Cette retransmission en direct a été donnée à Reykavic, en Islande, 22 mars 2020
Tel que canalisé par Lee Carroll pour Kryon

Pour aider le lecteur, cette canalisation a été revue [par Lee et Kryon] afin de la rendre encore plus claire. Parfois, des informations sont même ajoutées ou condensées. Souvent, ce qui se passe en direct a une énergie implicite en lui, qui véhicule une sorte de communication que la page imprimée n’a pas. Profitez donc de ce message amélioré donné à Reykavik.

Salutations, très chers, je suis Kryon du Service magnétique. Si vous venez de me syntoniser, c’est la neuvième canalisation de la série diffusée sur l’île d’Islande.

Le groupe se réunit pour la dernière fois, et je souhaite m’adresser au groupe pour lui dire ceci : Ces jours-ci, mes chers, des graines ont été plantées avec chacun d’entre vous. Ce sont de bonnes graines et, comme toutes les autres graines de cette planète, lorsqu’elles sont enterrées dans la terre, l’agriculteur a le choix de les arroser ou non, de les laisser pousser, de s’en occuper ou de se soucier de leur présence ou non. C’est le libre choix de chacun d’entre vous.

 

Certaines graines ont été plantées chez ceux qui ne seraient jamais venus dans une canalisation de Kryon sans cette visite. Certaines graines sont allées à ceux qui étaient curieux et voulaient en savoir un peu plus sur les choses ésotériques. De nombreuses graines ont également été plantées chez les plus ésotériques d’entre vous, et ces graines sont destinées à croître dans les perceptions passées, là où vous percevez actuellement.

Chacun d’entre vous est connu de Dieu, connu de l’Esprit et connu de la Source créatrice. Vous n’êtes pas connus par le nom ou le visage que vous portez, mais par les attributs de votre âme unique, quelque chose que vous avez et qui est reconnu par presque toute l’humanité. Les humains ont intuitivement reconnu l’âme comme quelque chose d’éternel. Tous les systèmes de croyance de la planète parlent de l’endroit où va l’âme après la mort. Elle fait partie de vous ; elle est au-dessus de vous ; et, même si vous n’y croyez pas, les traditions de siècles de marins ont toujours parlé des âmes à bord. L’existence de l’âme est supposée ; elle est innée ; c’est quelque chose que toute l’humanité, à un certain niveau, reconnaît comme réel. Et l’Humain qui est connecté à l’âme nous est également bien connu. Nous savons pourquoi vous êtes ici, ce que vous pensez et ce dont vous avez besoin.

Le libre choix est l’expression que nous utilisons maintenant. Elle signifie que rien ne se passe, qu’aucune graine ne pousse, à moins que vous ne le lui demandiez. Rien de spirituel n’arrive pour vous si vous n’êtes pas prêt à regarder au-delà de ce qu’on vous a enseigné et, peut-être, à vous dire : Je doute que ce soit vrai, mais je veux en savoir plus. Et si c’est vous, vous seriez comme mon partenaire qui est maintenant assis sur la chaise.

Je voudrais répéter brièvement une parabole que je vous ai donnée il y a de nombreuses années parce qu’elle est liée à votre époque. Nous sommes assis ici maintenant, à un moment où la planète s’inquiète du virus. [Mars 2020] Il se passe beaucoup de choses pour essayer de le ralentir, et beaucoup se tordent les mains en se demandant ce qui va suivre. Ils ont peur.

PARABOLE DE LA MÈRE ET DU FILS

La parabole que je donne maintenant a également été donnée il y a de nombreuses années, mais c’est une parabole qui doit être répétée. La parabole parle de la mère et du fils. Imaginez un instant, dans cette allégorie, dans cette histoire, qu’une mère ait un petit garçon de trois ou quatre ans. Il est curieux, et il apprend tout juste à mieux parler. La mère, comme toutes les mères, va passer du temps à le regarder et à dire : « Oh, tu as tant à apprendre, mon fils. J’aimerais pouvoir te donner des conseils que tu pourrais comprendre et connaître maintenant. J’aimerais pouvoir te parler des choses que tu vas rencontrer et qui pourraient t’effrayer – et te montrer qu’elles vont bien. J’aimerais pouvoir te dire les pièges de la vie – ce qu’il ne faut pas faire et ce qu’il faut faire – si tu m’écoutais. J’aimerais pouvoir passer un moment avec ton âme. J’aimerais pouvoir avoir une communication dont je sais qu’elle n’est pas disponible en ce moment, et que tu auras quand tu seras grand. Je sais que tu arriveras à un certain âge où tu n’écouteras pas. Tu suivras ta propre voie, et puis, tu écouteras plus tard, et puis, tu devras apprendre tes propres choses à ta façon ».

Toutes les mères souhaitent ce genre de choses lorsqu’elles regardent leurs nouveau-nés dans les yeux et leur disent : « Quelle vie t’attend ! Quelles belles choses tu vas découvrir. J’aimerais t’en montrer plus ».

 

Imaginez, à ce moment, un ange apparaît et dit à la mère :

 » Ma chérie, je vais te donner ton souhait, juste un instant. Il ne durera pas longtemps, alors fais en sorte qu’il compte. Je veux que tu ailles voir ton enfant parce que, lorsque tu le regarderas et qu’il te regardera, il aura l’esprit d’un adulte pendant quelques instants. Il pourra te poser trois questions, et tu pourras lui répondre parce que son intellect sera le même que le tien ».

C’est exactement ce qu’elle a demandé ! Cependant, elle ne peut rien faire d’autre que de répondre à sa question. Elle ne peut pas lui parler autrement que cela. Elle ne peut pas lui apprendre ou lui donner des conseils sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Il doit demander. Il a droit à trois questions.

La mère était stupéfaite ! « C’est ça », pense-t-elle. « C’est ce que je voulais depuis le début. Ça va arriver ! Quelle occasion de l’aider ! »

La mère se prépare émotionnellement et entre dans la pièce avec son fils. Elle le regarde dans les yeux, et il se retourne et sourit. « Salutations, mère, je t’aime tellement. » Oh là là ! Pouvez-vous imaginer un instant l’intellect qui s’est déversé en lui comme un adulte pendant trente ans ou plus ? C’était incroyable et elle voit qu’il est très conscient de ce qui se passe.

La mère lui dit alors : « Oh, c’est un grand moment, mon fils. S’il te plaît, pose tes questions ». Le garçon regarde autour de lui dans sa chambre et il regarde sa mère, décidant ce qu’il faut lui demander. Il regarde toutes les choses autour de lui, puis il se retourne et regarde par la fenêtre. Il dit :

« Maman, il y a quelque chose que j’ai toujours voulu savoir. Pourquoi le ciel est-il bleu ? »

La mère est presque mortifiée par la question ! Oh non ! Ça ne peut pas être la question ! Va à quelque chose de substantiel. Qui se soucie de savoir pourquoi le ciel est bleu ! Il a gâché la première question.

Elle fait de son mieux pour répondre, comme toute mère le ferait. La question suivante arrive et elle concerne les vagues de l’océan. Pas encore ! L’ange a dit qu’il était censé avoir un intellect ! Il est censé être comme moi. Il est censé savoir quoi demander. Il est intelligent. Pourquoi ne demande-t-il pas quelque chose de sage ?

La mère discute des marées de l’océan et de choses concernant la mer et la lune. Il écoute et comprend évidemment ce qu’elle dit. Il est tellement heureux d’avoir cette conversation ! Il est complètement satisfait et c’est un moment très affectueux pour tous les deux.

La troisième question arrive, et elle est aussi simple que les deux autres. La mère s’efforce de tenir bon et de cacher sa déception face au fait que le garçon ne sait pas quoi demander, ou comment saisir ce moment profond pour découvrir quelque chose de vraiment important pour la vie.

Ce que l’enfant a fait, mes chers, c’est regarder autour de lui, résumer ce qu’il a vu et vécu en trois ans déjà, et poser les meilleures questions possibles. Il pose celles qui sont les plus importantes pour son niveau de réalité et son niveau d’expérience.

La mère, bien que déçue, a eu la conversation de sa vie avec son petit enfant, et sera toujours heureuse d’avoir passé un moment « magique » avec lui. Elle se rend compte qu’il ne savait tout simplement pas quoi demander [ce qu’elle estime être d’une importance vitale pour lui].

______

L’histoire, mes chers, est une métaphore. La métaphore parle de vous et de votre époque actuelle.
Alors je vais vous demander : Et si on vous donnait, dès maintenant, le choix de poser trois questions au Créateur de l’Univers. En tant qu’être humain doté de l’intelligence que vous avez en ce moment, que demanderiez-vous ?

La parabole indiquerait que les questions les plus courantes porteraient sur votre situation actuelle, alors que vous vous blottissez dans vos maisons pour échapper à un virus. Vous pourriez vous demander : « Pourquoi est-ce arrivé ? Comment nous sortir de ce désordre mondial ? Quelle est la prochaine étape ? En d’autres termes, vous perdriez toutes vos chances et vos questions parce que vous ne poseriez des questions que de votre point de vue en tant qu’être humain, pris dans votre propre réalité du moment.

 

Vous ne sauriez pas quoi demander parce que vous ne savez pas ce que vous ne savez pas.

La parabole se termine donc par une solution : Quelle est la meilleure question à poser ? Quelle est la seule question à poser ? La réponse a toujours été la plus sage :

Cher Dieu, cher Esprit, cher Créateur, dites-moi ce que je dois savoir.

Ce n’est pas vraiment une question, n’est-ce pas ? Vous pouvez la poser comme telle si vous le souhaitez, car c’est toujours une demande :
Cher Esprit, que dois-je savoir ? Alors vous pouvez vous asseoir et être informé ou vous asseoir et être aimé. C’est très profond, car c’est une demande qui ouvre une porte à tous les enseignements que vous ne saviez pas comment demander.

ÉCOUTEZ : Si le garçon lui avait posé cette question ou fait cette demande, elle serait encore en train de parler maintenant… peut-être pendant des heures ou des jours. Est-ce que vous comprenez cela ? La question n’est ni limitative, ni temporelle, ni linéaire. Une porte est ouverte sur les mystères de la vie, avec l’intention de la question. Elle vous donne ce dont vous avez besoin, même sans savoir quoi demander !

Il peut s’agir de votre prochaine étape dans la vie, ou de la façon de prendre soin de vous. Peut-être même mieux, où rencontrer les bonnes personnes ou trouver les bonnes choses pour votre avenir. Certaines de ces personnes sont peut-être assises ici [au séminaire], mais vous ne les avez pas encore vraiment rencontrées ou écoutées. Il y a beaucoup de connaissances portées par les travailleurs de la lumière dans ces groupes, mes chers. Je suis assis devant beaucoup de Vieilles Ames.

« Cher Esprit, dis-moi ce que j’ai besoin de savoir. »

Alors, asseyez-vous. Ne vous attendez pas à voir une écriture sur le mur ou une voix venant de l’au-delà. Au contraire, restez tranquille et continuez votre vie. Attendez la synchronicité qui vous appartient, pour fournir les réponses que vous n’attendiez pas. C’est la question la plus mûre, la plus sage et la plus profonde qu’un humain puisse poser – et pourtant, il ne le fait pas souvent. Au lieu de cela, ils s’interrogent sur la réalité immédiate et les choses qui sont linéaires, qui n’ont rien à voir avec leur magnificence.

En tant que vieille âme, vous connaissez la différence, sinon vous ne seriez pas en train de lire ces mots ou d’entendre ce message. Je vous dis cela parce que, au fur et à mesure que vous partirez d’ici, ces choses seront nécessaires.
Laissez les graines de ce message s’implanter et s’épanouir en vous. Laissez les graines de ce message qui ont été plantées ce jour en chacun de vous créer des solutions dans votre vie qui durent pour toujours. Partez différemment de ce que vous êtes venus.

Et c’est ainsi.

KRYON

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Print Friendly, PDF & Email