qu’il y a de nombreuses fois dans la journée où je tends la main aux autres et leur suggère un mot d’encouragement, un câlin, un lieu de réconfort pour eux, un endroit où ils peuvent s’arrêter et savoir qu’ils sont vraiment guéris.

Celui qui est grand maître en ce moment, qui prend beaucoup de décisions qui semblent tout à fait opposées à la nature du Christ, est un grand maître. Il a dit avant l’incarnation qu’il serait un grand maître par les décisions qu’il prendrait et, en tant qu’enseignant, il arriverait à un endroit où il comprendrait sa vraie nature. Il y travaille encore. Comme vous l’êtes. Vous arriverez au point de connaître votre vraie valeur en tant que Christ que vous êtes. Alors soyez patients avec lui et avec vous-même.

Cette année va être amusante. « Oh, oui, ouais, Jeshua, je suis sûr que ça va être amusant ! Je suis sûr qu’il y aura beaucoup de questions, mais je n’aurai pas toutes les réponses. » Ah ! Si, vous l’êtes ! Chaque fois que quelque chose se présente devant vous et qu’il semble s’opposer à ce que vous savez, à ce que vous voulez faire, respirer, puis respirer à nouveau.

J’en ai vu d’autres qui disaient : « D’accord, j’ai repris mon souffle. » Ça ne va pas le faire. Permettez-vous de vous détendre dans votre respiration. Respirez profondément et laissez toutes les cellules du corps se détendre. Prenez une autre grande respiration et sentez que vous prenez de l’expansion. Sentez le corps à l’aise. Alors si vous devez prendre une décision, prenez une décision. S’il ne se sent pas tout à fait complet, ou s’il ne se sent pas aimant, respirez à nouveau.

Oui, je sais que vous dites : « Mais Jeshua, je vais hyperventiler ! » Non, vous ne le ferez pas. Et si vous respirez encore et encore et encore et que vous tombez par terre, reposez-vous. Ce n’est pas difficile. Parfois, je vous vois et je dois sourire parce que vous allez prendre quelque chose que vous ruminez depuis un certain temps – une idée, un jugement – vous pensez que c’est si difficile, et puis vous avez un changement qui arrive et vous commencez à rire. Je vous vois faire ça : vous vous moquez de vous-même et vous dites : « Voilà, je l’ai encore fait ! »

Bien-aimés, cette nouvelle année que vous vous faites est un cadeau. Il est vraiment non écrit, même s’il y aura certains stimuli qui vous permettront de faire de nouveaux choix. Mais ce n’est pas gravé dans la pierre. Vous allez créer la nouvelle année. Permettre qu’elle soit neuve. Permettre de nouveaux choix. Demandez : « Comment puis-je voir ça à nouveau ? »

Connaissez votre valeur. Ne vous jugez pas sévèrement. Cette année, nous allons écrire un programme d’études. Ce premier mois concerne la Valeur. Faites vos petits devoirs tous les soirs et tous les matins, passez en revue les devoirs précédents et voyez la valeur de chaque jour. Voyez comment il se développe sur lui-même comme vous notez la bonté, la valeur de chaque événement. Se valoriser soi-même, et il est alors plus facile de valoriser les autres.

Sachez que je vous accompagne vraiment dans votre nouvelle année. Il n’y a aucun endroit où vous êtes où je ne le suis pas. Partout, chaque fois, chaque fois, chaque circonstance, je suis avec vous. J’accorde de l’importance à ce que vous êtes.

Qu’il en soit ainsi.

Traduit par Marie-Louise pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 
Print Friendly, PDF & Email