Salutations, je suis Marie. Je vous souhaite la bienvenue, douce fille de mon cœur, doux ange de bleu, de rose, de luminescent et, oui, de gris argenté, car vous êtes comme un pont arc-en-ciel. Tu aides l’humanité de nombreuses façons, visibles et invisibles, pendant cette période de ma transition et de mon Plan qui s’achève alors que Nova Terre et Nova Être s’avancent dans la brillance et l’humilité, la joie et la compassion, de qui ils sont.

Une grande partie du travail que vous faites, très chère, est menée en coulisses, comme nous vous l’avons mentionné, à travers votre cercle, qui est mon cercle, par exemple, [dans] votre quartier, en répandant la lumière arc-en-ciel, en agissant comme un transmetteur, en ouvrant des voies que les gens ne comprennent pas toujours. Mais ce qu’ils comprennent, c’est qu’en passant devant, ils se sentent mieux – et mon ange, en cette période de bouleversement, de transition et, oui, de pandémie, que peut-on demander de plus pur, de plus clair et de plus doux que de se sentir mieux !

 

Les humains n’ont pas toujours les mots, et même n’ont pas toujours les mots pour exprimer le fonctionnement interne de leur être – et par cela, je veux dire leur cœur, leurs pensées et certainement leur esprit – mais leur corps mental ne fait pas souvent les connexions entre ces diverses facettes de leur être. Or, c’est ce qui s’ouvre.

Pensez-y de la manière suivante. J’ai beaucoup parlé de la renaissance, et douce fille de mon cœur, laissez-moi être très clair avec vous : vous êtes déjà en train de renaître. Pense au nouveau-né, vraiment très dépendant de sa mère pour son aide et sa subsistance, pour les soins et l’alimentation… très basique… et puis le bébé apprend à ramper de plus en plus vite, pour finalement se lever, commencer à marcher et à se dandiner.

Je me souviens de mon Yeshi et de beaucoup de mes enfants – c’était comme un point de repère, et c’était un point de repère qui remplissait mon cœur, mais aussi n’oubliez pas : à présent, ils peuvent accéder à tout !

C’est donc une bénédiction mitigée et c’est là que se trouve l’humanité. Ils rampent, apprennent à se lever et commencent à marcher, à explorer et à ré-explorer. Parce que pensez-y, bien-aimés, la perception, la compréhension du monde physique – et je veux dire dans la totalité du monde mental/émotionnel/spirituel, etc. – la perspective est très différente de celle que l’on a lorsque l’on est couché dans un berceau, lorsque l’on rampe sur le sol, et lorsque l’on arrive à se relever et à commencer à marcher et à se dandiner.

La chute de l’humanité a été sa [ ? fausse] croyance en sa propre suprématie. Nous n’en parlons pas très souvent, mais il faut le dire parce que c’est l’un des problèmes fondamentaux qui est éliminé.

Donc, lorsque vous vous donnez la permission – et je veux dire « vous » collectivement et individuellement – de dire : « Eh bien, je suis juste en train d’apprendre ce qui est une perspective entièrement nouvelle de ma réalité, de ma planète, de mon existence, parce que je suis juste en train de me relever ». L’attente, à la fois à l’intérieur et certainement de notre côté, n’est pas que vous couriez des marathons pour l’instant, bien au contraire.

Comme je l’ai dit à ce canal maintes et maintes fois : « La clé quand vous apprenez à marcher, c’est le rythme. » Vous incarnez ce sens de l’équilibre et du rééquilibre. Vous ne pouvez pas… enfin, vous pouvez… mais nous vous encourageons – permettez-moi de le dire ainsi – à prendre soin de votre bien-aimé, doux moi que j’aime, que nous aimons, si profondément.

Si souvent, mon cœur, vous avez succombé à cause de votre désir de plaire… vous avez succombé aux souhaits et parfois aux exigences des autres… et il y a un temps et un lieu qui sont justes dans tous les sens de ce mot.

Laissez-moi être clair – et je veux que vous partagiez cela.

Votre travail spirituel, que ce soit pour les Cités de Lumière, votre prière/méditation/rituel individuel et tout ce qui se trouve entre les deux, doit être ressenti comme de l’amour et nourrir votre âme afin que votre âme, votre essence, puisse vous nourrir. Ainsi, lorsque vous le faites avec un sentiment de précipitation, d’exigence, en essayant de répondre à une demande, alors votre énergie… pensez-y… votre énergie vitale est épuisée.

Maintenant, vous pouvez épousseter et passer l’aspirateur lorsque vous vous sentez épuisé ; vous pouvez même faire cuire une omelette lorsque vous vous sentez épuisé, et il y a même des moments où vous pouvez faire votre peinture lorsque vous vous sentez « pas tout à fait bien ». Mais vous ne voulez pas apporter ce sentiment d’épuisement dans votre travail, votre travail d’âme – et je parle de l’Être Nova maintenant. C’est très important.

Dans la Pause, dans le bouleversement qui s’est certainement produit, toutes les émotions et [ ? l’incertitude] qui se sont manifestées sur la planète, ont entraîné un épuisement de l’âme assez répandu qui a servi à ce que les gens se détendent, prennent un congé sabbatique et comprennent que ramper, sans compter sortir du berceau, peut être épuisant. Ils se sont donc reposés. Je les ai mis en congé sabbatique parce qu’il y a une nouvelle voie.

 

Le chemin est un chemin de joie, de vigueur, de vitalité. Il ne s’agit pas simplement de venir me voir, épuisé, allongé à mes pieds, implorant de l’aide – et si vous le faites, bien sûr, je répondrai toujours, toujours, bien-aimés ! Mais ce que je vous encourage à faire, ma douce fille de bleu, de rose et de luminescent, c’est d’aborder cette situation en vous relevant complètement, en revendiquant votre droit divin, votre souveraineté, votre autorité et votre savoir.

La clé n’est pas de vous étirer aussi loin que possible, mais plutôt de vous rythmer pour que chaque pas, chaque engagement, chaque travail soit rempli de joie et d’un sentiment de rafraîchissement – que vous vous donniez entièrement à l’engagement et que l’engagement vous rafraîchisse.

Très cher cœur, je suis avec vous. Tu sais qu’il y a des moments où, en tant que mère, tu laisses aller les choses, tu laisses faire, et il y a des moments où tu dis à tes enfants, à tes amis, à ton partenaire : « Non, je ne peux pas, j’en ai assez. » C’est l’équilibre, très chère, et je vous aide à le trouver.

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0