Chers frères de la planète Terre ! JE SUIS EL MORYA !

C’est avec une grande joie, le cœur en fête, que je clôture aujourd’hui ma participation à ce Voyage du Pardon. Nous entrons dans le septième et dernier tour. À ce stade, il convient tout de même de commenter certaines choses. Le voyage est individuel, il est pour chacun. Vous vous comparez encore, vous regardez les autres avec envie, vous regardez les autres avec des questions : « Pourquoi ils continuent et pas moi ? ». Je dirais que la question devrait être : « Que dois-je faire pour continuer ? ».

 

Le fait que l’autre marche et pas vous n’est pas le problème de l’autre, l’autre ne le fait pas pour vous offenser, il a sa démarche. Ainsi, si vous êtes arrêté à un moment donné de ce voyage parce que vous ne pouvez pas, dans votre concept, vivre ce que nous demandons, la question devrait être : « Que manque-t-il ? Que dois-je faire pour continuer le voyage ? » Je dirais qu’abandonner n’est pas la meilleure solution ; parce que je reconnais que c’est un gros obstacle, mais si à chaque gros obstacle vous vous asseyez et pleurez, vous êtes condamné à ne pas vous en sortir.

Pourquoi avez-vous si peur d’entendre la vérité ? Pourquoi avez-vous si peur de voir si clairement ce que vos âmes ont fait ? Ce qui est fait est fait, on ne peut pas le changer, il n’y a aucun moyen pour vous de vous rebeller ou de juger vos âmes pour que l’acte change. Ceci, ce que vous appelez la difficulté à continuer, vient de votre âme, elle a peur. Elle a peur de revivre tout ce qu’elle a tant lutté pour oublier. Et une grande partie de cette peur vient de son esprit. « Qu’est-ce que je vais voir ? Qu’est-ce que je vais trouver ? Qu’est-ce que je saurai que j’ai fait ? Est-ce que je supporterai ? ».

Quand nous vous le répétons : Demander notre aide, ce n’est pas simplement une répétition vague et sans signification. Nous savons combien il est difficile pour vous et vos âmes d’abandonner beaucoup de choses. Lorsque vous demandez notre aide avec un cœur ouvert, nous agissons sur cette peur. Et je peux même vous dire que dans tous les cas, vous parvenez à surmonter le problème.

Le grand point à analyser ici est que vous demandez notre aide mais que votre cœur reste fermé. C’est comme si vous nous disiez : « Regardez, aidez-moi, mais je ne veux rien savoir ». Nous ne pouvons pas vous aider, car cela fait également partie de votre processus d’apprentissage, de votre croissance et de votre évolution. Savoir ce que votre âme a fait, aussi horrible que cela puisse être, et pardonner ; simplement pardonner.

Alors arrêtez de demander à l’autre « Pourquoi je ne peux pas le faire ? ». L’autre n’a rien à voir avec cela et l’autre ne vous donnera pas non plus l’indice dont vous avez besoin pour continuer à marcher. C’est votre problème, pas celui des autres. Maintenant, si vous vous croyez si impuissant, si incapable et que vous abandonnez à mi-chemin, je vous dirai qu’il vous sera très difficile de faire quoi que ce soit d’autre par la suite, parce que vous n’aurez pas rempli la condition préalable qu’était ce voyage.

Il s’agit maintenant de regarder à l’intérieur et de voir ce que c’est, peu importe. Votre âme peut avoir commis les plus grandes absurdités, les attitudes les plus horribles, ce ne sera pas vous qui la jugerez, et personne d’autre non plus. Y a-t-il un juge dans ce voyage ? Dieu Père/Mère ne vous jugera pas, car il n’est pas comme ça. Alors, qu’y a-t-il de mal à ce que vous regardiez tout en face ? « Oh, mais je vais souffrir ! ». Il est normal que vous souffriez, car vous devez apprendre à tout voir. Il n’y a plus de tromperie, plus de mensonge, il n’y a plus rien de caché.

 

Alors pourquoi insistez-vous pour ne rien voir ? Demandez notre aide, mais avec un cœur ouvert, en nous montrant que vous êtes prêt à voir ce qu’il en est et à pardonner. Plus rien à faire, juste pardonner, pardonner à votre âme. Et bien sûr, en même temps, demandez pardon à ceux que vous avez blessés, à ceux que votre âme a blessés. C’est seulement de cette façon que vous pourrez marcher. Arrêtez de demander à l’autre pourquoi, car il n’y a pas de réponse ; l’autre ne connaît pas votre chemin. Il n’y a que nous et Dieu le Père/Mère qui connaissons exactement votre chemin, et plus encore, nous voyons votre cœur.

Alors ça ne sert à rien de demander, de supplier, de pleurer, avec un cœur fermé. Vous devez avoir le cœur ouvert, prêt à voir ce que c’est, à savoir ce que c’est, à vivre ce que c’est. Le voyage s’achèvera sur ce retour pour ceux qui le suivent normalement et régulièrement. Celui qui est bloqué, « coincé » comme vous dites, à un moment donné, continue simplement à suivre les règles qui ont déjà été fixées. Il ne sert à rien de faire 2, 3 ou 4 méditations par jour, juste pour aller vite. Faites-les à votre rythme.

Certaines méditations sont extrêmement fortes, de sorte que vous pouvez en faire plusieurs dans la même journée ; et ne mélangez jamais un tour avec un autre. Vous pouvez répéter les méditations, dans le même tour. Ce n’est pas faire de la méditation sur un tour et un autre tour le même jour. Ce n’est pas conseillé. Voulez-vous accélérer ? Très bien, mais faites toujours les méditations sur le même tour, ne mélangez pas les tours.

Maintenant, c’est à chacun d’entre vous de décider. Nous n’avons rien d’autre à dire. La décision appartiendra à chacun d’entre vous : continuer ou arrêter. Je vous le rappelle encore une fois : celui qui ne termine pas le voyage jusqu’au bout ne pourra pas participer aux étapes suivantes. Vous pouvez même essayer, mais nous ne ferons rien pour vous. N’essayez pas de nous tromper, car vous ne nous trompez pas, vous vous trompez vous-même. Et n’oubliez pas, cela se répercute aussi, cela génère aussi une réaction.

Ainsi, à ce stade de votre voyage, ne vous trompez pas vous-mêmes et n’essayez pas de tromper qui que ce soit. C’est un temps de grande vérité et de grande lumière, et non de déception. Alors allez, continuons, sortons de ce marasme dans lequel vous êtes ? Demandez notre aide, mais demandez avec un cœur ouvert. Et pour ceux d’entre vous qui terminent ce tour, il se peut que vous n’ayez pas encore perçu les changements provoqués par tout ce processus, mais soyez-en certains, ils sont là, en train de se produire.

Cela peut même prendre un certain temps pour que vous le réalisiez, mais ne pas se nourrir de ce qui vient des autres âmes est un point très important dans le voyage d’ascension. Ce retour s’effectuera dans un contexte différent, car ce ne sera plus vous qui vous libérerez des autres âmes, mais vous qui vous libérerez. Car vous allez rompre les liens avec vos descendants, à tous les niveaux.

C’est donc maintenant le grand test : si vous êtes effectivement prêts à couper les derniers liens qui vous lient à qui que ce soit (énergétiquement parlant), et à être des âmes totalement libres, sans aucun lien avec une autre âme ; sauf l’amour, le respect, les sentiments positifs. Parce que toute autre chose, que vous nourrissez aujourd’hui dans votre progéniture, cessera d’exister, vous ne nourrirez rien d’autre.

 

Ils seront alors guidés par leur propre âme, et non plus par la vôtre qui leur impose des croyances, des souffrances, des peurs, qu’ils ne méritent pas de ressentir. A cette fin, ils vivront dans le cadre de ce que chaque âme a apporté pour vivre dans ce monde. Les connexions de vos descendants, là ce sera à eux de vivre ce processus et de les libérer aussi. Vous faites votre part et chacun fera la sienne, à son rythme et à sa manière.

Alors, c’est parti ! Ou aurez-vous peur d’aller de l’avant ? J’espère sincèrement que non.

Canalisé par Vania Rodrigues

Traduit du Portugais pour : https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Newsletter : Suivez-nous pour ne rien manquer...
Recevez les nouveaux articles à tous les jours, une fois par jours :

Print Friendly, PDF & Email