Entretiens de Décembre 2019

BIDI (Patie 2)

3 Décembre 2019 (Québec)

 

Eh bien Bidi est de retour, et nous allons pouvoir poursuivre.

Je t’écoute.

Sœur : C’est une question écrite. Pouvez-vous nous parler des sept super univers de la cosmogonie d’Urantia, c’est-à-dire : ils sont régis par qui, et comment se manifestent-ils aujourd’hui ?

La cosmogonie d’Urantia parle du rêve. Les sept multivers ou sept super univers n’ont pas à être régentés, ils appartiennent au rêve, tout cela appartient au passé. Il n’y a rien à développer sur ces écrits énormes qui remontent à plusieurs dizaines d’années, tout cela n’est que de la curiosité intellectuelle face à Agapè.

 

Quelle importance cela peut-il avoir que de savoir qui dirige tel super univers ou pas, dans cette période ? Aucune. Cela vous entrainerait encore dans des histoires et des scénarios qui ne serviraient en rien la Vérité. La Vérité est au-delà de la création, au-delà de la cosmogonie et au-delà de tous ces super univers.

La résolution se fait dans votre cœur, la réabsorption des univers, des super univers, est liée à votre présence, à qui vous êtes. Il n’est pas question de revenir d’une quelconque manière sur des éléments historiques aujourd’hui.

La Liberté doit être totale par rapport à l’histoire, par rapport aux vies dites passées, qui ne concernent que la personne et l’âme. Cela a été suffisamment expliqué, dans ce même livre, mais aujourd’hui reparler des super univers, du père et du fils de ces super univers, ne ferait que vous ré-éloigner de la Vérité de l’instant présent.

Il n’est pas question pour moi de vous ramener dans ces histoires de cosmogonie, en aucune manière. Il vous faut vous dépouiller de toutes les histoires sans aucune exception. Tout cela a été expliqué dans le cadre du rembobinage depuis de nombreuses années par les Anciens et par les Étoiles, ainsi que certains Archanges. Ceci aujourd’hui ne représente plus rien, par rapport à Agapè.

Tout le reste, et en particulier des données historiques, même liées à la cosmogonie, ne ferait que vous retarder dans le vécu de qui vous êtes.

Quand il vous est dit que la seule voie est la voie de l’enfance, de la simplicité, il faut bien reconnaître que cette cosmogonie est extrêmement complexe et n’a plus aucun sens aujourd’hui dans le mécanisme de réabsorption de ces dits super univers.

Ne vous attardez pas à quelques notions historiques, fussent-elles la plus véridique qui soit, car cette vérité là est relative, et ne peut souffrir aucune analogie, aucune comparaison, aucune mesure, par rapport à Agapè. Ne vous encombrez pas l’esprit, la mémoire de tous ces éléments qui appartiennent au rêve, dirigez-vous simplement au cœur du cœur, en l’instant présent, en accueil et en réception, et cela suffit.

Tout le reste, ce ne sont que des distractions, des pertes d’intérêt pour la Vérité. Savoir que dans tel univers Orvonton, c’était tel être ou tel archange, ne vous apporterait strictement rien dans ce qui est à vivre, et non pas à cogiter, et non pas à comprendre, et non pas à expliquer.

Allez à l’essentiel. L’essentiel est ce que vous vivez et non pas ce que vous pensez. L’essentiel ne sera jamais dans le passé, ni dans un quelconque avenir, l’essentiel sera toujours inscrit et de plus en plus en les jours qui viennent, en la Vérité de l’instant. Tout le reste vous apparaîtra comme superflu, inutile, encombrant, et venant limiter la possibilité d’établir en permanence la Vérité.

De la même façon, dans les multiples informations et enseignements que vous ont donnés les Anciens, les Étoiles et les Archanges, ceci a représenté une structuration ou un échafaudage si vous préférez, qui vous a amenés à la Vérité, au plus proche.

Ne retombez pas dans les histoires, dans les cosmogonies ou dans tout ce qui a trait à la création elle-même, mais penchez-vous plutôt sur la cause de l’origine de la création, c’est-à-dire sur qui vous êtes.

Il n’est plus temps de parler d’ésotérisme, il n’est plus temps de parler d’occultisme, il n’est plus temps de parler d’histoire, il est temps simplement d’être présents. Tout le reste ne représente rien aujourd’hui, et serait à la fois une perte de Vérité, une perte de lucidité et une perte d’efficacité surtout.

Vous n’avez plus besoin de tout cela, ni des religions, ni de la spiritualité, ni d’une histoire quelconque. Vous devez trouver en vous le grand Silence, qui est la Vérité. Et ce n’est pas en poursuivant ce genre d’interrogation ou de questionnement, qui vous éloigne de qui vous êtes, que vous allez vous retrouver, bien sûr.

Soyez simples, soyez présents et c’est tout. Tout le reste est superflu. Vous avez déjà suffisamment à faire entre cette espèce de jonglerie, ou d’allée et venue, entre le personnage et la Vérité, pour occuper toutes vos journées n’est-ce pas ?

Tout le reste, ce sont des stratégies inconscientes d’évitement de la Vérité, que vous le vouliez ou non.

La simplicité, l’humilité, l’évidence, la clarté seront présents si vous êtes vous dans votre présent, et absolument pas dans un questionnement de cette nature. Ça n’a aucun intérêt dans ce qui se déroule actuellement. Ce ne sont que des résidus du mythe de la création. Vous n’êtes plus dans ces temps-là.

Tout a été écrit, la cosmogonie d’Urantia a eu son intérêt pour préparer en quelque sorte, ce qui se vit maintenant. Mais comme je l’ai dit, une fois que la Vérité est retrouvée, l’échafaudage ne sert plus à rien.

Ceux qui sont installés en la Vérité, croyez-vous qu’ils aient quelque chose à faire ou à voir avec une quelconque cosmogonie ou une quelconque histoire ? Soyez lucides, ne vous éloignez pas de vous-mêmes. Toutes ces histoires de création, toutes ces histoires spirituelles, ne sont que des dérivatifs, qui certes vous ont peut-être menés jusqu’à ce point aujourd’hui, mais aujourd’hui, il faut élaguer.

Il ne faut pas rester encombré de tous ces questionnements sur la création, mais bien plus – qu’est-ce qui est à l’origine de la création -, et non pas sur la structuration de la création.

Je ne vais pas aujourd’hui vous reparler de la civilisation des Triangles ou des autres dimensions, cela ne ferait que vous distraire, satisfaire le mental, mais n’est d’aucune utilité pour vivre l’instant présent, bien au contraire. Tout ce qui vous emmène dans le passé, d’une manière ou d’une autre, dans votre passé, ne serait-ce que par des souvenirs, ou dans des mémoires collectives, ou dans l’histoire de la création, est aujourd’hui une entrave totale à l’établissement de la Vérité.

La Vérité n’a que faire de la création. C’est un rêve, un mythe, une illusion, quelque chose qui passe. Vous êtes ce qui ne passera jamais. Tout le reste vous encombre, vous obstrue, vous déroute, et vous empêche d’être libres.

Comme l’a dit Abba, il n’y a pas de maître. Tous ceux qui ont été, ce que vous aviez nommé je crois, enfin ce que les Anciens avaient nommé les agenceurs de mondes, les administrateurs de mondes, les mères généticiennes, appartiennent à l’histoire maintenant. L’histoire est révolue. Comprenez-le bien, vivez-le.

Arrêtez de vous regarder le nombril ou de regarder le passé. Il ne vous est plus d’aucune utilité, fusse-t-il le plus prestigieux. Que vous ayez été un pervers, que vous ayez été un Elohim, que vous ayez été une mère généticienne, n’a aujourd’hui plus aucune espèce d’importance.

Soyez lucides, soyez présents, je le répète, et c’est tout. Vous n’avez besoin de rien pour être tout. Vous avez besoin d’être vrais, et vous ne pouvez être vrais que dans l’immersion totale de ce qui se vit en l’instant. Gardez vos préoccupations pour le déroulement de votre vie au sein de l’éphémère, qui nécessite bien sûr des ajustements, par rapport aux règles et aux lois, mais n’y mêlez pas ce que vous êtes en Vérité.

Le temps des histoires est terminé, le temps des scénarios est révolu. Soyez humbles, soyez aimants et présents. Tout le reste est un obstacle. Tout le reste ne vous enseignera rien et ne vous fera rien vivre. Allez plutôt embrasser un arbre, allez plutôt vous promener dans la nature, souriez à ceux que vous croisez dans la rue, ce sera bien plus efficace que de leur parler d’Orvonton et des super univers, voyons.

C’est révolu tout ça. Vous le voyez bien à travers les témoignages de frères et de sœurs, ici comme partout. Qu’espérez-vous trouver aujourd’hui dans cette cosmogonie, qui va vous faire retrouver ? Rien.

Ce n’est plus le temps des livres, ce n’est plus le temps des enseignements, quels qu’ils soient, c’est le temps de la Vie, du vécu, de la Vérité, de la sincérité, et tout cela est dans le point zéro de l’instant présent, au milieu de votre poitrine.

Nous l’avons dit, les uns et les autres, vous n’avez plus besoin de savoir même les noms des portes, des étoiles, des chakras, des circuits énergétiques, des circuits vibratoires. C’est de l’échafaudage, ça ne sert plus à rien, tout a été restauré, tout a été restitué. Ne perdez pas de temps.

Vous aurez l’Éternité de la Béatitude pour éventuellement le comprendre, mais vous n’aurez même plus besoin de comprendre quoi que ce soit. Comprendre sera toujours, dans ce genre de question, lié au mental. J’ai dit, et je répète aujourd’hui, que la compréhension ne peut venir que du vécu.

As-tu vécu les sept super univers ? Non. Il en est de même pour les livres sacrés, soi-disant. Il en est de même pour tous les enseignements, qui n’ont plus leur place dans ce qu’il se déroule aujourd’hui. C’est le temps de la Vie et du Vécu. C’est le temps de la sincérité, c’est le temps de l’humilité, c’est le temps de la tranquillité.

Il y aura suffisamment de chaos, au-dehors, pour ne pas s’y intéresser, et pour le traverser avec efficacité, le seul sauf-conduit n’est en aucune notion historique, ni dans aucun avenir, mais uniquement dans votre positionnement, en totalité, en le moment présent.

Oubliez tout ça, ça ne représente plus rien. Ne soyez pas dupes de tout ce qui est ésotérique, occultisme, énergie, vibration. Dépouillez-vous de tous ces oripeaux. Soyez présents, c’est tout. Tout est là.

La Vérité absolue de qui vous êtes, comme je l’ai dit d’innombrables fois, vous êtes antérieurs à la forme, antérieurs aux mondes, antérieurs aux super univers. La Vérité, elle est là. Tout le reste, ce ne sont que des constructions de rêve, ce ne sont que des projections et ce ne sont que des choses qui passent.

Ne laissez pas votre personnage errer au-dehors de l’instant présent. Si vous êtes réellement présents à vous-mêmes, présents à la vie, présents à l’instant, vous serez libres, instantanément. Ceux qui le sont déjà vous le disent. Aucun passé n’est important. C’est justement la fin du passé qui vous installe dans l’instant présent.

Le problème est différent pour ceux qui rêvent à demain, d’un autre monde, d’une nouvelle dimension. Je l’ai toujours dit, laissez-les rêver. Quand l’évènement collectif sera là, bien évidemment, vous vous rendrez compte et vous vivrez la Vérité.

Mais ne mettez pas de distance entre vous et la Vérité. La Vérité n’est pas dans la cosmogonie. La Vérité n’est pas demain. La Vérité est en l’instant, en votre Silence, en cette fameuse acceptation, ce fameux Oui. Quelles que soient les manifestations, de quelques natures qu’elles soient, elles ne sont rien par rapport au moment où vous vous reconnaissez en Agapè.

Ne soyez plus dupes, de ces jeux de dupes. Le temps de l’occultisme, de l’ésotérisme et de l’histoire est révolu. Le temps des constructions, de quelque nature que ce soit, est révolu. Vous n’avez besoin de vous appuyer sur absolument rien, si ce n’est vous-mêmes, quand vous vous placez en l’instant. Tout le reste sera souffrance, sera errance, sera déviance. La Paix n’est pas dans le futur, la Paix n’est pas dans l’histoire ou dans une quelconque compréhension intellectuelle, mais simplement en l’instant, et en le vécu de l’instant.

N’oubliez pas que la conscience, et je ne parle pas là d’ego ni d’un quelconque orgueil spirituel, mais des mécanismes habituels de fonctionnement de la conscience, et la conscience prise dans ses aspects les plus divers, depuis l’inconscient jusqu’à la conscience Turiya, vous êtes la A Conscience.

 

Il n’est plus temps de jouer, à errer, à construire des élucubrations même par rapport à des livres, fussent-ils les plus authentiques. C’est le temps de la Liberté totale, de l’autonomie totale. Je vous le rappelle, il n’y a personne. Il y a la Vie, il y a l’Amour, il y a la Béatitude, tout le reste passe. Mais ce que vous êtes n’est jamais passé. Il est toujours présent, vous l’aviez simplement oublié et vous retrouver ne peut se faire que dans le dépouillement de toute histoire, de toute mémoire, non pas par une quelconque volonté, mais simplement en vous installant ici et maintenant.

L’Intelligence de la Lumière, que vous êtes, s’occupe de tout, vraiment de tout. Si vous ne le vivez pas, n’en concevez pas, ni une culpabilité, ni une responsabilité. Cela dépend simplement de la conscience, mais pas de vous.

Gardez votre état, gardez votre enfant intérieur, ne laissez pas cours à tout cela. Vous avez plus de chance de vous trouver en totalité dans la communion avec la nature, avec un frère ou une sœur, qu’à travers tous ces livres, tous ces enseignements, parce qu’aucun enseignement, quel qu’il soit, où que vous regardiez, ne vous a dit la Vérité Ultime. Même l’Advaita Vedanta, la non dualité, aujourd’hui vous éloigne.

Plus vous êtes spontanés, plus vous êtes inscrits dans ce qui se vit en l’instant, plus vous êtes libres. C’est aussi simple que ça. Nous vous l’avons répété de toutes les façons possibles et imaginables. Tout ce qui est passé est mort. Ne faites revivre aucun passé. Soyez là, c’est tout, et Agapè est là.

Autre question écrite ?

Sœur : Il n’y a plus de question écrite.

Alors autre exécution ?

Frère : Bidi, Bidi, Bidi, …

Traduction !

Sœur : Bidi, Bidi, Bidi, tu me fais travailler, mais maintenant tu vas m’entendre. On dit que le Québec est le phare de l’humanité, mais est-ce que tu approuves ça, approuves-tu que le Québec est le phare de l’humanité ?

Oui, sur un plan historique, mais ça on n’en parlera pas, mais sur ce qui se déroule maintenant. L’impulsion, partie récemment, voilà quelques mois, depuis le Québec, et je pense que dans un témoignage dans la première partie, nous avons eu l’écho de ce qu’il s’est passé lors de notre venue ici, ça sera la même chose cette fois-ci.

Cela correspond bien sûr à des données dites historiques sur lesquelles je ne m’attarderai pas, mais aussi sur la constitution même de ce territoire, mais aussi sur votre constitution à vous, ici, en ce pays, qui avez échappé d’une certaine manière, au conditionnement sociétal, tel qu’il existe par exemple en Inde aujourd’hui, ou en Europe.

Il y a eu une certaine préservation d’une authenticité de comportements, une facilité plus grande, au-delà même de la structure du territoire, dans la structure du peuple québécois, en résonance bien sûr avec l’ancienne France, au-delà de tous les conditionnements sociétaux, qui sont aujourd’hui appliqués dans la plupart des sociétés et des pays.

Cela a été expliqué par le Commandeur, que cela concerne tous les éléments de l’histoire dont je ne parlerai pas, mais aussi dans ce qui est présent aujourd’hui, simplement, par vous, ceux qui vivez sur ce territoire, il y a une forme de spontanéité et de facilité, de manière générale, à ne pas porter de masques, à ne pas travestir votre vécu.

Bien évidemment, cela ne veut pas dire que l’ensemble du peuple du Québec est ainsi, mais une grande majorité a préservé, je dirais, son innocence, de par de multiples raisons, historiques aussi, certes, mais de configuration même du territoire. C’est cela qui est le plus important.

C’est donc, quand le Commandeur parlait de phare de l’humanité, c’est une impulsion de lumière, d’information lumière, qui s’est diffusée effectivement depuis quelques mois, avec les conséquences que vous connaissez dans ce pays de décisions qui ont été prises, et qui seront prises, de par une forme d’unité de fonctionnement du peuple québécois.

Alors être le phare de l’humanité, c’est quelque part allumer la mèche de la Vérité, c’est quelque part retrouver l’équilibre entre le ciel et la terre, au milieu de la poitrine. On peut dire que, généralement, votre aptitude au vécu du cœur du cœur est plus aisée pour vous que dans d’autres cultures, que dans d’autres organisations sociétales.

Le territoire en lui-même y est pour beaucoup. Les influences des radiations solaires, cosmiques et du noyau cristallin sont très particulières en ce territoire, et en certains endroits de ce territoire, ce qui a permis, comme je l’ai dit, d’allumer la mèche, et de passer en quelque sorte à une autre octave de manifestation de la Vérité, au travers de la fraternité, de l’unité, du partage, de la communion, et surtout de votre sincérité.

Ce qui ne veut pas dire que les autres territoires, que les autres peuples, où que l’on regarde, soient moins sincères, mais ils ont simplement été voilés par les conditions-mêmes de fonctionnements de la société humaine, où bien évidemment la compétition, la prédation, l’assouvissement des désirs, des pulsions d’acquisitions de quelque nature que ce soit, sont globalement moins marqués en ce territoire que dans les autres.

Il y avait donc une prédisposition naturelle, historique, mais aussi par les consciences humaines qui y sont présentes, à laisser la Vérité se diffuser avec plus de facilité et plus d’évidence.

Le Commandeur vous en a parlé, et d’autres personnages de l’histoire récente de ce pays ont préparé, aussi, activement notre venue. Quand je dis notre venue, je ne parle pas, bien évidemment, seulement de Abba, mais de l’ensemble des intervenants, en totalité, même si nous ne sommes aujourd’hui que quelques-uns à nous exprimer parmi vous, pour faciliter l’établissement du Silence intérieur et la fin justement de tout scénario historique.

L’agencement même des éléments est propice à cela. Les forces en présence, les énergies, les configurations du territoire en lui-même, sont porteuses de cette Vérité. Les éléments du climat aussi, en ce pays, vous le savez-vous qui y vivez, sont parfois qualifiés d’extrêmes, mais c’est justement ces extrêmes qui permettent de retrouver l’instant initial, qui n’est rien d’autre que l’instant final.

Cette réalité ne dépend pas de vos actions, c’est un état de fait, c’est une réalité géophysique, une réalité, je dirais, de l’âme québécoise, et de l’esprit québécois. Cela n’est pas, ni une supériorité, ni une place particulière, mais c’est le rôle du peuple. Chaque pays, chaque territoire, est marqué par un élément.

Je ne vais pas m’étaler là-dessus, mais je prendrai simplement deux exemples. Le Brésil, porteur du Feu Primordial, par la constitution de son territoire, par les cristaux présents, mais aussi par l’âme brésilienne, a aussi une spécificité qui est liée au feu. Il en est de même pour chaque pays. Bien évidemment, nous n’allons pas les détailler, mais cette imprégnation vibratoire, cette imprégnation de l’âme et de l’esprit, cette imprégnation de la forme et des constituants du territoire, au niveau tout simplement du manteau terrestre, de la roche, est particulière.

Et si aujourd’hui, dans cette vie, vous êtes québécois, parce que vous y êtes nés, ou parce que vous y vivez, vous êtes imprégnés bien sûr, par le tellurisme, par le cosmique, qui s’impactent en cette région du globe terrestre.

Et c’est donc une prédisposition, liée à l’agencement de ce que je viens de dire et même des éléments, donc, qui a créée littéralement cette fonction en ces temps particuliers. Le Commandeur et Abba vous avaient parlé de votre devise, c’est ça allumer la mèche, c’est vous souvenir de qui vous êtes.

La qualité de l’âme et de l’esprit du Québec, cette forme d’innocence et de spontanéité, est très exactement ce qui vous permet, en premier, de vous installer en l’instant présent.

Encore une fois, n’y voyez aucune supériorité, voyez-y simplement ce qui est à vivre, ce qui est à affermir dans cette voie de la simplicité, de l’innocence et de l’enfance.

Le seul élément historique que je donnerai, c’est que pour la plupart, en ce territoire, vous venez bien évidemment de la France, et que vous êtes, au niveau de vos ancêtres, qui sont arrivés ici après les évènements survenus à l’époque en France, ont permis de vous préserver d’une atteinte totale de ce qui a été mis en place sur le territoire originel français, après la révolution française.

Ce n’est pas pour rien que la France a été appelée dans vos écrits religieux, la fille aînée de l’église, c’est-à-dire la fille aînée de Satan. Vous avez échappé, dans une certaine mesure, au conditionnement de la raison, qui a été entrepris de manière volontaire en France. Vous avez quelque part, en ce territoire, préservé cette forme d’innocence et de spontanéité.

C n’est pas lié à des conquêtes territoriales, à des guerres, bien au contraire. Ce n’est pas lié à des technologies, ce n’est pas lié à une suprématie financière, mais c’est lié à la qualité particulière du territoire, mais aussi à cette préservation de l’innocence et de la spontanéité, vous ayant fait échapper, en partie, aux conditionnements de ce que le Commandeur appelait les méchants garçons, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas chez vous, ça veut dire que, quelque part, vous avez été réellement préservés.

Et je parle là, bien sûr, à l’échelle du peuple en sa totalité, de ce qui en résulte comme dynamique, comme mécanisme de fonctionnement, même si, bien évidemment, les conditions du siècle précédent ont contaminé l’ensemble de la planète et des sociétés, vous avez, jusqu’à présent, préservé une partie de cette innocence nécessaire et de cette spontanéité nécessaire de l’enfance.

Vous êtes en résumé, en tant que peuple, globalement, plus disponibles.

Voilà ce que je peux en dire. Encore une fois, les données historiques ne présentent plus aucun intérêt, si ce n’est intellectuel, c’est pour ça qu’ici surtout, j’insiste, peut-être plus qu’ailleurs, sur cette notion d’instant présent et de lucidité. Et aussi, une capacité peut-être plus importante, toujours au niveau du peuple québécois, à accueillir, à accepter, à dire Oui, que dans bien d’autres pays qui pourraient se dire peut-être plus spirituels, mais ça ne veut rien dire.

Si vous regardez le sous-continent indien, le mien, les choses ont véritablement changé, de façon dramatique, par rapport à la période où j’étais incarné. Je dirais aujourd’hui que l’Inde est le bazar du spirituel.

Quelles que soient les vicissitudes bien sûr présentes au sein de tous les gouvernements de la planète, de ceux qui sont ou qui pensent encore être au contrôle, au niveau financier, économique.

Mais encore une fois tout cela, je vous le dis parce que la question a été posée, vous avez donc une prédisposition générale à vivre la Vérité, de par les circonstances-mêmes du peuple, par les circonstances-mêmes du territoire, je l’ai dit, mais aussi du territoire en lui-même.

Autre question d’ailleurs par rapport à cela, ou pas ?

Pendant que nous y sommes.

Frère : Je te remercie beaucoup, tu as répondu beaucoup à la question, et je suis certain que chacun d’entre nous a apprécié ce que tu nous as communiqué. Pour le reste, non, tu l’as dit, maintenant il nous est demandé de vivre l’instant présent, et je m’aperçois que c’est vraiment un cadeau d’être ici. Merci

Merci à vous, ici présents.

Poursuivons.

 

Sœur : Bonjour Bidi.

Bonjour.

Sœur : Moi, c’est plutôt un témoignage. A la fin du mois d’Août, je suis allée visiter un endroit, dans les Hautes Laurentides auprès de Mont-Tremblant, et j’ai visité le site le long de la montagne où est le périphérique pour le ski l’hiver. Et ça devait durer une heure, et ce sentier que j’ai parcouru avec la famille de ma fille et ses deux petits, ça a quand même duré une heure trente, parce que dès que j’ai commencé à entrer sur le site, ça représentait les Grands Esprits des rochers, de la forêt présente, et mon cœur s’est mis à débattre dès que j’ai passé l’arche.

Et ce n’était pas juste le cœur qui débattait, j’avais l’impression que toutes mes cellules s’étaient mises en activité, puis au même moment, on a eu une pluie abondante. Une chance qu’on avait tous nos imperméables. La pluie a duré jusqu’à la fin. Elle a diminué seulement quand ça avait terminé, puis j’essayais de rester calme le plus possible, de rester centrée dans mon cœur, et à un moment donné je devais arrêter parce que c’était…, ça devenait trop intense.

La surprise, à la fin, avec un jeu de lasers, parce que c’était projeté sur les rochers, sur les arbres, sur la forêt présente. A la fin, on avait comme un genre de porte fait avec un truc laser pour sortir. En traversant, tout s’est calmé en moi, et là, j’étais tellement contente d’être allée dans cet endroit. Et je me suis dit : mais c’était là que je devais être, ce moment présent était vécu, et je tenais à le partager, parce que je pense que ça fait suite à ce que vous venez de mentionner au niveau du Québec, des lieux où l’enracinement, les roches et les minéraux qui y habitent ont une importance pour nous et nous apportent beaucoup. Merci.

Je te remercie de ce témoignage.

Je n’ai rien à rajouter, cela se passe de commentaire, et cela met dans le cœur. Merci.

Sœur : Merci Bidi.

Sœur : Bonjour Bidi.

Bonjour.

Sœur : Je me suis réveillée ce matin, puis je me disais que je ne sentais pas Agapè, que je ne vivais pas Agapè, puis, ou très rarement, là, au fil que la journée passe, je me rends compte que c’est que je ne me rapproche pas assez de (…) de ma musique, parce que quand je touche Agapè, c’est les journées où, un exemple, je suis en voiture, je m’en vais pour aller travailler, je trouve ça difficile, puis je me mets à chanter :  Agapè, Agapè, Agapè, (sur l’air de Figaro). Je fais des scénarios comme si c’est, je ne sais pas, l’orchestre symphonique de Montréal qui me chante Agapè. Ou des fois, c’est en arrière d’un arbre, il sort, je ne sais pas, moi, une girafe qui fait : Agapè. Puis là ça me fait rire, là je me mets à rire mais sinon, c’est trop sérieux mon affaire, puis je me rends compte que ça m’empêche de vivre Agapè. C’est tout. C’était juste ça. Un petit témoignage. Merci.

Merci aussi.

C’est avec une grande joie, qu’au travers de vos témoignages, de vos vécus, qui justement honorent, quelque part, votre sincérité et votre fraternité.

Nous pouvons continuer.

Frère : Bonjour Agapè, Agapè.

(Rires)

Je crois que vous avez trouvé la seule façon de me contenter…

(Rires)

Qui est simplement de venir au micro pour dire Agapè.

(Rires)

Frère : Parce que je ne veux pas que vous m’agressiez.

(Rires)

Frère : Mais là j’ai des interrogations qui viennent du personnage…

Parle moins vite.

Frère : Parce que je me suis dit, Jésus est crucifié, sans faire de comparaison, et quand même, s’il a dit des choses, ça c’est quand même bien terminé pour lui.

(Rires)

Frère : Est-ce que vous avez bien compris ?

Peux-tu répéter la question s’il te plaît.

Sœur : Il disait qu’il y avait des questions qui venaient de son personnage, qu’il n’avait quand même pas peur de se faire crucifier parce que Jésus s’était fait crucifié ou s’est fait crucifié…

Mais je vous dis qu’il n’y avait pas de clous !

(Rires)

Sœur : … Mais que son histoire a quand même bien terminé, à Jésus.

Frère : Ok. Sans plus d’abus, je vais passer à ma question. Alors on dit que l’évènement collectif concerne aussi, plus que ce monde, plus que ce système solaire, plus que la Terre. Alors les autres mondes, les autres dimensions, d’après mes connaissances, dans ces dimensions-là, ces univers-là, la vie est beaucoup plus facile qu’ici, … tandis qu’ici, mais pour nous, pauvres gaulois, ce n’est pas facile d’avoir cette soif de l’Unité … Agapè. Alors le personnage se pose des questions : comment ça se fait que ces êtres là, aussi, parce qu’on nous dit qu’ils sont absolument partout, qu’ils viennent ici, pourquoi sont-ils si désireux de participer à cette …

Peux-tu répéter la question ? Ou la question n’a pas encore été posée.

Sœur : Non, la question a été posée. Ce que notre frère mentionne, c’est que, dans les autres galaxies ou les autres dimensions, ils ne vivent pas la dualité, tout est Amour. Ça vaut mieux qu’en étant ici sur la planète terre, mais qu’en même temps, il voulait savoir comment se fait-il que ces êtres viennent tout autour de nous, et qu’ils seraient envieux de participer à l’évènement collectif auquel on se prépare.

Mais parce que c’est vous qui réalisez la réabsorption des univers et des multivers, et des super univers. C’est un spectacle unique. Toutes les places ont été vendues.

(Éclats de rires)

Ça a été expliqué. L’ensemble de la confédération intergalactique, l’ensemble des peuples se massent autour de la Terre, ça a été expliqué, vous les voyez dans les cieux, au travers des nuages qui les camouflent, et qui se dévoilent de plus en plus. Ils ne viennent pas seulement assister à un spectacle, ils viennent pour la réabsorption du mythe de la création.

Regardez, quand nous parlons d’unité, bien évidemment dans les autres dimensions, cela a été expliqué au cours des données de l’histoire, par les Anciens, en long, en large et en travers, l’Unité est Une ou elle n’est pas. L’Unité ne concerne pas seulement l’unité entre les hommes, mais c’est l’Unité de la Vie, pas seulement dans les dimensions libres, mais aussi sur Terre, dans les mondes nommés enfermés.

Il ne pouvait pas y avoir d’Unité, tant que cette Unité n’est pas vécue à l’échelon de l’ensemble de la création, et pas seulement sur Terre. Et ce que viennent faire ces êtres, dans leurs vaisseaux ou dans leurs habits de Lumière, ce n’est pas seulement assister au spectacle comme je l’ai dit, mais c’est avant tout de célébrer avec vous la fin du mythe de la création.

Bien évidemment, les Archanges, les Triangles, les Guides Bleus de Sirius, tous les peuples galactiques et inter galactiques ont …, sans le savoir, parce que cela devait être caché jusqu’à l’ultime moment, que l’Unité ne pouvait être réalisée dans l’ensemble de la création, que sur cette Terre, et ne devait laisser personne exclue de la Bonne Nouvelle.

Il est donc à la fois le spectacle et à la fois la résolution, par leurs présences, à eux aussi. Ce que vous nommez vos scientifiques, et en particulier astrophysiciens, sont parfaitement au courant du processus qui est en cours et qui déborde largement l’arrivée d’Hercolubus, ou de l’évènement. Il concerne l’ensemble des univers, de toutes dimensions.

C’est un évènement collectif qui ne concerne pas qu’exclusivement les humains de la Terre, mais concerne tous les déploiements des rêves, et donc toutes les dimensions. Personne ne peut refuser la Béatitude de l’Éternité et de l’Absolu. La conscience n’est pas immortelle.

Je l’ai dit, je le répète encore, la conscience est une maladie qui a servi le rêve, l’expérience du rêve, et d’arriver, en final, à l’échelon unitaire de l’ensemble des sept super univers, et des multivers, à la réintégration ou réabsorption, au sein de la Félicité Éternelle, qui n’a jamais bougé.

C’est un spectacle auquel vous allez participer, auquel vous allez assister, et je vous assure que vous êtes les maîtres d’œuvre. Là où vous êtes, sur cette Terre, qui je vous rappelle dans les données historiques mais récentes, le premier rêve de la création a eu lieu ici sur cette Terre, dans le premier Éden.

Il est normal que cette réabsorption se fasse depuis le point le plus distant de la Lumière, jusqu’à la Lumière elle-même, c’est-à-dire les dimensions au-delà de ce qui fut nommé l’anthropomorphisme, c’est-à-dire ce que vous nommiez la vingt quatrième dimension.

Comment voulez-vous réaliser qu’il n’y a personne, tant que tout le monde n’est pas là ? L’Unité est Une et indivisible, pas seulement sur cette Terre, mais dans l’ensemble du rêve de la création, dans toutes ses dimensions et dans toutes ses composantes.

Ce n’était pas une interrogation du personnage. Je te remercie.

Frère : Merci Bidi.

Je n’ai plus besoin de dire au suivant, ça défile tout seul.

 

(Rires)

Frère : Bonjour Bidi.

Bonjour.

Frère : Il a été dit, répété, par (…).

Peux-tu retranscrire ?

Sœur : Le Christ a dit, les demeures de mon Père sont nombreuses. Maintenant, avec ce que l’on sait, que tout sera réabsorbé, est-ce que, ce que le Christ a dit, tient toujours ?

Il y a d’innombrables demeures, comme disait votre Christ, à la Maison du Père. Mais aujourd’hui vous découvrez que vous êtes le Père, Abba. Ces demeures, sont les demeures du rêve, de l’expérience. Elles n’ont plus aucun intérêt. Maintenant j’attire ton attention sur le fait que, quand tu dis que le Christ a dit, tu l’as lu bien sûr, tu n’y étais pas, n’est-ce pas ?

Frère : C’est juste.

Merci. J’ai dit et je répète, encore, que nul ne pouvait connaître, ou envisager, ou présupposer, ou avoir l’intuition ou la vision de ce qui se produit en ce moment. Il fallait que le scénario du rêve soit parcouru jusqu’à son extrémité, que la boucle soit bouclée, que l’ensemble des possibles du rêve ait été expérimenté en les innombrables demeures, afin que tout se résolve au sein de la première demeure, du premier rêve.

Votre demeure, c’est le cœur. Votre demeure, c’est l’Absolu qui contient toutes les autres demeures.

Quand nous vous disons que tout a déjà été écrit, et que tout a déjà été vécu, vous vous rendrez compte très vite que c’est la stricte Vérité. Tout cela n’est qu’un rêve qui passe, quoi qu’ait dit le Christ, même s’il a prononcé cette phrase, quoi qu’aient pu dire tous les initiés et tous les saints dans toutes les traditions, dans tous les mouvements, depuis la nuit des temps sur cette Terre, sans aucune exception, ne pouvaient s’approcher de cette Vérité Ultime, qui devait demeurer cachée jusqu’au moment de la résolution.

C’est pour ça que je vous ai dit aujourd’hui, qu’il ne sert plus à rien de vous appuyer sur quelque écrit de quelque être que ce soit. La seule Vérité Absolue est votre présence, en l’instant présent, en Hic et Nunc. Et plus vous serez immergés dans cette Joie sans objet et sans sujet, que nous avons nommée Joie Nue, plus toutes ces préoccupations s’éloigneront de vous, parce que l’Amour se suffit à lui-même, tout simplement.

L’Amour n’a pas besoin de scénario, l’Amour n’a pas besoin de rêve, l’Amour n’a pas besoin d’histoire, l’Amour n’a pas besoin de justification. Il a toujours été là, il prend sa source en l’Absolu.

Il faut réellement ne plus être conditionné par ce que vous avez lu, par ce que vous avez entendu, par ce que vous avez étudié et même par ce que vous avez vécu il y a quelques années. La Liberté est seulement là, en Hic et Nunc, en l’instant, nulle part ailleurs.

Je l’ai déjà dit en 2012, la conscience est vibration. Certains d’entre vous ont décrit ces vibrations vécues en certaines circonstances. La vibration n’est qu’un interfaçage qui fait partie de l’échafaudage, celui du corps d’Éternité, du corps Éternel. Mais même ce corps Éternel n’a plus aucune utilité en l’Amour vécu.

Vivez-le et vous le comprendrez. Mais vous ne pouvez pas le comprendre, sans le vivre, c’est impossible. Sans ça, vous restez conditionnés, voire soumis, voire programmés par les religions et par les enseignements des êtres qui sont passés sur cette Terre, qui étaient importants pour leur époque, importants certes pour vous conduire à aujourd’hui, mais aujourd’hui, il n’y a plus aucune nécessité de s’appuyer sur cela.

L’autonomie et la Liberté sont à ce prix-là. C’est le seul prix à payer si je peux dire. Regardez au-dedans de vous, Tout y est, l’ensemble de la création, l’ensemble des mondes, l’ensemble des sept super univers et des multivers, l’ensemble des dimensions, l’ensemble des grands êtres, l’ensemble des brigands et assassins de cette Terre sont aussi vous, mais ils n’ont aucune substance par rapport à l’Amour, aucune réalité, ça fait partie du rêve.

Quand nous employons ce mot de rêve, ce n’est pas, ni un concept, ni une représentation, c’est la stricte Vérité. Réveillez-vous !

Quand j’étais incarné, je disais la même chose quand on me posait la question. Ce que je peux vous apporter, c’est simplement de vous souvenir de qui vous êtes. A d’innombrables reprises, en étant  incarné, je l’avais dit à d’innombrables auditeurs qui sont venus me rendre visite.

Allez au travers de tous ces maîtres, de toutes ces lumières, de toutes ces entités, et découvrez-vous vous-mêmes. Vous êtes parfaitement équipés pour cela, puisque tout est en vous Tout le reste sans aucune exception est un rêve et une projection de la conscience.

Le temps n’existe pas, le temps linéaire. « Il y a deux mille ans, le Christ a dit », cela appartient à l’histoire, cela appartient au rêve. La matrice christique installée depuis plus d’un an sur Terre a permis de vous libérer de tous ces conditionnements, de tous ces enseignements, dès l’instant où vous l’acceptez, dès l’instant où, avec sincérité, et humilité, vous vous placez au cœur du cœur. Tout part de là, et tout revient ici.

Relisez les textes d’Uriel. Ça avait déjà été évoqué bien avant Autres Dimensions, je crois qu’Abba vous l’avait dit, dans, en particulier, deux ouvrages, dans Dialogues avec l’Ange, dans l’Évangile de la Colombe.

Tout n’a été que des jalons, des repères placés sur la route du rêve, ici comme partout, pour préparer ce qui avait été écrit et le vivre dans les meilleures conditions possibles, pas seulement dans ce monde enfermé qu’était la Terre, mais je le répète, dans l’ensemble de la création qui, je le rappelle, est en votre cœur.

Les vaisseaux que vous voyez dans le ciel encore camouflés par les nuages, sont une projection de ce que vous avez ici dans la poitrine. Ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre et à vivre.

Ne vous souciez pas des extraterrestres, ne vous souciez plus de la confédération intergalactique, ne vous souciez plus des diables ou des mères généticiennes, souciez-vous de vous, en l’instant présent, au cœur du cœur, Tout y est, sans aucune exception.

Ce que vous voyez à l’extérieur n’est que le reflet et la projection de votre intérieur. Tout est vous. L’assassin, le pécheur comme le saint, dieu comme diable, moi aussi je suis vous, comme Abba vous l’a dit et vous faire vivre.

Plus Agapè, au niveau collectif, va se déployer, c’est déjà le cas depuis plus d’un an, plus ça va vous apparaître comme une Évidence, comme quelque chose qui ne souffre aucune discussion, et surtout aucune histoire, puisque vous êtes le monde, vous êtes la création.

J’ai souvent pris l’analogie du sommeil, avec la conscience Turiya, ou la supra conscience si vous voulez. Quand vous dormez, est-ce que vous êtes vivants, totalement, est-ce que vous vous en souvenez au réveil ? Non. C’est exactement comme cela que ça fonctionne.

La forme est un rêve. La conscience est une maladie. Soyez simplement disponibles, aimez tout, naturellement, et l’Amour vous le rendra au centuple, par la grâce de l’Intelligence de la Lumière, votre présence totale sera vécue.

Agapè est le préalable au grand Silence, au grand Vide, à l’Ultime Vérité. Soyez fixés sur cette pensée, sur cette idée.

De la même façon qu’en 2012, nous avions longuement évoqué la réfutation, afin de faire décoller littéralement la conscience de son identification au corps, afin de laisser apparaître et vivre la supra conscience, le corps de Lumière, les vibrations, les portes, les étoiles. Vous avez réellement reconstruit le film à l’envers. Vous l’avez, comme disait Abba, rembobiné, jusqu’au moment où vous vous apercevez que la totalité du film, quelles que soient les expériences, n’a fait que passer.

Puisque tout était inscrit dès l’instant initial qui n’est rien d’autre que l’instant final. Soyez logiques, pas la logique de la tête, mais la logique du cœur. Si vous êtes en Agapè résonance, avec un frère ou une sœur, un arbre, un végétal, un animal, il doit en être de même, sans différence de forme, de dimension, de conscience ou de monde. Il n’y a que vous.

C’est comme ça que vous arrivez à dire, à exprimer en le vivant, qu’il n’y a jamais eu personne, il n’y a que l’Amour, que la Vie. La vie n’est pas ce qui est limité par une naissance et une mort, la vie n’est pas seulement dans l’apparition et la disparition d’une forme ou d’un monde. L’Amour et la Vie sont bien antérieurs à cela.

Le rêve n’est pas une erreur, il a été une expérience qui s’est déroulée dans toutes les dimensions au même moment, en un instant si vous préférez, et en un même lieu, qui s’est déployé au fur et à mesure de l’expression du rêve, donnant l’illusion du temps, puis l’illusion de l’enfermement du temps.

Cela est réellement un rêve. Celui qui le vit le comprend parfaitement puisque, quels que soient les mots employés alors, ils traduisent tous l’Unique Vérité Ultime, qui est l’Absolu.

Tout a été écrit par vous-mêmes, et il fallait que vous l’oubliiez, jusqu’à un certain stade d’oubli, pour enfin vous retrouver dans l’illusion du temps et du rêve, et en sortir.

Il n’y a que l’Amour, il n’y a que la Vie, et il n’y a personne.

En résumé, votre personnage, votre âme, votre esprit, participent du même rêve, commun à chacun. Si nous avons tant parlé de moment collectif, c’est parce qu’il devait y avoir une résolution identique du rêve, dans chaque parcelle de manifestions du rêve, dans les innombrables demeures.

Il fallait qu’il y ait une synchronicité totale pour que le temps zéro, le retour à la Vérité, ou au dévoilement de la Vérité, se fasse de manière simultanée et synchrone. Non pas au niveau du temps, puisque le temps n’existe pas, sauf pour vous ici sur Terre, mais la simultanéité de la révélation du paradis blanc et du trou noir, devait se réaliser à un point de convergence. Et par le fait même que rien n’est séparé, par les phénomènes de résonance, d’un bout à l’autre des univers et des multivers, en un espace précis qui est la Terre, dans ce monde le plus enfermé, selon les données historiques du rêve, devaient se réaliser la Vérité et la sortie du rêve et de l’illusion.

Quand nous vous disons les uns et les autres que vous avez tout vécu et tout écrit, c’est la stricte Vérité. On ne peut pas le comprendre, on ne peut que le vivre et l’accepter. Ça ne peut pas être autrement, ça ne doit dépendre d’aucun point de vue, ça ne doit dépendre d’aucune dimension, ça ne doit dépendre d’aucune circonstance individuelle, et c’est ici que ça se passe, le premier rêve et le dernier rêve.

 

C’est pour cela que tous les grands êtres, maîtres, qui sont passés et qui ont été nommés comme tels sur la Terre, et surtout dans le vingtième siècle, vous ont parlé de la sixième race racine, d’une évolution, parce qu’il fallait bien vous donner, vous fixer un but pour vous retrouver. Ce n’est pas un mensonge, vous l’avez déjà vécu, nous l’avions tous, collectivement, volontairement ou involontairement, oublié. C’est tout.

Plus vous acceptez l’instant présent, plus vous acceptez le rêve que vous avez écrit, quels que soient ses aspects, quelle que soit la dureté de votre scénario, c’est exactement ce qu’il fallait. Rien n’a été laissé au hasard. Tout s’est déroulé selon l’Intelligence de la Lumière, par la résonance, par la démultiplication du rêve, par des images en miroirs déformants, qui ont engendré littéralement d’autres rêves, d’autres projections.

Celui qui est Agapè vit l’instant présent, il est totalement inséré dans son humanité, dans sa vie, quels qu’en soient les aspects, et c’est ça qui vous rend à votre Liberté, pas l’histoire, pas un quelconque devenir, pas une quelconque évolution. Vous avez toujours été parfaits. Vous avez toujours été là. Vous n’avez jamais bougé. Quand je vous dis que vous n’êtes jamais nés et que vous n’êtes jamais morts, c’est la stricte Vérité.

C’est ce que beaucoup d’entre vous vivent déjà. Agapè se suffit à elle-même. Elle est tout et rien en même temps. Elle est cet Amour indicible, inconditionné, et impersonnel, tout ce qui a été expliqué pendant des années par les Étoiles, par les Anciens, par les Archanges.

Rappelez-vous mon irruption en 2012, j’ai commencé à casser l’histoire, à casser le rêve, pour vous réveiller, pour vous ébranler comme je disais dès le début de mon intervention de ce jour, ébranler le rêve, vous secouer, vous botter les fesses ou autre chose, afin que vous vous réveillez.

Rappelez-vous, non pas de vos vies passées ou d’hier, mais rappelez-vous de qui vous êtes.

Autre intervention.

Sœur : Nous sommes déjà arrivés au terme du temps alloué.

Alors permettez-moi de terminer par cela.

Bidi vous salue.

…Silence…

Et je termine par ce mot : Agapè.

Bidi vous salue.

A toujours.

Salle : Merci Bidi, merci, merci.

Et je rends grâce à votre présence. Merci.

Salle : Ah ! Merci, merci, merci.

(Applaudissements)

****************

Blog (español) : Link (siendo traducido) Blog (português) : Link
Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) : Audio MP3 – Texte PDF

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

 
Print Friendly, PDF & Email