Les Enseignements du Crimson Circle
Série Émergence

SHOUD 9 – ADAMUS SAINT-GERMAIN,
canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au Crimson Circle, le 4 Mai 2019

 

Je suis ce que je suis, Adamus du domaine souverain, et Saint-Germain.

Prenons une bonne et profonde respiration. Ahh! C’est une sorte de litote ou d’euphémisme que cette chanson, Ne jamais revenir en arrière. Ah! Vous ne pourriez pas, même si vous essayiez. Vous ne pourriez pas même si vous le vouliez. Et certains d’entre vous essaient encore. Non, vraiment, vraiment, certains d’entre vous essaient encore, mais vous ne pouvez tout simplement pas revenir en arrière. Alors, prenons une profonde respiration avec cela. La célébration du fait de ne jamais revenir en arrière (le public dit « Ouais ! » Et on entend quelques acclamations et des applaudissements). Ah! Vous acclamez cela et vous applaudissez en cet instant, mais – hum (quelques rires) – d’ici la fin de la journée, certains d’entre vous auront envie de revenir en arrière.

Bienvenue aux nouveaux

Je voulais souhaiter la bienvenue à tout le monde ici, à tous ceux qui nous regardent en ligne et aux 47 petits nouveaux qui ne connaissaient pas le Crimson Circle jusqu’à récemment. Nous voulons vous souhaiter la bienvenue. A quoi devez-vous vous attendre, durant cette heure ou deux que nous allons partager ensemble? Pas à ce à quoi vous vous attendez actuellement (quelques rires).

En tant que Saint-Germain, je vous dirais que cette entité appelée Adamus a été créée par les Shaumbra, et par Saint-Germain, il y a un certain temps de cela. Certains d’entre vous connaissent peut-être Saint-Germain. Saint-Germain est à l’origine de cette entité (Adamus), mais il y a aussi une facette, une expression, une personnalité qui a été créée quand tous les Shaumbra… ─ Shaumbra est un terme pour tous ces… ces gens qui sont ensemble depuis longtemps. Ils s’appellent les Shaumbra. Ce n’est pas un club. Il n’y a certainement rien à payer pour y entrer, et vous pouvez en sortir à tout moment – euh… – c’est du moins ce que vous pensez (rires).

Nous faisons les choses ici de façon un peu différente de ce qui se fait ailleurs. Nous ne faisons pas de cérémonies. Nous n’avons heureusement pas trop de ce que nous qualifions de makyo. Le makyo, c’est votre distraction spirituelle, et tout le monde s’y confronte un jour ou l’autre, le long du chemin. Tôt ou tard, tout le monde rencontre le makyo. C’est la chose qui vous fait sortir de votre cheminement authentique, qui fait que vous arrêtez de suivre votre cœur et que vous vous mettez à suivre vos distractions. Pour certains, ça dure, oh, quelques années, pour d’autres, quelques vies, mais tout le monde fait l’expérience d’un certain degré de makyo.

Ce sont le mental humain et les limitations qui essaient de prendre possession de tout cela, qui pensent que c’est l’humain qui va s’illuminer (se réaliser) ou ascensionner, alors que ce ne sera jamais le cas. Cela ne concerne pas l’humain à ce stade.

Donc, nous avons créé cette entité appelée Adamus, qui est vous tous; qui est Cauldre, mon messager; qui est son adorable, vraiment adorable partenaire, la chère Linda d’Eesa.

LINDA: (chuchote) Je vous paierai plus tard! (Quelques rires)

ADAMUS: Et ce sont tous les autres. Nous l’avons créée (cette entité) afin d’aller vraiment droit au fond des choses, de passer au-dessus, de dépasser le makyo, de le détruire, de le faire exploser si besoin, pour arriver à ce que nous sommes vraiment en train de faire actuellement, en cette vie-même, sur la planète. Il est si facile de se laisser distraire, et il y en a certains qui voudraient pouvoir venir ici une fois par mois et simplement s’asseoir en écoutant une belle musique, du toning et des chants et tout le reste, mais nous n’avons pas de temps à perdre avec tout cela. Nous allons droit au but, à la vraie massion, qui est votre liberté combinée à votre passion, votre mission et votre passion, nous allons directement à cela, parce que nous allons atteindre la Réalisation dans cette vie-ci.

Nous ne faisons pas que nous amuser avec ça. Nous n’allons pas la retenir (la Réalisation) pour l’atteindre dans une autre vie. Nous y allons maintenant, et ce n’est pas toujours facile. Il y a d’énormes parts du Soi, d’anciens aspects et même des vies antérieures, qui ne la veulent pas du tout, parce qu’ils craignent que leur identité perdent justement son identité. Alors ils s’accrochent (ils tiennent bon). Ils s’accrochent à la peur, la peur même qu’ils ont depuis si longtemps d’être humain.

Oui, il y a une énorme peur à être humain – la peur de vous-même, de votre corps, de vos pensées, de votre passé. Nous allons au-delà de tout cela. Nous allons droit à la Réalisation en cette vie-ci, et ce n’est en fait pas si difficile que ça. Cela se fait grâce à une chose très, très simple qui est Permettre. Permettre. Cela signifie dégager de votre propre chemin, en laissant ce qui est un processus naturel advenir. Le plus difficile, cependant, c’est la réorientation de l’énergie, votre nouvelle relation à l’énergie, parce que vous ne pouvez tout simplement pas rester sur cette planète en tant que Maître, en tant qu’être réalisé, si vous êtes toujours aux prises avec l’énergie, de la façon dont vous l’étiez avant.

Changer l’orientation l’énergie peut vous sembler une chose merveilleuse, mais cela crée un stress énorme dans votre corps. Un stress dans votre corps, parce que ce dernier doit changer toute sa façon d’amener à lui l’énergie. Le corps utilise essentiellement ce que nous appelons l’anayatron, le réseau de communication du corps de lumière. La façon dont toutes les cellules, la façon même dont l’ADN communique avec les cellules est appelée l’anayatron. C’est ce qui amène l’énergie dans le corps et c’est ce qui distribue l’énergie au corps. L’anayatron est là depuis des siècles, et, finalement, l’ADN est également là depuis des siècles. Mais tout est en train de changer. Tout est en train de changer.

À un certain moment, à l’époque où vous étiez Atlantes, vous avez développé une sorte de fil d’information, quelque chose comme une sorte de fil flexible, sur lequel furent placées toutes les informations concernant le fait de vivre votre vie en tant qu’être biologique, de sorte que lorsque vous auriez à revenir pour une autre vie, vous n’ayez pas à revenir en arrière et à tout réapprendre. Alors, tout ça a été mis sur ce fil, et c’est ce qui a fini par devenir l’ADN et par devenir un très rigide – très, très rigide – système à deux brins, mais l’ADN original, c’était juste un brin unique pour porter et transporter des informations.

Lorsque vous rétablissez votre relation à l’énergie, ça change tout cela. Ça change littéralement l’ADN, et ça change votre anayatron. A la fin, vous aurez cette chose qu’on appelle le corps d’énergie libre, et que nombre d’entre vous appellent le corps de lumière. Eh, je ne suis pas fana de ce terme, mais c’est votre corps de lumière, votre corps d’énergie libre. Vous finirez par avoir ce corps d’énergie libre, quand vous aurez complètement changé dans cette vie votre relation à l’énergie.

Je n’ai pas beaucoup parlé du corps de lumière encore, parce que c’est une énorme distraction actuellement. Une énorme distraction. Tout d’abord, il est déjà là, et vous n’avez rien à faire, vous ne pouvez même pas faire quoi que ce soit pour faciliter la chose ou faire qu’elle se produise plus rapidement. Et si nous en avions parlé, tout ce que vous auriez voulu faire, c’est de le faire advenir beaucoup plus vite. Vous auriez été distraits, parce que le propos n’est pas le corps de lumière. C’est du makyo. Du makyo. Le makyo – rappelez-vous, c’est votre distraction spirituelle, ce sont vos conneries spirituelles. Vous souhaiteriez vous centrer sur le corps de lumière parce que vous voulez être en meilleure santé et plus jeune à cet instant même. Mais la réalité, c’est qu’avant de pouvoir vraiment… – avant que nous puissions parler de ce corps de lumière, il faut d’abord parler de votre relation à l’énergie; qui, tout bien considéré, n’est pas très bonne. Elle n’est pas très bonne. Vous avez une relation à l’énergie très, très datée, comme si elle était là à l’extérieur, comme si elle ne vous appartenait pas, comme si vous deviez travailler pour en obtenir. Aucune de ces choses n’est vraie.

Donc, pour ceux d’entre vous qui sont nouveaux, nous développons ici une approche un peu différente. Nous nous amusons. Nous rions. Si vous vous sentez offensés par les jurons, par l’usage de gros mots, vous pouvez tout de suite éteindre votre ordinateur, parce que nous en utilisons parfois. Ils en utilisent, les gens du public (rires). Pour ma part, je ne le fais pas tant que ça.

Souvent, nous avons délibérément recours à des distractions de court terme. Alors que nous suivons le déroulement de quelque chose, nous allons soudain créer délibérément une distraction, parce que l’humain a tendance à devenir très mental à propos des choses. Vous allez le voir – ceux d’entre vous qui sont nouveaux – vous le verrez plus tard aujourd’hui. Donc, nous avons recours à une distraction pour faire rapidement sortir quelqu’un de son mental et laisser le processus naturel continuer.

 

Et ce que nous faisons ici, vous pouvez parfois – eh, la plupart du temps – considérer que c’est quelque peu irrévérencieux. La plupart du temps, je suis très direct. Par exemple, il y a plein de gens dans le monde qui enseignent le corps de lumière. Alors qu’ils ne savent même pas ce que c’est. Ils ne comprennent pas ce qu’est l’énergie. Ils ne comprennent pas ce qu’est le corps d’énergie libre, ou pourquoi même vous l’auriez. Ils le voient comme un corps humain scintillant, éclatant, quelque chose d’un peu éthéré, et ce n’est pas du tout ça. Il n’est en rien comme ça.

Il y a des gens sur la planète qui donnent des cours sur la façon d’intégrer votre corps de lumière en 10 étapes faciles. Tout d’abord, ce n’est pas facile. Ensuite, ça ne se fait pas en 10 étapes. Seulement en deux. Mais nous n’allons pas entrer dans ce sujet pour le moment. Donc, j’appelle un chat un chat, et ça peut offenser certaines personnes, non, ça offense réellement certaines personnes, et je m’en fous totalement. Ainsi que je l’ai dit à ce groupe de Shaumbra il y a quelque temps déjà, je m’en fiche qu’il n’y en ait que 5, parce que même cinq Maîtres réalisés seulement, cheminant sur cette planète, c’est assez pour faire une différence pour tout le monde. Ceci dit, il y en aura beaucoup plus que cinq, du fait des énormes progrès que nous avons réalisés au fil des ans.

Ce groupe qui s’est lui-même dénommé Shaumbra, est constitué de personnes très fortes. Très fortes, ainsi que Cauldre l’a noté dans un récent article. Plus fortes qu’on aurait pu s’y attendre. Parfois, en apparence, elles ressemblent en quelque sorte, oh, à des biscottes (quelques rires). Des biscottes, tout à fait, dont on pourrait se demander l’intérêt même d’en manger? Ça n’a pas de saveur. Ça ne contient aucune substance. Il n’y a rien d’intéressant en elles. Parfois, elles paraissent très, très sensibles. Elles pleurent parfois. Il y a eu beaucoup de pleurs un peu plus tôt aujourd’hui, je ne sais même pas à propos de quoi. Les Shaumbra pleurent sans raison apparente, bien qu’il y ait vraiment une raison à cela. Mais si vous allez au-delà de cela, ils sont durs comme du béton. Permettez-moi de vous le dire, parce que je me tiens là près de vous depuis dix ans, les Shaumbra sont aussi coriaces que du béton en dessous. Ils peuvent mordre. Ils savent se battre. Ils feront tout (quelques rires).

Ils sont nombreux à être tenaces, mais ils vont aussi apprendre – eh, disons, à partir d’aujourd’hui – que vos prochaines étapes n’auront rien à voir avec le fait de savoir si vous êtes forts ou pas. Pas du tout. Votre ténacité, votre endurance, votre capacité à prendre des coups de poing et à vous remettre debout, et à reprendre un tas d’autres coups de poing, ne va pas vraiment vous servir après cela. La force ne va plus nécessairement être un atout. Donc, ceux d’entre vous qui utilisent la force, la persévérance ou qui essaient de tracer leur chemin à la force du poignet, laissez tomber. Ça ne va plus vous aider à partir de maintenant, parce que quand vous touchez cet endroit de la force en vous-même – « Je serai fort, je serai tenace, je vais réussir ce prochain défi » – vous signifiez que vous en faites une bataille, un combat. Et vous savez que les batailles se produisent en vous-même actuellement, alors à quoi ça sert (quel sens ça a) d’être fort?

Que diriez-vous à partir de maintenant de simplement être sage au lieu d’être fort ? La sagesse – J’allais utiliser le mot « atout » (“trump” en anglais), mais Cauldre me dit que c’est politiquement incorrect (quelques rires) – la sagesse éclipsera la force un jour.

Alors, oui, les gens dans ce groupe, sont très, très forts, extrêmement forts. Mais nous allons prendre une profonde respiration maintenant, en réalisant que ce n’est vraiment pas ce qui va vous faire du bien, la force, à partir de maintenant. Et je sais que c’est probablement l’une des dernières choses présentes dans votre vieux sac à outils humain que vous avez à sortir, à extirper :  le « Je serai fort. » Et j’adore quand vous êtes forts avec vous-mêmes dans votre mental, du style, vous passez un de ces mauvais jours – qui d’entre vous n’a pas vécu ça ces derniers jours ? (Quelques rires) Quand vous vous dites: « Je vais m’accrocher à tout ce qui en vaut la peine. Je serai fort. Je vais dépasser cela. Je vais faire un peu de respiration. Je vais faire du Permettre », ce que vous ne faites pas vraiment, « et je vais réussir à dépasser tout cela. » Arrêtez ça dès maintenant. Nous y reviendrons  un peu plus tard, mais laissez-vous devenir fous. Laissez-vous aller au-delà. Cessez d’être forts. Soyez sages. Soyez sages.

Donc, pour les quelques nouveaux ici, si vous êtes encore là – oh, nous en avons perdu un (quelques rires). Désolé que cela arrive. Si vous êtes encore là, ici c’est un groupe extraordinaire. Nous sommes ensemble depuis des éons de temps. La plupart d’entre nous se connaissent depuis aussi loin que remonte l’Atlantide. Et en passant, à tous les nouveaux qui se trouvent là, si jamais vous voulez entendre l’histoire, mon histoire de l’Atlantide et de ma prison de cristal, je serais ravi de vous la raconter (grognements du public et quelqu’un dit: « C’est bon »). C’est bon. Demandez juste à n’importe quel Shaumbra, ils connaissent toute l’histoire, maintes et maintes fois racontée.

Nous sommes ensemble depuis l’Atlantide et nous avons créé un lien profond depuis lors. Nous sommes revenus ensemble, à l’époque de Yeshua, et c’est à ce moment-là que le terme « Shaumbra » a été utilisé pour la première fois. Nous avons entretenu un lien très profond et très affectif, un lien très, très affectif depuis lors. Et ensuite, nombre d’entre nous se sont retrouvés ensemble dans les Ecoles de Mystère, en particulier en Europe, en particulier, oh, il y a environ entre 300 et 800 ans de cela. Donc, nous sommes ensemble depuis longtemps. Nous accueillons les nouveaux arrivants, et certains d’entre vous ne sont vraiment pas de nouveaux venus. Vous étiez avec nous durant toutes ces époques. Certains d’entre vous sont par contre tout à fait vierges à tout cela. Et ne vous sentez pas comme des étrangers, jamais. Vous êtes les bienvenus à vous joindre à ce que nous faisons, parce que ce n’est pas juste réservé à ce groupe. Les gens de ce groupe se sont connus du temps de la guidance d’un de mes très chers amis, un collègue Maître Ascensionné du nom de Tobias. Ce groupe s’est créé du temps de Tobias et s’est consolidé depuis. Les Shaumbra de ce groupe sont en train de vivre une transformation incroyable, si incroyable que le mental ne peut toujours pas comprendre. Si incroyable que parfois on se demande juste si ce n’est pas une énorme plaisanterie. Mais ils vont se réveiller un de ces jours, et vous aussi, et réaliser que ce n’était pas un jeu, une plaisanterie, pas du tout. Eh bien, ce qui était un jeu, c’était d’être dans le Pays du Bleu, d’être dans la limitation, de vous retenir, de douter de vous, de ne pas vous aimer. Ça c’était un jeu.

Alors, bienvenue à tous, et à vous tous, les habitués, prenons une profonde inspiration et accueillons les nouveaux. Il y en aura beaucoup, beaucoup d’autres à venir.

En second lieu, avant de nous lancer dans quelques-uns des sujets d’aujourd’hui, comprenez qu’aujourd’hui il pourra vous sembler que nous sautons d’un sujet à l’autre et ce sera le cas. Mais c’est parce que nous n’avons plus besoin d’être linéaires, et donc nous allons aller de-ci, de-là, et nous verrons bien où tout cela nous emmène à la fin. Peut-être que nous finirons par un retour au début, parce que – vous allez devoir vous y habituer – c’est la façon dont la vie est supposée se dérouler. Elle n’est pas censée être toujours en ligne droite. Elle peut faire des cercles. Elle peut même s’effondrer. Tout peut s’effondrer en vous faisant réaliser que, « Oh, tout va bien. Je suis encore là. J’existe. Rien de tout cela ne comptait vraiment. » Hm.

 

Message de Shaumbra qui ont récemment fait leur transition

J’ai une problématique à aborder tout d’abord, un petit différend que j’ai eu. J’ai eu une réunion il y a deux nuits de cela, avec onze êtres magnifiques qui venaient juste de faire leur transition (vers l’autre monde) durant les deux dernières semaines, tous des Shaumbra. Vous en connaissiez certains, et d’autres peut-être pas parce que c’étaient des Shaumbra très silencieux, mais donc ils ont fait leur transition. Nous nous sommes rencontrés tous ensemble, et je leur ai dit: « Qu’est-ce qu’il se passe? Je croyais que vous vouliez rester sur Terre en tant que Maîtres réalisés. » Nous en sommes arrivés à discuter et ils m’ont dit: « Tu sais, il est arrivé un moment où nous avons senti notre corps en particulier s’épuiser, s’user, ou tout simplement, il allait le faire, et nous avons réalisé à ce moment-là que nous pouvions lâcher prise sur tout. Tout. Rien n’avait plus vraiment d’importance. Ce que nous pensions qui comptait beaucoup, n’était pas si important que cela, parce que ce qui compte, c’est le J’Existe. C’est la seule chose qui compte. » Ils me dirent: « Alors nous avons lâché prise. Nous avons juste tout lâché », et nous n’avons même pas souhaité transitionner. Certains d’entre eux avaient jusque-là utilisé leur force pour lutter contre leurs maux physiques. Certains d’entre eux s’étaient battus très fort contre certains de leurs propres démons intérieurs – pas le dragon, mais leurs démons intérieurs – et à un moment donné, ils n’ont tout simplement plus pu se battre. Ils ont juste lâché prise. Aucun d’entre eux n’a dit: « Je choisis de partir », mais ils ont atteint un certain point dans cette énorme libération où ils se sont rendu compte qu’ils étaient réalisés. A un moment donné, dans cet état de désespoir vis à vis de leur corps physique, ils ont réalisé qu’ils étaient réalisés, et ils ont fait leur transition.

Durant cette transition, ils ont réalisé qu’ils étaient réalisés, et ils ont réalisé qu’ils étaient morts à leur corps physique, mais en réalité plus vivants que jamais. Et alors, ils ont ressenti leur désir humain de rester sur la planète dans leur corps physique, et ils ont éprouvé un certain regret, juste un fugace instant de regret de ne pas être là avec vous tous, à faire ce que nous sommes en train de faire. Mais ensuite, ils ont réalisé que, tout d’abord, ils n’avaient pas à le faire. Ça avait été une énorme libération de quitter leur corps, une énorme libération d’être réalisés, je veux dire, d’avoir ascensionné, alors qu’ils ne s’y attendaient même pas. Ils s’étaient attendus à passer encore de nombreuses années sur la planète, et à se battre ou à travailler sur des choses ou quoi que ce soit d’autre, et soudain, ils étaient juste là.

A présent pourtant, chacun d’entre eux se retrouvait face à l’opportunité qui se présente ensuite dans cette situation, vous savez, je crois que vous appelez ça le scénario de la lumière blanche – « Oh, je suis mort. C’est merveilleux. Tout semble si bien maintenant  » – chacun d’entre eux se retrouvait face à la possibilité de revenir, revenir dans leur corps physique. Ceux qui avaient traversé des problèmes physiques se disaient: « Pas question. Pas question. » Ceux qui avaient traversé certaines de ces profondes luttes internes ne pouvaient pas supporter l’idée de revenir à cela. Alors, ils avaient quitté ce monde. Ils avaient quitté ce monde, et je leur ai alors demandé. Je leur ai dit: « Que voulez-vous vraiment partager avec les Shaumbra maintenant? Quelles paroles de sagesse de votre part puis-je leur rapporter lors du prochain Shoud? » Et voici quelques-unes des choses qu’ils m’ont dites.

Tout d’abord, et vraiment plus que toute autre chose, permettez-vous. Ils avaient réalisé que pour beaucoup, « Permettre » est encore un simple mot, juste un concept, mais ils m’ont dit « Permettez vraiment » parce que s’ils l’avaient fait, s’ils n’avaient pas seulement fait de petits pas minuscules, ils avaient réalisé que les choses auraient été très différentes pour eux.

Et puis, ils m’ont dit de vraiment ressentir votre passion désormais. Ressentez vraiment votre passion. Ce à quoi je leur ai rétorqué, « Mais vous faisiez justement partie de ceux-là mêmes qui se plaignaient de ne pas avoir de passion, qui se plaignaient de s’ennuyer en toute chose, et l’ennui est en fait ce qui a conduit beaucoup d’entre vous à quitter le monde, pour revenir ici. » et chacun d’eux m’a dit: « Tu sais, dans la transition, dans le fait d’en arriver à la Réalisation, dans ces derniers moments de déclin de ma vie, j’ai réalisé qu’il y avait tant de passion. Il y avait tellement de passion, mais je lui tournais le dos. Je cherchais une vieille passion humaine, par exemple. J’ai presque fait semblant de croire qu’il n’y avait pas de passion, que je m’ennuyais. Mais, » ajoutèrent-ils : « Dis-leur à tous que la passion est là si vous le permettez, et que la passion sera le plus grand facteur dans l’évolution de votre relation à l’énergie ».

Plusieurs d’entre eux m’ont aussi dit: « Adamus, si tu pouvais leur dire ceci: « N’y pensez pas autant (à votre Réalisation). » Bon sang! Arrêtez d’y penser. Arrêtez de la préparer dans votre mental. Arrêtez de prendre des lieux communs sur le sujet, des clichés et tout le reste et de les ruminer dans votre mental. Prenez juste une grande inspiration et soyez la Réalisation. Soyez-la simplement. Arrêtez d’analyser ce qu’elle est ou ce qu’« être la Réalisation » signifie. Faites-le tout simplement. »

Alors, je vous rapporte ce message, probablement pas le message le plus exaltant pour commencer notre journée, mais je vous l’apporte de leur part, et chacun d’entre eux m’a dit: « Nous serons là avec vous, » parce que nous en aurons besoin. Nous allons en avoir besoin, de cet équilibre venu de l’autre côté (du voile). Oui, je sais que tout est en vous, mais il est vraiment agréable d’avoir parfois un ami et de ressentir le confort de savoir que quelqu’un se soucie vraiment de ce que vous faites.

Donc, prenons une profonde respiration avec ces Shaumbra qui ont fait leur transition, et chacun d’eux comprend que vous y arriverez à un moment, vous réussirez un jour, et quand bien même l’humain se dirait: « Non, non, je veux rester », il faut comprendre qu’arrivera un moment où vous pourrez juste ressentir que vous êtes en train de transitionner. Mais il vous sera demandé une fois encore, après votre expérience de mort imminente, si vous voulez rester ou partir. Vous aurez l’opportunité de revenir sur Terre à nouveau.

C’est difficile, c’est vraiment difficile, parfois, et surtout en ce moment alors que nous faisons notre percée, c’est très, très difficile. Vous ne savez pas ce qui se passe avec votre corps ou votre mental ou quoi que ce soit d’autre. Mais je sais déjà que nous y arriverons dans cette vie-ci. C’est tout simplement … eh bien, attendons avant de statuer sur cette opportunité.

Prenons une bonne et profonde respiration.

(pause)

Bien.

 

Sagesse Shaumbra

Une question pour commencer la partie habituelle de la journée. Une question. Linda, au micro s’il vous plaît. C’est une question intéressante. Je vous laisse d’abord choisir un volontaire avant de poser ma question. Cela fait vraiment monter la tension dans la pièce.

SART: Merde! (rire)

ADAMUS: Ah, merde, c’est tout à fait ça! (Adamus rit) Donc vous allez ouvrir le bal pour cette première question.

Alors, ma question c’est: que feriez-vous actuellement, si vous n’aviez rien d’autre à faire?

Je vous ai dit de nombreuses, très nombreuses fois : ne faites rien. Arrêtez d’essayer de vous illuminer par vous-mêmes. Mais ma question c’est alors: qu’est-ce que vous feriez maintenant ? C’est une question intéressante.

SART: Je me relaxerais sur une plage quelque part.

ADAMUS: Bien. C’est une bonne réponse. Une bonne réponse. Oui, pourquoi ne le faites-vous pas?

SART: Je suis juste en retard (rires).

ADAMUS: Vous êtes en retard avant votre Réalisation. Yeah Yeah!

SART: Je pense qu’elle viendra en premier.

ADAMUS: Eh bien, je veux dire, c’est une question logique. Pourquoi ne le faites-vous pas?

SART: Je ne m’autorise pas à le faire.

ADAMUS: Eh bien, c’est ce que nous constatons ! (Adamus rit) Je veux dire, c’est un fait. Je veux dire, est-ce que vous travaillez actuellement?

SART: Non. Non.

ADAMUS: Avez-vous de l’argent actuellement?

SART: Pas assez.

ADAMUS: Pas assez, eh bien … (rires de Sart)

ADAMUS: Alors, qu’est-ce que vous faites?

SART: En fait, je suis juste en train de glander actuellement.

ADAMUS:  De glander.

SART: Oui.

ADAMUS: C’est donc là la vraie réponse: ce que vous feriez si vous n’étiez pas censé faire quoi que ce soit d’autre – glander.

SART: Oui.

ADAMUS: Mais peut-être que vous seriez en train de glander sur une plage?

SART: Ce serait mieux.

ADAMUS: Est-ce que vous vous ennuieriez à simplement glander sur une plage?

SART: Probablement.

ADAMUS: Probablement? Ouais.

SART: Oui.

ADAMUS: Et alors, que feriez-vous?

SART: J’essaierais autre chose.

ADAMUS: Aller glander ailleurs.

SART: Aller glander ailleurs.

ADAMUS: Oui, oui. Dans la vie en général, vous ennuyez-vous?

SART: Oui.

ADAMUS: Oui.

SART: J’attends toujours de trouver ma massion.

ADAMUS: D’accord. Vous attendez toujours votre massion.

SART: Oui. Et j’en ai entraperçu certaines bribes, mais je ne les ai pas amenées à moi.

ADAMUS: Peut-être que nous pourrions amener un peu de la cuisine de Kerri ici (quelques rires), juste un grand bol de massion. Ouais.

KERRI (hurlant depuis la cuisine): D’accord! (beaucoup de rires)

SART: Tu n’as plus qu’à t’y mettre !

ADAMUS: Venez immédiatement! Tout de suite! Sérieusement, Kerri, amenez un bol de massion ici quand vous aurez le temps. D’accord, bonne réponse. Bien.

Au suivant. Que feriez-vous en ce moment, si vous n’aviez rien d’autre à faire ? Et ce que je vous dis vraiment c’est, je vous l’ai déjà dit: « Ne travaillez pas à votre Réalisation. Ce n’est pas de votre ressort, vous l’humain. » Alors, diable, qu’est-ce que vous seriez censé faire?

ALAYA: Je serais sur une plage aussi.

ADAMUS: Avec Sart.

ALAYA: Nous pourrions faire ça ensemble quelque temps. Bien sûr.

ADAMUS: Ouais, ouais.

ALAYA: Tout à fait.

ADAMUS: Mais, non, attendez une seconde. Il porte un speedo (maillot de bain serré). Alors … (rires)

ALAYA: Je connais une plage où on peut se mettre seins nus.

ADAMUS: C’était Cauldre qui a dit ça, parce que je ne sais pas ce que c’est. Je ne veux pas savoir ce que c’est.

ALAYA: Je sais où se trouvent les plages seins nus, alors que pourrais-je dire?

LINDA: Oh, diantre!

ADAMUS: Ouais. Ouais. Alors, glander sur la plage. Comment se fait-il que vous n’y soyez pas?

ALAYA: En fait, je le fais souvent.

ADAMUS: Oh, vous le faites. Bien. Bien. Et comment se fait-il que vous n’y soyez pas en ce moment?

ALAYA: Je suis ici.

ADAMUS: Bonne réponse. C’est une réponse très zen. Ouais. Nous aurons besoin d’une autre petite table ici pour notre grand bol de massion.

ALAYA: Voilà la massion!

KERRI: Nous avons des pommes de terre (Kerri arrive avec un bol de pommes de terre, des rires).

ADAMUS: Juste une seconde. Que diriez-vous d’une salade de fruits? (Chuchotant à Kerri, elle hoche la tête) Ouais (plus de rires). Ouais, envoyez-moi une de vos patates! Envoyez-moi juste un morceau.

LINDA: Non

ADAMUS: Allez. Bon sang! (Kerri jette un morceau de pomme de terre à Adamus, cris et rires dans le public) Whoa.

Ok. Nous avons perdu deux autres nouveaux (rires). Ils ne comprennent pas! Je ne sais pas quoi …

Ok, nous parlons de massion, et si ça, c’est l’idée que se font les Shaumbra de la massion – une pomme de terre (plus de rires). Une pomme de terre! Sans saveur, généralement, le plus souvent frite, sans être particulièrement nutritive mais en étant vraiment ennuyeuse. Tout le monde peut manger des pommes de terre, mais prenons… – ce n’est pas ça la massion, ça c’est l’ennui. C’est vous sur la plage (Adamus jette le morceau de patate à Sart) dans votre speedo. Oui, et ce n’est pas fait pour le mettre dans votre speedo (plus de rires). Oh, nous en avons perdu trois autres (des nouveaux venus)! Pourrait-on mettre une petite table ici à l’avant pour y placer le bol? Joe, il y a une petite table juste au-dessus, derrière le mur là.

 

LINDA: Vous n’avez qu’à prendre mon siège.

ADAMUS: Il m’en apporte un.

LINDA: Vous n’avez qu’à prendre un siège.

ADAMUS: Après vous allez vous asseoir dessus et ça pourrait en quelque sorte, vous savez …

LINDA: Uh-oh.

ADAMUS: D’accord, revenons à nos moutons. Que feriez-vous à présent si vous n’étiez pas censée faire quoi que ce soit d’autre?

ALAYA: Je serais à Maui à construire ma maison.

ADAMUS: Comment se fait-il que vous ne le faites pas?

ALAYA: Mais je le fais. Je suis en train de le faire.

ADAMUS: Bon. Bien. Bien. Alors, mais vous n’êtes pas à Maui actuellement.

ALAYA: Pas physiquement.

ADAMUS: Quand est-ce que la maison sera construite?

ALAYA: Je dirais d’ici deux ans.

ADAMUS: Deux ans. Wow. C’est long (Adamus glousse). Wow. Est-ce que vous la construisez vous-même?

ALAYA: Ce sera un mix.

ADAMUS: Un mix.

ALAYA: Ce sera une entreprise collective.

ADAMUS: Oh, bien, bien. Et quelle est l’adresse pour que les Shaumbra puissent venir vous voir.

ALAYA: Ce sera soit à Hana ou à Makawao.

ADAMUS: D’accord. Bien (quelqu’un apporte une petite table et un bol de salade de fruits).

ALAYA: Et ce sera un endroit pour les Shaumbra.

ADAMUS: Donc, vous suivez en quelque sorte votre passion.

ALAYA: Mm hmm.

ADAMUS: Bon. Bien.

Alaya 1: Ouais.

ADAMUS: Oui, je peux le voir par votre sourire, votre éclat. Bien.

ALAYA: Oui. J’adore être là-bas.

ADAMUS: Deux de plus. Je vous remercie.

ALAYA: Mm hmm.

ADAMUS: Miam ! (Il se sert une salade de fruits)

LINDA: Oui (quelques fous rires).

ADAMUS: Excusez-moi. Oui.

SHAUMBRA 2 (femme): Salut.

ADAMUS: Salut. Serait-il possible d’apporter une fourchette à un Maître Ascensionné? (Plus petits rires) Oh. Il n’y a pas de respect. Pas de respect.

Que feriez-vous actuellement ? (Rire alors que quelqu’un jette une fourchette en plastique sur la scène) Serait-il possible d’avoir une fourchette propre? (Kerri lui en tend une) Je vous remercie. Oui. Allez-y. Cela ne vous dérange pas si je mange ?

SHAUMBRA 1: Non, non, non. Allez-y.

ADAMUS: Bien (ils rient).

SHAUMBRA 1: En vérité, il n’y a pas vraiment de chose qu’il m’intéresse de faire dans le monde physique ou même d’endroit où aller ailleurs. Parfois, je rêve …

ADAMUS: Voulez-vous de la salade de fruits?

SHAUMBRA 1: Pas vraiment.

ADAMUS: Peut-on avoir un autre bol? Oh, oubliez le bol. Oubliez le bol. Allez-y.

SHAUMBRA 1: En fait, c’est juste que je me sens vide et je voudrais me sentir pleine de moi-même. Ce que je veux faire c’est me ressentir. Me réunir avec moi-même, je crois.

ADAMUS: D’accord. Pourquoi ne l’avez-vous pas fait ?

SHAUMBRA 1: J’ai été très distraite.

ADAMUS: Par quoi ?

SHAUMBRA 1: Le monde physique et mon mental et …

ADAMUS: C’est un tas de conneries.

SHAUMBRA 1: … tout ce que j’ai été … Effectivement. Effectivement.

ADAMUS: Non, ça l’est vraiment.

SHAUMBRA 1: Ouais.

ADAMUS: Je veux dire, c’est du genre « Hein? Qu’est-ce que vous dites? J’entends les mots, mais c’est du style, « ErRh, ERRH, ERRH! » C’est… c’est là. J’ai 11 morts de l’autre côté qui attestent de ce fait. C’est là.

SHAUMBRA 1: Ouais.

ADAMUS: Comment se fait-il que ça ne vous soit pas encore apparu ?

SHAUMBRA 1: Eh bien, j’ai été confrontée à cela très intensément au cours des dernières semaines, et j’ai même ressenti en quelque sorte que je m’ennuyais avec moi-même, que j’étais dans un trou et que je me maintenais dans ce trou, alors qu’il s’agit simplement de décider « Fais demi-tour, change de direction »

ADAMUS: C’est un trou ennuyeux également.

SHAUMBRA 1: Ouais. Yeah Yeah. C’est un trou ennuyeux.

ADAMUS: Ouais, ouais. Ouais. Wow

SHAUMBRA 1: « Change juste de direction, retourne-toi. Sors de … »

ADAMUS: Qu’est-ce que nous allons faire pour changer cela?

SHAUMBRA 1: Je pense que je suis en train de le faire (elle rit).

ADAMUS: Pas tellement. Pas tant que cela.

SHAUMBRA 1: Pas tant que cela?

ADAMUS: Non, non … En quelque sorte…

SHAUMBRA 1: Je pense que j’essaie de le faire.

ADAMUS: Cela fait partie du problème.

SHAUMBRA 1: Essayer ne fonctionne pas.

ADAMUS: Oui, cela fait partie sans doute du problème.

SHAUMBRA 1: Ouais, essayer ne marche pas.

ADAMUS: Ouais. Eh bien, que voulez-vous faire? Voulez-vous faire ce truc à Maui?

SHAUMBRA 1: Je pense que par la suite …

ADAMUS: Ou être sur la plage avec Sart?

SHAUMBRA 1: Je pense que finalement … hein?

ADAMUS: être sur la plage avec Sart?

SHAUMBRA 1: Non Non (rires). Désolée, Sart.

ADAMUS: Vous voulez votre propre plage.

SHAUMBRA 1: Ma propre plage? Ouais.

ADAMUS: D’accord. D’accord. Bien. Je vous remercie. Quelques-uns de plus.

LINDA: D’accord. Voyons voir.

ADAMUS: Que feriez-vous si vous ne deviez rien faire d’autre?

LINDA: Nous y voilà.

ADAMUS: Bonjour, voulez-vous de la salade de fruits?

SHAUMBRA 2 (femme): Non, merci (elle rit).

ADAMUS: Je crois que je vais devoir manger tout le saladier. Allez-y. Que feriez-vous ?

SHAUMBRA 2: Rien.

ADAMUS: Rien.

SHAUMBRA 2: Je ne veux rien faire.

ADAMUS: Que faites-vous actuellement?

SHAUMBRA 2: Beaucoup de choses.

ADAMUS: Oh.

 

SHAUMBRA 2: Je fais beaucoup trop en ce moment, donc je pense que ce …

ADAMUS: Pourquoi?

SHAUMBRA 2: Je rattrape du travail en retard. J’ai été absente de mon travail pendant un mois et c’est bien. Je suis en train de déménager, donc il y a beaucoup …

ADAMUS: Oh, bien sûr. Ouais.

SHAUMBRA 2: … de choses qui se passent. Alors, je me sens …

ADAMUS: Appréciez-vous cela ou est-ce ennuyeux?

SHAUMBRA 2: Oh, non.

ADAMUS: Oh, vous ne l’appréciez pas.

SHAUMBRA 2: Oh, non.

ADAMUS: Oh.

SHAUMBRA 2: Je voudrais pouvoir me détendre à nouveau (elle rit).

ADAMUS: Ouais, ouais.

SHAUMBRA 2: Je voudrais juste ne rien faire.

ADAMUS: Ne rien faire. D’accord.

SHAUMBRA 2: Et qu’ensuite les choses se déroulent plus facilement et …

ADAMUS: Mais qu’est-ce que c’est « rien »?

SHAUMBRA 2: Tout ce que je veux que ce soit.

ADAMUS: Je veux dire, est-ce que rien c’est …

SHAUMBRA 2: Je veux juste m’asseoir dehors et regarder les étoiles.

ADAMUS: Mais ce n’est pas rien. C’est être assise.

SHAUMBRA 2: D’accord.

ADAMUS: Ou regarder les étoiles

SHAUMBRA 2: D’accord. D’accord.

ADAMUS: Ouais, ouais.

SHAUMBRA 2: Etre assise, regarder. Je veux juste me détendre et profiter.

ADAMUS: D’accord, bon. Mais …

SHAUMBRA 2: De chaque instant.

ADAMUS: Ouais. On dirait que vous ne voyez pas cela se profiler dans votre vie dans un avenir proche.

SHAUMBRA 2: Peut-être.

ADAMUS: Cela ne semble pas être dit de façon vraiment optimiste.

SHAUMBRA 2: Peut-être parce que je suis au milieu de tout ça, et que c’est du style, d’accord, où est la sortie ? (elle rit).

ADAMUS: Ouais. Ouais. Bien. Je vous remercie. Ce sont vraiment de bonnes réponses jusqu’à maintenant. C’est une question difficile. Oui. Ne me regardez pas comme ça, moi ou votre mari (à Linda). Oui, que feriez-vous si vous n’étiez pas censés faire quoi que ce soit d’autre?

AEMO: Quelque chose d’autre.

ADAMUS: Quelque chose d’autre.

AEMO: Oui.

ADAMUS: Que faites-vous actuellement?

AEMO: Ce que je fais, eh bien, vous savez, depuis que j’ai de l’argent à présent, je peux faire tout ce que je veux, et c’est ce que je fais. Je suis très intéressé par beaucoup de choses …

ADAMUS: Je dois vous arrêter là, car il y a beaucoup de Shaumbra qui sont soudainement en train d’agiter un drapeau jaune. En se disant: « Oh! Comment se fait-il qu’il ait tout à coup de l’argent? » Comment avez-vous fait ça?

AEMO: J’ai hérité.

ADAMUS: Vous avez hérité.

AEMO: Oui.

ADAMUS: D’accord. Donc, si quelqu’un revient pour sa prochaine vie, choisissez des parents riches (quelques rires étouffés).

AEMO: Eh bien, ils n’étaient pas vraiment riches, c’est juste que, vous savez, je ne suis pas stupide. Alors, et j’ai fait les choses adéquates, alors elles fonctionnent pour moi à présent, parce que j’ai réalisé que je ne pouvais pas me réaliser par moi-même.

ADAMUS: Exact, exact.

AEMO: Donc, à partir de ma part humaine.

ADAMUS: Ouais. Que faites-vous? Je veux dire …

AEMO: Eh bien, je voyage

ADAMUS: Vous voyagez. Bien.

AEMO: Je suis à la recherche d’un endroit où demeurer avec des gens que je connais depuis de nombreuses incarnations, qui sont comme des copains, en Asie du Sud-Est, ou en Amérique. Je sais que je ne peux pas trouver un endroit où je me plairai vraiment durant de nombreuses années.

ADAMUS: Exact. Exact.

AEMO: Alors, je dois toujours … pourquoi?

ADAMUS: Non, je suis d’accord avec vous.

AEMO: Oui.

ADAMUS: Ouais.

AEMO: Parce que ça devient vraiment ennuyeux.

ADAMUS: Vraiment ennuyeux.

AEMO: Donc, je peux rester là durant peut-être six mois et au maximum un an et ensuite je dois – schhhtt! – repartir faire un tour, vous savez. Et je m’intéresse beaucoup aux technologies de l’avenir. Je suis aussi très investi dans tout ce qui est crypto, et la robotique.

ADAMUS: Tout cela vous satisfait-il? Est-ce que vous appréciez ça?

AEMO: Oh, ouais, ouais.

ADAMUS: Oh, bien.

AEMO: C’est vraiment, vraiment – ça me fait me sentir en vie.

ADAMUS: Exact. Bien. C’est important.

AEMO: Et aussi, cela fait quelque chose aux gens autour de moi. Ça les enthousiasme aussi, vous savez, parce que je peux leur montrer une voie afin qu’ils ne s’ennuient pas dans leur vie ou qu’ils sortent de leur agonie, vous savez.

ADAMUS: Exact. Exact. Alors, vous avez mentionné les voyages, et quand nous avons des discussions avec les Shaumbra durant nos petits rassemblements, la première chose qu’ils aimeraient vraiment faire et qu’ils mettent sur leur liste d’envies comme vous dites, c’est de voyager.

AEMO: Oui.

ADAMUS: C’est tout simplement de voyager. Sortir voir le monde durant votre dernière vie sur la planète. Retourner voir certains des endroits que vous habitiez dans des vies passées ou visiter des endroits où vous n’êtes jamais allés, mais voyager, c’est la chose numéro un.

AEMO: Oui, j’ai commencé à aller sur les îles, les îles Canaries. Et ensuite ici, et quand le dragon est arrivé, j’étais sur Ko Pha-Ngan en Thaïlande, et c’était un peu comme, Disneyland devenu réalité. C’est comme une île qui est encore entièrement …

 

ADAMUS: Vous ennuyez-vous?

AEMO: Non

ADAMUS: Non Bien.

AEMO: Non

ADAMUS: D’accord, bon. Bonne réponse. Je vous remercie.

AEMO: je m’ennuie si je n’ai rien à faire. Par exemple, si je m’ennuie vraiment, je monte dans ma voiture et je vais sur l’autoroute en Allemagne.

ADAMUS: Ouais. Ça …

AEMO: Et je roule à 160 à l’heure.

ADAMUS: Ouais, ouais. Ça va le faire.

AEMO: C’est super.

ADAMUS: ça va le faire. Ouais.

AEMO: Cela me fait me sentir vivant (il rit).

ADAMUS: Ouais. Tout à fait. C’est ça vivre. Il n’est pas nécessaire que ça ait beaucoup de sens. Je veux dire …

AEMO: Non

ADAMUS: … ça n’est pas obligatoire du tout. Il s’agit vraiment de vous faire confiance à présent. Nous aborderons cela dans un instant.

AEMO: Oui. Oui, parce que la chose c’est aussi… je sais que je n’ai pas beaucoup d’argent. Je ne suis pas milliardaire, et ça va probablement – mais je sais que si je continue, que je vais de l’avant, ça reviendra (l’argent).

ADAMUS: Tout à fait.

AEMO: Oui.

ADAMUS: Tout à fait. Mais – voici un petit indice à ce sujet – ça ne viendra pas de l’ancienne façon, du style par héritage ou par le fait de travailler dur dans un boulot quelconque, ou tout simplement en essayant de visualiser un tas d’argent. Ça ne viendra en aucune façon comme ça, alors passez à autre chose à présent. Ça viendra de manière totalement différente.

AEMO: Je ressens cela aussi.

ADAMUS: Comme vous changez votre relation à l’énergie, l’argent- je ne veux certes pas entrer dans le sujet- mais il est juste là. Vous n’avez même pas à y travailler. Et l’humain a du mal à comprendre ça, et votre mental repense à toutes les fois où vous avez été fauché et il va même droit à ce que vous vous dites en ce moment : « Mais j’ai tout simplement du mal à attirer l’argent. » A un certain point, avec le changement qui se crée dans la dynamique de votre énergie, il sera juste là.

AEMO: Oui. Et j’ai eu aussi beaucoup de conseils de votre part aussi.

ADAMUS: Oh. Ouais.

AEMO: Et des Shaumbra.

ADAMUS: Vous n’oublierez pas ma commission de quinze pour cent (rires).

AEMO: Nous en parlerons plus tard, d’accord? (ils rient)

ADAMUS: Je vous remercie de votre réponse.

AEMO: D’accord.

ADAMUS: Quelques-uns de plus. Excusez-moi, je dois nourrir mon messager. En voulez-vous un peu ?

LINDA: Non Geoff serait horrifié.

ADAMUS: Pourquoi? Ce sont juste de bons fruits frais. Bien.

LINDA: Horrifié!

ADAMUS: Horrifié.

LINDA: Horrifié!

ADAMUS: Mm. Mm. Mm (quelques fous rires). Quelqu’un en veut ? s’il vous plaît, venez vous servir ici. Prenez-en une bonne poignée, parce qu’il n’y a pas de bols (plus de rires). Que feriez-vous si vous n’aviez rien à faire ?

ANNETTE: Je profiterais juste de moi-même.

ADAMUS: Qu’est-ce que cela signifie?

ANNETTE: Prendre du bon temps, m’amuser.

ADAMUS: Qu’est-ce que cela signifie?

ANNETTE: Retrouver ma passion.

ADAMUS: Qu’est-ce que cela signifie?

ANNETTE: Me permettre à moi-même.

ADAMUS: D’accord. Oui, mais, je veux dire, d’accord, tout ça, ce sont de jolis mots.

ANNETTE: Oui, mais c’est une question difficile, vous savez.

ADAMUS: Je sais.

ANNETTE: Ouais, donc.

ADAMUS: C’est ce que j’aime à leur sujet.

ANNETTE: Que ferais-je? Voyager, euh …

ADAMUS: Etes-vous actuellement dans votre vie… (Kerri apporte plus de bols et ustensiles) Merci (rires). Vous voyez? Je n’ai même pas eu à demander. C’est juste là. Ça apparait tout simplement. Je vous remercie.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Alors, vous ennuyez-vous en ce moment?

ANNETTE: Pas actuellement.

ADAMUS: Avez-vous peur actuellement?

ANNETTE: Oui, je suis un peu nerveuse.

ADAMUS: Je veux dire, pas seulement du fait d’être ici avec le micro et environ 18 milliards de personnes qui vous regardent.

ANNETTE: Non, je ne me sens pas effrayée. Non.

ADAMUS: Et dans votre vie?

ANNETTE: Non

ADAMUS: Vous n’avez pas peur.

ANNETTE: Non, je ne me sens pas effrayée.

ADAMUS: Huh.

ANNETTE: Non, en fait, je me sens libre, parce que je suis capable – oui, je ressens que je suis en train de me libérer.

ADAMUS: De quoi?

 

ANNETTE: De toutes les limitations dans lesquelles j’ai été pendant vraiment très longtemps.

ADAMUS: Ce n’est pas ça. Désolé.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Je suis désolé.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: On m’a demandé, Linda en particulier et un peu Cauldre, d’arrêter d’embêter les gens.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Mais je ne considère pas que c’est les embêter. Je considère que c’est de l’amour (quelques rires). Je considère que c’est juste …

ANNETTE: Ouais, ouais, ouais. Mais c’est ok. Ça me va, pas de problème.

ADAMUS: … l’amour le plus extraordinaire.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Non, je …

ANNETTE: Mais je me sens vraiment plus libre que je ne l’ai jamais ressenti ces dernières années. Donc, je me sens vraiment plus libre, même si peut-être que vous …

ADAMUS: Non, je me focalise là-dessus en quelque sorte, mais j’ai une vision d’ensemble et – je ne sais pas si je puis me permettre d’être indiscret avec vous…

ANNETTE: Oui, vous pouvez être indiscret.

ADAMUS: J’adore quand on me dit ça.

ANNETTE: Ouais, ouais. Vous pouvez y aller.

LINDA: Vous le regretterez.

ANNETTE: Non, je ne le regretterai pas, parce que, oui, c’est un enseignement, alors …

ADAMUS: Donc, vous vous sentez plus libre que vous l’avez jamais été avant, mais regardez d’où vous venez. Vous avez traversé, que vous les appeliez des peurs ou quoi que ce soit d’autre, de grands changements. Je veux dire, vous avez fait de tout petits changements progressifs et ensuite direct vous avez dit : « Oh, regardez comme j’ai changé! » N’est-ce pas. « Nous avons changé en partant d’une légère nuance de bleu pour arriver à une petite nuance de bleu plus profond », mais ça ne veut rien dire, ce n’est rien. Et vous avez … il y a beaucoup de peur là-dedans.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Ouais, et le dragon…, vous le savez, il est là et il essaie de faire que les choses bougent, il essaie de créer des remous, et donc il me demande de faire le boulot pour lui, en vous disant: « Mais de quoi avez-vous si peur? Qu’est-ce qui vous effraie autant? » Peut-être pas les petites choses, vous savez, comme le fait d’avoir peur de prendre l’avion ou de conduire une voiture et ce genre de choses, mais juste la peur de ce qui va arriver ensuite. C’est ce que je ressens. Peut-être que je suis à côté de la plaque. Peut-être que je suis totalement à côté de la plaque.

ANNETTE: Ouais, ouais. Je ne sais pas quoi dire à ce sujet. Je me sens juste heureuse et libre.

ADAMUS: Bien.

ANNETTE: Et capable de créer quelque chose de différent de ce que j’ai créé auparavant.

ADAMUS: Mais je suis désolé …

ANNETTE: Et je sens vraiment que les choses viennent à moi au lieu que j’aie besoin de – suivre le monde extérieur. Alors, oui, je ressens réellement cela.

ADAMUS: Alors, qu’est-ce que vous faites dans la vie? Vous êtes Norvégienne.

ANNETTE: Oui, je viens de Norvège et j’ai quatre enfants.

ADAMUS: Depuis combien de temps vivez-vous là-bas?

ANNETTE: Oui, depuis toujours. Je suis née là-bas.

ADAMUS: Oh, vraiment.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Et dans quelle ville vivez-vous?

ANNETTE: Sandnes. J’ai récemment déménagé dans une ville appelée Ålgård, mais c’est à environ deux, trois kms au sud de Stavanger. Ouais.

ADAMUS: Alors, de combien de kms au total vous vous êtes éloignée depuis que vous avez déménagé?

ANNETTE: Oh, juste un km.

ADAMUS: Oh. Ok (quelques rires).

ANNETTE: C’est à un km plus au sud, alors c’est … ouais. Donc, de grands changements. J’ai quatre enfants …

ADAMUS: Et donc à combien de distance du lieu où vous êtes née et avez grandi vivez-vous maintenant ?

ANNETTE: oh, ce n’est pas loin. C’est peut-être à deux kms.

ADAMUS: D’accord. Donc, ça prouve ce que je dis, rien à ajouter. Non, vraiment.

ANNETTE: Oui. Oui, mais que voulez-vous dire alors? Qu’est-ce que vous essayez de …

 

ADAMUS: Que c’est très facile de se sentir, je crois que vous avez dit que vous êtes relativement heureuse et que tout va bien et que vous n’avez pas peur… je crois que c’est très facile de dire cela quand en fait vous êtes restée très bleue au Pays du Bleu. Et alors vous allez me dire : « Oh, non. Je suis vraiment heureuse. Tout va bien. » Mais de quelle distance vous êtes-vous éloignée ? Je veux dire, maintenant, vous avez été très courageuse de venir ici. Vous avez juste sauté dans un avion, vous êtes venue ici pour que je vous maltraite (quelques rires). C’est vraiment courageux.

ANNETTE: Oui. Mais, oui, mais je veux dire, j’ai des contraintes. Je ne peux pas quitter mes enfants. J’ai la responsabilité de m’occuper de mes enfants.

ADAMUS: Combien de temps cela va-t-il continuer?

ANNETTE: Pendant encore plus de cinq ans au moins, parce qu’alors ils auront 18 ans.

ADAMUS: Et alors qu’est-ce que vous ferez?

ANNETTE: Je vais, oui, vivre ma vie.

ADAMUS: Alors actuellement, ils vivent dans votre sous-sol ou votre grenier ou autre.

ANNETTE: Ouais, ouais, dans ma maison. Ma maison.

ADAMUS: Et ils sont toujours là.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Donc, est-il important pour la Réalisation et l’atteinte de la vraie liberté de quitter ses enfants?

ANNETTE: Que voulez-vous dire? Comme …

ADAMUS: Ce sont… – bien, je vais aller droit au but. Est-ce que ce sont vos enfants qui vous retiennent?

ANNETTE: Oui. J’ai l’impression que c’est ça.

ADAMUS: D’accord.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: C’est une bonne réponse, honnête.

ANNETTE: Oui, et c’est un sujet très difficile, parce que je suis seule avec eux depuis de nombreuses années et mon fils aîné est vraiment malade et maintenant, depuis que j’ai déménagé, il est devenu encore plus malade. Ça a été traumatisant pour lui, alors il a cessé de parler, donc il n’est plus capable de parler. Oui, mes enfants …

ADAMUS: C’est vraiment très indiscret, mais que pensez-vous qu’il se passe là ?

ANNETTE: C’est l’éveil.

ADAMUS: Pour votre …

ANNETTE: Pour lui. Pour lui.

ADAMUS: Oui, pour votre fils.

ANNETTE: Et aussi qu’il a un rôle à jouer pour toute la famille, comme …

ADAMUS: Que diriez-vous du fait que peut-être est-il en train d’absorber beaucoup des énergies de la famille, en les prenant sur lui personnellement, pour vous et pour d’autres membres de votre famille?

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Est-ce une bonne chose, de prendre la responsabilité de vos enfants? Est-ce une bonne chose?

ANNETTE: Oh, vous me demandez si c’est une bonne chose pour moi d’avoir la responsabilité de mes enfants?

ADAMUS: Ouais. Ouais. Je veux dire, est-ce que c’est responsable?

ANNETTE: Non Non, mais vous savez, je ne peux pas les abandonner.

ADAMUS: Oh, il est donc normal alors d’avoir un ménage où votre fils est malade.

ANNETTE: Non, en fait je lui ai acheté – il est dans un hôpital maintenant, depuis quatre mois – alors je lui ai acheté un appartement. Je ne peux pas le garder avec moi plus longtemps, parce qu’il est trop contraignant ou limitant pour moi.

ADAMUS: Mais il l’est depuis longtemps, non?

ANNETTE: Oui. Ouais. Donc, le fait que je me sente libre maintenant doit avoir un rapport avec lui, comme, comment dites-vous cela? Quel est le mot? La séparation, comme …

ADAMUS: Vous savez ce que serait la meilleure chose pour lui?

ANNETTE: Non

ADAMUS: C’est que vous vous permettiez de faire réellement ce grand pas pour vous réaliser. Vous vous retenez. Vous dites que c’est parce que vous êtes responsable, mais c’est une excuse, et votre fils prend sur lui une énorme quantité de choses pour toute la famille, absorbant de nombreuses énergies, mais c’est aussi une énorme distraction. En vous permettant votre propre Réalisation – vous pouvez le faire avec ou sans lui, ce n’est pas le propos, mais ce serait un service formidable à lui rendre. Regardez ce qui se passera quand vous aurez vraiment dépassé certaines de ces peurs profondes et de ces craintes que vous avez. Regardez quelle différence cela fera pour lui.

ANNETTE: Oui, mais comment leur faire face ? Parce que je me sens libre maintenant, je …

ADAMUS: Libre de quoi? Libre, au sein du Pays du Bleu, de vous promener aussi loin que vous le voulez dans le bleu?

ANNETTE: Je me sens libre, comme, oui, je me sens libre comme si je comprenais que je suis partie prenante à la création du Pays du Bleu, et que maintenant je dois être celle qui le déconstruit.

ADAMUS: Exact.

ANNETTE: Et je dois me libérer des limitations créées par la peur.

ADAMUS: Ce sont des mots, mais je veux voir quelque chose de vrai dans votre vie, pas seulement des mots. Et je n’essaie pas …

ANNETTE: Non, je suis d’accord.

ADAMUS: Bien. Bien. Je vous remercie.

ANNETTE: Oui. Merci. J’apprécie cela.

ADAMUS: Alors, je veux que vous ressentiez vraiment cela, je veux dire, profondément, que ce soit ici ou après votre départ. Je perçois une énergie très particulière en vous, liée au fait d’avoir peur. C’est très facile pour les humains de rester superficiels en quelque sorte et de se dire: « Je n’ai pas peur. Regardez-moi. Ma vie va très bien. » Mais vous avez un fils qui est très malade. Vous portez beaucoup de responsabilités sur vos épaules. Vous n’avez jamais vraiment fait ce que vous aviez toujours voulu faire dans la vie – je veux dire, cela remonte à loin, du temps où vous aviez environ trois ou quatre ans et qu’il y avait des choses que vous vouliez faire et que vous avez gardées à l’intérieur de vous jusqu’à ce que vous ayez environ 12 ans – et ensuite vous ne les avez pas faites non plus.

 

ANNETTE: Ouais.

ADAMUS: Et alors vous êtes restée dans votre zone de sécurité, ce qui est compréhensible, mais il y a quelque chose en vous qui est en train de vous dire: « Je ne peux plus rester comme ça. Je ne peux plus rester dans cette zone de sécurité. » Et vous me dites que vous êtes libre et que tout va bien dans votre vie. Ce n’est pas vrai.

ANNETTE: Non, tout ne va pas bien.

ADAMUS: D’accord.

ANNETTE: Mais je me sens vraiment libre, comme – je suis responsable de la changer (ma vie) ou de la façon dont je crée ma vie à partir de maintenant. Donc, oui, ça ne va pas du tout.

ADAMUS: D’accord.

ANNETTE: Non, mais je choisis d’être heureuse dans ma vie maintenant.

ADAMUS: Combien d’enfants avez-vous?

ANNETTE: Quatre.

ADAMUS: Et quel âge ont les autres?

ANNETTE: Ils ont 14 ans et les jumeaux 13.

ADAMUS: Comment vont-ils?

ANNETTE: Pas très bien depuis le déménagement et après qu’ils aient vu leur grand frère devenir vraiment malade. Du genre: « Comment est-il possible de ne plus pouvoir parler? »

ADAMUS: Ouais.

ANNETTE: Ouais, et donc, ils sont vraiment en colère.

ADAMUS: Alors, je vais juste aller droit au …

ANNETTE: Oui, ils sont en colère, et ils sont en colère contre moi, parce que j’ai déménagé et … ouais.

ADAMUS: Ouais.

ANNETTE: Oui. Mais je ne pouvais pas rester dans cette situation à vivre avec lui et à vivre avec eux à cet endroit. C’était donc – je viens – comment voulez-vous – je me sentais suffoquer.

ADAMUS: Ouais, ouais.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Ouais. Et, vous le savez, cette suffocation …

ANNETTE: je devais faire quelque chose de radical pour changer ça, parce que je ne pouvais plus supporter ça.

ADAMUS: Et l’étouffement, la suffocation, c’est parfois quelque chose à laquelle vous vous habituez, je veux dire, parce que cela arrive souvent lentement au fil du temps. La suffocation, l’étouffement de votre passion, de la vie, de tout le reste, et c’est très lent à venir du genre, « Eh bien, non, je respire encore » mais pas beaucoup. Et vous êtes venue ici pour cela.

ANNETTE: Ouais, je sais.

ADAMUS: Et je partage cela avec vous en ce moment. Vous vous Réalisez et vous faites votre illumination pour vous-même, et vous tous également. Vous le faites pour vous-même. Et pour personne d’autre. Vous ne pouvez pas le faire pour quelqu’un d’autre, ça se retournerait contre vous. Mais il y a une énorme implication à cela, pour vos enfants, votre famille, parce qu’il y a un déséquilibre, un déséquilibre énergétique actuellement. Vos désirs et vos besoins; leurs besoins en tant qu’enfants. Ils ressentent ce que vous êtes vraiment venue faire ici dans cette vie et l’énorme déséquilibre énergétique que cela crée. Je suis en train de ressentir l’énergie de votre maison en ce moment.

ANNETTE: Oui, c’est vrai.

ADAMUS: Pas seulement du lieu physique, mais de votre famille entière. Et tout le monde est poli à ce sujet. Tout le monde est gentil à ce sujet, mais il y a un tel déséquilibre énergétique actuellement. Et en fin de compte, ce déséquilibre revient vers vous (se retourne contre vous), parce qu’ils ont compris, quand ils vous ont choisie comme mère, ils ont compris l’importance de cela dans votre vie. Ce sont vos plus grands fans et supporters, et actuellement ils sont déçus, parce que vous vivez petit. Vous vous êtes fermée en vous disant : « Non, tout va bien. » Ce n’est pas vrai, tout ne va pas bien. Ceci dit, je n’essaie pas de vous rendre la vie misérable …

ANNETTE: Mais c’est ce qu’elle va devenir.

ADAMUS: Quand? (allez-vous vous réaliser ?)

ANNETTE: Oui, bientôt.

ADAMUS: Non, quand? Bientôt.

ANNETTE: Ouais, ouais. Je sens que je suis comme …

ADAMUS: Non Non, pas du tout.

ANNETTE: Oh.

ADAMUS: Non, pas au rythme actuel, et c’est la raison pour laquelle vous êtes venue ici pour que nous puissions changer tout cela. Avec le schéma énergétique actuel dans lequel vous êtes, cela va se poursuivre pendant très, très, très longtemps.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Et vous ne le souhaitez pas.

ANNETTE: Oui. Comment puis-je briser cela alors?

ADAMUS: Vous l’avez fait en venant ici.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Vous l’avez fait en vous tenant debout ici …

ANNETTE: Ouais, ouais, ouais, ouais. Oui. Oui.

ADAMUS: … avec moi.

 

ANNETTE: Oui, j’ai suivi ma passion, mon permettre, parce que, en quelque sorte, c’est comme si j’avais été poussée à cela, par ma passion, parce que, oui, quel était l’intérêt (de venir ici) ?

ADAMUS: Quel était l’intérêt ?

ANNETTE: Oui, mais je ne me dis plus ça maintenant.

ADAMUS: Et vous utilisez …

ANNETTE: Et les gens chez moi pensent que je suis cinglée. Parce que vous savez, c’est le moment de la Confirmation de mon fils, dans le christianisme, quand les garçons atteignent leurs 14 ans.

ADAMUS: Oui.

ANNETTE: Alors, il va y avoir cette chose samedi, samedi prochain, et donc les gens m’ont dit: « Comment peux-tu être si irresponsable et prendre l’avion maintenant? »

ADAMUS: Ouais. Oh, bien sûr.

ANNETTE: Mais je ressentais juste que je le voulais vraiment, alors pourquoi ne l’aurais-je pas fait ?

ADAMUS: Et habituez-vous- à cette passion, qui vous dit simplement d’aller faire quelque chose alors que votre mental vous dit: « C’est stupide, et j’ai les enfants à la maison, sans compter les problèmes d’argent ! »

ANNETTE: Et pas seulement mon mental, mais toute la famille.

ADAMUS: Oui, bien. Tout le monde.

ANNETTE: Ouais, ouais. On m’a vraiment bien embêtée avec ça.

ADAMUS: Habituez-vous-y. Il n’y a pas de folie à cela. Pas du tout. Et cela peut sembler très étrange et inconfortable au début de se dire: « Je vais simplement partir au Colorado pour un week-end. Je ne sais pas pourquoi”.

ANNETTE: Juste trois jours. Trois jours.

ADAMUS: Ouais. « Trois jours, vous savez, le temps d’y aller et de revenir. Je ne sais pas pourquoi. » Je veux dire, tout cela est complètement fou, fou, fou. Et si vous le regardez du point de vue de l’humain, en surface, c’est complètement fou! Qu’est-ce qui ne va pas chez vous ?

ANNETTE: (rires) Oui.

ADAMUS: Mais si vous regardez ce qui se passe vraiment: vous êtes en train de suivre votre coeur. Vous saviez que vous aviez besoin d’être ici. Vous saviez que vous aviez besoin de vous faire botter les fesses, et ce n’était pas si méchant, n’est-ce pas?

ANNETTE: Non, non, non! Non, j’ai apprécié…

ADAMUS: De vous faire botter les fesses (rires).

ANNETTE: Oui, mais je … ouais! Ouais!

ADAMUS: Linda, voulez-vous bien lui apporter un bol de fruits, s’il vous plaît (plus de rires). Non, et je suis toujours étonné, parce que – et ce n’est pas la première fois que ça arrive – mais quelqu’un se lève et me dit: « Oh, ma vie est super. Tout va super bien pour moi. » Et je regarde l’énergie qui en émane: « C’est un désastre! Je veux dire, comment pouvez-vous … » Mais c’est un désastre qui va super bien. Du genre, « Ouais, mais, oh, la collision va très bien se passer. »

LINDA: Un peu de douceur pour vous (en lui tendant un bol de fruits).

ANNETTE: Merci! Je vous remercie. Ouais.

ADAMUS: Donc, le plus grand – et ce pourquoi vous êtes vraiment venue ici – c’est pour la clarté. Donc, le dragon vous a dit: « Bouge ton cul jusqu’au Colorado, » afin que vous puissiez avoir cette clarté. Pas d’excuses. Vous permettez votre Réalisation. Et cela ne signifie pas que vous deviez déménager ou faire quoi que ce soit d’autre, mais vous la permettez, parce que vous avez hésité comme une folle, en cherchant des justifications à cela. Vous êtes vraiment bonne à faire en sorte de – temporiser.

ANNETTE: Ouais, ouais, ouais.

ADAMUS: Vous permettez votre Réalisation, vous regardez ce qui se passe, d’abord avec vos enfants, et en particulier avec votre fils qui ressent vraiment cela actuellement. Je veux dire, il ressent que quelque chose est en train de se produire. Il sait que quelque chose est en train de se produire. Vous vérifierez avec lui plus tard et il se remettra à parler très bientôt.

ANNETTE: Mais j’ai eu peur d’abandonner mon …

ADAMUS: Oh, non. Vous n’avez pas eu peur.

ANNETTE: Oui, mais plus tôt, j’ai eu peur d’abandonner mes enfants.

ADAMUS: D’une certaine manière, vous l’avez fait. Vous l’avez déjà fait. En vous abandonnant vous-même et ce que vous êtes venue faire ici …

ANNETTE: Ouais, ouais, ouais. De cette façon.

ADAMUS: … dans cette vie, vous avez en quelque sorte abandonné vos enfants, et c’est la raison pour laquelle ils réagissent ainsi. C’est pourquoi ils sont devenus malades et c’est la raison pour laquelle il y a beaucoup de problèmes émotionnels en cours et ensuite, des tonnes de culpabilité pour vous. Mais, non, comme vous l’avez dit au début, vous n’avez pas peur. Tout va bien, non?

ANNETTE: Oui, mais ça n’a pas toujours été le cas. Mais je le sens maintenant.

ADAMUS: Vous le sentez maintenant.

ANNETTE: Ouais, ouais.

ADAMUS: D’accord. Je veux dire, pas seulement comme un lointain espoir pour le futur, « Peut-être que les choses iront mieux. » C’est un excellent moyen qu’ont les humains de se leurrer.

ANNETTE: Oui. Non, en fait, je ressentais dans mon cœur qu’à présent, ça marcherait.

ADAMUS: Alors, quelle est la chose la plus importante que je vous ai dite ?

ANNETTE: Maintenant?

ADAMUS: Mm hmm.

ANNETTE: Que … euh … (pause) … ouais.

ADAMUS: Ouais.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Prenons une respiration profonde, juste vous et moi.

 

Permettez votre êtreté (d’être ce que vous êtes). Permettez – comment l’appelez-vous déjà ?- votre Réalisation, et permettez-vous parce que vous ne l’avez pas fait, du fait que vous pensiez que vous deviez prendre soin de tout le monde.

ANNETTE: Ouais, ouais.

ADAMUS: Et, quoi, 5 ans de plus à prendre soin de votre famille, ce qui équivaut en fait à 50 ans environ, en vous disant: «Oh, moi ça attendra ». Mais pas du tout. Et vos enfants sont – ils vous aiment tant qu’ils ont pris sur eux de nombreux déséquilibres, parce qu’ils savent que vous êtes ici pour ça (votre Réalisation) et que vous ne le faites pas.

ANNETTE: D’accord.

ADAMUS: Vous ne le faites pas. Donc, la chose la plus importante que je vous dis, c’est simplement d’arrêter de reporter votre Réalisation ou de créer de la distraction. C’est la meilleure chose que vous puissiez faire pour vos enfants. Ne le faites pas pour vos enfants, mais c’est la meilleure chose que vous puissiez faire pour eux. Cela ne signifie pas que vous deviez les abandonner. Vous pouvez être plus proche d’eux que jamais. Cela ne signifie pas que tout à coup votre communauté va vous jeter. En fait, ils seront aveugles à ce que vous allez vraiment devenir, ou indifférents au mieux, parce qu’ils sont encore dans le Pays du Bleu, et que vous allez vous retrouver dans le Pays de l’Arc-En-Ciel D’accord?

ANNETTE: D’accord. Je vous remercie.

ADAMUS: Très bien. Quelle est la chose la plus importante que je vous ai dite aujourd’hui?

ANNETTE: De permettre ma Réalisation.

ADAMUS: Exactement.

ANNETTE: Et mon êtreté (d’être ce que je suis).

ADAMUS: Pas d’excuses. En aucune manière.

ANNETTE: Pas d’excuses.

ADAMUS: Ouais.

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Ouais.

ANNETTE: Puis-je avoir quelques conseils? (rire)

ADAMUS: Des conseils en ce qui concerne la façon de le faire?

ANNETTE: Ou pas seulement comment le faire, mais juste …

ADAMUS: Ouais. Oui, il y a un énorme conseil que je peux vous donner. Arrêtez d’avoir peur. Arrêtez d’avoir peur. Même si une part de vous vous dit: « Je ne suis pas, » vous l’êtes.

ANNETTE: De quoi ai-je peur?

ADAMUS: De ce qui va arriver ensuite. De la même chose que ce dont tout le monde ici dans cette salle a peur, de la même chose que tous ceux qui nous regardent en ligne – « Qu’est-ce qui va se passer ensuite? Vais-je y arriver ? » Et j’ai commencé ce Shoud en vous parlant de ces onze Shaumbra qui viennent juste de faire leur transition, et ce n’est pas vraiment d’une grande aide (Adamus glousse).

ANNETTE: Oui.

ADAMUS: Car ce n’est pas vraiment une bonne motivation! Mais c’est ce à quoi les choses se résument actuellement. Et il y a cette peur, « Vais-je atteindre ce point de Réalisation et simplement mourir? »

ANNETTE: Hm.

 

ADAMUS: Et c’est très séduisant, parce que vous regardez en arrière – vous êtes un peu comme, vous savez, en train de planer au-dessus de tout le panorama de votre vie – et c’est comme, « Bon sang! Est-ce que je veux vraiment revenir vers ces gens qui ne me comprennent pas, les enfants qui ont des problèmes, tout le reste dans la vie, est-ce que je veux vraiment revenir à ça? »

ANNETTE: Alors, les déséquilibres des enfants …

ADAMUS: Vous pensez trop. Vous pensez beaucouuuuuup trop.

ANNETTE: Oui, je sais cela. Oui, tout à fait.

ADAMUS: Oui, beaucoup trop.

ANNETTE: Mais je veux dire, donc les enfants sont …

ADAMUS: Prenez une profonde respiration (ils prennent une profonde inspiration). Ahh! La sagesse avant la force.

ANNETTE: Hmm?

ADAMUS: La sagesse.

ANNETTE: Oui, la sagesse avant la force. Ouais.

ADAMUS: La sagesse avant la force. Alors arrêtez de vous battre pour vous frayer un chemin. Vous êtes assez forte, c’est vrai, mais soyez sage maintenant. D’accord? Et je répondrai à votre question lorsque nous en arriverons à la partie suivante.

ANNETTE: D’accord.

ADAMUS: D’accord.

ANNETTE: Je vous remercie.

ADAMUS: Vous devez plutôt vous demander: « Que dois-je faire? »

ANNETTE: D’accord.

ADAMUS: Je vous remercie

ANNETTE: Oui. Je vous remercie.

ADAMUS: Et je vous remercie d’être venue ici. Il vous a fallu beaucoup de courage.

ANNETTE: Oui. Puis-je avoir un câlin?

ADAMUS: Plein ! (le public dit « Aww » et quelques applaudissements alors qu’Adamus la sert dans ses bras).

ANNETTE: Je vous remercie. J’apprécie vraiment cela. Merci beaucoup.

ADAMUS: Ah. Hm. D’accord, prenons une bonne et profonde respiration avec cela. Je pense que nous en avons terminé avec la séance des questions.

Oh! Ce que vous avez fait pour tout le monde était tout simplement magnifique (applaudissements du public). Et vous n’allez pas vous souvenir de tout. Non, donc revenez-y et écoutez-le ou regardez la vidéo plus tard. Mais c’était très courageux de votre part. C’est hors de votre comportement ordinaire de vous dire: « Je vais prendre l’avion, je ne sais pas pourquoi, et je vais aller au Colorado, je ne sais pas pourquoi, et espérons que quelque chose se passera. » Vous avez suivi votre coeur cette fois-ci, plutôt que ce que vous pensiez que vous deviez faire, plutôt que vos responsabilités, et vous avez été une bénédiction pour de nombreuses personnes.

ANNETTE: Je vous remercie.

ADAMUS: Je vous remercie. Prenons ensemble une respiration profonde avec cela. Ah!

L’une de mes choses préférées, c’est de parler des humains (Adamus rit) et en particulier lors de nos réunions, de nos ateliers et même aujourd’hui, et que quelqu’un me dise: «Non, tout va bien. C’est super et la vie est simplement merveilleuse, je vais…” (il fait la grimace) parce que je peux voir à travers tout ça (quelques rires). Et oui, pour vous, les nouveaux en ligne, je vais aussi venir vous rendre visite (plus de rires). Et mon intention n’est pas d’embarrasser quiconque. Mon intention c’est de vous dire: «Soyons simplement sincères à propos des choses » Donc, vous me laissez être votre dragon aujourd’hui, qui vous apporte de la clarté, et ce n’est pas toujours marrant. Parfois, c’est un peu stressant, mais…

ANNETTE: Je ne me sentais pas stressée. Ça me fait du bien.

ADAMUS: ça fait du bien.

ANNETTE: Oui, parce que …

ADAMUS: Vous en voulez encore ? (Adamus rit)

ANNETTE: S’il vous plaît (rires). Je suis totalement ouverte.

ADAMUS: Oui, vous l’étiez.

ANNETTE: Totalement prête à recevoir et à me permettre, parce que, vous savez, j’avais besoin de ça. Je vous suis donc simplement reconnaissante d’avoir pris de votre temps dans ce Shoud pour le partager avec moi.

ADAMUS: Oh, c’était important pour tout le monde.

Prenons une bonne et profonde respiration.

Donc je vous ai posé la question: « Que feriez-vous si vous n’aviez rien d’autre à faire? », c’était un peu comme quand je vous répète tout le temps, vous savez : cher humain, arrête de travailler sur ta Réalisation. Ce n’est pas à toi de décider. Tu n’es même pas celui qui l’a souhaitée. Tu voulais juste continuer à vivre ta vie en ayant plus d’expériences, l’une après l’autre, un peu comme une machine à expériences perpétuelles (une personne rit). Je pensais que c’était drôle. J’ai une personne qui rit ici (quelques rires). Vous savez, comme une machine à mouvement perpétuel, mais pour vous, il s’agissait simplement de vivre et d’avoir plus d’expériences et ensuite de vivre l’expérience de ce que c’est qu’être spirituel, et ensuite l’expérience de vivre une autre vie en étant un être spirituel. Mais quelque chose a changé dans cette vie-ci. C’’est la vie de votre Réalisation. Point barre. C’est tout. C’est tout.

Alors je vous le dis: « Qu’êtes-vous censé faire si vous n’êtes pas censé faire quoi que ce soit d’autre? » Simplement glander avec Sart sur la plage à ne rien faire? Voyager? Vous impliquer dans la technologie? Bien sûr, tout ceci, et pourquoi pas ça…

 

…votre mission

Rappelez-vous, il y a quelques Shouds de cela, je vous ai dit que nous avions ce grand débat au Club des Maîtres Ascensionnés sur la liberté versus la passion ou une mission à faire quelque chose, et je dirais que probablement 80 pour cent des Shaumbra désiraient soit la « liberté » ou la « liberté et » – ils voulaient tous les deux. Très, très peu souhaitaient la passion. Et je pensais que c’était une bonne grosse blague, parce que c’est l’une des choses qui vous manquent tellement actuellement, la passion. Et nombre d’entre vous s’ennuient tout simplement. Mais dans cet ennui, vous êtes aussi terriblement effrayés d’aller au niveau suivant. Vous attendez quelque chose – vous êtes en attente d’une météorite qui traverse le ciel, vous frappe à la tête et vous propulse dans votre Réalisation. Et vous vous ennuyez atrocement actuellement. Et, bon sang, je serais dans le même cas aussi.

Et je voulais attendre ce Shoud pour vous dire ce qu’il en est vraiment actuellement de votre massion, à quoi elle correspond vraiment. A-t-elle un rapport avec la liberté? Non, pas tellement. Qu’est-ce que la liberté de toute façon? Vous n’aurez pas de liberté tant que vous n’aurez pas réorienté votre relation à l’énergie. Tant que vous n’aurez pas cette nouvelle relation à l’énergie, vous n’aurez pas de liberté. C’est un objectif noble et ambitieux et c’est un joli mot qui fait le buzz chez les Shaumbra, qu’ils aiment utiliser : «Liberté, liberté, liberté», mais vous n’en avez pas tant que ça pour le moment. Pas tant que ça.

Tout d’abord, vous ne sauriez pas quoi faire avec si vous en aviez. Je suis désolé de vous offenser vous tous, mais vous ne sauriez tout simplement pas quoi faire avec. Ce serait trop submergeant actuellement pour votre système d’avoir une réelle liberté. Et vous pensez: « Eh bien, avec la liberté, n’est-ce pas, je peux être en mesure de sauter dans un avion et d’aller au Colorado pour le week-end si je veux. » Eh, la liberté – la liberté c’est de vivre sans ce corps physique qui vous restreint, sans tous ces vieux aspects datés, sans toute cette vieille crasse, sans rien de cela, sans jamais avoir à se soucier de l’argent. C’est ça la vraie liberté, et en fin de compte, oui, c’est là que nous allons. Mais actuellement, il s’agit en fait de votre massion.

Je vais déplacer ceci (la table), afin de ne pas – je veux pouvoir aller et venir, et je sais que Cauldre veut continuer à manger, mais moi je veux pouvoir passer.

Donc, actuellement, il est question de votre massion. Qu’est-ce que vous êtes censés faire si vous n’êtes pas censés faire quoi que ce soit d’autre? Eh bien, tout d’abord, cher humain, ce que tu es censé faire c’est dégager du chemin, et laisser tout cela se produire. Et cher humain, en même temps, il est temps de vraiment ressentir la massion, la passion, dans tout cela – oui, c’est une sorte de mission. Ce n’est pas comme si tout était contrôlé et scénarisé ou quelque chose comme ça, mais il y a une passion qui est là, et nous l’avons touchée du doigt dans notre dernier Shoud.

Nous avons parlé de têtes brûlées, qui est le terme que j’utilise pour parler de ces Atlantes qui ont commencé à travailler avec les cristaux, l’énergie, tout cela dans le but de normaliser le corps humain et son cerveau, mais dont le travail a finalement conduit à l’édification du Pays du Bleu, et à se retrouver piégés en particulier dans le mental – et aussi dans le corps, mais surtout dans le mental – altérant finalement ce qu’on appellera ensuite l’ADN, en rendant la limitation acceptable en quelque sorte. Et en créant, grâce à tout ce travail intense avec les cristaux – oh, nous en avons parlé à la retraite Ahmyo récemment sur l’île. Nous sommes allés dans tout ceci très, très en profondeur. Il y a d’ailleurs eu 22 Shaumbra qui ont été profondément touchés par cela, par le travail que nous avons fait et cela a préparé ce que nous faisons aujourd’hui, au passage.

Le travail qui a été fait là-bas n’avait rien de sinistre ou de mauvais. Il a été fait pour de bonnes raisons, mais il a en quelque sorte mal tourné, à certains égards. D’une certaine façon, on ne peut pas dire que ça a mal tourné; c’était juste une énorme expérience, mais qui a conduit à une énorme limitation – une limitation du corps, une limitation du mental – une limitation énorme.

Et je vous l’ai dit lors de notre dernière réunion, « Vous étiez des têtes brûlées. » Il y a eu un bruit, un bruit très particulier lorsque les “casques à boulons” sont apparus. Et les casques à boulons ne ressemblaient pas à ceux-là (en référence aux perruques de “têtes brûlées » de Gary et de Tad). Ceux-là ressemblent à des accessoires de fête ou à un nid d’oiseau posé sur votre tête (quelques rires). Je ne sais pas de quel oiseau, mais probablement un nid de gros oiseau. Mais ces casques à boulons étaient une combinaison de cristaux et de métal, et ils étaient réglés de telle sorte que quand on les mettait sur la tête et qu’ensuite on entrait dans l’une des chambres pour … vous savez, c’était un peu comme… je regarde toujours ça maintenant, parce que je suis intrigué par… – comment appelez-vous ça de vos jours ? –  la chirurgie esthétique, tous ces trucs que les gens se font sur le corps, qui n’est pas quelque chose de grandiose. Mais à l’époque tout le monde portait ces casques à boulons, parce que les gens voulaient être comme tout le monde. C’était la chose à faire. C’était la mode de l’époque que de se mettre ces casques à boulons. Et finalement, ça a conduit tout le monde à se retrouver en fait pris au piège dans le cerveau, dans le mental. Et ensuite, le mental s’est retrouvé si bien programmé en un sens, que le mental vous a retenus dans le mental, et n’a plus voulu vous laisser sortir du mental. Et alors il y a quelque chose à l’intérieur de vous qui s’est réveillé et a dit: « Je dois sortir de ce mental », mais vous utilisez le mental pour sortir de votre mental, et donc ça ne marche pas.

Il y a eu un bruit qui s’est produit lorsque ces casques à boulons ont été posés sur vos têtes. Et, non, moi je n’en ai jamais porté. Jamais. Mais j’en ai vus beaucoup en porter. Je n’en ai jamais porté, parce que j’étais un petit garçon esclave. Non, c’est vrai (quelques rires). Il y a des gens qui se moquent dans le public. Non non. Je n’étais pas digne de porter un casque à boulons. Non, il était seulement porté par l’élite – vous. Uniquement porté par l’élite. Non, moi j’étais un petit garçon esclave, donc je n’en ai jamais eu un et probablement que ça a été une bonne chose, sinon je serais probablement assis dans le public avec vous en ce moment, plutôt que d’être ici sur cette belle chaise (plus de rires).

Vous savez, je vais vous raconter une petite histoire là.

 

LINDA: Non!

ADAMUS: Non, non. Elle est vraiment bien. Alors, je regardais tout ceci se produire et je courais partout pour vous apporter des bols de fruits et de l’eau, n’est-ce pas, comme quand vous allez au spa et qu’on répond à vos moindres demandes, et qu’on vous met ces bandeaux sur la tête et qu’on vous masse. Alors là, on vous plaçait dans une chambre. Je regardais tout cela en me disant, « Eh bien, je ne suis pas digne d’avoir ça. Je suis juste un petit garçon esclave. Je ne suis pas digne de tout cela. » Et alors, à ce moment-là, j’ai en quelque sorte pigé (eu une révélation) et j’ai réalisé: « Un jour ils feront appel à moi pour leur enlever toute cette merde de la tête. »(Rires) Non , vraiment. C’est la pensée exacte que j’ai eue. Nous n’utilisions pas le mot « merde » à l’époque, mais il y avait des équivalents. « Un jour, ils feront appel à moi pour leur sortir toute cette merde de leur tête, et n’est-ce pas, ce sera en quelque sorte un retour de karma » (Adamus glousse). Je ris. Il semble que ça a été le cas… et nous revoilà ici !

Donc, il y avait ce bruit quand vous entriez dans la chambre, et je détesterais presque vous le faire partager, parce que vous pourriez l’avoir dans la tête pendant un certain temps. Non, on ne va pas le jouer ou quoi que ce soit, vous pouvez juste le ressentir. C’était comme un bruit de percussion. Du style, « Bam! Bam! Bam! » Comme ça, mais très, très fort, très fort, quand vous étiez dans la chambre. En fait, si vous n’aviez pas le casque à boulons sur la tête, il n’y avait pas de son du tout. Mais si vous aviez cette chose, on entendait ce bruit « Bang! », comme un « Bang! » fracassant. C’était les impulsions de l’énergie entrant dans votre mental et y entrant si profondément qu’à la fin, cela a conduit toutes les générations qui sont venues après ça, toute votre descendance et la descendance de votre descendance et, finalement, tous les humains ayant cette conformité, à vivre dans cette limitation, ce Pays du Bleu, à vivre dans le mental, et au début à essayer, à certains moments, à essayer de sortir du mental. Mais tout cela a échoué, le fait d’utiliser le mental pour essayer de sortir du mental a échoué… Parce que ça ne fonctionne pas. Ça vous fait seulement creuser encore plus profond dans le mental. Il doit bien pourtant y avoir quelque chose qui se produise au-delà du mental, quelque chose qui se produise et qui brise le schéma.

Donc vous êtes parmi les premiers à être passés par cela. Vous savez, nous avons toujours – je ne sais pas si vous vous êtes demandé un jour, mais d’autres l’ont fait – Pourquoi ce groupe? Qu’est-ce qui nous a réunis ? C’est un groupe international. Je veux dire, il n’y a pas seulement un ou deux pays. Qu’est-ce qui nous a réunis tous ensemble? Vous avez déjà entendu l’histoire, nous étions ensemble du temps de Yeshua. Mais, vous savez, ça en soi n’est pas un lien suffisant pour vous maintenir tous ensemble aussi longtemps. Il y avait en plus cette chose que vous partagiez d’être – à l’époque de l’Atlantide – partie prenante au développement et à l’utilisation et l’application de cette technologie.

Maintenant, ça ne signifie pas que vous deviez vous sentir coupables de ça ou de quoi que ce soit d’autre aujourd’hui. Ce n’est pas un karma, alors ne le prenez pas comme ça. Ça n’a même pas nécessairement été une mauvaise chose, parce qu’à l’époque, c’était là où en était la conscience. A l’époque, on ne parlait que dans le style :« Unifions tout cela, créons l’Unité. Faisons ce truc New Age en permanence. Nous sommes tous Un. Donnons-nous le même look, la même apparence, agissons de la même manière et pensons la même chose. » Voilà pourquoi je suis opposé, fermement opposé à tout ce mouvement de « retour à l’unité”. C’est un tas de conneries atlantes et je n’ai à cet égard aucune tolérance de quoi que ce soit, parce que vous êtes des êtres souverains qui ne sont redevables de rien, et à personne.

Et nous voilà ici avec tout ce… – là où nous en sommes actuellement, nous nous regroupons (nous nous retrouvons), nous sommes dans ce moment où tout jaillit (tout est libéré), tout émerge, le fait d’aller au-delà du Pays du Bleu… Et une part de toute la dynamique qui se produit actuellement a à voir, en un sens, avec cette chose que de nombreux Shaumbra font en ce moment, quand ils disent: « Je vais bien. Tout va bien pour moi et tout va bien se passer pour moi sur mon chemin. » C’est délirant, totalement déconnecté de la réalité. Peut-être que votre vie pourrait s’améliorer un peu. Mais vous savez, sans l’ombre d’un doute – sans aucun doute à cela – qu’il y a quelque chose de plus là. Il y a quelque chose qui est en train de se passer. Vous savez sans l’ombre d’un doute qu’il est temps que cette chose, qui est la massion, fasse éclater la vérité. C’est la massion. Et vous pourriez dire que c’est à cause de cette vieille histoire Atlante, des cristaux et de la conformité et tout le reste. C’est une vieille histoire Atlante.

Il y a quelques temps de cela – je reviens en arrière, dit Cauldre – il y a quelques temps de cela, je vous avais parlé des grottes de cristal. Vous vous souvenez de ça ? Les grottes de cristal. Nous avions fait, je crois, un merabh ou quelque chose comme ça. J’avais été un peu déçu, et je voudrais que vous diffusiez ce merhab gratuitement, je m’en fiche (qu’il soit payant ou gratuit). Quatre-vingt dix pour cent des Shaumbra qui étaient allés dans ces grottes (via le merhab) étaient des chasseurs de trésor. Ils y étaient allés parce qu’ils voulaient devenir riches, et vous savez ce qu’il y avait dans ces grottes de cristal? C’était le rappel de toute votre passion pour défaire ce qui avait été fait à l’époque. C’est tout. Les grottes de cristal, qui sont très, très réelles au passage, ce qu’il y a à l’intérieur, c’est la passion. Et tant de Shaumbra y sont allés à la recherche d’or et d’argent et, « Pourquoi ne suis-je pas devenu riche après ma visite là-bas? » Ils étaient passé à côté de l’essentiel. Ils avaient été distraits. Ce qu’il y avait là-bas, c’était le rappel de votre massion dans cette vie. Votre mission, appelons-ça comme ça. * Cliquez ici pour plus d’informations sur DreamWalk au Crystal Caves

La liberté? Vous n’en avez pas tant que ça actuellement, parce que vous avez quelque chose de plus important dans votre cœur, dans votre ressenti, qu’il vous faut être là. Donc, j’ai commencé ce Shoud en vous disant: « Que feriez-vous si vous n’aviez rien d’autre à faire ? » Dit autrement, humain, dégage du chemin nom de nom ! Permets à tout cela de se produire. Mais je modifierais un peu cela en vous disant maintenant qu’il est temps de libérer votre massion. Votre mission en étant ici sur cette planète, à ce moment précis, est de vous libérer de ce casque à boulons de cristal, de vous extraire du Pays du Bleu. C’est ça la passion. C’est ce qui vous donnera des raisons de vous réveiller le matin. Vous verrez, au fur et à mesure que vous permettrez votre massion, comment l’énergie change tout autour de vous.

Vous avez peur de cette massion. Vous pouvez peut-être y penser, mais vous préférez vous dire: « Non, gagnons notre liberté. » Il n’y en aura pas tant que nous ne nous serons pas occupés de la raison pour laquelle vous êtes venus sur cette planète, dans cette vie-ci au Temps des Machines. Vous n’aurez pas cette liberté tant que nous n’aurons pas passé cette étape. La Réalisation, oui, mais je parle de rester sur la planète en tant qu’être humain. Et comme je l’ai dit à ces onze Shaumbra l’autre nuit, je leur ai dit: « Vous n’avez pas laissé votre massion – votre mission, votre passion – émerger » Et nous avons eu une longue conversation à ce sujet, une longue conversation, et ils m’ont dit « Oh, non, non . Non, vraiment. J’ai laissé émerger ma passion. » Je leur ai répondu un truc du genre ne me dites pas de conneries. Je suis Adamus Saint Germain. Je peux voir à travers ce que vous me dites. Ne me dites pas que vous n’avez pas peur alors que je vois bien que vous avez peur. Ne me dites pas que tout va bien, alors que je ne vois rien d’autre en vous que du tourment.

Alors, actuellement, la liberté? Elle viendra. Ne vous inquiétez pas à ce sujet. Mais à présent il est temps de ramener à vous cette massion, ce pourquoi vous êtes venus sur Terre, pourquoi vous traversez d’aussi incroyables défis (épreuves) dans votre vie, pourquoi parfois vous avez l’impression d’être noyés sous des problèmes insurmontables que vous n’arrivez pas à dépasser, pourquoi vous en faites l’expérience alors même que vous voulez vous libérer, et alors que vous ne faites que vous y enfoncer toujours plus. Cela fait partie de l’expérience de revenir à quelque chose qui dit que : « D’accord, voici ce qui a été fait, et voici maintenant le groupe qui va en sortir »

Nous allons faire un merabh dans un instant, mais je voudrais que vous ressentiez vraiment cela. Prenez tout ce dont nous avons parlé et dont Tobias a parlé durant les dernières – combien d’années déjà ?- 20 ans ou plus, et tout aboutira à cette conclusion très simple: Vous êtes venus ici pour briser un vieux modèle, d’abord pour vous-même et ensuite pour les autres. Êtes-vous prêts à cela? Non, vous avez peur de cela, et j’aurais peur moi aussi, parce que ça changera tout.

La planète est-elle prête pour cela? Cela n’a pas d’importance actuellement, ce n’est pas ce qui importe. Mais au moins, alors que vous êtes en train de vous extirper de ce vieux programme de casque à boulons, cela va créer des potentiels pour les autres, comme les quelques nouveaux qui sont encore avec nous à nous regarder en ligne; cela va créer des potentiels pour qu’eux aussi le fassent, y participent.

 

Que se passera-t-il après

Dans les prochains deux mois, plutôt dans les 45 jours à venir, vous allez traverser des expériences dans votre vie pour lesquelles vous vous sentirez appelés à les vivre – un peu comme vous (Annette) qui êtes venue ici, vous avez été appelée à faire cela. Vous allez tous avoir ce genre d’expériences, pas comme celle-ci, mais vous aurez quelque chose dans votre vie qui viendra; disons simplement que le dragon contribue à faciliter cela et pas avec l’intention de vous porter préjudice ou de vous faire du mal ou quoi que ce soit, mais pour faire remonter certaines peurs, certaines craintes ou frayeurs, des choses à vous.

Le seul but étant pour vous d’aller à présent au-delà du mental, et ce faisant, de ressentir que vous devenez cinglé, comme si vous tombiez en chute libre et que vous ne saviez pas si vous allez vous écraser sur le sol ou apprendre à voler. Vous allez vivre des expériences très étranges. Je n’aurai aucune part là-dedans. Le dragon non plus. C’est vous qui le créerez dans votre vie. Notre conversation d’aujourd’hui était très importante, pour échauffer tout le monde à propos de ce qui va arriver ensuite dans votre vie.

Vous savez comment parfois vous avez l’impression de perdre, de perdre tout sens de la réalité, tout devient désorienté, vous pourriez même le ressentir physiquement dans votre corps, ce que beaucoup d’entre vous vivent actuellement. Vous savez comment parfois vous avez l’impression de perdre la main sur les choses, et de ne plus pouvoir rien saisir et ce que vous faites, parce que vous êtes très forts, c’est que vous tenez (ou retenez) les choses encore plus. Ne le faites pas cette fois-ci. Ça sera très effrayant pour certains d’entre vous, mais ne retenez rien. N’essayez pas de revenir dans la boîte. N’utilisez pas ces affirmations bleues. En d’autres termes, n’essayez pas de revenir à la 3D, de revenir dans votre cerveau. Cette expérience qui arrive est quelque chose dont vous pourriez dire que le Maître l’a magistralement planifiée, préparée pour vous, préparée avec toute sa sagesse pour vous aider à vous sortir, vous extirper du mental.

Le mental est une chose très compliquée, et vous le savez, parce que vous avez contribué à le programmer. Et le mental est une chose très limitée. Il vous dira que tout est bien quand en vérité vous savez que ce n’est pas le cas. Et il fera tout pour faire que vous repoussiez tout jusqu’au lendemain s’il le peut.

Alors, que va-t-il se passer au long des prochains, je vais dire 45 jours, peut-être des 60 prochains jours dans votre vie; vous allez vivre des expériences différentes chacun de vous. Et ne me dites pas, aucun d’entre vous, ou n’essayez pas de poster des messages sur les réseaux sociaux pour me dire que vous avez vécu ça la semaine dernière ou le mois dernier, parce que ce serait du makyo absolu. Ce serait comme si vous essayiez de mettre un coup de projecteur sur quelque chose qui ne concerne pas les projecteurs. Aucun d’entre vous, aucun d’entre vous n’a connu ça encore, et j’ai participé à assurer que ça ne vous soit pas arrivé encore.

Dans les prochains 45 à 60 jours quelque chose va se présenter, et ce pourrait être un rêve étrange que vous n’avez jamais fait, et qui va vous remuer de l’intérieur (vous mettre sens dessus dessous). Ce pourrait être une expérience dans le monde extérieur, peut-être une situation de santé, peut-être que tout d’un coup, tout à coup vous aurez l’impression qu’on vous retire le tapis sous vos pieds. Cette fois-ci ne vous accrochez à rien. Laissez faire.

Et rappelez-vous ce que je vous ai dit avant: la sagesse éclipse la force. Et rappelez-vous ceci lorsque cette chose va arriver dans votre vie. Ce n’est pas une force extérieure, bien qu’elle va vous sembler l’être. Elle n’est pas là pour vous causer aucun dommage ou préjudice quel qu’il soit, bien que l’humain pensera que c’est le cas. Elle est là pour vous aider à vous libérer – vous libérer du mental même que vous avez participé à programmer à l’époque.

Prenons une bonne et profonde respiration avec cela, et que diriez-vous de mettre de la musique et de faire un merabh pour réunir tout cela.

(la musique commence)

 

Retour dans les Grottes de Cristal Caves – Merabh

Il y a une énorme massion, votre mission – et nous allons simplement l’appeler ainsi, c’est votre mission dans cette vie-ci – et elle se rattache entièrement au fait d’en arriver à la Réalisation. Elle a tout à voir avec votre dernière vie sur la planète. Tout à voir avec le Temps des Machines, si vous voulez bien le regarder dans toute sa perfection et sa beauté.

Il y a une énorme passion pour défaire ce qui a été fait il y a très longtemps, pour vous libérer du mental, pour permettre votre Réalisation, et vous savez, vous ne pouvez pas rester dans le mental. Vous ne pouvez pas rester confinés dans le mental alors que vous allez vous réaliser. Ça ne fonctionnera tout simplement pas.

Vous ne pouvez pas utiliser l’ancienne façon de faire face à l’énergie. Ça ne fonctionnera tout simplement pas.

Les onze Shaumbra qui sont venus me voir récemment, m’ont dit : « Dis-leur de laisser leur massion apparaitre, émerger, de ne plus en avoir peur, de ne pas être distraits, » et je leur ai dit, oui, distraits par des choses comme la liberté.

La liberté est une de ces choses insaisissables jusqu’à ce que vous ayez vraiment fait ce pourquoi vous êtes venus ici. Je ne dis pas que vous êtes pris au piège. Je dis que la massion vient avant la liberté. Oh, elle vous apportera finalement la liberté.

Pour moi, parfois la liberté et l’alchimie sont des sortes de grandes distractions. Nous utilisions l’alchimie, il y a des centaines d’années de cela, pour faire dégager les vampires spirituels de notre chemin. Nous leur disions : « Regardez! C’est par ici! Par ici! Vous pouvez transformer une pierre en or. Vous devez juste rester devant ce feu, le garder en l’attisant constamment, en continuant à mettre des pierres là-dedans et à le surveiller, et ça va se transformer en or. » Ce n’est pas ce qui se produisait, au passage, mais c’était une grande distraction pour les chasseurs de trésor, et pour les sortir de notre chemin.

Actuellement, il est temps de laisser la massion émerger. Et c’est le moment pour chacun d’entre vous de revenir visiter les grottes de cristal, mais à présent en tant qu’êtres matures, des êtres sages, et pas seulement des êtres qui tentent cette petite magie alchimique, en cherchant la richesse.

J’avais été vraiment très déçu, je dois le dire, par le nombre de Shaumbra qui étaient allés dans les grottes de cristal parce qu’ils voulaient juste récupérer un trésor. Pas tous, mais certains. Trop.

Revenons-y à présent et voyons ce qui vous attend vraiment.

Prenons une grande respiration et allons-y ensemble en tant que groupe, vous tous, nous tous.

Rassemblons-nous tous ensemble et ressentez le lien commun que vous avez tous, en tant que têtes brûlées, Atlantes.

À l’époque, je crois que vous auriez appelé ça de la « science pour le bien de l’humanité. » Mais c’était un peu téméraire, un peu osé, mais une sacrée expérience, hein? Une sacrée expérience.

Revenons-y à présent avec ce lien commun que vous partagez tous.

Il y a une grotte de cristal en particulier, où je veux vous emmener aujourd’hui.

Allons-y. Vous pouvez juste flotter au-dessus en quelque sorte, vous savez.

Alors que nous entrons dans cette grotte de cristal, oh, il y a une telle beauté.

Je trouve, et tant de Shaumbra avec moi, que les grottes développent une sorte de fascination étrange. Vous avez vécu sous Terre pendant longtemps après la chute de l’Atlantide et en fait, il y a quelque chose de beau et de réconfortant dans ces grottes. Mais une chose à leur sujet c’est qu’elles ont vraiment tendance à vous confiner. Elles sont vraiment étroites. N’était-ce pas très approprié (très à propos) après l’Atlantide, qui travaillait sur les limites du corps et du mental, que de vivre dans une grotte pendant tant et tant et tant de vies? Ça a en quelque sorte permis d’ancrer le travail de conformité / conformation qui avait été réalisé.

Allons dans les grottes à présent. Et je vous supplie de vous laisser imaginer à présent, laissez-vous rêver, laissez-vous – non, ne retenez plus rien en doutant ou en vous demandant ce que les autres vont penser.

Plus de retenue. Il ne peut plus y en avoir, et vous aurez cette expérience dans les prochains, oh, disons, 45 à 60 jours. Ça vous sautera juste au visage. Mais ne revenez pas en arrière, ne retenez rien.

Vous avez une telle connaissance intérieure, une telle connaissance intérieure, mais elle a été complètement recouverte, retenue. Ça suffit. Nous ne pouvons tout simplement plus faire ça. Plus de retenue. Je me fiche de savoir si les gens vont penser que vous êtes bizarre. Ça n’a pas d’importance.

Entrons dans les grottes de cristal maintenant et ressentez vraiment ce qu’il y a ici.

Pour l’humain, elles diraient: « Regardez ces magnifiques cristaux. Je parie qu’ils valent une fortune” .

Ce qui est là en réalité, c’est un rappel, un rappel de la beauté de cette planète. Elle a été ensemencée avec le cristal ou l’énergie Christos, un pur cristal, non seulement de pierres, mais de pur cristal.

Et ce qui est là dans les grottes, eh bien, c’est aussi le rappel (la mémoire) de ces êtres angéliques qui ont ensemencé cette planète les premiers avec les cristaux, avec l’énergie.

Laissez-vous vraiment ressentir cela. Ne retenez rien. Ne faites pas cette chose de filtrer vos pensées.

Ce qui est ici dans ces grottes de cristal est une énergie vivante.

Ce qui est ici est le potentiel de la Nouvelle Energie. Le potentiel pour que vous utilisiez l’énergie d’une manière différente, et comme quelqu’un l’a dit, on ne comprendra jamais ce qu’il y a vraiment ici, on ne comprendra jamais vraiment ces grottes de cristal tant qu’on ne sera pas prêt à comprendre que l’énergie peut être utilisée très, très différemment sur cette planète.

Et le cœur de tout cela, le coeur de cette compréhension authentique est là. Il n’est pas question de la valeur des pierres précieuses qui sont là.

Ici réside le potentiel de la Nouvelle Energie, le potentiel de laisser l’énergie vous servir à présent, à présent que vous êtes un Maître, un être sage. Voilà ce qui est là.

(pause)

 

Et ce qui est là est le rappel aussi de l’Atlantide, de l’énergie de cet état de pur cristal, qui a pu altérer (modifier) le mental et le corps pendant si longtemps. Cela a créé un effet hypnotique.

Vous voyez, les cristaux sont une énergie très claire. Je ne vous parle pas seulement d’un cristal physique, mais de l’essence, de la clarté du Christos.

Donc, il y a le rappel des casques à boulons Atlantes, et de toute, eh bien, c’était tout simplement de l’hypnose. C’est tout ce que c’était. Elle a si profondément hypnotisé le mental et le corps. Mais ici, il y a aussi la libération de cette hypnose.

Ici il y a le retour vers le vrai Christos, la véritable claire énergie, celle que certains appellent l’énergie de la semence du Christ.

C’est ici que votre potentiel pour votre nouvelle relation à l’énergie est ancré dans la Terre, ancré à la réalité physique.

Au cours des deux prochains mois, vous allez vivre une expérience dans votre vie, quelque chose vous amènera au-delà du mental, au-delà de l’hypnose, et pour certains, ça sera très inconfortable, peut-être même effrayant. Et vous allez essayer de vous accrocher à votre chère petite vie, d’utiliser toute votre force, votre volonté, votre détermination.

Mais quand vous traverserez cela dans votre vie, n’oubliez pas que c’est vraiment dans le seul but de faire une percée, de briser la barrière du mental, de vous extirper du bleu, vous sortir de toutes les nombreuses et vieilles excuses et justifications, extirper la peur d’être humain, et la peur de l’humain d’aller vers la Réalisation..

Lorsque cette expérience arrivera – elle sera différente pour chacun de vous – quand elle arrivera, prenez une profonde respiration et souvenez-vous d’être venus ici, d’être revenus ici dans les grottes de cristal. Et ne vous souvenez pas de revenir ici, ne pensez pas juste à cela parce que vous essayez d’obtenir un trésor ou un peu d’argent ou quelque chose comme ça. Ne venez pas ici pour être un vampire énergétique.

Venez ici pour la clarté, et pour un rappel.

Vous venez ici pour vous souvenir de votre massion, de pourquoi vous êtes venus ici, pourquoi vous avez choisi cette vie-ci, ce que signifie votre cheminement tout entier. Et, vous le savez, le mental a une merveilleuse façon d’embrouiller tout cela et de l’enterrer et tout le reste. Mais à présent, il est temps pour votre massion – votre mission, votre passion – de revenir.

Vous êtes ceux que j’appelle les têtes brûlées, ceux-là mêmes qui ont en quelque sorte initié le développement de toute cette technologie du casque à boulons. C’est pourquoi vous êtes ceux qui ont choisi de revenir vivre cela pour être les premiers à vous en extirper.

Ici, dans les grottes de cristal permettez-vous de ressentir cette passion.

J’ai posé la question aujourd’hui, « Qu’est-ce que vous seriez censés faire si vous n’étiez pas censés faire autre chose? » Laisser-vous ressentir cette passion une fois de plus.

Plus besoin de la fuir. Plus besoin de se cacher de cette passion. Ressentir cette passion, se rappeler la raison précise pour laquelle vous êtes revenus dans cette vie-ci, se rappeler ce qui est vraiment important. Toutes ces autres petites choses à propos desquelles vous passez vos journées à vous inquiéter, elles ne sont pas importantes. Vraiment pas. Cette massion, cette raison de votre incarnation en cette vie, elle est ici même.

Les onze Shaumbra avec qui j’ai discuté l’autre jour m’ont dit: « Si seulement je m’étais permis de me souvenir. » Ils m’ont dit: « Adamus, voudrais-tu s’il te plait, s’il te plait, dire ceci aux Shaumbra. Voudrais-tu bien leur faire savoir, stp, que s’ils choisissent de rester ici dans leur corps en tant que Maitres réalisés, que cette passion va arriver, que les jours d’ennui pour eux sont terminés à présent, les jours de questionnement pour savoir pourquoi ils resteraient, les jours empreints de ce brouillard bleu-gris autour de tout. Pourrais-tu leur rappeler cela, cette raison pour laquelle ils sont là” .

Et pour le mental, cela peut sembler incroyable, exagéré, pompeux. Et au mental je dis: « Va te faire foutre. » (Quelques petits rires) Non, vraiment, c’est vraiment cela que je veux lui signifier. Va te faire foutre, ou tout ce que vous voudrez dire. Eh, nous venons de perdre encore quelques nouveaux (plus de rires étouffés).

 

Au mental, je dis: « Ferme-là. » Ce n’est pas pompeux. Ce n’est pas une histoire inventée, rien d’autre que le retour enfin à la vérité et à la clarté. C’est tout.

N’est-il pas amusant de voir comment le mental cherche toujours à tout minimiser? En vous disant: « Oh, ça ne peut pas être vrai. »

Vous allez vivre une expérience dans les prochains 45 à 60 jours qui va vous paraitre tellement incroyable, au-delà de tout, infondée, irréelle, fantaisiste, presque horrible par certains côtés, un peu de tout, et toute cette expérience aura pour objet de sortir du mental. Et la chose clé que je tiens à souligner … (le téléphone de quelqu’un commence à sonner) Il en faut toujours un (quelques rires). C’est si facile de se laisser distraire, vraiment. Ne le faites pas.

Prenons ensemble une respiration profonde tous ensemble, chers Shaumbra.

Pompeux ? Non, pas du tout. Exagéré? Heh, pas du tout. Ne revenez pas en arrière.

Prenons une bonne respiration profonde tous ensemble et ressentez une fois encore la beauté de ces grottes de cristal.

Il y a là tout le potentiel de votre nouvelle relation à l’énergie. Les cristaux et l’énergie sur cette planète, ce sont un peu des synonymes, ce sont des choses similaires.

Il y a là le rappel de votre passion dans cette vie-ci. C’est là où vous viendrez quand, eh bien, quand cette chose vous tombera dessus, quoi qu’elle puisse être.

Et ce que je voulais vous dire précédemment, c’est que j’ai en quelque sorte travaillé avec chacun de vous à mettre tout ceci en place, et la seule chose dont vous n’avez pas à vous inquiéter c’est d’un grand bump-and-fill (bosse et intégration) ou kill-and-fill (mort et intégration), comme j’aime à les appeler (Adamus rit). Eh bien, (petit rire) … ça ne fera pas partie du programme. Ça ne fera tout simplement pas partie de cela. Non, ce sera quelque chose que vous pourriez qualifier de plus psychologique, émotionnel, pas physique.

Prenons une bonne respiration profonde. Quel jour cela a été !

Hm. Il sera intéressant de voir ce qui va se passer à partir de maintenant.

Mais en attendant, rappelez-vous que, malgré la folie en vous, le monde autour de vous en a beaucoup moins, malgré toute cette folie, prenons une bonne et profonde respiration et souvenez-vous que …

ADAMUS ET LE PUBLIC: … tout va bien dans toute la création.

ADAMUS: Avec cela, je suis Adamus de Saint-Germain. Je vous remercie.

Partagé par : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Newsletter : Suivez-nous pour ne rien manquer...
Recevez les nouveaux articles à tous les jours, une fois par jours :

Print Friendly, PDF & Email