Campagne annuelle de financement

LIRE LA SUITE

------------------------

Entretiens de Sptembre 2021

O.M. Aïvanhov

25 Septembre 2021

Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver. Ça fait maintenant des mois que je ne me suis pas adressé à vous.

Alors en préambule, je dirais que vous voyez que le scénario se développe sous vos yeux et dans votre vie de la façon dont nous vous l’avions annoncé, que de plus en plus de phénomènes aussi bien de la société que de la Terre se produisent à un rythme de plus en plus soutenu.

Voilà à peu près un an et aussi il y a deux mois, j’ai eu l’occasion de vous dire que vous n’aviez encore rien vu, et pour la plupart d’entre vous sur cette terre, même si vous ne regardez pas vos écrans, vous voyez bien que la société humaine et la Terre aussi sont en train, de toutes les manières possibles de se réveiller, ce que j’avais dit voilà de nombreuses années concernant l’activité des éléments est en train d’affecter de plus en plus de territoires de la Terre.

 

Au fur et à mesure que ces éléments se renforcent dans leurs manifestations, les évènements sociétaux vont eux aussi se renforcer. Et je vous rappelle en préambule, avant de vous donner la parole, que tout ça est parfaitement synchrone et synchronisé. Au fur et à mesure que le chaos grandit, au fur et à mesure vous êtes de plus en plus nombreux à découvrir la vérité, mais vous avez aussi des frères et des sœurs qui s’enfoncent de plus en plus dans le cauchemar si je peux dire.

Ne vous laissez pas déborder par ce que vous voyez, ne vous laissez pas influencer par les évènements, même dans vos familles. Vous constatez que, d’ailleurs, le seul moment où vous êtes bien si je peux dire, est le moment où vous-mêmes relâchez votre propre pression par rapport à la société, par rapport aux inquiétudes légitimes du personnage.

Je dirais même qu’aujourd’hui il est très facile pour chacun d’entre vous, quoi que vous en pensiez aujourd’hui, de vérifier par vous-mêmes, si vous relâchez la pression de vos pensées, de vos émotions, voire même je dirais des éléments humains comme la colère ou la tristesse par rapport à ce qui est en train de se passer, alors vous ouvrez des espaces de paix insoupçonnés en vous. Et vous êtes quand même un certain nombre, même si vous ne vivez pas encore le Réel, à relâcher la pression par rapport à cette société et ce monde de plus en plus fou.

Je dirai que dès que vous décidez de prendre un tout petit peu de recul, que cela concerne votre pays, votre région, votre famille, peu importe, vous êtes tout à fait aptes à ressentir ce relâchement et cette paix.

Je vous ai prévenus depuis longtemps que plus le chaos grandirait, quel que soit le secteur qui est touché chez vous, plus il vous semblera être déstabilisés ou hésitants d’une manière ou d’une autre, plus vous êtes au plus près de la Vérité, de votre vérité. Il faudrait en quelque sorte faire fi de vos réactions, de vos émotions, de vos contrariétés, non pas pour dire que ça n’existe pas bien évidemment, mais pour pouvoir les accepter et les traverser, parce que juste derrière cette acceptation, plus vous traversez et plus vous êtes en paix.

Et je vous certifie qu’aujourd’hui n’importe qui d’entre vous, s’il y a cette acceptation, il y a la traversée de ce qui est horrible, et juste après vous découvrez la Paix et la Félicité. En fait, la Vie vous propose je dirais l’apparence d’un choix, le choix de vous opposer à ce qui est ou le choix d’accepter ce qui est, dans votre vie comme dans la vie du monde dans sa totalité. Et si vous faites l’essai d’accepter, comme je l’ai dit, ce qui est inacceptable – par la personne bien sûr -, est au contraire tout à fait acceptable pour ce que vous êtes.

C’est comme ça que vous plongez si je peux dire, réellement et concrètement dans Hic et Nunc, dans l’Instant Présent et dans la transcendance totale du rêve.

D’ailleurs, quel que soit votre positionnement aujourd’hui, le mécanisme final pour chacun de vous est exactement le même, que vous soyez dans la peur de perdre votre travail, que vous soyez dans la peur que cela ne se termine jamais, que vous soyez touchés dans votre famille, dans votre pays, dans votre région, vous comprendrez très vite que c’est le fait d’être touchés, que c’est quand vous êtes touchés par les évènements quels qu’ils soient, que votre choc individuel se produit, que vous vous retournez à l’intérieur. Et je dirais même que si cela aujourd’hui n’est pas vécu et vous semble impensable, je dirais que c’est la seule chose à laquelle vous devez penser.

Et comme l’a dit Tête de Caboche avant moi, accueillir ce qui est vous rend libres, cette liberté intérieure qui est une Joie pure. Et c’est ainsi que vous allez traverser avec facilité ce que la vie vous donne à traverser, quelles que soient les horreurs que puissent vivre … ce que vous regardez à la télé, quelles que soient les difficultés, les horreurs que vous vivez dans votre travail ou dans votre famille.

Je vous invite fermement à ne pas voir cela comme un obstacle, et vous comprendrez alors que c’est l’ascenseur pour la Vérité. Je vous demande réellement de jouer à ce jeu. Vous ne pouvez pas empêcher les rêveurs de rêver, vous ne pouvez pas empêcher les cauchemars de ceux qui vivent les cauchemars, mais si vous, de là où vous êtes, vous acceptez cet inacceptable, alors à ce moment-là tout va se transformer pour vous.

Je dirais que le travail essentiel, si vous pensez que c’est un travail, pour l’instant est uniquement l’acceptation. Je ne parle même plus d’accueillir à bras ouverts cette horreur, mais il suffit d’accepter l’horreur pour que l’horreur soit vue pour ce qu’elle est, pour simplement reprendre les mots comme disait Abba : ‘’Accepter le cauchemar ou accepter le rêve vous montre le Réel’’. Il n’est pas question et vous le savez de chercher la vérité, mais de considérer que vous êtes la Vérité.

Et l’acceptation aujourd’hui de ce qui est, de ce qui se déroule, va vous donner une force considérable. Cette force n’est pas destinée à s’opposer ou à lutter contre quoi que ce soit, mais créera directement par l’Intelligence de la Lumière, le réveil de ce rêve. Je dirai même que c’est quelque chose d’automatique. Ne cherchez pas à comprendre les tenants et les aboutissants.

Il n’y a pas de meilleure façon de vivre l’Ici et Maintenant, l’Instant Présent, l’Absolu, le Réel, que ce que vous vivez est un rêve, que ce que vous vivez est un réel cauchemar. Cette acceptation crée la solution. Vous n’avez pas de solution par vous-mêmes. Alors bien sûr certains me diront qu’ils pourraient accepter ou refuser ceci ou cela. Ça, c’est encore jouer dans le rêve. Par contre si vous acceptez de traverser l’inéluctable qui est là sur Terre, si vous l’acceptez sincèrement, alors vous le traversez et vous êtes libres.

Après bien sûr vous aurez toujours votre vie à vivre, mais vous constaterez d’innombrables changements, dont les premiers éléments sont une paix et une tranquillité qui va prendre de plus en plus la place de votre personnage et de votre histoire. Et dès que vous aurez saisi, compris cette mécanique là sans l’expliquer, à ce moment-là vous êtes disponibles pour l’Inconnu et donc pour la Vie. Vous assistez à un spectacle, je vous l’accorde qui n’est pas de très bon goût, mais vous verrez que ce n’est qu’un spectacle.

Et donc au fur et à mesure que cette paix, que cette tranquillité va apparaître en vous, alors vous vivrez l’État Naturel, l’état Agapè. Vous vous retrouverez totalement, parce que tout ça a été écrit, et que c’est la meilleure façon pour chacun de vous d’être présents dans le rêve, en même temps que présents à vous-mêmes, et dans la perception de plus en plus concrète si je peux dire, que l’Absolu est le seul Réel. Ça s’imposera à vous, sans question et sans interrogation.

Et plus ça va être le chaos, dans l’humanité, dans les pays, et dans votre vie ou autour de vous, et plus vous constaterez cette résilience spontanée qui ne dépend pas d’une volonté personnelle, ni même de comment se déroulent votre scénario et votre histoire. Et c’est effectivement, et je le dis à chaque fois, de plus en plus simple. Seul l’ego, le mental, votre histoire, va vous chuchoter que ce n’est pas possible. C’est le seul choix que vous semblez avoir aujourd’hui et aussi de savoir combien de temps vous allez mettre à conscientiser cela.

Bien sûr ça ne vous empêche pas de mener votre vie, mais vous devenez de plus en plus soumis à la Vie que vous êtes et non plus aux conventions sociales, morales, affectives, familiales, et c’est une grande liberté dès que vous avez franchi le pas. Alors tout se transforme, tout se passe par l’Intelligence de la Vie et de la Lumière, et non pas par vos souhaits de vous sentir bien, de progresser ou de vous débarrasser des problèmes.

Je dirais c’est l’élément le plus important à accepter et à comprendre aujourd’hui, parce que quand vous décidez cela réellement, vous allez constater que vous êtes de moins en moins soumis au bien et au mal, et soumis à ce que vous êtes : l’Intelligence de la Lumière. Et là vous vivez cette paix, cette tranquillité, et vous vous sentez beaucoup plus présents, beaucoup plus vivants, en même temps que vous êtes de plus en plus confiants, non pas sur un scénario ou à un autre à venir, mais que le scénario se terminera toujours par une fin très heureuse et, à ce moment-là, ça change radicalement votre façon de vivre les dernières étapes de votre rêve.

Retenez dans mon préambule un peu long que la seule chose qui importe, ce n’est pas de ressentir le Feu du Cœur, les vibrations ou de faire des résonances Agapè, mais que l’acceptation est la clé de l’Instant Présent, la clé de l’accueil et la clé de la Vérité. Vous allez vous apercevoir que tout le reste n’a aucun élément de vérité, que ce que vous avez pu dire, les avis que vous aviez, les pensées que vous aviez, ne représentent plus rien par rapport au Silence qui est en train de grandir en vous.

Et que ce que vous nommiez par exemple les Résonances Agapè Spatiales Inter Dimensionnelles se font toutes seules. Il n’y a rien à préparer maintenant et vous êtes réellement dans cet état de Grâce totale dès que vous avez accepté sans condition Ce qui Est. Et vous n’avez pas besoin de passer en revue ce qui est, vous l’avez sous les yeux, et vous le vivez peut-être chaque jour. Et de toute façon, encore une fois, c’est le seul choix que vous avez.

Et si vous voulez des analogies avec les textes, j’en prendrai un seul : C’est le moment où, sur le plan historique, le Christ lors de son agonie au jardin de Gethsémani dit : ‘’Père, éloigne de moi cette coupe’’, et le Christ est obligé quand même de boire la coupe amère. Ça veut dire à votre niveau que si vous acceptez, non pas les vaccins par exemple, mais si vous acceptez la totalité de l’état actuel du monde et de la société, alors les solutions seront apportées comme par miracle, parce que vous vous êtes prouvés à vous-mêmes que vous n’êtes pas en résistance ou en opposition à Ce qui Est. Et c’est ça qui va soulever, si je peux dire, l’ultime voile de l’illusion.

 

Ne cherchez rien d’autre. Ce que je vous dis n’est pas une pratique ni un exercice à faire, mais c’est vraiment une attitude, une posture de votre personnage, de votre mental, de vos propres émotions dans ce corps illusoire qui vont vous faire vivre le Réel. Acceptez, si vous préférez, que vous n’y pouvez rien, alors vous vivrez le Réel et tout se fera pour vous éviter la coupe amère, parce que vous êtes dans les temps de la coupe amère. Et collectivement.

Et nous sommes tous là, de la Confédération Intergalactique, autour de la Terre. Nous vous avions toujours dit que ce serait une grande fête, comme une apothéose finale. Si vous voulez, après avoir joué la scène finale de la scène de théâtre, tous les acteurs se donnent la main, et c’est le rappel du public pour les acteurs, et vous saurez que tout cela n’a été qu’un jeu réellement et concrètement.

Donc ne donnez pas de poids à vos émotions, ne donnez pas plus de poids à l’horreur qui se déroule, mais donnez du poids à l’acceptation. Et à ce moment-là, la liberté va vous trouver très vite. Mais tant que vous êtes en train de vous plaindre de la société et de votre famille, de votre corps, la plainte ne vous rend pas disponibles pour l’instant présent.

Oubliez la plainte quelle qu’elle soit et vous êtes libres, et les solutions concernant vos plaintes, ou votre plainte, s’imposeront à vous de manière naturelle, sans intervention des pensées et du mental. C’est ça la traversée, c’est ça la Liberté, et c’est ça de se tenir à la jonction – comment il disait Tête de Caboche -, de l’Être et du Non-Être.

Vous serez totalement dans l’instant présent et vous sentirez de moins en moins de pression, que celle-ci vienne de l’histoire, la vôtre ou de votre famille, ou de la société elle-même, vous comprenez cela. Les mots que j’emploie sont très simple parce qu’effectivement, quelle que soit la complexité apparente, quel que soit le chaos qui vous touche de près ou de loin, vous n’y serez plus soumis. Donc la solution est effectivement en vous.

Nous sommes là pour assister à cela, les moments où, de manière collective pour toutes les consciences incarnées de la Terre, vous vous retournez au dedans de vous, et comme je l’ai dit depuis  un an, ce scénario a été écrit, vous ne pouvez pas en changer une virgule, mais selon votre emplacement, vous avez l’impression que le film n’avance pas ou au contraire se termine plus vite.

Je crois que Nisargadatta avait précisé l’exemple du magnétoscope, qu’il y avait il y a plusieurs dizaines d’années. Il y avait les boutons ‘’lecture ‘’, les boutons ‘’pause’’ et les boutons ‘’avance rapide’’. Le film est toujours le même, mais plus vous êtes dans l’instant présent, plus vous activez l’avance rapide, et donc du dénouement.

Si vous comprenez cela et que vous le mettez en pratique, réellement, alors il n’y a aucune résistance qui demeure là, elles céderont toutes. Et c’est vrai que c’est tellement simple que beaucoup d’entre vous n’y ont pas pensé où se refuse à se prêter à l’expérience C’est la voie directe vers le réel, c’est la façon la plus évidente de vous retrouver.

Vous n’avez plus besoin de canalisations, de vibrations, de visions, vous avez juste besoin de vous, parce que c’est réellement le personnage qui accepte son mental, ses émotions, son histoire. C’est un problème intime qui est propre à chacun de nous, et quand vous constaterez les effets de cela, encore une fois même si ça vous semble fluctuer, aller et venir, ça ne fait pas de différence parce que le temps zéro est touché et trouvé, et quand ça se produit une fois, vous constaterez très vite que le scénario est toujours le même.

Si le cauchemar vous fait vomir, tout ce que vous voyez partout sur les écrans, vous aurez alors le réflexe de rentrer en vous et vous êtes en paix. Et à force de faire des allers et retours entre le cauchemar du monde ou votre vie, et ce que vous êtes en vérité, cette Paix et ce Silence, tout naturellement vous choisirez de laisser grandir cette Paix qui est bien plus facile à vivre que de rentrer en opposition, ou en contradiction avec la société, avec le mari, la femme ou n’importe qui.

Vous vous apporterez la preuve à vous-mêmes que c’est la seule chose qui fonctionne, il n’y en a pas d’autre. Bien sûr, après vous aurez une responsabilité de vous-mêmes, parce que je crois que plusieurs frères et sœurs confondent l’acceptation avec le laisser-faire. Ce n’est pas un laisser faire, c’est un laisser être ce qui est, vous aurez toujours des choses à faire selon votre scénario, nourrir vos enfants, nourrir votre famille, s’occuper de votre travail peut-être, mais votre façon de voir et de vivre ce que vous avez à vivre, sera profondément différente.

Alors je vais peut-être vous laisser interroger et discuter, sans ça je vais parler jusqu’à la fin.

Elisa : Moi, j’en ai une, ici. Ok ? Pendant qu’ils posent d’autres questions, je vais donner la première.

Elisa : Bonjour Oma, ici au canaries sur l’île de La Palma, le volcan de la Cumbre Vieja est entré en éruption dimanche dernier. Pouvez-vous nous en parler ? Merci infiniment.

Je te laisse traduire où tu as déjà traduit.

Elisa : Non je n’ai pas encore traduit.

Ah!

C’est la même chose pour tous les volcans. Voilà de très nombreuses années, plus de dix ans, j’avais expliqué que tous les volcans de la terre allaient se réveiller. Et c’est exactement ce processus que vous êtes en train de vivre. Il y a trois fois plus de volcans en éruption ou en activité qu’en temps normal, si je peux dire. Le réveil du volcanisme à un niveau jamais vu par l’humanité actuelle concerne tous les habitants de la planète, et pas seulement ceux qui sont situés sur ces endroits où il y a des volcans.

 

Le feu de la Terre est ressorti des entrailles de la Terre en rapport direct avec l’influence électromagnétique de Nibiru. Alors je répondrai que ceux qui sont à La Palma, par exemple, vont vivre une très belle purification par le feu, direct. Voilà, donc ça ne va pas s’arrêter et chaque jour, chaque semaine d’autres volcans vont entrer en éruption et ça va aller crescendo.

Et de toute façon pour ceux qui vivent sur des volcans, ça fait partie de leur scénario. Ils ont voulu dans leur scénario un réveil par le feu, et je ne parle même pas de l’air des volcans qui sort des volcans et que vous devez accepter là aussi que chacun d’entre vous est là où il doit être. Parce qu’en définitive, qu’est-ce qu’un habitant, de cette île où il y a ce volcan, souhaite faire ? La même chose qu’avec ce que vous appelez la piqûre, vous voulez sauver votre vie ou vous acceptez de la perdre ?

Et je n’ai rien d’autre à dire sur ce Cumbre Vieja, parce que c’est la même chose pour tous les volcans. Regardez sur les cinq continents. Regardez l’intensité et la fréquence des séismes. Vous êtes effectivement, je dirais à un moment où tous les signaux d’alarme clignotent en rouge cramoisi, rouge foncé. Alors la sœur qui pose cette question et qui est sur ces îles, elle va faire quoi ?

Je peux te dire simplement que tu es aux premières loges. Il n’y a rien à sauver parce vous n’avez rien à perdre, mais que tout est prétexte à vous retrouver. Et je te garantis que vivre sur un volcan et être ignifugé, brûlé et consumé par de la lave à 1000 degrés, c’est l’initiation par le feu le plus pur. Il y a une forme, il n’y a plus de forme. Il y a la liberté totale.

Donc je ne peux que te rassurer, tu es très bien là où tu es. Ceux parmi vous qui sont au bord de l’eau ou ceux parmi vous qui vivent sur des régions où il y a des tremblements de terre, ou ceux d’entre vous qui vivent dans des pays à la pointe de l’enfermement, acceptez que c’est exactement ce qu’il vous fallait, ce que vous aviez à vivre, et tout se passera bien.

Mais je précise encore aujourd’hui que pour tous ceux d’entre vous qui espèrent en un monde d’avant qui revienne, ou qui attendent un monde meilleur dans leur projection, vous n’êtes pas encore tout à fait prêts pour le réveil. Mais vous allez être prêts très bientôt, parce que l’ébranlement de vos certitudes, le fait de devoir penser à vous préserver d’un volcan, d’un tsunami ou d’une société, ça va vite vous apparaître comme une lubie totalement irréalisable.

Acceptez l’inéluctable et vous êtes vivants. Eh oui, c’est très difficile de sortir de vos habitudes, d’avoir du temps pour méditer, pour se promener dans la nature, mais quand vous serez, je dirais dans une forme d’urgence vitale, alors toutes les résistances tomberont, et vous constaterez à ce moment-là que vous êtes exactement à la place où vous devez être.

C’est valable pour la géographie, c’est valable pour votre histoire, c’est valable pour l’histoire de chacun et c’est valable pour l’histoire de la Terre. Ça fait partie aussi de l’acceptation. Alors du point de vue de l’Absolu, je dirais que d’être près du Cumbre Vieja, c’est une opportunité exceptionnelle. Ça peut apparaître comme redoutable, mais du point de vue de la Vérité, c’est exceptionnel.

Mais encore une fois, ça ne concerne pas que ce volcan, mais ça va concerner une multitude de volcans connus et inconnus, les volcans inconnus étant surtout les volcans sous-marins. Ça fait partie de la libération de la Terre. Si vous préférez, c’est la libération du feu sacré de la Terre qui était maintenu comprimé par les forces de prédation et d’enfermement. Les phases actuelles des événements physiques de la Terre, ou climatiques, vous montrent que vous vous dirigez vers la liberté à très brève échéance.

C’est en ce moment même. Nous vous l’avions déjà laissé entendre, que ce soit Bernard, que ce soit Bidi, moi. De la même façon, ça a été dit aussi par les représentants des peuples de la mer. Je vous rappelle que le dernier chant de Phahame n’était pas le chant de la Liberté, mais le chant de la Délivrance, de la délivrance du rêve et de tout cauchemar. Délivrance de la création et délivrance même de la notion d’être imparfaits, vous êtes parfaits depuis toujours. Nous l’avons juste oublié, le temps de jouer au monde de la forme, les mondes de la manifestation.

D’ailleurs vous devez vous réjouir de ce qui se déroule, parce que ce qui se déroule, même dans ces aspects les plus sombres, ne fait que jouer la partition de la liberté et de la délivrance. Vous le vivrez si ce n’est pas déjà le cas. Et pour ceux d’entre vous qui traverserez des zones de turbulence si je peux dire, que ce soit des peurs pour votre travail, pour votre famille, pour votre pays, pour votre île, ces peurs vont vous conduire à la Joie.

Et vous vous rendrez compte que vous n’avez rien à rejeter, et que tout ça n’était que les scénarios finals du rêve de la création. Autrement dit, considérez-vous comme parfaits, et la perception de la Vérité vous trouvera C’est aussi simple que cela, là aussi.

Alors, autres questions à part les volcans.

Elisa : Je vais regarder dans le whatsapp. Vous n’avez pas de questions ? Alors là !

Elisa : Elle demande si la lumière de la conscience est aussi éternelle ou si elle aussi elle passera ? La lumière de la conscience.

Mais tu es antérieure à la Conscience et antérieure à la lumière. La lumière est une projection. J’irai même plus loin en disant que la lumière de la conscience que vous pouvez voir concerne l’illusion spirituelle du Soi. Vous n’êtes pas la lumière, vous êtes antérieurs à la Lumière. La lumière est une sécrétion de qui vous êtes, comme le corps physique, comme le corps de lumière. Mais encore une fois, là aussi, aucun discours ne peut vous en convaincre, mais le vécu vous débarrasse de tout ça.

Et c’est accessible à chacun, sans délai, sans condition préalable. La lumière de la conscience est un leurre. La lumière est antérieure à la conscience. La conscience est liée à l’apparition de la première forme, ou si tu préfères, la première individuation apparente. C’est la première définition de la limite, et donc de la séparation.

Il y a la lumière dans cette forme et il y a ce qui n’est pas cette forme. Mais le problème, c’est que nous sommes toutes les formes, depuis le plan carboné enfermé de la Terre jusqu’à la Source elle-même.

Tout ça n’était que le jeu de la création. Il vous faut retrouver ce que vous êtes antérieurement à la forme. Mais vous ne pouvez pas le retrouver par un effort de vous-mêmes. Par contre, cette Vérité vous trouvera dès l’instant où vous arrêterez de nourrir l’histoire, et il y a une forme de silence qui crée un désengagement de la société, du monde en lui-même, parce que vous savez à ce moment-là que c’est quand vous vivez la Vie, que vous n’êtes plus soumis à votre vie.

 

A ce moment-là vous ne pouvez plus être trompés, ni par l’âme, ni par la lumière, ni par la conscience, ni par la notion de bien ou de mal.

Je ne peux que redire aujourd’hui ce qu’a dit Tête de Caboche avant moi, tout ça n’est qu’un rêve. Le réel ne sera jamais un rêve, ne sera jamais un monde ou une dimension, et c’est l’instantanéité et la beauté de la Vérité. Elle n’est compromise par aucun monde, aucune forme et aucune dimension. Et quand vous le vivez, c’est un grand ‘’Ouf’’ de soulagement. Et vous ne jugez plus rien.

Vous ne pouvez convaincre personne, mais votre présence en le Silence Agapè aussi, et c’est Agapè et le Silence qui, de manière conjointe, comme nous l’avions dit, qui éclairent la scène de théâtre du monde, qui éclairent et dévoilent les mensonges planétaires et cosmiques. En ce que vous êtes, il n’y a jamais eu de mort. En ce que vous êtes, il n’y a jamais eu apparition au sein d’une forme. Vous êtes toutes les lumières, et vous êtes tout ce qui est à l’origine de la lumière.

Acceptez cela, c’est déjà se libérer. Et je parle bien d’accepter cela intellectuellement, mentalement, parce que cela va vous rapprocher de l’Instant Présent, et cela va vous rapprocher de la jonction effective entre l’Être et le Non-Être. Et je crois que Bernard de Montréal appelait ça la fusion. C’est un certain nombre d’expériences que certains d’entre vous ont vécues il y a plus de dix ans, dans ce que l’archange Anaël avait nommé fusion, dissolution et délocalisation de la conscience.

Mais aujourd’hui le processus est à une autre octave parce que c’est la fusion de toutes les dimensions, de tous les mondes, et de tous les multivers, à l’intérieur du Cœur où ils sont tous. C’est le fameux Paradis Blanc, là où il y a une conscience qui préfigure le démasquage de la conscience elle-même.

La conscience est uniquement la manifestation du rêve. Elle n’a plus de raison d’être dans le Réel, et toutes les notions d’évolution ou d’accès au supra mental que vous avions développées nous-mêmes, aujourd’hui ne veulent plus rien dire par rapport au Vécu. Dans le Réel, il n’y a ni conscience, ni mental, ni supra mental. C’est le grand Rien ou le grand Silence qui contient le grand Tout, tout ça dans tous les lieux et dans tous les temps du rêve.

Elisa : J’ai une autre question.

Alors j’écoute.

Elisa : Nous sommes à un quart d’heure de la fin. La Source est-elle, elle aussi, une illusion ?

Est-elle aussi ?

Elisa : Une illusion.

Je n’ai pas compris.

Elisa : La Source est-elle aussi une illusion ?

Totalement. La lumière est une illusion. Vous n’êtes pas concernés, ni par la forme, ni par la lumière, ni par la mort, ni par la naissance, ni par les mondes.

Elisa : Donc la Source non plus.

Le seul Réel, c’est vous, mais je ne m’adresse pas à ce personnage qui croit entendre ou écouter ce que je dis. Seul le Réel que vous êtes peut m’entendre. La Source est l’origine de la manifestation. Il y a bien sûr autre chose avant, cet avant qui est aussi pendant et après, qui n’a jamais bougé, ce que notre cher Bidi appelle le Parabrahman, l’Absolu.

Quels que soient les mots que vous utilisez, c’est avant tout une reconnexion intérieure à vous-mêmes, et là-dedans, il n’y a pas de place pour le mensonge. Autrement dit, tu es aussi bien l’atome qui vient de naître.

Elisa : Concernant ça, il y a de nouveau : Babaji représentait-il la Source ?

Oui, ça a été dit, il s’est exprimé lui-même en temps que Source. Mais Babaji, Haidakhan Babaji, qui s’est exprimé parmi vous durant le temps de Autres Dimensions, c’était, je dirais le moyen de remonter effectivement à la Source. Mais la Source vient bien de quelque part, n’est-ce pas. Avant la manifestation du Verbe et de la forme, il y a ce que vous êtes. Ce n’est pas explicable, mais c’est la Vérité à vivre. Et quand vous le vivez, vous ne pouvez plus être dupes d’un monde quel qu’il soit, ou d’une entité de lumière quelle qu’elle soit.

Vous ne pouvez plus être dupes des jeux de la création et de la manifestation. Vous vous êtes retrouvés. Alors cela met bas toutes vos connaissances, toutes vos expériences. Ça détruit immédiatement toutes les histoires passées et futures.

Elisa : Le paradis blanc émane-t-il de la Source ?

Comment ?

Elisa : Le paradis blanc émane-t-il de la Source ?

 

Le paradis blanc semble émaner de la Source, mais en Vérité, il est présent en chacun qui est la Source. Pourquoi vouloir catégoriser et toujours ranger dans des cases, qu’est-ce que ça apporte, comment vous dites en français, une émission ancienne, j’ai oublié le nom, peu importe. Qu’est-ce que ça va faire avancer cette histoire ? Rien du tout.

Posez-moi plutôt des questions sur vous, intérieurement, et pas sur la Source Alcyone, ou sur une entité de lumière ! Interrogez-moi et interrogez-vous sur vous !

Elisa : Je suis en train de lire les questions du ‘’chat’’ ! Alors, je vais traduire.

Elisa : Est-ce pourquoi nous sommes capables de faire des miracles ?

Mais le miracle fait partie de la manifestation. Le seul vrai miracle, c’est Toi.

Tu sais, il y a des sœurs et des frères lumineux qui ont fait plein de miracles. Le Christ a marché sur les eaux. Des grands mystiques ont soigné des malades en stade terminal. Mais là où vous êtes aujourd’hui, je vous dis que tout ça c’est du cinéma ! Vous Êtes le Miracle ! Il n’y a pas d’autre miracle que vous.

Je ne comprends pas, parce qu’à chaque fois que je dis qu’il faut rentrer et parler de vous, vous avez des questions sur l’extérieur, et la Source, et le miracle, et ceci … Et vous, vous-mêmes ?

Elisa : Alors là j’ai une question. Est-ce qu’on est un immense trou noir à nous tous ?

Un immense quoi ?

Elisa : Un immense trou noir.

Mais le trou noir est déjà une définition. Ce trou noir, il existe dans chaque atome, dans chaque cellule, humaine, animale, végétale ou angélique. Donc, oui, le trou noir est présent au centre de toute manifestation. D’ailleurs dans le processus de la réabsorption du rêve de création, il vous a été dit que les trous noirs sont rentrés dans le système solaire. Il n’y a pas que Nibiru.

Mais encore une fois, essayez d’être vous-mêmes les plus simples possible. Interrogez-moi sur vous. Regardez la tonalité des questions, elles sont toujours tournées vers une identification.

Elisa : Il y en a qui demande : Sommes-nous au service de la Vie ?

Mais vous êtes la Vie, vous n’êtes au service de rien du tout. Vous êtes la Vie, vous n’êtes pas au service ‘’de’’ ! C’est comme ça que vous entrez dans ce que Tête de Caboche a dit : ‘’le service aux autres’’, le moment où vous percevez qu’il n’y a ni autre, ni vous. Tout est en Vous. Nous l’avons répété par des milliards de façons. A la fois, tout est en vous et tout est vous.

Alors sortez, comme dirait Bidi, du point de vue de la personne, et adoptez un point de vue qui n’est plus localisé en une forme, et vous vivrez la Vérité. Et souvent, il a été dit que la Vérité était sans vous, et que la Vérité était partout et nulle part.

Elisa : Donc, on nous dit, alors restez dans l’Amour ?

Mais vous êtes l’Amour, vous n’avez même pas à imaginer rester dans l’Amour.

(Elisa interpelle une personne qui veut s’exprimer)

Sœur : Bonjour à vous tous, bonjour OMA. En fait, ce n’est peut-être pas vraiment une question, c’est parler un petit peu de ce que je vis et, en fait, c’est en lien avec ce qui vient justement d’être dit au sujet du service et …

Elisa : Attends, je dois traduire.

Sœur : Pardon. Je ne me suis pas arrêtée pour que tu traduises.

Sœur : Lors de vos interventions, au mois de Juillet, OMA et puis Bidi, vous parliez de …, il y avait une personne qui avait posé une question, et cette question c’était : ‘’Mais comment aider les autres ?’’, et Bidi avait dit : ‘’Mais il n’y a personne !’’ Et OMA avait dit : ‘’Occupez-vous de vos fesses !’’

Je te coupe une seconde. C’est pour ça que dans la première partie …

Sœur : Oui, oui c’est ça. Et en fait, j’ai vraiment l’impression que ce que je vis aujourd’hui, c’est pour moi le fait d’être dans l’accueil, d’être dans l’acceptation de ce que je vis, de ce que j’entends, de ce que je vois, de ce qui m’entoure, j’ai l’impression que c’est la meilleure façon que j’ai pour moi de pouvoir ne pas m’occuper des autres, mais … comment je pourrais exprimer ça … en étant tout et rien, en étant le tout et tous en même temps, en étant dans l’accueil et dans l’acceptation de tout cela …

Attendez, parce que si les deux parlent en même temps (Elisa et la sœur qui intervient), on n’entend ni le français ni l’espagnol. Il faut qu’il y ait une pause, français et traduction en espagnol.

On n’entend plus rien du coup.

Sœur : En étant dans l’accueil et dans l’acceptation, c’est la meilleure façon pour moi d’être, je ne sais pas quoi dire, ce n’est pas ne pas vouloir aider les autres, mais en faisant ça, pour rejoindre ce qu’on disait tout à l’heure, je ne sais pas trop comment l’exprimer, mais j’ai l’impression que c’est ce que j’ai à faire de mieux.

Mais la façon même dont tu t’exprimes, c’est encore que tu crois que tu peux faire quelque chose, et donc tu imprimes en toi des comportements. Le problème d’aider les autres ne se pose pas. La notion même de service, à l’autre ou à soi, s’efface littéralement devant la majesté de ce que tu es.

Quand nous avions parlé de la fluidité, et il y a très longtemps, de la fluidité de l’Unité, c’est réellement un état de Grâce, et je crois que Tête de Caboche vous avait expliqué pour les sportifs l’efficacité neurobiologique de la fluidité. Cette fluidité ne peut apparaître et ne peut se manifester que justement quand tu cesses de vouloir faire ceci ou cela. Ce n’est pas une conduite morale, ce n’est pas une décision de la personne.

La décision, c’est d’accepter ce qui est, ça, oui ça vient de la personne, et après d’observer ce qui se déroule. Mais pas de décider d’aider les autres, ou d’être gentil, ou d’aimer. La Vérité ne découlera jamais d’une décision ou d’une règle que tu t’imposes, quelle qu’elle soit. Parce que l’État Naturel est basé sur la spontanéité de l’instant présent.

 

Les moments où tu es, je dirais, peut-être en pleine conscience de tout ce qui se déroule à l’extérieur et en toi, et que rien de ce qui se déroule ne te déstabilise. Mais il n’y a rien à faire. L’ ‘’être’’ est découvert avant le ‘’faire’’, par le Silence, par l’acceptation comme tu as dit, mais pas par des conduites morales. C’est-à-dire qu’il faut jouer là à l’observateur. L’observateur observe, il ne fait rien. Sans ça, si tu pars du principe que tu dois faire ceci ou cela, c’est encore le personnage qui fait. Il n’y a pas, à ce moment-là, de moyen de vérifier l’Intelligence de la Lumière. Il n’y a plus de fluidité.

La fluidité consiste à n’imposer aucune règle. Et je répète ce que j’ai dit : Plus vous êtes spontanés, plus vous êtes proches de la Vérité. Dans la spontanéité, il n’y a pas de place pour le ‘’faire’’. Dans la spontanéité, il y a une disponibilité à l’instant, une disponibilité à l’observation, et cette disponibilité à l’observation débouche, à coup sûr en ce moment, sur la compréhension qu’il n’y a ni acteur, ni observateur, ni théâtre.

Alors à ce moment-là, oui, tu es l’Amour Sagesse. Tu ne fais rien, mais les choses se font. Tu n’es ni l’acteur, ni le spectateur, tu as transcendé les mondes de la forme et de la manifestation, et en le Vivant, tu sais que c’est Vrai, et tout le reste est faux. Mais pas avant ! Tu peux pratiquer, – comment nos frères orientaux disent -, le bhakti yoga, le yoga de la dévotion, durant des milliers de vies, mais ce n’est pas pour ça que tu seras libre.

La dévotion au Réel est bien plus efficace que la dévotion à n’importe quel maître, ou à n’importe quel être.

Vous voyez, quand vous comprenez que vous ne faites rien, et que les choses se font, alors vous êtes libres de tout conditionnement et de toute projection. Là est la véritable Liberté. Tout le reste, ce ne sont que des alibis de la conscience.

Je vous encourage à aller vers cette nudité, ce dépouillement total. Vous n’avez pas besoin d’aller en haut d’une montagne, ou dans une grotte, ou dans un temple. Vous avez juste besoin d’aller vers vous-mêmes. Et ça tombe bien, vous y avez toujours été. Simplement qu’aujourd’hui les circonstances extérieures du rêve vous amènent à quelque chose qui n’a pas de solution, et vous encourage donc à trouver la solution en ce que vous êtes.

Mais ça ne sera jamais quelque chose que vous faites. Mais comme l’a dit Bidi au mois de Juillet, c’est bien le contraire, c’est-à-dire ce que vous arrêtez de faire, ce n’est pas quelque chose que vous allez faire. Comprenez cela, c’est essentiel.

Elisa : Nous avons dépassé de cinq minutes déjà.

Alors s’il y a une toute dernière, très rapide, parce que moi la conclusion je vous l’ai donnée. Mais s’il y a encore quelque chose à dire de très rapide, je veux bien l’écouter.

Elisa : Ils disent qu’il n’y a personne, et quand quelqu’un répond, ce n’est pas Bidi qui répond, il y a bien une identification à un certain niveau, non ?

Jamais. L’identification est le propre du mensonge. Une fois que vous libres, vous n’êtes plus disponibles pour aucun mensonge. Et quand nous disons, les uns et les autres, il n’y a personne, c’est la stricte Vérité. Ce n’est pas un jeu de mots. C’est ce que réellement nous vivons.

Je crois que l’été dernier, Tête de Caboche a eu l’occasion de vous expliquer l’accès à l’Absolu, les mondes vus, vécus, traversés. Mais quand vous vivez le Réel, vous ne pouvez pas faire autrement que de considérer toutes ces dimensions, tous ces plans, comme quelque chose qui n’a aucune solidité. Ce n’est en aucun cas une pensée, ce n’est en aucun cas un raisonnement logique, mais c’est un vécu que rien ne peut tromper.

C’est ce que disait Anaël avant même les Noces Célestes, ce qui avait été nommé les vérités relatives et la Vérité Absolue. Quand vous vivez l’État Naturel de la nudité absolue, aucune vérité relative ne vous intéresse, ou tout au moins vous n’y croyez pas même si ça vous intéresse. Vous ne pouvez plus croire à rien, et vous vivez la Vérité.

 

Alors je terminerai par ces mots puisque le temps est écoulé. Je vous invite à ne plus rien croire. Je vous invite au Silence, à l’Immobilité, c’es la meilleure méditation à retrouver le Réel que vous n’avez jamais quitté. La clef de l’Instant Présent est l’Acceptation. Acceptez de manière basique que vous êtes Ici et Maintenant et que vous ne pouvez être nulle part ailleurs en vérité. Acceptez que la totalité de la création est de votre responsabilité et de votre action. Alors vous ne serez plus jamais soumis à une vérité relative, mais vous serez l’Absolue Vérité.

Cela sera mon mot de la fin, chers amis … de cette fois-ci ! Je n’ai pas dit le mot de la fin du monde.

Alors, permettez-moi de vous transmettre toutes mes bénédictions, de recueillir toutes vos bénédictions, et de vous dire : A Bientôt.

Au Revoir.

Elisa : Adios.

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0