Votre plus grande peur

L’une des questions que vous nous avez posées récemment nous demande de discuter plus en détail de votre plus grande peur.

“Oui, j’aimerais obtenir de plus amples renseignements à ce sujet…… (XIII : Est-il vraiment possible d’ancrer le Dieu lui-même à l’intérieur)
Je suppose qu’une des raisons pour lesquelles nous avons si peur d’accepter notre propre pouvoir et qui [nous] sommes, c’est parce que l’accepter signifie aussi accepter (et nous pardonner) d’avoir créé l’état de la Terre (la “douleur” et le “dysfonctionnement” aussi), et prendre la responsabilité du fait que nous nous retrouvons (de nouveau) ici. (nous choisissons de faire l’expérience de la limitation et de l’absence/séparation) Aimeriez-vous en dire plus à ce sujet ?”

Vous avez raison sur ce que vous avez dit, et il y a d’autres facteurs également. Discutons-en plus avant, comme vous l’avez demandé.

Que devriez-vous «posséder» si, tout à coup, les portes s’ouvraient et que vous ne pouviez pas éviter de vous connaître comme ce que vous êtes vraiment ? Pourriez-vous vous pardonner d’avoir fait des choses ou d’avoir été partie à des choses qui vous sont odieuses ? Et si vous en avez volé, assassiné, torturé un autre ? Et si vous étiez le fléau de la terre en une vie ? Et si vous preniez un grand plaisir à tuer ? Et si les choses que vous avez faites étaient bien pires que ce que nous avons mentionné ? Pire dans votre compréhension actuelle, bien sûr. Vous ne pouvez pardonner à personne qui fait ces choses maintenant. Comment pourriez-vous vous pardonner ? Voyez-vous le problème ? Parce que nous promettons à chacun d’entre vous que, dans les milliers de vies que vous avez vécues, vous avez fait beaucoup de choses pour lesquelles vous ne pardonnez pas aux autres en ce moment.

Donc la solution est que vous pardonniez. Pardonnez-vous les uns aux autres. Point final. Ils ne savent pas plus que vous qui ils sont. Et ce sont des créations divines, tout comme vous. Pardonnez-vous. Tout ce que vous avez fait, dit, pensé ou expérimenté vous a amené à ce moment. Pardonnez à Dieu, ou à ce que vous appelez le Divin, de vous permettre de créer ce que vous avez créé. Quand vous maudissez quelqu’un d’autre, quand vous vous maudissez vous-mêmes, vous maudissez la divinité. Et bien souvent, vous blâmez la Divinité. “Comment Dieu a-t-il pu faire ça ?”

Le pardon n’est pas préférable. C’est une nécessité. Parce que la seule chose accablante, c’est vous.

Maintenant…. maintenant que vous êtes tous pardonnés et prêts à accepter votre vrai moi, êtes-vous prêts au fait que vous êtes si extrêmement puissants que, dans ce nouvel environnement, chaque pensée que vous avez crée de nouvelles réalités ? Avez-vous vraiment autant de contrôle sur vos esprits ? C’est une proposition effrayante pour vous ? Eh bien, ce n’est pas quelque chose qui arrivera lorsque vous atteindrez un certain niveau magique et que ce pouvoir vous sera conféré. C’est tout simplement la réalité. Maintenant. Ça l’a toujours été. Vous êtes des manifestants.

Chaque pensée que vous avez commence à se manifester dans la forme quand vous l’avez. De nouvelles possibilités commencent à se figer autour de lui selon les besoins. Des possibilités infinies. C’est ce qui les déclenche. Pensez-vous toujours à ces pensées ? Existe-t-il un pouvoir d’émotion et un sentiment d’attachement à leur égard ? Ou est-ce que vous les “annulez” par intention ou par négligence ? Vous pouvez voir que l’illusion du temps et l’inertie de la matière sont en fait des bénédictions déguisées. Ils vous évitent bien des ennuis. “Oh, laisse tomber !” “Oh, la revoilà. J’aimerais……” Vous voyez, ce ne sont pas seulement vos vœux les plus chers qui créent.

Mais le plus gros problème, en réalité, c’est qu’à ce stade, vous n’avez même pas encore atteint la capacité collective de rejeter les siècles et les siècles de mensonges que vous avez acceptés à votre sujet. Vous souffrez du monumental syndrome de Stockholm. Mieux vaut ce que je sais que ce que je pourrais être.

Nous sommes en train de divaguer. Mais c’est notre sujet préféré. Comment exhorter, encourager, enseigner ce qui doit être accepté ? C’est aussi essentiel pour nous que pour vous.

Il n’y a pas de date limite. Il n’y a pas d’urgence. Mais pour vous, l’illusion d’une vie courte vous le fait croire. Désolé, mais c’est comme ça. Vous, mes amis, vous êtes éternels. Et en ce moment, la partie de vous qui pense que vous êtes Claire, ou Fred, ou Tamashiro est la seule partie de VOUS qui ne le sait pas. Et c’est une bonne chose. C’est la motivation.

Assez pour aujourd’hui. Je vous remercie de m’avoir invité à participer à cette discussion.

Traduit par Frédérik pour https://messagescelestes.ca

Partagé par : https://messagescelestes.ca – Messages Célestes

 
Print Friendly, PDF & Email