Campagne annuelle de financement

En cette année qui s'achève, je fais appel à vous afin de contribuer à maintenir ce site en ligne. Par votre contribution, vous pouvez aider un grand nombre de vos frères et soeurs qui tout comme vous, par l'appel du Coeur, participent activement à l'élévation de la Conscience personnelle et planétaire... LIRE LA SUITE

------------------------

Bienvenus, bien-aimés, dans le rayonnement de Shamballa. Bienvenus dans les feux de l’amour, de la paix, de l’harmonie, de la joie et de l’unité.

En vous observant, en vous écoutant, en vous contemplant, il est à remarquer que vous projetez et attendez tellement de toutes méditations, que vous placez une barre toujours plus haut en vous. Souvent même, dans l’autocritique, vous vous dites finalement ne pas être prêt où incapable de méditer. Vous vous jugez, vous vous comparez les uns aux autres, au travers toutes ces fausses idées, ces repères erronés qui sont véhiculés entre vous et en vous. Et vous créez finalement plus de stress et de tensions, en tout votre rayonnement, que d’harmonie.
Et pourtant, nous le répétons, respirer c’est méditer. Sans attentes, ni projections. En réalité méditer est un état naturel en vous. Un état naturel refoulé, ou extériorisé, par les conditionnements de vos sociétés, de vos éducations et de vos personnalités.

Méditer en vous recentrant uniquement sur votre cette respiration. Focaliser votre intention, en votre volonté divine, respiration après respiration. Là où vous ramenez sans cesse votre conscience en cette respiration. À savoir où se trouve votre respiration dans l’instant, et comment vous la manifestez.

Nous le répétons, encore et encore, respirez en votre ventre. Entrez en votre respiration qui est telle une vague en vous, en un rythme de plus en plus lent et harmonieux. Respirez-vous ainsi tout au long de votre journée ?
Amplifiez vos expirations, en ramenant votre conscience, en chacune de ces respirations, dans l’instant présent. Là où le passé et le futur n’existent pas, n’existent plus. Là où il n’y a que cet instant, l’instant de votre respiration. C’est cet instant présent qui vous permet, si tel est votre choix, en renforçant l’expiration, de vous débarrasser d’une multitude de formes pensées qui parasitent sans cesse votre état de créateur, puisque vous ne pouvez réellement créer, en réalité, que dans l’instant présent.

Prenez conscience également que c’est votre mental, relayé par votre personnalité et vos attentes, qui vous fait toujours chercher un endroit « parfait », qui doit correspondre à une idée, bien spécifique, pour pouvoir méditer. Bien aimés, il n’y a aucun endroit spécifique pour méditer. Tout endroit est juste car tout endroit est divin.
Là où vous vous trouvez est votre divinité. Il n’y a pas un endroit meilleur que d’autres, il y a simplement cet endroit où vous êtes et où vous vous exprimez en cet instant, là où vous êtes manifestés. Tout dépend bien évidemment comment vous allez vous manifester à vous-même et par rapport aux autres.

En tout instant vous pouvez méditer, puisqu’en tout instant vous respirez, et qu’en tout instant est votre divinité. Votre mental et votre personnalité repoussent cet instant de recentrage, vous faisant dire par exemple qu’il vaut mieux méditer le matin ou en soirée, chez vous, au calme, accompagné de ces bougies, de ces encens, de ces musiques, ou en pleine nature loin de tout bruits… tout cela n’est qu’illusion bien-aimés, pure illusion de votre mental et tout cela est amplifié par vos personnalités. Nous le répétons et nous vous le répéterons encore et encore : il n’y a aucun moment parfait, car tout moment est divin. Il n’y a que l’intention. Il n’y a que la volonté.

La focalisation bien-aimés : focaliser votre conscience. Un choix à manifester, encore et encore, en chacune de ces minutes qui passent lorsque vous méditez. Nombreux d’entre vous, lorsqu’il est question de méditation, cherchent à atteindre des sommets intérieurs, des extases, des visions enchanteresses, des mondes colorés. En réalité dans un premier temps, il n’y a que vous bien-aimés, vous en cet endroit très précis qui vous définit aux yeux de tant d’autres : vous en votre source intérieure. Vous face à vous-même.

Nous vous parlons de source intérieure et à nouveau votre mental est en action se demandant : quelle est cette source intérieure ? A quoi ressemble cette source intérieure ? Que se trouve réellement en cette source intérieure ? Est-ce que cette source intérieure est réellement là, en moi ?

Bien-aimés, la source intérieure c’est vous ! Vous en toute votre divinité ! Non pas à la surface de votre corps mais vous au plus profond de vous, en une autre dimension de vous, au centre de vos poitrines. Là où vous réapprenez à diriger la conscience, hors du mental. Hors des regrets ou des états hypothétiques projetés dans un futur sur lesquels vous n’avez aucune prise, bien-aimés, mais qui ne font qu’accentuer des tensions en vous, des pressions au niveau de votre squelette, de vos muscles, de vos tissus, de vos organes, de votre sang, tensions sur tensions. Et ces tensions sur tensions, répétées des milliers de fois au cours de votre journée, ne vont qu’alimenter vos distorsions et maladies, bien-aimés. Elles qui vous font courir alors chez ces docteurs à la recherche d’une solution, ou d’un médicament miracle, toujours à l’extérieur de vous, toujours dépendant des autres, encore et encore, loin de votre puissance interne, loin de votre divinité et loin de votre souffle sacré.

 

Méditer c’est vous ouvrir à tous les pouvoirs qui sommeillent en vous, en chacun de vous. En ces instants vous nous lisez au travers votre mental et déjà, certains parmi vous, en ces quelques minutes, ont déjà quitté la conscience en la respiration.

Les mécanismes du mental sont très profondément ancrés en vous bien-aimés, ainsi que les automatismes des formes-pensées et des habitudes. Ce sont en toutes ces vieilles structures internes que votre mental se raccroche sans cesse dans un conditionnement d’autoprotection. Mais cette autoprotection n’est que souffrance, bien-aimés. Elle pousse votre chakra cœur à se refermer sur lui-même. Alors que, simultanément, votre âme et votre présence vous poussent à entrer dans l’expansion du chakra cœur. Oui, bien aimés, l’expiration est le lâcher prise. C’est elle qui libère votre conscience du mental, qui change votre taux vibratoire, qui calme vos fréquences, vos énergies. Elle qui vous aide à vous recentrer dans la flamme sacrée de votre source intérieure, là où est votre divinité.
En ce plan cependant, nombreux persistent, dans l’habitude de la dualité, à être très dur, très exigeant, et souvent très froid avec eux-mêmes. Exigeant, exigeant, exigeant, encore et encore, insatisfait, insatisfait, insatisfait, encore et encore, en toutes journées.

Nous sommes ici pour vous aider à aller plus profondément en vous, à vous faire prendre conscience de certaines clés en vous, de certaines possibilités qui sont là, à portée de main, à portée de souffle. Vous n’avez pas ici à pratiquer des années et des années. Respirez en conscience sans attendre quoi que ce soit, sans chercher à voir quoi que ce soit, sans chercher à vous projetez dans quoi que ce soit, sous les feux du mental qui attend, espère ou veut un résultat. Mais le vouloir est hors du cœur, bien-aimés.

Simplement rester en votre respiration et lorsque celle-ci sera plus maîtrisée, ramener votre conscience au niveau de vos poitrines, au plus profond de votre chakra cœur, dans l’intention de vous ancrer en cette source intérieure, dans les feux de votre flamme sacrée.

Méditer c’est réapprendre à prendre soin de vous, retrouver ce qui est essentiel en vous, hors de la futilité de vos agendas qui sans cesse vous extériorisent sous les flots du mental, des stress, des tensions, et loin de ce qui est essentiel pour votre âme, votre raison d’être et d’expérimenter ce plan de la dualité.

Vous n’êtes pas ici par hasard bien-aimés. Vous êtes ici pour réapprendre à communier, à vous unifier et à vous illuminer. En vous et autour de vous. Vous êtes tous inter dépendants les uns des autres, gouttes de pure conscience dans l’océan amour du grand univers. Seul votre mental, votre personnalité, vous ancrent dans l’illusion de l’individualité.

En cette vie, bien-aimés, en cette vie très précise, en cette vie-ci que vous vivez et expérimentez, il y a tant, il y a tant et tant d’opportunités. D’énormes bonds quantiques que vous pouvez manifester, si vous le souhaitez réellement, en changeant toutes vos structures, vos vieux schémas et mécanismes erronés dans la déstructuration de votre personnalité et de votre mental.

Vous pouvez radicalement changer vos vies, vos chemins de vie, jusqu’à vos corps physiques, transmutant toutes maladies, transcendant la vieillesse, repoussant cette mort. Nous ne sommes pas du tout dans la fantaisie, bien-aimés, mais dans la réalité, dans la vérité de ce que vous tous véhiculez et détenez et qui est caché au plus profond de vous : l’état divin en vous, la reliance et l’union en votre divinité.

La respiration et la méditation sont également des clés qui manifestent votre état divin.

Vous voulez réellement que votre vie change ? Respirez et méditez. Vous ne nous croyez pas ? En votre mental et votre personnalité vous pensez que cela est trop facile ? Pratiquez, bien-aimés ! Vous dites alors ne pas avoir le temps ? Mais qu’est-ce qui est le plus important en vos vies, hors des contrôles de votre mental ? Vous êtes incarnés en cette vie pour faire évoluer votre conscience et votre âme, non pas pour satisfaire des désirs qui sont en reliance à votre personnalité et mental. Mais tout ici n’est que question de conscience et d’expériences. Personne n’est à juger, à condamner ou à rejeter.

Pourtant beaucoup d’entre vous rejettent la faute sur dieu, sur le karma, voire sur l’existence. Dieu, bien-aimés, n’est pas responsable de vos vies. Le karma peut avoir une incidence sur cette vie que vous expérimentez actuellement, mais vous pouvez désormais transmuter ce karma. Quant à l’existence, c’est vous en réalité qui la manifestez.

Rien ne peut plus désormais vous entraver sauf votre mental, vos fausses croyances, vos fausses illusions et obligations, vos jugements sur vous et sur les autres, vos critiques, vos fausses perceptions, vos attentes, vos projections, vos conditionnements et vos limitations. Tout cela appartient à votre mental et à votre personnalité. Il n’y a que vous, et nous insistons, il n’y a que vous désormais qui choisissez de vous enfermer, de vous étouffer dans l’expérimentation de la matière et de la dualité.

Nous vous l’affirmons et nous le répétons : si vous souhaitez réellement que votre vie change, changez maintenant et votre vie changera.

 

Sinon assumez vos choix bien-aimés. Entrez en votre responsabilité. Souffrir, vous savez tous très bien le faire. Nombreux d’entre vous ont appris même à aimer cette souffrance et à se nourrir de celle-ci, car la souffrance n’exige plus aucun effort de votre part, simplement d’écouter votre mental qui vous projette dans les illusions, les doutes, les espoirs et les attentes. Avec souvent cette amertume, cette tristesse, cette colère intérieure, qui se reflètent en votre rayonnement, parfois sur vos visages ou en vos comportements et qui vous font ronchonner et ronchonner à longueur de journée. Jamais contents, toujours insatisfaits, toujours en attente et là, bien loin de tout état méditatif bien-aimés, aux antipodes de toute respiration conscientisée, loin de votre source sacrée et de votre divinité.

Méditer dans l’harmonie et la paix, c’est lâcher-prise, bien-aimés. Votre mental entend ce mot lâcher-prise et un Everest apparaît en vous, quelque chose d’impossible à surpasser. Mais le lâcher-prise c’est aussi l’expire bien-aimés. L’expire hors du mental, bien-aimés. En réalité votre mental, et donc ce masculin dysharmonique à l’œuvre derrière ce mental, n’attend qu’une chose : être libéré. Mais il n’y a que vous qui puissiez libérer votre mental et votre masculin dysharmonique. Votre mental et votre masculin dysharmonique sont enfermés, ancrés eux aussi en de vieilles structures consolidées, vie après vie, pour vous permettre d’expérimenter cette dualité.

Le temps de la dualité se termine bien-aimés, désormais soit vous avancer, soit vous stagner. Vous avez tous un choix à faire ici, subir ou agir, comme nous vous le répétons sans cesse. Et en chacun de vos instants, agissez-vous ou subissez-vous ?

Nombreux d’entre vous vous plaignez sans cesse, insatisfaits. Que faites-vous pour réellement changer votre vie ? Pour la plupart, vous continuez à la subir. Vous cherchez des réponses à l’extérieur de vous, vous attendez des miracles autour de vous, un prince charmant ou un billet de loterie gagnant. Mais que faites-vous pour vous, bien-aimés ?

Toujours à l’extérieur de vous bien-aimés, toujours à l’extérieur de vous, cherchant des réponses dans un extérieur sans cesse changeant, là où rien n’est permanent, là où tout est en déstructuration en ces mondes, ces vieilles structures, qui s’écroulent, qui se désagrègent lentement sous vos yeux.

Les réponses que vous attendez, les réponses importantes pour vous, non pas pour votre mental, mais pour votre âme en ce chemin de vie, surgissent lorsque vous êtes prêts. Non pas lorsque votre mental vous fera croire que vous êtes prêt, mais lorsque vous serez énergétiquement prêt à recevoir ces réponses. Mais tant que vous manifestez ces attentes, tant que vous projetez, cela sera repoussé, repoussé en cette vie ou en une autre vie. Et d’autres vies vous aurez bien-aimés, une infinité de vies en votre éternité car éternel vous êtes en votre divinité.

Nous dirigeons nos feux à l’intention de certaines parties internes en vous. Ces parties qui sont sans cesse à l’écoute, et dont vous n’avez, pour la plupart d’entre vous, encore non conscience, mais qui jouent des rôles clés en vous. Certaines parties multidimensionnelles que vous êtes, en d’autres réalités intérieures, qui contrôlent même vos gestes et votre verbe sans que vous vous en rendiez compte, vous croyant maître de vous-même.

Lorsque vous commencez à méditer si par exemple vous vous impatientez, si par exemple vous n’êtes pas satisfait de l’endroit où vous méditez, si par exemple vous dites ne pas avoir le temps de méditer ou que votre posture est inconfortable, cela vient bien souvent d’une partie interne en vous qui joue avec vous même bien-aimés et qui contrôle votre existence en des agendas spécifiques qui vous empêchent de réintégrer votre chemin de lumière intérieur.

Soyez vigilant. Seul vous ne l’êtes pas et vous ne l’avez jamais été. Ceci est une pure illusion véhiculée en vos sociétés. Il y a un collectif en chacun de vous et cette idée de multidimensionnalité commence à se manifester et à glisser au sein de votre humanité. De plus en plus vous en parler et de plus en plus les voiles sont levés.
Nous faisons simplement un rappel ici et, en nos fréquences au travers ces mots que vous lisez, nous nous adressons directement à vos dirigeants internes, ceux qui contrôlent souvent vos existences. Nous vous rappelons cependant que ces dirigeants, en vous, sont vous, vous-même qui jouez avec vous-même en cette dualité.

Respirez profondément bien-aimés. Respirez en conscience. Assouplissez, relaxez les tensions en vos muscles, au niveau de vos épaules, de vos nuques, de votre colonne vertébrale. Il n’y a aucune position privilégiée pour méditer, sauf pour des êtres plus avancés, plus expérimentés. Le plus important ici n’est pas de repousser la méditation mais de la pratiquer même parfois quelques instants, plusieurs fois au cours de vos journées.

Permettez-vous de respirer profondément, de vous ressourcer, de vous alimenter énergétiquement en cette respiration, principalement lorsque vous avez des décisions à prendre, lorsque votre futur, sous les feux de votre mental, vous paraît totalement confus, embrouillé, obscur, là où tout semble se refermer autour de vous : respirez en conscience et écouter votre intuition vous parler.

Nous pulsons en ces instants en votre chakra du 3ème œil, au centre de votre front, nos souffles sacrés dans le rayon doré de la lignée des Bouddhas. Ce rayon doré est un rayon de paix pour votre mental et votre masculin. Nous pulsons ce rayon doré, que vous recevez ici en chacune de vos inspirations, en ces douches de lumière qui viennent se déverser en votre pilier central, en votre colonne vertébrale, dans votre squelette, en vos terminaisons nerveuses, en vos hormones, en vos glandes, en votre ADN, en chacun de vos noyaux, solaires, cellulaires, et jusqu’en ces cristaux liquides, en votre sang sacré.

Respirez profondément bien-aimés, ce rayon doré pulsé de Shamballa pour vous, en vous. Telle est notre intention, de répandre, en ces quelques minutes, une paix plus profonde, une paix ressentie hors des filtres et hologrammes du mental.

 

Nous vous ensemençons en cet instant précis. Respirez bien-aimés et surtout recevez, respirez le cœur léger en restant focaliser en cet instant présent. Concentrez-vous ici sur votre respiration, quelques instants, là où tout est possible dans l’instant, et descendez votre conscience au centre de vos poitrines, dans l’intention ou dans la visualisation, tout en continuant à respirer profondément, avec attention et intention. Il n’y a rien d’autre à faire nous vous l’affirmons.

Enfin, bien aimés, n’oubliez pas ce mantra divin de la création qui est également mantra de la méditation, son de l’harmonie et de la paix, son de l’amour et de la compassion, son de l’alchimisation en vous, son du divin en vous : OM en chacun de vous.

Répétez le OM en votre verbe intérieur, en chacune de vos expirations où que vous soyez, quoi que vous fassiez. Grandissez le OM en vous et autour de vous. OM nous disons en chacun de vous, OM d’amour et de paix ! OM bien aimés ! OM OM OM. Expirez, méditez, soyez. Namaste.

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0