Bien-aimés, parlons maintenant de la valeur du souffle. Inspirer est la première chose que vous faites à la naissance dans la forme humaine – ou en tant que quadrupède – et expirer est la dernière chose que vous faites lorsque vous allongez le corps et que vous vous déplacez vers la vraie forme de l’énergie de la lumière.

Lorsque nous concevions une forme, il y avait une réunion d’esprits pour concevoir quelque chose qui serait agile et attrayant. Nous avons essayé plusieurs formes dans la catégorie des quatre pieds. Il y en a qui sont dans ce que vous appelez votre mythologie et que vous dites : “Eh bien, ce n’est pas possible”, mais c’était le cas. Et oui, nous avons fait la licorne et le satyre, la combinaison de ce qui était à moitié cheval – l’arrière-plan de toute façon – et la forme humaine de l’homme ou de la femme à l’avant.

Et dans le cadre de la conception, nous avons contemplé les techniques de respiration. Est-ce que c’était quelque chose que nous voulions essayer ? Vous connaissez bien la sensation de l’inspiration et de l’expiration, et nous avons joué avec les différents grognements, comme on les appelle. Vous l’avez vu avec certains de vos quatre pieds de grande taille qui font un bruit assez fort par le nez et par la bouche (comme certains humains peuvent le faire aussi).

Nous jouions avec des formes de nez. Avez-vous remarqué que même de nos jours, il existe une variété de nez : un nez romain (aristocratique), ou un nez court et tronqué, ou une taille plus longue, plus proboscopique, ou de nombreuses autres variétés ?

Certaines de nos expériences ont très bien fonctionné, et certaines d’entre elles ont servi de nourriture à d’autres conceptions dans leur expérimentation.

Vous avez donc appris à vous envoler, à courir très vite, à nager dans l’eau très vite, ou à dire : “Eh bien, je ne voulais vivre qu’un jour de toute façon”. Vous avez même maintenant vos insectes, les très petits, qui vivent un jour ou deux, et ils reviennent peut-être comme les oiseaux. Alors ce que vous auriez pu être la veille en tant qu’insecte, maintenant vous revenez et vous êtes l’oiseau qui mange l’insecte. Et y a-t-il un jugement ? Non, il n’y a pas de jugement. Il n’y a que l’expression.

Au moment où vous arrivez à marcher sur deux pieds et vous pensez que vous êtes seigneur et roi de tout, c’est-à-dire humain, il y a le jugement. Il y a une gradation dans ce qui est considéré comme ayant de la valeur, et bien sûr l’homme est au sommet de la pyramide. Lui, et maintenant c’est à elle que cela change, où vous avez la forme féminine qui dit : “Je suis égal, et si on le sait, je suis un peu plus sage”. Je plaisante avec vous.

Que vous choisissiez dans une incarnation d’être un homme ou une femme est un choix libre, parce que vous avez été à la fois homme et femme, et vous avez décidé dans différentes expressions de votre vie si vous viendriez homme et homme ensemble, femme et femme ensemble ou homme et femme ensemble. C’est seulement la société, lorsque vous rassemblez les gens en tant que groupes, qui juge ce qui est juste et ce qui ne l’est pas.

Je vous dis que l’amour est toujours juste, toujours approprié. Peu importe la forme qu’elle prend, seul l’amour compte. Certains d’entre vous jouent avec des expressions dans cette vie pour voir ce que ça fait, et certains d’entre vous disent : “J’y suis allé, j’ai fait ça, j’aime tout.” C’est vraiment l’endroit où vous trouvez l’expression et l’expansion de l’Unitude, l’endroit où vous aimez Tout et tout ; aucun jugement.

Le souffle : dans cette expression de la vie, il est fondamental. De plus, il a de la valeur en plus de faire fonctionner la forme. Elle a de la valeur, comme vous l’avez constaté, quand l’esprit est trop occupé, quand l’esprit est surutilisé et qu’il y a le cri qui vient de l’âme qui dit : “Laissez-moi sentir la paix”. On s’arrête et on respire à fond, puis on respire à nouveau à fond, et on ressent un sentiment de paix.

L’instant d’après, l’esprit est souvent très occupé et se demande : “À quoi pensais-je ?” Et avec cela, viennent tous les jugements, les sentiments et les pensées de ce qui doit être. Puis vous respirez à nouveau et vous laissez aller.

Parfois, un ami vient à vous et il est très stressé à propos de quelque chose. Vous pouvez sentir leur énergie, et vous ne voulez pas être dans cette énergie. Vous prenez très tranquillement la profonde respiration, debout dans votre lieu de paix par la simplicité du souffle, et votre paix peut atteindre votre ami et ils peuvent sentir la paix – ou non. Ça peut prendre quelques respirations plus profondes.

Quand il s’agit du dernier souffle d’une vie, pour la plupart, c’est très paisible. Même pour ceux qui ne s’attendent pas à se coucher, le dernier souffle arrive en un instant. Vous avez vu ceci, ceux d’entre vous qui ont été avec ceux qui ont couché le corps, où un moment ils respirent, peut-être très doucement, et le moment d’après ils ne le sont plus.

Souvent, il y a un sentiment de paix qui vient avec ce dernier souffle ; c’est comme un cadeau que vous vous donnez à vous-même pour être en paix avec le souffle. Ce n’est donc pas quelque chose à craindre. C’est vraiment quelque chose dont il faut se réjouir, mais pas avant d’en avoir fini avec la forme.

Vous avez aujourd’hui des frères et sœurs qui ne sont pas heureux d’avoir choisi la forme humaine, et ils veulent en sortir, comme ils disent. Et il y a des jugements faits par d’autres qui disent : “Ils n’ont pas le droit de choisir de continuer”, et pourtant, bien sûr, ils le font. C’est toujours un choix d’exprimer avec la forme, n’importe quel type de forme qui est choisi, et c’est aussi un choix de quand et comment le dernier souffle va être pris et de continuer à exprimer la conscience.

Maintenant, la question s’est posée à maintes reprises : “Que se passe-t-il quand je tire le dernier souffle ? Qu’est-ce qui devrait arriver à la forme ?” Eh bien, cela dépend de ce que vous avez planifié et dit aux autres que vous aimeriez qu’il en soit ainsi. S’ils vont selon vos souhaits, alors c’est ce qui est fait. Mais au moment où vous le relâchez, vous n’êtes pas concerné par la forme.

Si on décide de creuser un trou et d’y mettre le corps, d’accord. Ou encore, on peut décider qu’une trop grande quantité de terre ferme est déterrée et qu’on y met des coffrages, et on pense qu’il serait plus économique et plus efficace de permettre au corps d’être brûlé en cendres et de les garder dans un petit contenant afin de pouvoir dire bonjour à qui que ce soit quand on passe devant la cheminée, quand on voit cela se produire de temps en temps.

Mais avec le dernier souffle, vous en avez fini avec la forme et vous êtes libre.

Vous ne tenez pas le sentiment des épaules. Quoi qu’ils décident de faire, c’est ce qui leur apporte la paix. Une fois la forme établie, ce n’est pas quelque chose qui vous préoccupe. Il y a beaucoup de crainte, et depuis longtemps, née du sol de la croyance en la séparation, que lorsque la forme est lâchée, “Où est-ce que je vais ? Est-ce que je cesse d’être, et suis-je séparé de tous ? Où dois-je aller ?”

Vous allez dans la prairie verte dont nous avons parlé plusieurs fois : le monticule herbeux, le sommet de l’arbre, jusqu’au nuage, libre. Tout ce que vous voulez expérimenter, vous l’expérimenterez, parce que vous êtes le Créateur. Vous créez ce temps que nous avons ensemble. Vous créez le lendemain tel que vous le verrez. Après avoir relâché le formulaire et avoir autorisé le dernier souffle, vous continuerez à créer.

Maintenant, si vous avez été enseigné par les soi-disant savants, qui ne savent pas grand-chose, que vous allez aller dans un endroit ardent pour être purifié, vous aurez cette croyance pendant un instant en dehors du temps. Mais alors vous êtes libre ; libre de vous reposer, de vous joindre aux autres du groupe d’âmes, de créer la prochaine expression de la Vie. Sachez qu’en vérité, toujours et pour toujours, au-delà du concept du temps, vous créez. Vous êtes le Créateur. Il n’y a pas de séparation. Vous m’avez déjà entendu dire ça ? Oh, oui, bien sûr, bien sûr.

Il n’y a pas de séparation. Souvent, ce que l’on ressent avec l’exultation de laisser aller ce dernier souffle, c’est une liberté, une liberté très joyeuse. Peu importe comment le dernier souffle a été donné, il y a une liberté et une joie de la liberté.

Y a-t-il du temps au-delà du dernier souffle ? Oui et non, parce que vous êtes encore en train de créer. Donc, si votre système de croyance a été profondément ancré dans votre système de croyance qu’il y aura du temps, et que vous devez en tirer le meilleur parti même après avoir déposé le corps, alors il y aura un processus hors du temps qui donnera l’impression que vous êtes encore en train de marquer le temps. Mais je partage avec vous le fait que cela va très vite, parce que vous vous sentez libre.

Avez-vous une connaissance consciente de ce que font les autres après avoir lâché le dernier souffle ? Vous pouvez si vous voulez. Vous pouvez vérifier de temps en temps pour voir comment ils se débrouillent. Cependant, il y a la croyance dans ce point d’expression qu’il y a séparation, et ceux qui s’expriment encore avec la forme diront qu’ils ne peuvent pas vous voir, ils ne peuvent pas vous entendre, mais vous êtes juste là, assis à côté d’eux, à les toucher, à caresser les cheveux, et ils peuvent sentir quelque chose. “C’est oncle John qui passait ?” Oui, ça l’était, alors s’il vous plaît, sentez-le. Reconnais-le et dites : “Je ne sais pas où tu es, mais je t’ai senti.” J’en ai entendu le dire, et c’est très vrai, parce que… Il n’y a pas de séparation. Il n’y a pas de séparation.

Une partie de mon travail, si je désire l’accepter, est de vous forer la conscience qu’il n’y a pas de séparation. Donc, si je me répète, c’est parce que cela fait partie des instructions que j’ai acceptées quand je suis venu vous parler de cette façon ; pour le dire si souvent que lorsque vous avez libéré le corps et que vous vous demandez maintenant : “Maintenant, que dois-je faire ? Que puis-je faire ?” vous vous souvenez peut-être qu’il n’y a pas de séparation.

Ainsi, ceux que vous avez aimés dans la forme, qui ont libéré le corps et “sont partis”, ils sont toujours avec vous. Ils ressentent vos sentiments. Si vous êtes dans dans le deuil, ils aimeraient beaucoup prendre un doigt et vous donner un coup de poing et dire, “Réveillez-vous, je suis encore là”, parce qu’ils sont là. Et quand vous êtes heureux, ils sont heureux. Il vous incombe donc de vous souvenir de ceux qui ont libéré la forme d’une manière joyeuse, d’une manière aimante, de vous souvenir des moments où vous avez ri ensemble, où vous vous êtes serrés ensemble, où vous avez senti cœur à cœur l’Unitude de non-séparation.

Vous êtes un être miraculeux. Toutes les expressions auxquelles vous pouvez penser, auxquelles vous avez pensé, que vous avez mises en forme assez souvent pour jouer dans le seul but de ressentir de la joie, de l’amour. C’est votre travail, et c’est tout. Je sais que beaucoup de gens de nos jours – et c’est vrai depuis des milliers d’années – ont senti qu’ils devaient accomplir quelque chose. Il y en a donc qui se sont lancés en affaires et ont amassé toutes les pièces d’or qu’ils ont pu trouver, créer et apporter à eux-mêmes. Ils regardent le tas de pièces d’or et disent : “J’ai réussi.”

Mais quand il s’agit de relâcher le dernier souffle, quelle est l’importance des pièces d’or, qu’il s’agisse d’un énorme tas ou d’un ou de rien. Cela n’a pas d’importance. Ce qui importe, c’est le sentiment d’amour que vous emportez avec vous et que vous savez être réel. Soyez donc vous amassant l’amour, de la même façon que vous allez à votre séance d’entraînement de gym. Vous vous entraînez et vous vous entraînez et vous devenez de plus en plus fort. Travailler – ou jouer – avec amour. Trouvez-en d’autres où vous pouvez aller et dire : “Vous savez, je vous aime vraiment beaucoup. Chaque fois que je suis avec toi, je me sens si bien. Je me sens amoureux.”

Tombez amoureux tous les jours d’au moins une personne ; le meilleur de tout, de celle qui est dans le miroir. À la première heure du matin, vous vous levez et les cheveux sont abîmés, la barbe pousse, etc. Regardez-vous dans le miroir et aimez celui-là. Et le secret, c’est qu’en tombant amoureux et en ressentant de l’amour pour celui-là, vous l’emportez avec vous dans votre journée et offrez le don de l’amour à tous ceux que vous rencontrez.

Puis ils prennent vie dans l’amour, dans le sentiment d’avoir de la valeur. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez faire à qui que ce soit : leur faire savoir que vous voyez qu’ils ont de la valeur, que vous êtes heureux d’être en leur compagnie. C’est le plus beau cadeau que vous puissiez leur faire.

Respirez, car avec le souffle vient l’occasion de la paix. Parfois, il faut respirer encore et encore jusqu’à l’endroit où vous dites : “Mais Yeshua, je vais hyperventiler et finir sur le sol.” Non, vous n’allez pas vous faire du mal ; pas en respirant trop fort ; cela ne peut pas être fait. L’une des mesures de protection que nous avons intégrées dans la respiration était que vous ne pouviez pas trop respirer. Vous pouvez sous-estimer – cela peut être un peu préjudiciable – mais vous ne pouvez pas surestimer votre respiration.

La valeur du souffle ? Dans cette réalité, un “r” minuscule essaie de vivre sans elle. Cela ne fonctionne pas très bien. La valeur du souffle : il vous amène au lieu de paix. La valeur – nous faisons une série sur la valeur – la valeur du souffle est au-delà de toute mesure. C’est la guérison. C’est un tout. Il vous amène au lieu de l’Unitude. Elle vous amène au lieu de paix où vous êtes ouverts à une sagesse compréhensive qui va au-delà de l’esprit : la sagesse de l’être.

Chaque fois que vous avez une question sur quoi que ce soit, la réponse vient avec la question, et comment vous y accédez par la respiration, en prenant la respiration profonde et en étant ouvert à la réponse. Si vous n’aimez pas la réponse que vous obtenez au début, respirez à nouveau et demandez plus d’informations ; plus d’informations, plus de directives. Et si rien ne vient tout de suite, reste en paix.

Enfant Jésus, je te donne ma paix. Respirez.

Qu’il en soit ainsi.

– Jeshua ben Joseph (Jésus)
en s’exprimant à travers Judith

Traduit par Marie-Louise pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 
Print Friendly, PDF & Email