Il existe de nombreuses interprétations différentes de ce que signifie réellement l' »enfant intérieur », mais c’est celle avec laquelle je résonne le plus : votre enfant intérieur est la graine de qui vous êtes.

Votre enfant intérieur est toujours en vous, c’est la semence avec laquelle vous avez commencé, l’essence de votre âme, et la personne que vous étiez avant que le monde ne vous dise qui vous devez être.

Cela ne veut pas dire que l’enfant intérieur est l’ultime vous, c’est plutôt son point de départ. C’est la semence d’où vous venez, la semence qui donne naissance à la fleur en laquelle vous fleurissez et devenez continuellement.

Il y a d’autres facteurs externes qui affectent la qualité de la fleur, comme son emplacement, sa fréquence d’arrosage et ainsi de suite, mais essentiellement la naissance de cette fleur, celle que vous êtes, tout a commencé avec une graine.

Quand nous sommes frais dans ce monde, nous absorbons nos expériences comme une éponge jusqu’à l’âge de 10 ans environ. Après ce temps, la graine que nous sommes commence à germer et nous commençons à former nos propres opinions et à nous préparer à suivre notre propre chemin. La puberté est sur le point de frapper et nous nous préparons à faire ce rite de passage de l’enfant à l’adulte.

 

Jusqu’à l’âge de 10 ans, nous sommes occupés à absorber et à traiter tout ce que nous pensons, ressentons, sentons, entendons et touchons, dans notre subconscient. Au cours de ces années, nous commençons à poser le cadre et la base pour les modèles de notre esprit et la programmation de notre semence.

Si nous avons subi un traumatisme pendant cette période, qu’il s’agisse de mauvais traitements, de la perte d’un parent, d’un frère ou d’une sœur, du changement d’école ou de la perte d’un précieux jouet d’enfant, la façon dont nous avons réagi et dont nous avons été traités en retour est enregistrée et programmée dans notre subconscient ou dans cette graine.

Pendant ces années de formation, ce qui compte, ce n’est pas tant ce qui nous arrive que ce qui compte, c’est plutôt la façon dont nous le traitons et la façon dont nous sommes soutenus et nourris que la façon dont nous nous y attaquons. Quel qu’en soit le résultat, ces événements et notre réaction à leur égard deviennent le modèle de notre semence et de notre enfant intérieur.

Quand quelque chose de perturbant sur le plan émotionnel se produit, la plupart des enfants n’ont pas la conscience cognitive nécessaire pour le comprendre ou pour y faire face.

Leurs parents peuvent divorcer et, en raison de leur compréhension cognitive limitée à cet âge, ils peuvent interpréter leurs émotions et leur tristesse comme signifiant que c’était leur faute.

De même, s’ils ont été maltraités, ils peuvent interpréter les émotions qu’ils ressentent comme signifiant qu’ils ont fait quelque chose de mal ou de mauvais.

Sans cela, tout type de traumatisme, grand ou petit, finira souvent par être interprété dans l’esprit d’un enfant sensible comme si c’était leur faute ou s’il était à blâmer pour ce qui s’était passé.

Cette programmation de « je suis mauvais » ou « quelque chose ne va pas avec moi » ou « je suis toujours un ennui » est alors placée dans la graine ou dans le subconscient.

Même si l’enfant grandit et se rend compte que ce n’est pas de leur faute si leurs parents ont divorcé, s’ils ont été maltraités ou s’ils ont dû changer d’école, ce niveau de programmation peut demeurer dans l’enfant intérieur, dans la semence de l’esprit, où il peut lentement s’introduire dans les autres domaines de la vie à l’âge adulte.

Beaucoup de gens résistent à faire le travail intérieur de l’enfant parce qu’il peut sembler assez fastidieux de faire remonter le passé.

En tant qu’adulte, il est également facile de juger votre jeune soi et de considérer votre tristesse ou votre expérience traumatisante comme faisant partie de votre enfance, mais cela ne veut pas dire que vos sentiments à ce moment-là n’étaient pas réels.

Il est également important de mentionner ici que le travail intérieur des enfants ne consiste pas à blâmer vos parents, car ils faisaient du mieux qu’ils pouvaient avec ce qu’ils savaient à l’époque.

 

Même les parents violents ont probablement été eux-mêmes victimes de violence ou ont subi de graves traumatismes au cours de leurs propres années de formation. Ce n’est pas que cela excuse les abus, mais cela aide à passer du blâme à un état d’esprit plus proactif.

Nous avons tous des traumatismes, chacun d’entre nous. Mais les traumatismes et nos réactions émotionnelles à ce jeune âge ont tendance à nous façonner plus que la plupart. Ils ont tendance à être un plan directeur de notre programmation subconsciente, et à moins que nous n’y allions et que nous les résolvions, ces modèles peuvent continuer à apparaître dans tous les aspects de notre vie.
Si vous êtes curieux de savoir ce qui se passe pour votre enfant intérieur, voici quelques choses que vous pouvez commencer à faire…

  • Pensez à un souvenir traumatisant ou même à un événement qui peut avoir changé votre vie et qui s’est produit entre l’âge de 1 à 10 ans. Maintenant, voyez si vous pouvez retourner à cet événement et voir comment vous vous sentiez plus jeune. Voyez si vous pouvez identifier vos émotions. Une fois que vous l’aurez identifié, voyez comment ces mêmes sentiments peuvent jouer un rôle dans vos habitudes et vos choix dans votre vie d’aujourd’hui. Pour le décomposer:
  • Pensez à un événement traumatisant, bouleversant ou qui a changé votre vie quand vous étiez enfant.
  • Déterminez comment cet événement vous a fait vous sentir quand vous étiez enfant.
  • Voyez comment ces sentiments vous amènent à faire certains choix dans votre vie.

Écrivez une lettre à votre jeune vous même juste après cet événement traumatisant ou un événement qui a changé votre vie. Qu’est-ce que vous auriez voulu que votre moi plus jeune sache ? Qu’est-ce que vous auriez voulu que votre jeune moi entende à ce moment-là ?

Établissez l’intention d’être plus conscient de vos actions et de vos comportements pour aller de l’avant et de vérifier que vos décisions dans la vie sont prises avec amour plutôt qu’avec crainte.

Sachez que vous êtes déjà guéri et parfait tel que vous êtes. Peu importe ce que vous avez vécu quand vous étiez enfant, vous êtes entier et merveilleux et vous êtes guéri. Rappelez-vous de cela tous les jours, jusqu’à ce que vous commenciez à en ressentir la vérité.

Traduit par Bernard pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 
Print Friendly, PDF & Email