Les règles grammaticales

Elles n’ont, dans un premier temps, aucune importance car dans l’esprit humain, le fait d’associer ou de dissocier un mot à son correspondant ouvre toutes les parties du cerveau à l’apprentissage de la lecture. On ne peut pas faire entrer dans la boîte crânienne des éléments si l’endroit où il doit se loger est fermé hermétiquement.

Dans les écoles traditionnelles, à force de répéter tous les jours les mêmes règles grammaticales, elles finiront par être connues mais se logeront dans un endroit inadapté qui signifie que l’apprentissage sera beaucoup plus long.

Commençons donc par ouvrir les portes où les éléments concernés pourront se loger et favoriser ainsi l’apprentissage suivant, soit décortiquer le mot en question.

Une fois que les petits commencent à déchiffrer les lettres et les chiffres, il faudra un temps nécessaire à l’adaptation de la vision à l’écrit.

 

Nous pourrions expliquer ceci ainsi : les dessins accompagnés des mots les décrivant sont enregistrés dans une partie du cerveau. Ces données doivent être transférées dans le système neuromusculaire avant de pouvoir être envoyées dans les parties du corps qui vont les reproduire, c’est-à-dire en principe les mains mais cela peut tout autant bien être les pieds par exemple.

À ce stade, il ne faut pas vouloir aller plus vite que la nature le permet car si certains sont très rapides pour ces transferts, pour d’autres ce sera un véritable casse-tête qui risque de les décourager et de les laisser sur un sentiment d’échec ; ce qu’il faut à tout prix éviter.

Durant cette pause qui durera entre un et trois mois, nous favoriserons l’apprentissage du coloriage :

D’abord dans les formes géométriques pour continuer par des dessins où il a plus de détail et de précision et enfin pour finir par le remplissage de lettres ou de chiffres que nous aurons pris la peine d’écrire de manière très facile à colorier.

Lorsque l’enfant commencera à s’habituer à diriger sa main et qu’il aura parallèlement enregistré dans le système neuromusculaire les données de tel ou tel signe, l’apprentissage de l’écriture pourra alors débuter. Il n’est pas nécessaire ici de faire l’exposé des lettres à apprendre ainsi que leurs combinaisons pour former des sons et des mots, mais il est clair qu’on commencera par le ba-ba.

De petits livres illustrés et faciles à comprendre, écrits de manière à ce que l’enfant puisse se retrouver dans ce qu’on lui enseigne, seront mis à la disposition des petits.

C’est par envie de découvrir des petites histoires adaptées à leurs âges qu’ils se forceront à aller de l’avant dans cet apprentissage. Vous serez étonnés, si vous respectez ces quelques idées, à quelle vitesse, une fois prêt, l’enfant saura lire et écrire.

Par la suite, nous inclurons les signes de ponctuation tout en favorisant l’expression orale et la diction. En ce qui concerne les règles grammaticales et la conjugaison,

nous resterons toujours sur le principe de mettre en pratique par des jeux ou amusements avant d’exploiter la mémoire de chacun. En effet, si nous prenons les verbes conjugués au présent, au passé ou au futur il sera plus facile à l’enfant de retenir les leçons si nous nous donnons la peine de mettre dans des rôles fictifs une partie du groupe dans le passé, l’autre dans le présent et la dernière dans le futur.

Comment mimer, par exemple, quelque chose qui a déjà été fait, qui est fait maintenant ou qui sera fait demain ? À vous de trouver des idées pour que chacun de vos cours commence par des mises en scène pratiques avant d’entrer dans la théorie à proprement dite. En fait cela ne devrait faire qu’un, mais trop souvent les enseignants se basent sur des livres et inculquent aux enfants des données strictes et rigides sans que ceux-ci ne réalisent pleinement les différences.

Lors de vos cours, laissez vous aller dans une notion de groupe, oubliez que vous êtes l’enseignant et mettez vous au niveau de vos élèves. Eux-mêmes auront des propositions souvent intéressantes et inexploitées de la façon de retenir telle ou telle chose.

 

La Géographie

Prenons maintenant la géographie, pourquoi ne pas imaginer construire ensemble une grande mappe monde. Vous allierez ainsi bricolage, dessin et géographie du monde. Cela demandera beaucoup d’heures de travail mais durant toutes ces heures de pratique où chaque membre est mis à contribution, vous constaterez les effets positifs au moment où vous arriverez à proprement dit sur la leçon des continents et océans.

L’idéal serait d’en faire plusieurs correspondant à l’évolution de la planète Terre de même qu’une en coupe où vous pourrez expliquer à vos élèves la formation de la croûte terrestre et également son centre. Vous pourrez vous mettre à plusieurs groupes pour ce travail, cela faciliterait les échanges et contribuerait à avancer plus rapidement dans la confection de ce travail d’étude. Une fois que ceci sera réalisé et bien retenu, les enfants pourront reproduire sur papier chaque continent en tenant compte des méridiens, des fuseaux horaires en fonction du pays où vous vous trouvez. Une étude plus précise sera faite en visitant les différentes régions avec leurs principes d’édification.

Nous aborderons dans ce même cours les différentes civilisations d’un continent à l’autre ainsi que leurs cultures toujours dans un esprit ludique. Des télévisions à grand écran seront d’une grande aide en sélectionnant soigneusement les documentaires aujourd’hui mis à la disposition dans le commerce.

Il y aura plusieurs niveaux selon l’âge de l’enfant ; les petits utiliseront leur imagination pour se mettre dans la peau de l’un ou l’autre de ces peuples, les moyens iront un peu plus loin dans leurs études en découvrant des chiffres, superficie, population, etc. Dans la tranche d’âge supérieur, nous aborderons l’aspect humain dans la société actuelle et celle à venir et enfin les grands dirigeront leurs études sur le marketing des civilisations actuelles et futures.

L’Histoire

Bien qu’il soit très important que nos enfants voient la différence entre le passé, le présent et le futur nous estimons que l’histoire du monde n’entrera pas comme branche principale de la même façon que cela se fait actuellement dans vos écoles, c’est-à-dire il n’est pas important de connaître les dates par cœur mais de savoir faire la différence entre les différentes époques, en allant même le plus loin possible dans vos connaissances. C’est pour cela que nous atteindrons des périodes dont les livres d’histoire ne parlent pas : la création du monde.

Pour ce faire, il faudra reconstituer l’univers que nous connaissons et remonter à la source de la création des âmes. La seule solution, si on ne veut pas être influencé par des études déjà effectuées, nous laisserons parler l’âme de ses petits qui avec leurs mots dans un état méditatif raconteront. À la suite de cela, nous comparerons les résultats et nous pourrons constater que plusieurs ont la même notion de la création. Sujet un peu délicat pour les éducateurs qui ne sont pas encore ouverts aux énergies célestes, mais combien important.

Les Sciences

La méthodologie principale des sciences se trouve dans l’exemple journalier que donne la nature dans son ensemble.

Les sciences naturelles ne doivent pas être étudiées en classe, mais dans l’élément concerné. De là, comme pour toutes les autres branches, agrémentez les leçons, discussions, questions réponses des élèves et enseignants.

L’intérêt des enfants pour cette branche est toujours très élevé. De plus, dans la nature terrestre se trouvent des réponses de la nature céleste. De même que pour la géographie, nous prendrons des exemples concrets d’évolution des mondes minéraux, végétaux et animaux.

 

L’histoire sera englobée en partie dans cette science. Regardez l’évolution d’un animal, comme vous pouvez l’estimer il y a des millions d’années à aujourd’hui. Ceci a été graduellement imposé par la relation climatique et celle des autres espèces. Pourquoi un cheval aurait-il des pattes plus longues aujourd’hui ? Parce qu’à un moment donné la fuite était son seul salut. Les mémoires sont des rajouts de croissance pour cette espèce, par exemple.

L’art prendra sa source également dans la nature, grâce aux matériaux trouvés lors de vos escapades. Vous pourrez constituer différents collages, bricolages, assemblages, reconstitutions sur papier, etc.

Le bruit que l’on entend en plein air favorisera l’écoute et le ressenti des sons par les élèves. Ils pourront rapidement savoir qu’un tel animal, oiseau par exemple va crier à leurs approches pour avertir ses congénères d’un danger ou alors une maman appelant en réveillant ses oisillons pour l’heure de la becquée, etc.

Des milliers d’informations qui serviront à l’ouverture des sens autant physique qu’ethérique sont disponibles gratuitement et mises à disposition par votre terre Gaia. Un petit hommage lui sera rendu à chaque visite pour un cours de science.

À SUIVRE…

Voir les autres textes du Manuel de Pédagogie Ashtarienne

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

 
Print Friendly, PDF & Email