Moi : El Morya, pouvez-vous parler à ce sujet s’il vous plaît ?

El M : Merci Sharon. Je vais parler. J’ai beaucoup à dire sur ce sujet.

Moi : Super, merci !

El M : Vous êtes si nombreux à ne pas comprendre la signification de quand vous dites « JE SUIS ». Ce que vous faites généralement dans vos sociétés occidentales, c’est répondre aux questions par « je suis chauffeur de camion » ou « je suis médecin », en expliquant à la personne qui souhaite savoir ce que vous faites dans la vie.

 

En fait, on vous demande souvent : « Que faites-vous dans la vie ? » ou « Quel type de travail faites-vous ? » et vous répondez même avec le verbe incorrect « Je suis médecin ». Faire et être sont des verbes différents et généralement, lorsque vous répondez à la question d’une personne, vous utilisez le même verbe ou un verbe de sens similaire. Il n’y a pas de similitude entre faire et être ; ils signifient des choses totalement différentes.

La réponse correcte serait : « Je travaille dans le domaine médical pour gagner ma vie », mais vos collaborateurs ont des titres et des étiquettes et lorsque vous dites à quelqu’un quel est votre titre, vous lui en dites beaucoup sur ce que vous pensez être. C’est faux.

S’ils s’intéressent vraiment à vous, n’auraient-ils pas la patience d’écouter quelques phrases d’explication, plutôt que quelques mots et une étiquette ? C’est une réflexion sur le manque de sincérité de votre peuple, et sur son comportement superficiel envers les autres. Lorsque vous considérez que vous êtes tous Un, que vous faites tous partie de la grandeur de Dieu, ne prendriez-vous pas quelques instants de plus pour comprendre une autre personne ?

Moi : Vous n’êtes jamais allé à un séminaire de bavardage, n’est-ce pas ? L’idée du bavardage dans les fêtes est de passer d’une conversation à l’autre. Que se passe-t-il si vous rencontrez quelqu’un de vraiment intéressant ? Vous ne le sauriez jamais parce que vous vous concentrez davantage sur la connaissance de tous les autres participants, mais seulement de façon superficielle.

El M : Oui. Comportement douteux, mais les terriens ont beaucoup de changements devant eux.

De plus, si vous deviez rencontrer quelqu’un que vous considérez comme inférieur à votre station dans la vie, vous lèveriez-vous pour lui parler ou passeriez-vous à autre chose comme s’il était insignifiant pour vous ?

Moi : LOL

El M : Votre façon particulière de gagner votre vie sur terre est ce que vous faites, ce que vous vivez dans votre vie de tous les jours est ce que vous ressentez, pensez ou vivez. Réservez JE SUIS à la conscience que vous êtes un être puissant, connecté au Tout, et que vous faites partie de l’unité de la vie. Vous êtes un dieu créateur, incarné sur la planète Terre en ce moment même pour aider à changer son destin et celui des inconscients qui la peuplent. Pas moins que cela. Lorsque vous réservez votre JE SUIS pour cela, vous cessez de vous donner de faux messages à respecter. Vous cessez de croire en votre faux moi.

Ne dites pas « Je suis gros » parce que vous donnez à votre esprit la permission de créer le poids supplémentaire, et rapidement aussi parce que vous ne dites pas « Je serai gros », comme si vous vous projetiez dans l’avenir, vous dites que vous souhaitez être en surpoids et maintenant. Votre corps réagira comme il est créé par votre esprit qui croit déjà que son corps est imparfait et malsain.

Ne dites pas « je suis stupide », car vous allez vous mettre à baisser votre propre QI et en toute hâte également.

Dites : « Je fais partie de Dieu ». Je suis fort et puissant. Je suis divin. Réservez les mots JE SUIS uniquement pour ces cas. C’est la seule façon dont vous devez vous définir. En tant que partie du Tout puissant.

Lorsque vous dites « Je suis une femme au foyer », vous dites que c’est tout ce que vous souhaitez vivre dans cette vie et c’est ce que vous croyez être. Sortir de ce rôle deviendra terrifiant si, à un moment donné de votre vie, vous devez le faire. Votre peuple souffre du « syndrome du nid vide », et cela s’explique. C’est à cause de la définition que l’on se fait de soi-même.

Lorsque vous dites « je suis une sœur », vous vous définissez dans votre relation aux autres, même pas comme un être à part entière.

Lorsque vous dites « Je suis une fille », vous indiquez que votre relation avec vos parents est très importante pour vous et que vous vous définissez en fonction de la manière dont ils vous ont permis de le faire.

Moi : Oui, je me suis passé de la plupart de ces choses. Je dirais que j’ai une sœur et deux frères parce que c’est vrai. J’ai aussi un autre frère qui est végétalien et j’ai deux autres parents qui sont végétaliens, donc j’ai en gros deux familles, ce qui est plutôt cool. Mais je ne dis pas que je suis une fille pour qui que ce soit.

El M : C’est ainsi que vous avez appris à vous définir. Vous avez passé tellement de temps seul que vous avez une plus grande relation avec vous-même.

Moi : C’est vrai.

El M : Maintenant, vous devez vous reconnecter à Dieu. Parce que vous ne l’avez jamais quitté, et qu’il ne vous a jamais quitté.

Moi : C’est vrai.

El M : Jésus a dit, « Je suis le chemin, la vérité et la vie », et il utilisait JE SUIS exactement de la même manière. Il a été mal interprété par les gens de croire que le seul chemin vers Dieu était à travers Jésus. Non, il disait qu’il est Dieu parce qu’il le savait. Si vous le souhaitez, réécrivez le texte en majuscules et vous verrez ce qu’il voulait dire par là.

Il a dit : « Personne ne vient au Père si ce n’est par moi », et il voulait dire que le moyen d’accéder à Dieu était de pratiquer ses enseignements.

Moi : Je pense que Jésus avait besoin d’être un peu plus clair par moments. J’ai trouvé la lecture de la bible déroutante.

El M : C’était clair pour moi.

 

Moi : Oui, mais vous êtes un maître et vous êtes venu sur terre au moins au cours des 2000 dernières années en tant que personne très évoluée. Et puis il y a le reste d’entre nous ici.

El M : Qui trouveront aussi leur chemin. Tous le feront en leur temps.

Moi : Eh bien, merci d’avoir clarifié cette citation parce qu’elle a été très mal comprise. Le fait est que nous sommes tous connectés avec Dieu parce que nous faisons partie de Dieu (il y a votre déclaration « JE SUIS » cachée à la vue de tous !) et Jésus est venu enseigner la façon de se connecter. Dans le Cours des Miracles, il parle constamment du pardon. Pardonnez, pardonnez, pardonnez. Et je crois que celui qui a le plus besoin d’être pardonné, c’est vous-même, parce que, oui, vous avez cru à tout le charabia qui passe pour la société ici. Vous deviez survivre, mais pensez que si vous ne l’aviez pas fait. Vous auriez pu être un autre Jésus.

El M : Je te remercie, mon enfant, de m’avoir permis cette conversation.

Moi : Merci, El Morya. J’en ai d’autres pour toi, ne t’inquiète pas.

El M : Je ne m’inquiète pas, j’attends ton invitation.

Moi : Alors voilà. Tu aurais pu dire « je ne suis pas inquiète », ce qui est une déclaration du JE SUIS, mais tu as dit « je ne m’inquiète pas ». Voyez comment l’anglais a changé et pas vraiment pour le mieux.

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0