#4 La Peur N’ÉGALE PAS Permission (Partie 1 de 2)

Archange Michaël :

C’est l’heure d’une histoire….

Une fois dans le temps, sur Terre, sur un terrain de jeu près d’une école où un groupe d’enfants jouait, une toute nouvelle petite énergie est née.

Cette petite énergie n’avait pas encore de nom, mais c’était bon d’être en vie. Au bout d’un moment, la petite énergie s’est heurtée à une plus grande énergie qui avait déjà un nom. Un bruit désagréable est venu d’une enfant plus âgée alors qu’elle désignait un petit garçon et criait ce nom : ” T’es un Porc.”

Avant que la petite énergie ne puisse se demander plus longtemps quel serait son nom, le petit garçon baissa les yeux vers son corps et, prenant son joli doigt tout rond et le mettant dans son ventre mou, il déclara : “Je suis Gros”. Bien que la petite pensée n’ait pas encore compris son nom, elle était heureuse d’être revendiquée par le petit garçon. La petite pensée restait près du garçon quand le garçon répétait sans cesse dans sa tête :

Je suis Gros ?
Je suis Gros….
Je suis Gros.
Je suis Gros !

Il semblait que la petite pensée avait trouvé un foyer alors qu’ils se dirigeaient vers la maison du petit garçon pour y rester. Ce soir-là, au dîner, la petite pensée fut présentée à la famille. Quand le petit garçon ramassait sa nourriture et ne mangeait pas son dîner, sa mère lui a gentiment demandé si quelque chose n’allait pas ?

Au début, le petit garçon refusa de dire quoi que ce soit. Et bien qu’il n’ait pas compris pourquoi, la petite pensée a paniqué – s’accrochant au garçon jusqu’à ce qu’ils éclatent tous les deux ensemble : “Je suis Gros !”

La sœur rit.
Le frère a frappé le petit garçon.
Le père a ignoré.
La grand-mère a mis plus de nourriture dans l’assiette du petit garçon.
La mère a roucoulé et réconforté son fils.
Et… la petite pensée, nommée Je suis Gros… grandit… en force.

Le lendemain et à partir de ce moment-là, la petite pensée et le garçon qui grandissait étaient de bons amis. Ils sont allés partout ensemble. Ils sont allés en cours de gym à l’école. Ils sont allés au premier rendez-vous du garçon, et ont donné leur premier baiser. Ils se sont rapprochés au fur et à mesure que le garçon devenait un homme, qu’il allait à des fêtes et qu’il passait son premier entretien d’embauche. Ils étaient inséparables.

Et l’idée était heureuse, sauf pour une chose. La pensée semblait avoir une faim sans fin. La pensée a appris qu’elle pouvait se rapprocher de l’homme en se présentant dans son esprit comme un souvenir ou une idée, puis à chaque fois, l’homme répondait avec attention et émotion.

Et pendant un moment, la pensée se sentirait mieux et deviendrait plus forte.

Au fil des jours, l’homme a connu les hauts et les bas habituels de la vie. La pensée ne pouvait s’empêcher de remarquer que plus l’homme était heureux, plus elle était seule et plus la pensée était affamée. Éventuellement, la pensée a commencé à chercher et à suivre d’autres pensées qui erraient dans la vie de l’homme.

La pensée nommée Je suis Gros a commencé à se lier avec des pensées similaires appelées “Je suis Moche”, “Je suis Stupide”, “Je suis en Retard”, “Je suis un Échec” et “Je Ne Vais Jamais Changer”. Ces pensées ont réalisé que chaque fois qu’elles se rejoignaient, il était beaucoup plus facile d’attirer l’attention de l’homme.

En fait, c’était si satisfaisant de froisser les émotions de l’homme et d’attirer son attention qu’avant de savoir ce qui se passait, les nombreuses pensées s’étaient regroupées, devenant si proches et dépendantes qu’elles s’étaient transformées en une toute nouvelle forme d’existence, appelée une “forme de pensée”.

Bien sûr, la forme-pensée avait aussi son propre nom. Ça s’appelait ” C’est Moi”. La forme-pensée était étrangement heureuse que l’homme ne connaisse plus la différence entre lui-même et la forme-pensée. L’homme avait donné à ces pensées tellement de pouvoir depuis l’enfance qu’il n’avait aucune idée qu’il avait créé un groupe de parasites de pensée, qui était devenu si puissant qu’il siphonnait l’énergie que l’homme aurait pu utiliser pour réaliser ses rêves.

Juste au moment où il semblait que ça ne pouvait pas empirer, la forme-pensée C’ est Moi a rencontré… les formes-pensées de la société.

A suivre……..

Servir à vos côtés,
Archange Michaël

Canalisé par Christine Burk le 26 septembre 2018

Traduit par Diane L. pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes