Pamela Kribbe canalise Jeshua

Chers amis,

Je suis Jeshua. Je suis ici au milieu de vous. Je me tiens au centre de cette pièce et je vous tends la main. Je ne suis pas seulement physiquement au centre, mais aussi symboliquement. Dans votre propre centre, vous êtes tous la lumière du Christ. Laissez-la naître dans votre propre centre ; enflammez-la dans votre noyau. Reconnaissez que c’est mon énergie que vous ressentez – sentez simplement qui je suis. Au niveau le plus profond, nous sommes un. Il y a un cœur avec lequel nous sommes liés – c’est le cœur de l’amour. Sentez-vous enveloppé par la chaleur, la compassion, l’amour qui est là pour vous.

Je m’incline devant toi. Vous n’avez plus besoin de moi en tant que professeur qui se tient à vos côtés. C’est vous qui avez permis à l’énergie du Christ de s’éveiller et de s’épanouir en vous. Vous le faites en étant ici et en partageant vos histoires avec les autres : vos espoirs, vos désirs, votre douleur, votre chagrin. Ce partage avec les autres vous guérit. Laisser tomber le masque, montrer votre humanité et votre vulnérabilité, et permettre à vos émotions de circuler parmi les autres, est le seul véritable pouvoir, car c’est alors que vous êtes vraiment fort. C’est alors que vous créez la sécurité et l’espace pour la belle lumière qui vit en vous, la lumière que vous êtes et qui vous relie au cœur battant de l’énergie du Christ.

 

Vous devenez le plus grand enseignant, et un exemple pour les autres, lorsque vous montrez votre vulnérabilité. Lorsque vous vous soignez dans l’ouverture, et que vous osez montrer votre douleur la plus profonde, vous créez un espace de lumière autour de vous, et cette lumière est contagieuse et attirante pour les autres. Lorsque quelqu’un s’incline profondément devant ses propres blessures intérieures et exprime cet abandon pour que les autres le voient – un son, une voix, un geste – alors c’est l’amour. C’est la couche sur laquelle les vieux traumatismes peuvent être guéris : la couche de l’ouverture, de la vulnérabilité, et de l’autorisation de révéler vos douleurs et blessures les plus profondes. Lorsque vous faites cela, vous les transcendez. Vous êtes la main qui tient votre enfant intérieur blessé, et vous devenez cette main au moment où vous prenez pitié de l’enfant.

Je vous félicite pour votre courage et votre persévérance. Il est très tentant pour vous qui avez traversé tant d’épreuves de fermer la porte à un moment donné, de ne plus vouloir ressentir, de construire à nouveau des barreaux aux fenêtres et des murs autour de votre vulnérabilité, de votre douleur, de votre solitude, de votre doute de soi. Mais alors vous vous enfermez dans un donjon que vous vous êtes construit vous-même, et c’est la chose la plus douloureuse que vous puissiez vous faire. C’est très contre-productif, mais votre société et votre éducation vous encouragent à le faire. Ces émotions violentes de profond désespoir, de peur et de solitude suscitent souvent l’effroi chez les autres ; on veut s’en cacher, les dissimuler.

Les enfants entrent souvent dans la vie de leurs parents pour mettre le doigt précisément sur un point sensible de ces derniers. Un enfant réveille souvent en vous les émotions que vous détestez le plus, ou que vous craignez le plus. L’enfant fait cela parce que son âme a un besoin irrépressible de devenir entière, de vivre de lumière et de joie. L’enfant ne veut pas faire de mal, ni blesser le parent, mais il se heurte à un mur de résistance chez le parent, ce qui peut provoquer une réaction chez ce dernier. Si le parent ne veut pas regarder sa douleur personnelle et la repousse, il émet une énergie négative qui est projetée sur l’enfant. Le parent considère alors que l’enfant est en quelque sorte menaçant.

À ce niveau d’activité inconscient, les parents peuvent se fermer à l’enfant, tandis qu’à un autre niveau, plus conscient, ils veulent tout faire pour l’enfant. Les parents peuvent alors penser qu’ils ont à cœur l’intérêt de l’enfant et qu’ils font tout pour lui, alors qu’à un niveau moins conscient, les parents bloquent en fait l’enfant. Ils ne le laissent pas faire ou être ce qu’il est vraiment, ni lui permettre d’exprimer véritablement ses dons.

Si l’enfant est l’expression de vos sentiments les plus profonds, alors ces sentiments ne sont pas directement exprimés par vous ; ils sont retenus. Vos sentiments sont alors toujours au niveau inconscient, et l’enfant peut se sentir confus et rejeté à cause de cela, même s’il ne se passe apparemment pas grand-chose au niveau conscient. À ce niveau, il reçoit des compliments et des encouragements pour des choses qui ne sont pas vraiment importantes, alors qu’au niveau inconscient, il perçoit des signaux de rejet pour ce qu’il ressent.

L’enfant a le désir de pénétrer à un niveau plus profond, et souvent il n’en est même pas conscient, c’est un archidésir. Dans une famille, l’enfant recherche l’équilibre, qui est l’impulsion de l’âme qu’il a reçue. Et si les parents s’opposent à cette impulsion depuis un lieu d’inconscience, des problèmes sont créés chez l’enfant. Vous connaissez tous ces problèmes de l’intérieur, car vous avez tous été un tel enfant, et cet enfant vous parle aujourd’hui. Dans cet atelier, nous invitons cet enfant à être ici pleinement. Ici, enfin, il est autorisé à être.

Il faut beaucoup de courage pour reconnaître entièrement cet enfant, lui donner de l’espace, s’exalter de ses merveilleuses qualités. « Comme tu es beau, comme tu es pur ; comme tu es sage ; comme tu as l’intuition des choses ». Dire vraiment ces mots à votre enfant intérieur, c’est aller à l’encontre de vos parents, et vos parents ont été votre référence pendant très longtemps : la source d’acceptation, d’amour, de protection, de sécurité. Lorsqu’ils ne vous ont pas donné cette reconnaissance, à cause de leur propre inconscience, quelque chose s’est déchiré en vous, une confiance profonde a été blessée, et vous avez commencé à vous montrer autrement que ce que vous êtes vraiment. Tu as essayé de t’adapter et de montrer un comportement qui était plus aligné avec tes impulsions les plus profondes et les plus pures, et ainsi la vie est devenue une lutte…

Je n’ai pas besoin de vous décrire ce que cela a fait à votre vie : le sentiment d’être perdu, la solitude et le doute de soi qui vous ronge. Vous le savez tous de l’intérieur. Ce qui doit se passer maintenant, c’est de donner à cet enfant en vous – qui est encore là dans toute sa pureté – l’espace dont il a besoin. Et si cela exige de vous beaucoup de courage, c’est parce que cela vous demande de renoncer au « monde ». Dans votre plus tendre enfance, vos parents étaient le monde, ceux dont vous dépendiez, ceux qui prenaient soin de vous, et qui étaient essentiels à votre survie. Plus tard, ce sont vos amis, votre école, les professeurs, puis les patrons, vos employeurs – tous les cadres et repères extérieurs.

Pour défendre véritablement l’élan originel de votre âme – cet enfant intérieur en vous – il faut tourner le dos au monde extérieur et dire à cet enfant : « Je suis là pour toi ! Pour toi, je résiste au pouvoir du monde. En exprimant ma foi en toi, je laisse le monde de côté. Je me moque de ce que les autres pensent, je laisse tomber le jugement de mes parents, de mes amis, de mon partenaire, de mon employeur, parce que je vois ta beauté et je sais que tu es digne de laisser ta lumière briller ici. »

 

Cela demande un retournement à l’intérieur de soi, un profond retournement vers son moi intérieur, et cela demande beaucoup de force et de courage, car on finit par arriver à un point où l’on est vraiment seul. Personne d’autre ne peut faire ce « virage vers soi, dos au monde » ; ce virage, vous le faites seul. Je me tiens à l’écart et je vous encourage. Je veux toujours souligner la beauté originale et exquise de l’enfant qui est en toi, mais je vois dans tes yeux la peur et le doute quant à ta capacité à le faire. Sachez que je resterai là tant que, et jusqu’à ce que, vous n’ayez plus besoin de mes encouragements. Mais c’est vous qui devez faire ce retournement, et c’est vous qui le faites. Vous êtes à mi-chemin de ce retournement, certains sont plus près du début, tandis que d’autres sont un peu plus loin, mais cela n’a pas d’importance, car vous savez que c’est votre chemin. C’est la voie de l’artisan de lumière sur Terre.

Une fois que vous avez créé un espace pour cet enfant intérieur, cela va changer votre vie. Les forces profondes sont réveillées, votre âme devient plus localisée sur Terre. Vous allez émettre de la lumière vers d’autres personnes et là où vous avez d’abord vu des personnes qui vous jugeaient, vous voyez maintenant de petits enfants qui sont eux-mêmes perdus. De cette manière, le jugement des autres devient de moins en moins important, il a moins d’impact sur vous. Vous vous tenez de plus en plus debout dans votre propre force – vous devenez un enseignant. C’est ce que signifie être un enseignant ou un artisan de lumière : que vous vous tourniez vers votre propre feu intérieur, la passion de votre âme qui vous anime. et alors l’enfant intérieur est préservé, la pureté redécouverte en vous.

Vous avez tous appris à vous méfier de vos émotions, à mettre des barrières autour d’elles afin de les tenir à distance, mais vos émotions sont des indicateurs très importants dans ce processus de retournement. J’ai déjà dit que votre enfant intérieur – l’enfant que vous étiez – a été à un moment donné déchiré entre ce qu’il ressentait à l’intérieur et ce que le monde extérieur attendait de lui. La vie émotionnelle de cet enfant que vous étiez a été influencée par cette attente et est devenue confuse, et il semble maintenant que vous ne puissiez pas toujours faire confiance à vos émotions. Mais partez du principe qu’il y a une vérité qui se cache derrière chaque émotion profonde. L’émotion elle-même peut être déséquilibrée et vous décentrer, mais ne vous laissez pas décourager. Si la partie enfantine en vous a une émotion, alors il y a une vérité qui se cache derrière elle. Lorsque vous vous inclinez devant l’enfant intérieur dans l’ouverture et la douceur (l’humilité ?), et que vous permettez à l’émotion de se répandre comme une vague dans votre corps, un message n’est pas loin derrière. Et ce message vous est destiné, vous en tant que porteur de votre enfant intérieur, et vous en tant qu’âme qui vit sur Terre avec et à travers l’enfant.

Maintenant, regardez pendant un moment s’il y a quelque chose que votre enfant intérieur aimerait que vous sachiez. Laissez cet enfant se tenir devant vous, observez-le, ressentez la puissance, la beauté, l’originalité de cet enfant, et en même temps sa vulnérabilité. Bien sûr, cet enfant a besoin d’amour et de protection, il est vulnérable, et c’est ce que vous pouvez lui donner maintenant. Entourez-le de chaleur et de sécurité. Maintenant, demandez à l’enfant : « Qu’y a-t-il en toi qui veuille s’exprimer et devenir visible ? Donne-moi ton message, permets-moi de connaître ce message à travers une émotion ou un sentiment dans mon corps, à travers un mot ou par le biais d’un symbole. Parle-moi ». Et réalisez que lorsque votre enfant se tient devant vous, vous vous êtes tourné vers lui et donc vous l’écoutez. C’est cette attitude d’écoute qui est importante, car alors le message viendra. Et votre volonté de vous incliner devant votre enfant intérieur est la base pour que cela se produise.

Ne sous-estimez pas l’importance de ce que vous faites. Le rétablissement de la connexion avec la partie la plus pure en vous est ce qui va changer ce monde et cette Terre. Il y a beaucoup de douleur, beaucoup de misère, et beaucoup de torts dans ce monde dans lequel vous vivez. Le changement va venir de l’intérieur, du cœur et de l’âme des gens, de la façon dont ils vivent et réagissent à eux-mêmes. C’est là que s’opère le véritable changement, un changement inspiré, qui ne vient pas de l’extérieur, de la pensée ou de l’action, mais principalement de l’intérieur vers l’extérieur, du sentiment, du cœur. Ainsi, lorsque, dans un geste apparemment privé, vous vous inclinez intimement devant votre propre douleur, vos propres blessures, vous faites quelque chose pour le monde – vous le rendez plus léger. À première vue, rien ne semble changer : la pollution environnementale ne diminue pas, il n’y a pas moins de guerres, pas moins de pauvreté. Cependant, quelque chose se produit : une graine est plantée pour un véritable changement profond.

Le véritable changement que ce monde attend est l’ouverture du cœur humain. Tout d’abord, pour soi-même, pour l’enfant intérieur blessé en soi, et à partir de là, pour commencer à rayonner la lumière dans le monde. Vous n’êtes alors pas un professeur omniscient capable de tout faire – non, vous êtes précisément très humain, et vous restez vulnérable, mais vous ne vous cachez plus. Vous coulez avec la vie et tout ce qu’elle vous apporte. Dans ce mouvement fluide, ouvert et vulnérable, tu es si beau et ta grande force devient visible !

 

Je suis ici avec vous en tant qu’ami, en tant que personne partageant les mêmes idées – je vous aime. J’ai aussi un enfant intérieur, un enfant qui est excité de te revoir – ma famille. J’ai été humain et je conserve partiellement mon humanité, et même si je ne suis pas dans un corps humain, être humain m’est cher. Les émotions mêmes, la profondeur et l’intensité de ce sentiment sont restées dans mon cœur. Je suis ici, pas seulement pour transférer des idées ou des informations de mon esprit, je suis ici à partir de mon essence, de mon noyau, qui comprend un enfant intérieur. Je suis ici pour l’amour, l’amitié et la fraternité. Je vous aime et je veux vous apporter les salutations de mon cœur.

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0