Vous trouverez plus de Messages sur le site
"Accueillir la Conscience Divine"... Sans publicités
à cette Adresse :
https://consciencedivine.com/

------------------------

Entretiens de Décembre 2021

O.M. Aïvanhov

28 Décembre 2021

Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver. Vous savez je n’ai pas eu pour habitude de venir très souvent m’exprimer pendant cette période que vous nommez, que nous nommons avec vous pour un moment fête de Noël, à défaut de mieux.

Mais cette fois-ci, il m’a été demandé de revenir parmi vous parce que ça fait, d’une part longtemps que vous ne m’avez pas entendu, et que d’autre part, vous êtes effectivement rentrés maintenant dans les ultimes révélations vous concernant chacun individuellement, c’est-à-dire, non plus une confrontation mais une espèce de syntonisation entre ce que vous êtes en Vérité et ce que vous avez cru être jusqu’à présent. Bien sûr, vous êtes très nombreux à avoir, je peux dire, transcendé un certain nombre de chose depuis déjà de très nombreuses années.

 

Mais vous constatez aussi comme nous vous l’avions dit, les uns et les autres, déjà depuis deux à trois ans que tous les processus de cette scène de théâtre, si on peut dire, et de la création allaient de plus en plus vous révéler des choses, comment dire pour le moins, difficilement encaissables et digérables. Voilà. Alors, je suis venu aussi parce que la période est propice aux explications, propice, je dirais, aux derniers accompagnements dans ce que nous sommes tous, collectivement, en train de traverser.

Alors, tout d’abord, je voudrais commencer par vous présenter et vous donner tout mon Amour et toutes mes bénédictions avant d’entamer, non pas cet échange aujourd’hui, mais plutôt ce que j’ai à vous dire pour accompagner, en quelle que sorte ce qui est déjà là et un peu partout où que vous regardiez.

Alors, tout d’abord, nous mettons chacun des autres dans le Silence du Cœur, dans l’Accueil des uns et des autres afin que nous soyons tous dans les meilleures dispositions pour accueillir ce que j’ai à vous dire au nom de la Confédération, au nom des Melchizédecs et au nom de la Création, si je peux dire, en sa Totalité.

… Silence …

Alors, fidèle à mon habitude, je vais vous donner un certain nombre d’éléments mais ces éléments sont aussi un constat que, bien sûr, chacun d’entre vous qui veut bien ouvrir les yeux, ouvrir la cervelle et ouvrir le Cœur, commence à discerner précisément ce qui est en train de se passer. Bien sûr, je ne suis pas là pour entrer dans les détails de ce que vous êtes en train de vivre depuis maintenant bientôt deux ans mais plutôt pour vous assurer que, encore une fois, que plus ce que vous allez vivre que ce soit à titre individuel de ce que vous vivez déjà à titre individuel mais aussi au sein des groupes familiaux ou des groupes sociaux, des groupes de pays, par exemple peu importe la taille.

Tous, tous sans aucune exception vous êtes comme nous sommes au moment où nous devons effectivement jouer ce rôle d’acquiescement, ce rôle d’acquiescement à ces horreurs qui sont apparentes et qui font en quelle que sorte saillie, si je peux dire, dans le déroulement de vos vies quelle qu’elles aient été jusqu’à présent. C’est aujourd’hui qu’il vous faut reconnaître et à la fois, effectivement, que vous n’y pouvez rien mais que ce qui se déroule, que ce soit en vous comme à l’extérieur de vous, dans votre groupe, dans votre pays et dans quel que particularisme ou communauté dont vous faites partie, n’est là que par l’Intelligence de la Lumière comme toujours.

Et n’est là que quelles que soient les apparences pour vous rendre à votre état premier initial, c’est-à-dire, à vous faire souvenir au-delà de tous les obstacles, au-delà de tout ce qui peut aujourd’hui vous paraître fou, vous paraître insensé, vous paraître inimaginable, pour vous démontrer que cela ne fait partie que de quelque chose, comme dirait notre cher Bidi, de temporaire, qui passe, qui est éphémère et qui ne peut durer que l’instant et le temps que vous y accorder dans votre conscience et dans votre personnage, si je peux dire.

Et vous avez tous la capacité de constater que dès que vous faites ce fameux Silence, non pas en cherchant à envoyer de l’Amour ou à recevoir de l’Amour et ne même plus faire de résonnance Agapè mais réellement si votre acquiescement et si votre Acceptation sont totalement, je dirais, authentiques et sincères, juste derrière comme nous vous l’avons toujours dit, il y a la Grande Paix, il y a le Grand Silence et le Souvenir de ce qui et de ce que vous avez toujours été, quelle que soit l’apparence des formes, quelle soit l’apparence des mondes et surtout, au travers, je dirais, et grâce à toutes ces difficultés que chacun d’entre vous peut rencontrer quel que soit le secteur de sa vie.

Effectivement, vous rentrez dans une espèce de grand Bousculement, de grand Chambardement et pas seulement de la Terre. Et je m’exprime aujourd’hui, ce n’est pas par hasard, c’est justement pour vous préparer à ces jours et ces quatre à cinq semaines qui vont se dérouler et qui sont devant vous et qui vous attendent, je dirais, les bras ouverts. Et n’oubliez jamais que quel que soit votre ressenti de l’instant, quelle que soit la douleur ou la difficulté à quelque niveau que ce soit dans votre vie, dans votre conscience, que ce soit avec le mari, que ce soit avec un enfant, que ce soit avec la société, avec un patron ou avec votre ami, peu importe.

Tout est là pour unique finalité, effectivement de vous bousculer dans vos derniers retranchements, je dirais. Ce ne sont même plus des résistances ou des oppositions à la Lumière. Je dirais que ce n’est même plus le rôle, comme nous avions dit il y a quelques années, des habitudes. C’est plus, je dirais cette fois-ci, l’habitude d’être dans une conscience et donc dans une forme. Mais rappelez-vous comme disait Bidi et comme nous l’avons expliqué les uns et les autres, et comme vous l’avez vécu, que vous êtes antérieurs à toute forme. Et qu’il suffit de vous rappeler de tout cela sincèrement même si vous n’en avez, et justement, aucune connaissance pour que la Connaissance de Qui Vous Êtes arrive.

Et j’insiste sur cet élément parce que chacun d’entre vous dans les aspects intérieurs de sa vie comme dans les aspects extérieurs sur la scène de théâtre vont se trouver bousculer dans vos ultimes retranchements. C’est non pas un test, c’est non pas un défi mais ce sont les ultimes résolutions de la Lumière qui viennent littéralement au niveau sociétal, au niveau des ultimes égrégores en place liés, par exemple aux races, liés aux fonctions des corps et des sexes, par exemple, mais aussi liés à toutes les interactions sociétales, vont se trouver bousculer comme jamais.

 

Il en est pareil, bien sûr, vous vous en douter, pour le Ciel et pour la Terre. Vous êtes dans des phases qui avaient été écrites dans l’Apocalypse, voilà fort longtemps et qui correspondent aux étoiles qui roulent dans le ciel et effectivement aux mouvements des océans de la Terre, de l’Air, bref, des Quatre Cavaliers, des Quatre Hayot Ha Kodesh dont je vous ai parlé voilà de très nombreuses années.

Tout cela est un spectacle. Rappelez-vous que vous n’êtes que – un observateur – et que nous vous avions donné des éléments durant de très nombreuses années pour vous faire trouver, si je peux dire, l’observateur qui est toujours là et toujours sous-jacent par quelques manifestations que ce soient. Les manifestations qui vont prendre cours dans les heures, les jours et les semaines qui viennent ne sont là que pour déstabiliser les habitudes de la conscience à vous croire, à vous faire croire que vous êtes limités par un corps.

Que ceci soit le corps physique, le corps éthérique, le corps d’Êtreté, vous allez découvrir pour ceux qui ne l’ont pas encore découvert, que vous êtes bien plus qu’une forme inscrite dans un espace-temps quel qu’il soit et de quelle que dimension que ce soit. C’est se souvenir réellement que vous êtes non seulement la Lumière, non seulement Enfants de la Lumière, mais surtout, vous-mêmes Créateur de la Lumière et donc bien antérieurs, si on peut dire, à la Lumière.

C’est une Félicité Absolue qui a été expliquée et vécue par de nombreux frères et sœurs et nous avons nommé ça vous vous rappeler, il y a déjà de très nombreuses années, une approche qui était les espèces de Théophanie, si je peux dire, et qui vous permettait d’entrer dans ces résonnances subtiles de la relation Agapè et de la Résonnance Agapè qui est au-delà de toute relation. Vous avez découvert et vécu Agapè, les manifestations vibratoires du Double Tore du Cœur et peut-être les différents circuits impliqués dans la mise en route du Souvenir de votre Éternité au niveau du Cœur du Cœur, au centre de Double Tore.

Vous avez perçu tout cela. Vous avez manifesté au sein de la scène de théâtre les Résonnances Agapè des États Agapè. Mais vous constatez chaque jour certainement et, nous le voyons de plus en plus nombreux, que le seul espace ultime de résolution a été nommé et vécu aussi comme étant le Grand Silence. Parce que le Grand Silence est aussi une forme d’Acceptation. C’est-à-dire ne plus accepter vos pensées non pas pour les rejeter mais pour voir que vos pensées ne viennent pas de vous.

Que ces pensées, ne sont, elles aussi, que des sécrétions liées à l’instantanéité de ce qui est perçu en comparaison avec tous les souvenirs engrammés dans les processus mémoriels du corps astral et donc des émotions mais aussi des comportements mentaux, si je peux dire, liés aux conventions sociales, morales, affectives, sexuelles, relationnelles, à tous les niveaux où que vous les regardiez. Bref, tout ça est en train d’être impacté et certain d’entre vous le sont déjà énormément. Ça ne veut pas dire que vous perdez l’État Agapè si vous l’avez vécu, que vous n’êtes pas en train de descendre en vibration.

Mais que vous êtes simplement en train de vous poser à l’intérieur de vous-mêmes en faisant, si je peux dire, les derniers deuils des habitudes à l’histoire et des habitudes à la prise de forme liée à la conscience et au déploiement du temps et de l’espace. Pour cela, bien sûr, vous le savez déjà mais c’est quelque chose qu’il est bon de repréciser pour beaucoup d’entre vous aujourd’hui parce que dans les jours et les semaines qui viennent, et là je parle en terme terrestre, vous avez toutes les possibilités à titre individuel, à titre le plus global et collectif qui soit de vivre des espèces de basculements intérieurs, qui peuvent effectivement vous déstabiliser  quelque part et vous faire rentrer peut-être dans une forme, oui, de déstabilisation ou de sentiment de perte d’équilibre.

Rappelez-vous qu’à ce moment-là, vous n’avez rien à juger, vous n’avez rien à comprendre. Vous avez juste à acquiescer, à dire OUI et à laisser être CE QUI est là, qui vous gêne peut-être, qui vous fait mal. Ça ne veut pas dire renier une douleur ou s’éloigner d’un problème. Ça veut dire littéralement, comme nous vous l’avions dit à l’époque, de digérer, d’absorber et de laisser être transmuté par ce que VOUS ÊTES et que vous ne connaissez peut-être pas encore en totalité, mais qui va se révéler de cette manière.

De toute façon, vous allez très vite comprendre que vous n’avez plus aucune issue quel que soit le secteur de votre vie, quel que soit le secteur de votre compréhension, quelles que soient l’intensité et la volonté que vous mettez pour vouloir résoudre une problématique collective ou personnelle, parce que c’est du même ordre, sera vécu avec difficulté si vous résistez avec souffrance, avec douleur, avec tous les troubles que certains d’entre vous peuvent peut-être ressentir indépendamment des éléments, je dirais, pervers de cette scène finale de théâtre et vous savez que vous avez nommé le coco là.

Et indépendamment de ça, vous pouvez sentir des pressions énormes dans la tête, dans les oreilles, dans le cœur ou vous pouvez avoir des fluctuations d’humeur, d’un moment à l’autre, qui peuvent être parfois déroutant pour celui qui le vit. Mais c’est dans ces moments-là où vous êtes justement et où vous allez être de plus en plus bousculés et ébranlés que vous allez vivre et retrouver ce centre immuable que vous avez toujours été.

Et s’il y a quelque chose que vous devez retenir dans ce que j’ai à vous dire en ce jour, c’est surtout, quoi que vous ayez à traverser, quoi que vous soyez en train de traverser et surtout si vous ne vivez pas cet État Naturel Agapè, rappelez-vous que cet État Naturel vous ne pouvez pas le chercher. Il vient à vous. Et que les circonstances qui se présentent collectivement comme individuellement pour tous les frères et les sœurs incarnés de la Terre ont exactement le même but, ébranler les fondements de l’illusion et faire certifier Le Réel que vous êtes par votre propre Reconnaissance de ce que Vous Êtes et de qui Vous Êtes.

 

Et cela se fera d’autant plus facilement et aisément même pour ceux qui aujourd’hui sont dans des grandes souffrances, dans des grandes pertes, dans des grandes interrogations, parce que de vous-mêmes et chacun dans votre coin ou même en n’en parlant, vous allez comprendre qui ne peut exister aucune autre solution dans ce qui se présente à vous, à vivre ici dans l’incarnation.

Mais aussi, je vous rappelle, dans le reste du cosmos, dans le reste des créations, c’est de vous faire avoir le Souvenir du Réel, le Souvenir de l’Immuable de cette Indicible Vérité que vous êtes et qui ne peut pas être crue, qui ne peut pas être connue autrement qu’en étant vécue directement au travers de la forme dans laquelle nous sommes les uns et les autres, aujourd’hui dans cet Événement unique dans l’histoire et, je dirais, du déroulement apparent du temps de la création où l’Instant Initial, la Première Lumière, est exactement le même moment que l’Instant Final qui est aussi Lumière.

Et qu’entre les deux, tout cela était figé et que toutes les possibilités ont été explorées par l’outil de la conscience qui a mené d’elle-même à son propre auto-enfermement et à sa propre autolimitation, afin de comprendre et de vous rappeler le Serment et la Promesse de ce que Vous Êtes qui primerait toujours sur les apparences de quelques manifestations dimensionnelles que ce soient. Cet Événement devait être synchrone quel que soit ce que vous en pensez et quel que soit ce que nous en pensons, nous aussi en d’autres dimensions.

Que nous ayons été incarnés sur ce monde ou en quel que monde que ce soit, que nous n’ayons jamais pris de corps de carbone ou que nous soyons restés limités dans les sphères éthérées, tout cela n’est que la multiplicité et infini de la conscience mais qui est toujours qu’une seule conscience et qui est, je vous le rappelle, directement reliée à cette notion de monde de ce qui avait été résolue voilà quelques années, concernant l’Anomalie Primaire. Aujourd’hui, ce qui reste à vivre est, je dirais, la Traversée, non pas du désert mais la Traversée de la Vérité, parce que la Vérité n’est pas un désert contrairement aux apparences.

La Vérité est une surabondance de Paix, une surabondance de Silence. C’est une Félicité qui contient le Tout et comme les uns et les autres, nous vous l’avions dit, vous ne pouvez jamais vous tromper quand vous vous retrouvez. Pour la simple raison que vous ne pouvez que vous reconnaître. À ce moment-là, et de manière, je dirais peut-être, plus rapide que les frères et les sœurs qui ont vécu, par exemple, le Feu du Cœur Sacré ou encore la Remontée de l’Onde de Vie ou encore les Théophanies ou les Résonnances Agapè Spatiales Interdimensionnelles.

Si vous voulez, tout ça n’était que de la manifestation et en quelque sorte, je dirais, le préambule ou l’antichambre du Réel, c’est-à-dire, ce que vous êtes et ce que nous sommes tous en Vérité. Alors oui bien sûr, il y a effectivement, et nous le voyons comme vous sur cette Terre, des mouvements qui se produisent à tous les niveaux. Vous voyez bien que dans cette scène de théâtre que l’on peut qualifier, et je pense que la qualifier comme moi, comme quelque chose d’absurde, d’effroyable, d’inutile et qui n’a aucun sens mais c’est justement dans cette absence de sens et dans ce chaos qui se dessine, qui se profile et qui est sans issue que se trouve la Vérité.

Et c’est ce à quoi, et je m’adresse surtout à ceux d’entre vous qui n’ont pas encore stabilisé ce Grand Silence de l’Absolu et du Parabrahman en Agapè. C’est là où vous voyez, que vous n’êtes rien de ce qui se déroule. Vous êtes un acteur mais vous êtes tous les acteurs. Vous êtes le spectateur mais vous êtes tous les spectateurs. Vous êtes le théâtre mais vous êtes tous les théâtres pour vous apercevoir qu’en définitive pour chacun de nous, que tout ce qui passe n’est pas Vrai et n’est pas Réel. Et qu’il n’y a plus de place dans la Vérité pour un quelconque karma, pur une quelconque forme, même le corps d’Éternité ou pour une quelconque dimension.

C’est un moment effectivement qui est difficile à concevoir. Alors bien sûr, dans la dynamique que nous avions évoquée aussi bien durant les Noces Célestes que des années après, nous vous avions donné un certain plan de déroulement du scénario, entre guillemets, de la Fin. Et ce scénario, nous vous avions dit déjà depuis fort longtemps, que plus le temps s’écoulait, plus c’était une chance inespérée pour faire en sorte que de plus en plus de frères et sœurs se réveillent et se révèlent à leur propre Lumière d’Éternité, de façon de faire en sorte que le dévoilement complet de la Vérité et de la Totale Lumière de la Félicité, du Paradis Blanc se passe sans souffrance et sans possibilité de se faire souffrir par rapport à ce que l’on est.

 

Et bien évidemment, il peut encore être difficile à accepter pour certains d’entre vous que ceci aurait pu être évité, qu’il aurait fallu peut-être prendre un autre chemin avant. Mais tout ça, ne sont que des suppositions de la pseudo liberté de l’Esprit. Vous savez que la Lumière est bien antérieure à l’Esprit et que vous, vous êtes bien antérieurs à l’Esprit. Et cela ne souffre aucune discussion, aucune argumentation ou contre-argumentation ne peut tenir face au Réel. Le Réel est. La Vérité est. Et c’est à la rencontre de cela que nous allons, que vous allez et que l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres s’apprête à vivre.

Il n’est pas question, comme je l’ai toujours dit, de donner une date, un jour, une heure. Mais simplement, je le répète, entre cette période de Noël et la période, je dirais, qui va jusqu’à la fin janvier, beaucoup de choses seront différentes en vous. Je ne veux pas dire par là que l’Événement aura lieu, puisque personne ne peut donner la date. Les seuls repères que nous vous avions donnés, voilà fort longtemps dans le déroulement, sont toujours valides, bien sûr. Mais, il y aura une espèce de précipitation et plus l’élastique se tend, plus il revient vite à la position initiale.

Et bien évidemment vous l’avez compris, vous êtes au point de tension maximale de l’élastique et ça, il faudrait vraiment, je dirais, mettre la tête dans le trou pour ne pas voir ce qui se déroule sur la scène de théâtre de ce monde, bien sûr. Il n’y aura pas, et vous le savez quasiment tous, de possible retour en arrière de quoi que ce soit. Ce qui est mort, est mort. Ce qui est passé ou ce qui est en train de passer, ne sera plus jamais. Est-ce pour autant qu’à dire que vous vous dirigez vers la finalité du plan des guignols? Je vous réponds, assurément oui.

Mais que c’est justement ce plan de finalité des guignols, si on peut dire, qui révèle l’Absolue Vérité du Silence, l’Absolue Vérité du Réel et de la Vérité que nous sommes. Ça participe bien évidemment au Plan même si nous n’en voyons pas encore tout selon notre sphère dimensionnelle, si je peux dire, la véritable utilité ou, si je peux dire, le pourquoi ou le comment de la chose. Mais, même ces explications qui existent n’auront plus aucun sens pour aucun d’entre nous. Parce que ce sont des choses qui apparaîtront réellement et très concrètement comme absolument secondaire et après, dans un second temps, rapide après, absolument futile et absolument inutile.

Alors, quel que soit votre état d’humeur, encore aujourd’hui, quelles que soient vos oscillations possibles entre les moments d’Agapè et les moments d’agacement par rapport à ce monde, vous constatez tous que plus vous faites le Silence, c’est-à-dire ne pas chercher à méditer, ne pas chercher à comprendre ce qui se passe, ne pas chercher en rentrer en contact avec quelque chose que vous pourriez nommer l’âme, l’esprit, une entité ou un peuple de la nature mais à rester dans ce Grand Silence, silencieux de toute intention, de tout désir de monter en vibration, de tout désir de vision, alors, comme ça été dit, vous vous placez nécessairement dans l’optique, je dirais, de l’Acceptation de Ce Qui Est. Ça c’est le premier point.

Le deuxième point, c’est que vous allez constater une espèce de similitude, si je peux dire, entre les événements collectifs du monde, que ça soit aussi bien au niveau des éléments que de la société, vont être exactement superposables à ce qui se déroule en vous, que ce soit au niveau de l’humeur, que ce soit au niveau de douleur ou de trouble que vous avez dans votre corps ou dans votre tête, à quelque niveau psychologique que ce soit, au niveau mental si vous préférez.

Vous allez constater effectivement une forme de similitude ou de résonnance entre ce que vous vivez extérieurement, que ce soit dans votre famille, dans la société, dans votre milieu professionnel, amical ou autre et ce qui se déroule à l’intérieur de votre psychisme, de vos émotions mais aussi de votre corps. Alors, ne vous alarmez pas de cela parce qu’il suffira simplement de constater cette espèce d’analogie troublante entre un trouble extérieur et une manifestation intérieure qui vous fera vous rapprocher de la Vérité, parce qu’en vérité, il n’y a ni dedans ni dehors.

Vous êtes aussi bien tout ce qui est dehors dans l’apparence et dans le rêve, que tout ce qui est dedans dans l’intimité de ce que vous percevez ou de ce que vous vivez. Et c’est là que la Paix, si je peux dire, du Grand Silence se déploie et s’installe en vous sans aucun effort de votre part, parce que de toute façon, s’il y a effort, la Paix se retire. Et ça, vous allez le vivre dans d’innombrables circonstances, je dirais, dans le déroulement de votre journée ordinaire.

Je dirais, dans le déroulement de votre journée ordinaire par exemple, vous allez vous apercevoir que vous vous êtes cogné trois, quatre fois la tête au même endroit dans la journée. Vous allez vous apercevoir que vous allez chercher le même objet dix fois dans la journée. Ça va vous sembler ridicule. Et puis, vous allez observer dans le même temps quelque chose qui semble aussi de la même nature à l’extérieur, et des éléments répétitifs, par exemple, quand il y a répétition. Ou vous allez tomber sur des manifestations, je parlais de mal de tête mais, imaginez une émission de télé qui va vous dire que c’est normal d’avoir mal à la tête, en ce moment.

Vous voyez. Ou comme pour les sifflements d’oreilles, on va vous dire « vous avez l’impression d’avoir mal aux oreilles, d’entendre siffler très fort dans vos oreilles ». Vous savez que c’est ce qu’on appelle le Chant de l’Âme ou le Chant de l’Esprit, le Nada. Et en même temps, on va vous parler de la même chose à la radio ou la télé, ou un frère ou une sœur va se plaindre au même moment. Ce sont des phénomènes de coïncidence qui ne sont pas des hasards. Certains d’entre vous l’ont déjà eu, par exemple au travers des répétitions – par exemple des heures miroirs.

 

Et bien, ça va être exactement les mêmes choses qui vont se produire dans votre perception, dans votre conscience, mais aussi, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Et c’est cette espèce de résonnance, de coïncidence, de manifestation, qui va là aussi, à un moment donné,  entraîner, je dirais, une forme non pas de stupeur ou stupéfaction mais de Silence, d’hésitation où il va vous sembler soit voir des analogies partout, soit au contraire trouver que les choses sont un peu, comment vous diriez, comme un bug dans la matrice, avec des distorsions de temps, des distorsions de conscience, des événements comme je viens de le dire de nature similaire à l’intérieur de vous comme à l’extérieur de vous.

Tout ça, ce sont des prétextes, des occasions et des circonstances pour vous retrouver dans le Silence de la Vérité. Prenez aussi du temps, je vous l’ai dit voilà quelques années, je vous disais d’aller dans la nature. Bien sûr que la nature est, encore aujourd’hui, extrêmement importante. Ceux d’entre vous qui ont l’opportunité d’avoir été placés dans le scénario dans la nature, dans les forêts, près de l’eau – en particulier des lacs, dans les montagnes, hors des villes, bien évidemment ce scénario-là est aujourd’hui beaucoup plus facile à vivre et à vivre la Vérité que si vous êtes, par exemple, dans des villes.

Mais, si vous êtes dans des villes, c’est que, aussi, ça devait être comme ça pour vous. Et que là aussi, il y a un processus d’acquiescement et d’acceptation qui doit se faire jour. C’est comme ça que vous allez comprendre que tout ce qui se déroule en ce moment, mais avec une acuité extrême, est exactement à la seule place où il pouvait être et pas ailleurs. Ça fait partie du processus d’Acceptation. Ça fait partie du processus de Sublimation et d’Alchimisation de la Lumière et de la Vérité au sein de ce rêve d’Ombre et de Lumière qu’on appelle la Création de troisième dimension.

Tout cela est en train de se dérouler. Je sais que beaucoup parmi vous le vivent déjà d’ailleurs. Et beaucoup parmi vous ont vécu durant cette année une atteinte, je dirais, importante, de leur corps ou de leur psychisme, de leur mental, de leur état psychologique. Quelles que soient les douleurs de ce qui a été à traverser, aujourd’hui, vous n’avez même plus à vous poser l’idée de traverser. Mais retenez que la compréhension, la dissolution de ces couches d’habitude à la forme et quelque part encore à quelques mémoires, vont disparaître d’elles-mêmes, dès l’instant où vous vous relâchez vous-mêmes face à une douleur, face à une situation. Et je ne veux pas dire par là qu’il ne faut pas résoudre une situation, par exemple familiale, ou une maladie que vous avez.

Je dis simplement qu’il vaut mieux au préalable de la solution ou du médicament, vous placer dans une posture intérieure d’acquiescement, c’est-à-dire de celui qui va être l’observateur de lui-même, l’observateur de ce qui fait mal, non pas pour chercher une solution mais vraiment, et cette fois-ci littéralement, plonger au cœur de la résistance, de la souffrance ou du mal-être, pour laisser être ce qui veut émerger sans avoir, si vous voulez, l’intention de ne pas s’occuper de ce qui fait douleur. Mais dans un second temps, et tout ce qui va se produire au décours de nos vies, les uns et les autres, que nous soyons dans notre vaisseau des Melchizédec, que vous soyez en plein milieu de la nature ou en plein cœur d’une ville, ne fait pas de différence.

C’est la même alchimie qui se déroule. C’est l’alchimie, je dirais, (entre… et la confrontation quel que part), entre la vie intime intérieure et la vie éphémère extérieure et ce dans toutes leurs composantes, extérieures comme intérieures. Et, c’est à travers ce qui se joue et qui s’est déjà joué durant le mois de décembre, mais aujourd’hui avec une intensité beaucoup plus importante et chaque jour beaucoup plus importante qui va amener, si vous voulez, à vous faire vivre, quelque part, le mécanisme dont nous avions discuté et que certains d’entre vous avez vécu à certains moments du déploiement de la supra-conscience, qui était le mécanisme de la stase.

C’est le moment où, là je ne parle pas de la stase de trois jours, mais des espèces de stases intérieures qui se produisent, parce que, dès l’instant où vous ne résistez plus à une situation quelle qu’elle soit, dès l’instant où vous faites œuvre d’acquiescement et d’acceptation sans rien chercher d’autre que cet acquiescement et cette acceptation, alors vous allez assister en vous-mêmes à cette dissolution des conflits qui sont, je dirais, des conflits de l’habitude de la forme, c’est-à-dire de la conscience elle-même, et qui vont vous faire découvrir que vous n’êtes pas cette conscience qui comprend qui saisit et qui se manifeste, mais que vous êtes bien réellement supérieurs, antérieurs et postérieurs à ce qui a été nommé conscience et supra-conscience.

 

Il n’y aura plus besoin de subdiviser ce que vous êtes à la traversée de cela en élément : subconscient, inconscient, conscient, infra-conscient ou supra-conscient. Vous serez dans l’état de permanence inaliénable où la Paix prévaut sur tout le reste où les souvenirs de Qui Vous Êtes, qui n’a pas besoin de vibration, qui n’a pas besoin de manifestation, sera de plus en plus extensif en vous et viendra, comme le fera le Paradis Blanc, dissoudre totalement tout ce qui est mémoriel et tout ce qui est forme mais aussi, tout ce qui est lié en quelque sorte à la conscience.

Et je ne parle pas ici de la stase collective. Je parle ici des événements que vous allez vivre individuellement, chacun dans votre sphère de conscience, qui ne sont pas simplement des délocalisations de la conscience ou simplement un état de Samadhi mais bien plus liés à la disparition et à la dissolution de la conscience, et non plus seulement sa délocalisation ou l’accès au supra-mental. C’est un accès à ce qui est au-delà de toute définition du mental ou de la conscience. Ce sont des moments de Silence intérieur. Ce sont des moments que vous avez peut-être déjà vécus et surpris en vous.

Vous êtes en train de faire quelque chose, comme quand vous vous réveillez le matin, et d’un coup, vous ne savez plus ce que vous faites. Ça avait déjà été expliqué voilà quelques années dans le processus de délocalisation de la conscience. Par exemple, vous étiez au volant sur une route connue, et d’un coup vous ne saviez plus qui était au volant et sur quelle route ou quel pays vous étiez. Ça, ça va vous le faire maintenant dans des processus où vous êtes non plus seulement au volant, c’est-à-dire, dans une certaine forme d’automatisme mais même dans une discussion volontaire où il n’y a pas de place à priori pour les automatismes.

Vous allez simplement vous apercevoir que tout s’arrête, il n’y a plus de mots, il n’y a plus personne. Il y a juste le Silence et la Paix. Au début, cela peut être un peu, je dirais, déroutant et déconcertant, mais très vite vous repèrerez cela, et très vite, une fois que vous aurez compris de manière intime et qui ne passe pas par le cerveau ou par quelqu’explication que ce soit, que cela est l’Ineffable. Alors, l’Ineffable prendra de plus en plus d’espace, aussi bien dans votre corps que dans vos émotions et, je dirais même, dans votre mental et donc dans vos pensées. Vous vivrez, à ce moment-là, une certaine forme d’inutilité de défendre tout point de vue.

D’inutilité même d’exprimer un quelconque point de vue, non pas par défaitisme, non pas par abrutissement, je dirais, mais bien plus comme un état de lucidité où il n’y a rien à prouver à qui que ce soit ou à quoi que ce soit, où chaque situation se suffit à elle-même et étant complète en elle-même quel que soit, je dirais, l’absurde et quel que soit le chaos. Nous vous avions toujours dit qu’il y aurait la peur ou l’Amour et cela, nous vous l’avions dit : « Plus le chaos grandirait, plus il y aurait la Joie » à l’intérieur de vous, bien sûr, pas à l’extérieur, au contraire. Et maintenant, je peux dire que ça va être de plus en plus le Silence.

Plus les événements qui vont percuter le collectif comme votre vie individuelle vont être forts, plus ils vont vous sidérer, plus ils vont vous installer, quoi que vous en disiez, dans ce Silence et dans cette Évidence. Et c’est surtout cela que je suis venu vous délivrer à travers ces deux points. Et il y en aura un autre tout à l’heure, un troisième point, c’est que quel que soit ce qui va vous être donné à traverser, à vivre, à expérimenter, quels que soient les discours, quelles que soient les images, quelle que soit l’intensité des chocs qui sont en cours, c’est grâce à ces chocs personnels, individuels, collectifs, sociétaux, familiaux, que vous découvrez enfin la Véritable Paix.

Et que la Paix ne peut être dans aucune manifestation ni dans aucune expression ou démonstration de quoi que ce soit. La Paix et le Grand Silence sont donc paradoxalement dans le brouhaha de ce monde en train de gagner en chacun de nous quelle que soit notre sphère de manifestation. Bien sûr, ce n’est pas encore le cas de la grande majorité des frères et des sœurs. Je parle ici, des humains-âmes. Je ne parle pas des portails organiques, bien sûr. Mais même parmi ces frères et ces sœurs humains-âmes, vous constatez que certains sont encore en train de dormir. Ne vous inquiétez pas.

Je dirais que, plus vous dormez aujourd’hui dans une espèce d’inconscience de ce qui se déroule autour de vous, vous voyez tous ça dans vos familles, peut-être chez votre mari, chez vos amis, vous le voyez tous les jours dès que vous rencontrez quelques personnes, dès que vous échangez. Eh bien, tout ça, vous laissera dans une espèce d’impassibilité parce que vous saurez que la meilleure réponse, en le vivant, à tout ce qui se déroule, c’est-à-dire, dans votre corps, dans votre psychisme, dans vos troubles, dans vos difficultés comme dans vos Joies, est magnifié et traversé avec une grande aisance dans le Silence quels que soient les ressentiments.

 

Ici, il n’est pas question de dire et vous connaissez peut-être cette phrase, « Tout ce qui n’est pas exprimé, s’imprime et se manifeste. » Aujourd’hui, je dirais, « Tout ce qui n’est pas digéré, tout ce qui n’est pas traversé est simplement là pour être traversé. » C’est-à-dire, que vous devez arriver à assimiler, en le vivant, que la résistance ou l’habitude ou la douleur qui se manifeste n’est qu’un tremplin, si je peux dire, qui va vous permettre de découvrir Qui Vous Êtes dès que vous l’acceptez. Et ça, ça va être valable dans tous les secteurs de votre vie et, je dirais, individuelle mais aussi à tous les échelons de la société.

Nous vous avions parlé, troisième point, du Mensonge Planétaire. C’était en été, voilà maintenant plus de deux ans et demi. Nous vous avions parlé du Mensonge Planétaire et du Mensonge Cosmique. Le Mensonge Planétaire, vous le voyez depuis cette époque, vous avez, même si vous ne voulez pas les voir, vous êtes obligés de voir, je dirais, la grande manipulation qui est en cours, qui est bien évidemment à l’opposé de la Liberté, à l’opposé de la Vie et, bien évidemment à l’opposé de l’Amour c’est-à-dire la manifestation et l’incarnation de la peur à travers la bête, bien sûr.

Alors cette bête, vous la voyez maintenant partout s’afficher et cette nouvelle religion, si on peut dire, de ceux qui sont dans la peur. L’Amour ne connaît pas la peur. Voilà pourquoi pendant des années, nous disions – la peur ou l’Amour – et après – la souffrance ou l’Amour. Et aujourd’hui dans ce qui se déploie dans la conscience collective comme dans la conscience individuelle incarnée, humaine, c’est cela – la souffrance ou l’Amour. Mais même la souffrance n’est qu’une forme d’amour qui révèle l’Amour. C’est là où vous devez vous placer et c’est là où vous vous retrouvez.

Et donc, dans ce Mensonge Planétaire, il concerne bien évidemment aussi le mensonge de l’histoire mais ça ne touche pas encore le Mensonge Cosmique. Et je ne parle pas ici des méchants garçons, des archontes, des guignols, des Illuminatis. Je parle du Mensonge Cosmique Premier, c’est-à-dire que vous allez découvrir comme nous l’avons découvert nous aussi, au moment où nous étions dans ce Grand Silence du mois de janvier 2019, si vous vous rappelez, c’est le moment où le Silence est lui-même Bénédiction, Adombrement, Transcendance et Révélation Ultime.

C’est pour cela qu’il y a, je vous le rappelle, cette fameuse stase collective de trois jours qui a été annoncée par d’innombrables voyants d’ailleurs depuis le début du vingtième siècle, du siècle précédent. Et donc tout cela va concourir, et donc la souffrance et, je dirais, l’ultime force de résilience par rapport à l’illusion même de la souffrance. La souffrance, bien évidemment, est réelle, que ça soit la souffrance du corps ou la souffrance de ce qui ne contente pas ce corps ou cette âme qui est dans ce corps ou cet esprit qui est dans ce corps. Mais aujourd’hui, cette souffrance de la scène de théâtre, à tous les niveaux, n’est que la remise à plat de l’illusion.

C’est comme ça que vous allez découvrir les fils qui tiennent les marionnettes. C’est comme ça que vous allez voir la main qui tient les fils de la marionnette. Et c’est comme ça que vous allez vivre que vous êtes aussi la main qui a tiré les fils de la marionnette. Et, c’est comme ça, comme disait notre cher Bidi, que vous voyez qu’il n’y a jamais eu de théâtre. Et, ça se termine effectivement par ce Grand Silence, cette Grande Infinité et ce que pourrait appeler la personne ou le personnage ou l’âme qui est encore engluée dans les croyances spirituelles, le « Néant ». Le Néant d’où tout vient et où tout revient et où tout n’est jamais parti et où tout n’est jamais revenu.

Ce que nous avions appelé pendant des années le Cœur du Cœur, les Résonnances Agapè, le Double Tore, tous ces scénarios, toute cette construction et déconstruction qui est en cours, l’accès au Supra-mental, la révélation du Supra-mental, la Lumière Blanche, est aujourd’hui dans sa phase de résolution ultime où vous allez comprendre enfin, en le vivant, les paroles de Nisargadatta, Bidi, votre cher Bidi qui vous a répété d’innombrable fois : « Toi, tu as toujours été là. L’univers passera, les galaxies passeront, les créations passeront, le cosmos passera et tu seras toujours là. »

 

Et, c’est ce qui nous est donné, nous aussi là où nous sommes et vous aussi, là où vous êtes, de vivre au travers ce corps de chair et surtout à travers la période qui vient de s’ouvrir au-devant de vous et qui va voir dans un premier temps des réajustements majeurs par rapport à ce Mensonge Cosmique. Et vous l’avez compris, le Mensonge Cosmique n’est rien d’autre, non pas la prédation des archontes ou l’enfermement des archontes. Mais, le Mensonge Cosmique n’est rien d’autre que la conscience elle-même.

Et ça, pour ceux qui ne l’ont pas encore vécu, ça va être effectivement, à la fois un grand choc mais surtout, une fois encaissé le choc, une Grande Liberté. À ce moment-là, vous saurez et vous le constaterez entre vous, les uns les autres, parce que vous en parlerez, pour ceux qui ne l’ont pas encore vécu ou ceux qui le vivent déjà n’ont pas besoin d’en parler puisqu’ils sont déjà dans ce Silence. Et, les paroles, les mots sont évités, c’est-à-dire, qu’il y a une propension de plus en plus grande à ne pas parler.

Ça ne veut pas dire ne pas exprimer. Ça veut dire privilégier sans le vouloir, sans effort, cet État de Silence Intérieur. Et je disais tout à l’heure que le plus important ce n’est pas la nature aujourd’hui. Ce n’est pas d’être dans la nature ou d’être en ville. Bien sûr, c’est plus agréable, je l’ai dit, dans la nature. C’est d’avoir du temps et DU TEMPS POUR NE RIEN FAIRE. Je vous rappelle cette intervention de Osho sur la fainéantise. Il n’y a aucun objectif : familial, professionnel, vital, plus important que le Silence qui vous appelle aujourd’hui. Alors, trouvez des moments et des instants pour vous installer dans ce Silence.

Vous pouvez être dans le Silence en contemplant une fleur. Vous pouvez être dans le Silence en faisant des mots croisés. Vous pouvez être dans le Silence en peignant. Bref, quelque chose qui va capter votre attention, par exemple, pour ceux qui sont actifs, et à ce moment-là, vous allez vivre le Silence, c’est-à-dire, que vous allez sentir cette Paix. Vous ne demandez rien. Vous ne méditez pas. Vous ne cherchez pas à monter en vibration. Vous êtes simplement, comme on dit, Ici et Maintenant présents. Et c’est ça.

Et l’Instant Présent est vraiment, et je crois que Tête de Caboche vous l’a aussi expliqué longuement durant ses satsangs, c’est qu’aujourd’hui, plus vous êtes dans cette Immuabilité des mots, Immuabilité des pensées, Immuabilité du corps – ça ne veut pas dire de rester comme un Bouddha toute la journée, n’est-ce pas. Mais si vous privilégiez des moments ainsi, ce n’est ni de la méditation ni du sommeil ni de la relaxation, mais il faut l’appeler comme c’est, c’est-à-dire, un moment d’Immobilité et de Silence. À l’époque, Tête de Caboche vous avait parlé de l’immobilité du corps pour percevoir des aspects plus subtils.

Là, l’Immobilité du corps de la conscience, d’essence aussi, donc bien sûr les yeux clos dans un endroit si possible paisible, ne serait-ce que quelques minutes, va vous habituer à cette évidence du Silence et va vous habituer et vous permettre de traverser ce qui est à traverser pour vous et déjà en ce moment, ou qui va se concrétiser sous vos yeux et dans votre vie, dans les jours et les semaines qui viennent. Je voudrais que vous reteniez surtout que c’est cette notion de Silence et de Paix qui va vous apaiser, qui va apaiser le personnage, qui va apaiser l’histoire, qui va apaiser la souffrance, qui va apaiser la maladie et va vous mettre dans la Joie.

Cette Joie n’est plus la manifestation d’Agapè tournée vers la Résonnance. C’est Agapè tourné vers le Néant, c’est-à-dire vers la Fusion de l’Ultime Présence, c’est-à-dire le Paradis Blanc avec l’Absolu. C’est à cette jonction, si je peux dire, de l’Absolu et de la Supra conscience de la Présence que se trouve l’Indicible qui vous attend et qui vous est offert et qui nous est offert, justement par les circonstances de ce monde.

Et les circonstances actuelles de ce monde comme de l’ensemble de la création sont très exactement ce qui va vous permettre, par effet miroir de superposition extérieure/intérieure, de déclencher le même mécanisme en vous sans vouloir le déclencher, mais retenez simplement, par le Silence, là où il n’y a plus rien à demander, là où il n’y a plus rien à accomplir et là où tout est révélé sans aucun doute possible et sans aucune interrogation possible.

Et ce sont ces moments-là, dans la confrontation de votre être intérieur avec la scène de théâtre de l’éphémère où vont se trouver ces nœuds de résolution. Ce sont des nœuds ou des cordes, si vous voulez, de résonnance qui font résonner l’éphémère et l’Éternité dans le même temps, et qui vous emmènent à voir le Mensonge Cosmique, c’est-à-dire la duperie de la conscience parce qu’à ce moment-là vous serez l’observateur, non plus du spectateur – vous serez l’observateur même de votre propre conscience comme de la supra conscience.

 

Alors, si vous n’êtes pas la conscience, si vous n’êtes pas le Je Suis, qui est cet étrange énergumène qui regarde le Je Suis? C’est Dieu. C’est vous. C’est moi. C’est chacun de nous et c’est un indicible bonheur. Retenez que c’est dans ces périodes extrêmes de tensions, de pertes de sens que se trouve le Sens Ultime. Et ce n’est pas un chaos pour un nouvel ordre. C’est un chaos pour la Liberté de la Vérité. Vous voyez.

C’est en cela que la Finalité, telle qu’elle était vue depuis le point de vue des guignols, n’a rien à voir avec la Finalité telle qu’elle est vécue, je dirais, par la conscience elle-même réunifiée ou en voie de réunification avec elle-même, dans les différentes strates de vous-mêmes, sur ce monde comme dans l’ensemble des dimensions qui ne sont que des sphères de manifestation et d’expérience de ladite conscience. Ce qui veut dire par là que durant le dévoilement de ce Mensonge Cosmique qui va vous toucher individuellement pour aboutir à un moment collectif, que personne ne connaît au niveau de la date, mais qui néanmoins, est de plus en plus pressant dans votre vie.

C’est ce dévoilement-là qui est acté et inscrit par la présence dans les cieux de Nibiru, quasi visible bientôt. Mais aussi par tous les réajustements qui se produisent au niveau des éléments de la Terre, mais aussi au niveau des éléments du corps physique, mais aussi des éléments des différents corps subtils et de la conscience elle-même.

Donc, moment unique de révélation qui n’est plus simplement des données de l’histoire ou du scénario mais qui est antérieur à l’histoire et au scénario et qui va vous faire littéralement vous souvenir, dans les circonstances même les plus, je dirais, difficiles ou contraignantes de vos corps de chair ou de votre vie sociétale, peu importe, que vous allez, un moment donné, constater que seul le Silence de la Vérité est la réponse et qu’il n’y a pas d’autre réponse à fournir à ce monde.

À ce moment-là, vous aurez, dans le sens philosophique, renoncé au monde. Vous aurez fait vôtre les paroles que : -« vous êtes sur ce monde mais que vous n’êtes d’aucun monde et que vous êtes, en même temps tous les mondes ». Ceci n’est pas une phrase jolie, n’est pas une croyance mais c’est directement issu d’un vécu dont je sais pertinemment que certains d’entre vous sont déjà installés dedans.

Mais si j’en parle aujourd’hui, c’est justement le fait nouveau, c’est que les événements extérieurs de la scène de théâtre, c’est-à-dire, aussi bien votre vie affective, sociétale, amicale, professionnelle, familiale, etc., vous allez vous trouver confronté dans tous ces secteurs mais aussi à l’échelon global planétaire, à cela. Et cela, vous allez le vivre de toutes les façons possibles. C’est pour ça que j’ai insisté sur les deux premiers points, c’est-à-dire ceux qui vont vous permettre de traverser, si je peux dire, mais non plus simplement avec l’idée d’une traversée. Mais bien plus avec l’idée d’une reddition sans condition de votre conscience et de votre esprit.

Paraphrasant et permettez-moi de faire une dernière corrélation, si je peux dire, historique, c’est la dernière phrase du Christ sur sa croix : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. » C’est le moment où vous dites : « Pourquoi m’as-tu abandonné? » Mais personne ne vous a abandonné. Et à ce moment-là, vous vous retournez sur vous-mêmes, si je peux dire, et vous découvrez que vous êtes la Totalité du Créé et que vous êtes la Totalité de l’Incréé.

Et que toutes les formes sont les vôtres, et qu’il ne peut plus rester d’histoire dans quelque monde que ce soit qui peut vous faire oublier cette Vérité Ineffable, là où vous êtes complets, là où il n’y a rien à attendre, là où il n’y a rien à espérer et comme disait Bidi : « Le monde passe mais vous, vous êtes toujours là. » Et je dirais justement – c’est parce que le monde passe et trépasse que vous êtes encore plus là. Et c’est un constat que chacun d’entre vous est à même de voir, à même de vérifier dans – justement – les circonstances de vos vies.

Vous n’avez pas à aller chercher des vibrations. Vous avez juste à être là où vous êtes et c’est pour cela que les uns et les autres ainsi que Tête de Caboche, nous avons insisté ces dernières années sur la primauté de Hic et Nunc, c’est-à-dire de Ici et Maintenant parce que vous ne pouvez pas être de moins en moins présents à vous-mêmes, présents à la Vérité, si vous êtes présents à ce monde. Et vous êtes nombreux à l’avoir compris. Je ne parle pas simplement d’avoir une place dans la société. Je ne parle pas simplement d’avoir une place dans votre famille mais vous comprenez réellement que tout cela n’est que mensonge en Vérité.

Cela ne vous empêche pas de jouer le rôle de papa, de maman, de mari, de femme. Mais vous comprenez alors à ce moment-là que c’est un rôle que vous jouez. Et paradoxalement, vous allez constater que ce rôle vous ne le refusez pas, ce n’est pas parce que vous voyez la Vérité que vous refusez le Mensonge. Mais simplement, vous parcourez le Mensonge vêtus de la Vérité. Et tout ce qui était résistant à ce moment-là s’apaise. Il ne s’apaise pas par une quelconque volonté de résoudre tel problème ou tel problème ou de résoudre quelque problème de ce monde. Mais simplement, dans l’Acceptation de Ce Qui Est.

 

Et c’est quelque chose qui va prendre aujourd’hui tout son sens. Je sais que nous en avons parlé les uns et les autres déjà d’innombrables façons depuis plus de deux ans. Mais ce que je veux dire aujourd’hui, c’est que la société, le monde, la famille, toutes vos relations quelles qu’elles soient à quelque niveau que ce soit, sont aujourd’hui là pour vous faire en quelque sorte la leçon, non pas la leçon d’une expérience à vivre mais la leçon de la Voie pour accepter Ce Que Vous Êtes en Vérité. Et donc découvrir en totalité que vous n’êtes liés à aucune conscience, à aucune histoire et à aucun monde.

Vous ne serez pas exclus du monde mais vous serez à ce moment-là de plus en plus présents dans la lucidité et dans la précision de vous-mêmes, de plus en plus au-delà de la notion du bien et du mal, de la notion de jugement, de la notion de réaction ou de la notion même de prendre parti pour ceci ou pour cela. Parce que vous saurez alors de manière intime, que tout cela n’a vraiment aucun sens et aucune direction. À ce moment-là vous savez que vous êtes ultimement prêts à vivre ce qui est à vivre collectivement.

Et tous les scénarios personnels, encore une fois affectifs, familiaux, professionnels, de quelque nature que ce soit au sein de votre personnage aujourd’hui, ne sont là que pour vous faire vivre cet apaisement ultime de la rencontre avec le Mensonge Cosmique de la conscience avec le plus de facilité possible. Rappelez-vous, le Mensonge Cosmique avait différentes étapes aussi. Il y a la révélation de l’enfermement des archontes. Vous avez les révélations des rituels occultes menés par certaines élites et qui proposaient de vous mener et de vous diriger. Tout cela est clair mais ce n’est pas encore, je dirais, les premiers éléments du Mensonge Cosmique.

Le premier élément du Mensonge Cosmique, au niveau de la personne, on sait que c’est l’égo. Au niveau de la Création, ce qui tient le rôle de l’égo dans toute la Création c’est la conscience qui s’approprie la forme, qui s’approprie les définitions, qui s’approprie les créations et les décréations. Tout cela n’était qu’un jeu. Et c’est ce que vous proposent la Paix et le Silence de la Vérité.

Voilà pourquoi je suis intervenu parce que nous sommes effectivement dans la période entre Noël et ce qui est nommé le Jour de l’An, bien sûr. C’est une période très intense. Je l’avais exprimé de mon vivant, les douze derniers jours de l’année mais aussi les douze premiers jours de l’année, comme étant en quelque sorte une forme de récapitulation de l’année écoulée mais aussi une anticipation du déroulement de l’année.

Voilà ce que j’avais à vous dire, bien évidemment je n’ai pas aujourd’hui voulu interrompre ce que j’avais à dire par rapport à vos questionnements. Mais j’espère qu’à travers ce que j’ai abordé ce soir de manière plutôt très générale, vous comprendrez que ça se réfère pour chacun de vous à ce qui est à vivre.

Ne cherchez pas, je dirais, midi à quatorze heures, le temps n’est plus aux explications. Le temps n’est plus à comprendre l’histoire mais bien à la transcendance de l’histoire pour vous faire vivre que vous êtes au-delà des histoires les plus merveilleuses comme les plus sordides qui sont en train de se vivre aujourd’hui sur cette Terre.

 

Encore une fois, comprenez bien que chacun va se positionner dans les jours qui viennent en fonction de ce qu’il croit être juste dans sa conscience, en son âme et en sa conscience. Laissez chacun libre de suivre l’engagement qu’il veut parce que l’engagement qu’il va prendre même s’il vous semble contraire à la Lumière, fait, bien évidemment, partie du Plan de la Lumière et aura toujours la même finalité, c’est-à-dire, la découverte du Réel et le vécu de l’Ineffable et ce, au-delà de tout travestissement, de toute forme, monde ou création.

C’est quelque chose à vivre. Ce n’est pas quelque chose qui va être simplement une expérience ou un État Agapè permanent tourné vers l’extérieur. C’est un État de Dissolution du Rêve. C’est, bien évidemment vous l’avez compris, au niveau collectif le Paradis Blanc. C’est le moment de la Fusion de tout ce qui est souffrant, de tout ce qui est forme. C’est le moment de l’Unité, bien sûr.

Et cette Unité, bien évidemment, vous la vivez au niveau collectivement avec ces processus que je viens de décrire mais, à un moment donné, bien évidemment, cela sera collectif, mais cela a déjà été expliqué il y a fort longtemps, c’est-à-dire, une accumulation d’événements simultanés, et qui doivent être accumulés – c’est-à-dire que ce n’est pas un événement comme il va se produire dans les jours qui viennent mais une simultanéité d’événements qui concerne, et je l’avais expliqué longuement à l’époque durant les Noces Célestes, à la mise en action des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse ou si vous préférez, la mise en action conjointe des Quatre Éléments de nos corps aussi bien éthérés pour nous dans le corps d’Éternité, que pour vous dans ce corps physique même si le corps d’Éternité est là.

C’est quelque chose qui va se déployer comme cela et qui à un moment donné va créer l’ensemble des circonstances que je qualifierais de précipitantes vers le Réel. Bien évidemment, il y a le processus de la stase. Bien évidemment, il y a les ajustements planétaires et les ajustements des plaques de la Terre mais aussi les ajustements de Nord et Sud magnétiques et physiques de la Terre mais aussi de toutes les planètes du système solaire en rapport et en résonnance avec le Centre de la Galaxie, bien sûr.

Tout ça est en train de se produire en ce moment même où je vous parle et va se déployer chaque jour un peu plus créant tout ce que je viens de décrire à travers les trois points en vous. Mais rappelez-vous que, au-delà de tout ce que vous avez à vivre, à traverser, à transcender, quel que soit le point de vue que vous en ayez, vous n’êtes aucun de ces points de vue ni aucune des circonstances de ce monde.

Il n’y a ni bons ni méchants. Bien évidemment, sur la scène de théâtre vous ne pouvez pas dire ça. Mais, à l’envers du décor, vous le voyez et vous savez que tout cela n’est pas vrai. C’est ce à quoi vous êtes appelés. C’est ce à quoi vous devez vous ajuster sans effort, rappelez-vous, parce que la chose la plus certaine, c’est le repos et la fainéantise et que face au défi d’aujourd’hui, je vous rappelle qu’il ne peut exister la moindre obligation morale, sociale, familiale, financière ou de conscience même, par rapport au Réel que vous êtes.

Et quand vous accepterez cela vous aurez fait, je dirais, un pas immense vers le Réel et vers le Grand Silence et vers la Béatitude qui n’a jamais commencé, qui n’a jamais fini. Mais encore, c’est quelque chose qui est à dépasser. C’est bien plus, je dirais, qu’un sacrifice comme c’était dit à un moment. C’est bien plus qu’une simple résurrection. C’est le moment où vous comprenez que vous n’êtes jamais nés. Et donc, n’étant jamais nés, il ne peut y avoir ni sacrifice ni résurrection, mais l’illusion d’un sacrifice et l’illusion d’une résurrection.

 

C’est sur ces quelques mots que je vais vous laisser et j’espère et j’aurai, je pense, la possibilité de revenir avant fin février et je pense plutôt aux alentours du 29 janvier qui sera une date anniversaire par rapport à l’année 2019 où nous étions revenus, nous les Anciens et moi en premier, après une première grande période de silence qui n’était que l’antichambre de ce que nous vivons en cette fin d’année terrestre et en ce début de nouvelle année terrestre 2022.

Sur ce, je vais vous présenter toutes mes bénédictions, tout mon Amour.

Et soyez certain que vous n’êtes que cet Amour Indicible qui n’a besoin d’aucune forme, d’aucune histoire, d’aucun scénario et surtout d’aucun monde.

Vous êtes la Beauté Ineffable de la Vérité et nous le sommes tous avec la même qualité et la même quantité, malgré toutes les apparences, malgré toutes les dissonances. Tout ça n’est qu’un jeu. Et je vous assure que c’est la stricte Vérité, qu’il vous appartient de découvrir, si je peux dire, ou de redécouvrir.

Je vous transmets à nouveau toutes mes bénédictions, tout mon Amour et comme je vous l’annonce je vous dis très certainement, au 29 janvier.

À bientôt!

Partagé par : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Newsletter : Suivez-nous pour ne rien manquer...
Recevez les nouveaux articles à tous les jours, une fois par jours :

Print Friendly, PDF & Email