Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver, et me voici de nouveau avec vous et parmi vous, et en vous, comme je l’avais annoncé le mois précédent en ce jour du 24 Juin de l’année 2022.

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter toutes mes bénédictions, toutes mes salutations et nous nous accueillons d’abord les uns les autres avant que je commence à m’exprimer.

…Silence…

 

Alors chers amis, je vais commencer à m’exprimer. Ce que je vais vous dire aujourd’hui, ce soir, est dans la suite logique de ce que j’avais déjà exprimé le mois précédent.

Je vous parlais d’une espèce d’ ‘’évènement’’ qui se succéderait aussi bien dans votre vie intime personnelle, dans votre vie relationnelle et bien sûr, bien évidemment dans l’ensemble de la société. Ceci vous pouvez le constater pour ceux qui s’intéressent à ce qui peut se passer sur la scène de la société de façon de plus en plus claire, en tous cas pour ceux parmi vous qui se rendent compte quelque part de cette immense supercherie et escroquerie que représente la matrice de la société.

Bien sûr, durant cette période comme je l’avais dit et durant les mois de l’été qui s’ouvrent devant nous, vous allez tous, sans exception, vous rapprocher de ce fameux point zéro au travers de ce que nous avions nommé déjà depuis de nombreuses années ‘’l’évènement’’ si on peut dire, quelles qu’en soient la nature et la teneur.

Et parallèlement à cette approche à l’horizon visible de l’ensemble des évènements de transmutation et de transsubstantiation, il y a un processus individuel qui commence en quelque sorte à maturer et à se présenter quelque part à votre conscience, je dirais et je l’espère aussi, à votre lucidité et à votre compréhension directe au travers de votre vécu. Ce phénomène est un phénomène de convergence, une convergence de ce qu’il peut rester en vous concernant quelque part une identification à votre forme, à votre vie, à votre personnage ou même à votre soi, ou encore je dirais de manière beaucoup plus générale, dans la perception même de votre conscience, bien au-delà du point de vue dont Bidi avait exprimé durant de nombreuses années la signification.

Ce phénomène de convergence va vous amener comme nous l’avons dit, à être écœurés et à vomir, non pas seulement ce monde, mais aussi l’ensemble de ce que peut représenter la conscience inscrite au sein d’une forme et qui appartient au domaine bien sûr du rêve.

C’est-à-dire que l’ensemble des évènements que vous êtes amenés à vivre, et là je m’exprime directement au niveau de chaque individu qui se prend encore pour un individu, vous allez affronter, vous allez découvrir, vous allez dépasser de toutes les façons possibles, les dernières, non pas attachements ni même habitudes, mais expériences si je peux dire, de la conscience qui est inscrite dans une forme, que cela soit situé dans quelque secteur de votre vie individuelle, aussi bien face à vous-même que face à l’autre, au sens le plus large, d’une façon beaucoup plus vaste par rapport à la société, et je dirais même par rapport à ce qui peut vous être encore invisible, va entrer en phénomène de convergence.

Cette convergence est extrêmement, je dirais bouleversante. Elle est bouleversante non pas dans le sens d’un drame, mais dans le sens d’une révélation en quelque sorte ultime sur l’inconstance et comme disait notre cher Bidi, sur l’escroquerie de votre conscience et je dirais même de toutes les perceptions, même les plus subtiles, que vous pouvez en avoir.

C’est bien plus que le phénomène de face à face entre le réel que vous êtes au-delà de la forme et la forme dans laquelle vous êtes aujourd’hui. C’est bien plus qu’un face à face. C’est comme je le redis une espèce de convergence qui sera plus ou moins harmonique, plus ou moins brutale, mais en tout cas extrêmement révélatrice d’une manière générale de l’escroquerie de la conscience dans toutes ses composantes jusqu’au supra-conscient.

C’est-à-dire quelque part, comme nous l’avons dit et répété, les circonstances de votre vie intime, intérieure, personnelle, interpersonnelle, tout ce qui est lié à ce que vous appelleriez la relation, la communication, mais aussi l’expérience dans sa totalité de la vie sur Terre, de votre vie dans une forme, ici sur ce monde, va se trouver en quelque sorte ébranlée. Mais cet ébranlement, je vous le rappelle, n’est pas destiné à vous mettre à terre ou à vous faire souffrir, mais simplement à réaliser avec conviction que tout ce que vous pouvez penser, tout ce que vous pouvez penser ou croire être, n’a aucune valeur face au réel de l’Éternité et de l’Absolu.

Bidi avait toujours dit que l’Absolu ne peut pas être une expérience. Soit vous êtes dans l’État Naturel de l’état Agapè, c’est-à-dire dans le Réel, et vous êtes un minimum je dirais soumis à la société, à la relation, à la communication, c’est-à-dire que vous avez vu la supercherie, vous l’avez vécue, vous l’avez acceptée, il vous reste à la manifester vous aussi de manière intégrale et totale.

Pour ceux d’entre vous qui irez vers cette convergence avec des attachements à la notion de conscience, vous voyez je ne parle plus de croyances, de l’avenir, d’un nouveau monde ou encore d’une supraconscience, c’est simplement le moment dans cette convergence où vous allez vous reconnaître à travers divers évènements dont la nature importe peu, c’est-à-dire qu’ils soient quelque chose de très agréable ces évènements, ou qu’ils soient de nature au contraire terrible, voire extrêmement désagréable, ne changera rien à la finalité du dévoilement de l’Intelligence de la Lumière.

C’est aussi le moyen de vous faire comprendre, pour ceux qui encore ont soit des peurs, ou sont soit encore inscrits quelque part dans un mécanisme de relation, de communication ou d’investissement à quelque niveau que ce soit de la société, de la moralité, ou de vos relations, va se retrouver en quelque sorte mis à nu et va quelque part vous exploser à la figure.

 

Ce n’est pas une explosion de tristesse, ça va être juste derrière une explosion de joie, parce que dans ce phénomène de convergence, qui s’ouvre depuis le solstice d’été et qui va vous occuper une bonne partie de ce que vous nommez l’été, vous allez vous rendre compte de la supercherie et ce, de toutes les façons possibles.

Pour résumer un petit peu dans le langage de Bidi, c’est-à-dire que c’est le moment où votre personnage, votre personne, votre conscience en ce qu’il en reste encore de croyances ou d’espoir en cela, ou de désespoir, va se trouver littéralement submergé par le Réel. C’est bien plus que le choc de l’humanité à titre individuel. Je dirais que c’est la compréhension à travers la scène de théâtre de votre personnage dans tous ses aspects qui va se trouver révélée.

Bien sûr il y aura plus ou moins d’harmonie dans ce processus de convergence qui, je le répète, n’est pas l’évènement collectif, mais qui doit tous vous toucher de manière individuelle au niveau de là où ça doit vous toucher. Parce que ce n’est pas vous qui décidez, ce n’est pas même le scénario qui se déroule sous vos yeux sur cette planète ou dans le système solaire, mais c’est réellement face à vous-même et face à ce que vous croyez être.

Ce que vous croyez être quelles que soient vos expériences, quelle que soit l’ouverture des chakras, des portes, des étoiles, quel que soit votre accès si je peux dire aux mondes subtils, que ce soit l’astral supérieur, que ce soit le Soi dans sa définition la plus noble, ne représenteront pour chacun de vous plus rien du tout dès le moment de convergence arrivé pour vous.

Bien sûr dans le déroulement de l’histoire de la vie du personnage, vous vous doutez bien que c’est un ensemble d’évènements qui, comme je l’ai dit, vous concernent intimement face à vous-même et face à ce que vous nommez l’autre d’une façon générale. C’est-à-dire qu’à travers ce processus de convergence qui est bien évidemment lié à la pénétration de l’Intelligence de la Lumière dans les strates les plus profondes de votre cerveau, mais aussi de votre cœur, aussi bien organique que le cœur subtil, que le corps d’éternité, que cet atome-germe qui est au milieu de votre poitrine, qui a toujours été là indépendamment de la forme dans laquelle nous sommes tous encore pour l’instant.

C’est-à-dire qu’il va y avoir une espèce de transmutation, de transsubstantiation, qui peut se faire sur un mode brutal ou sur un mode progressif, mais ce que je veux dire c’est que, quels que soient les évènements que vous êtes appelés à vivre les uns et les autres sans aucune exception, où que vous vous situiez encore aujourd’hui, ils vont être actifs en vous pour vous révéler comme je l’ai dit, le subterfuge de la forme, l’escroquerie comme disait Bidi de la conscience, et vous allez vivre, que vous le vouliez ou non, le Réel.

Si vous préférez, même si le cauchemar pour certains d’entre vous peut devenir terrible, aussi bien intérieurement que face à ce qui se place et ce qui se met en place au niveau de la scène de théâtre, cela va vous donner non pas à réfléchir, va vous donner non pas à vous repositionner, mais va entraîner, par cette Intelligence de la Lumière qui touche les strates profondes, à réaliser que, comme nous vous l’avons dit et comme le disent les frères et les sœurs incarnés ou pas qui l’ont vécu et qui le vivent, que tout ceci n’a rien de réel. Parce que tout ce qui est inscrit dans la forme, tout ce qui est inscrit dans l’histoire, tout ce qui est inscrit dans votre projet de vie ou dans votre vie tout court, va se trouver complètement bouleversé.

Bien sûr, et je le répète, ce sont des positionnements et des repositionnements qui ne dépendent pas de vous et qui se produisent automatiquement. Ce que je veux dire par là avec l’Intelligence de la Lumière, dans les strates où elle pénètre aujourd’hui au niveau des corps physiques, mais aussi au plus intime de l’Être, ne laisse aucun doute sur ce que vous allez vivre et sur le résultat de ce que vous allez vivre. Que ce soit avec un frère ou une sœur, que ce soit avec vous-même, que ce soit avec la famille, que ce soit avec votre corps, que ce soit avec même vos mécanismes de pensées, tout cela va vous conduire à un grand éclat de rire cosmique.

Certes il pourra y avoir quelques larmes, il pourra y avoir quelques grincements de dents, mais ce processus de convergence va en quelque sorte mettre fin aux ultimes résistances inconscientes ou conscientes, peu importe, par rapport à la Vérité. Bien sûr il en découlera, et pour chacun de vous, durant cet été, à des moments divers, un sentiment de liberté et de reconnaissance avec l’intime au-delà de la forme que vous avez toujours été.

Vous savez, comme l’a dit Tête de Caboche lors de sa dernière intervention, les évènements du brouhaha de vos pensées, de votre monde, de votre famille, de la guerre, de ce qui se passe dans tous les plans de la société humaine, va finalement vous amener, sans effort, et si c’est possible sans résistance, à constater par vous-même, je dirais dans l’instant présent, la réalité de ce que vous êtes.

Et vous constaterez aussi que dans ces moments de convergence, parce qu’il peut y en avoir plusieurs, quelle que soit leur intensité, qu’au fur et à mesure des semaines qui vont s’écouler, des jours et des heures qui vont s’écouler, vous allez avoir des moments où la lucidité va être de plus en plus grande. Et au fur et à mesure que cette lucidité se fera, vous constaterez par vous-même qu’il n’y a pas besoin d’interrogations, il n’y a pas besoin de justifications, intérieures ou extérieures, dans quelque situation que ce soit.

Et vous constaterez l’efficacité du Silence, vous pouvez parler et être en silence, vous pouvez être silencieux et ne pas être en silence. Je vous rappelle qu’être en silence, ce n’est pas faire cesser le bruit extérieur ou intérieur, c’est se placer dans un état de réceptivité au-delà des sens et au-delà de la perception énergétique et vibratoire, au-delà de ce qui est vu, au-delà de ce qui est senti, pour vous retrouver effectivement dans cette nudité absolue de l’état réel, de l’état de simplicité.

Et c’est justement les évènements de votre vie intime comme extérieure qui vont vous y conduire quoi que vous en pensiez et quoi que vous en disiez. Bien sûr le résultat sera aussi apparent dans, je dirais, votre relation au monde au sens le plus large, ça concerne aussi bien la relation à l’autre, la relation à vous-même.

 

Et vous constaterez en regard de chaque évènement qui surviendra, le plus discret comme le plus explosif, que la seule solution n’est même plus (…) ni bien sûr la résignation, encore moins l’acceptation, parce que déjà l’acceptation est un mouvement de la conscience, mais le silence de la conscience qui va devenir transmutatoire en vous dès les moments de convergence, en regard je dirais de ce qui peut vous affecter, que ce soit le corps, que ce soit votre situation à un niveau ou à un autre du personnage.

Et tout ceci vous allez pouvoir constater que bien évidemment vous le vivez en vous et que les autres s’en aperçoivent, mais vous verrez aussi que les autres s’en aperçoivent de la même façon. C’est bien plus qu’une ouverture au réel, c’est une installation quelque part dans la compréhension directe et immédiate que tout ceci en quelque sorte, comme le disait Bidi, n’est qu’une scène de théâtre, mais je dirais bien plus un spectacle morbide de celui qui croit être né, de celui qui croit mourir, de celui qui croit devoir évoluer ou se libérer de quelque forme que ce soit.

Vous n’avez pas à vous libérer de la forme, vous êtes dans la forme mais vous n’êtes pas la forme. Et c’est cette révélation qui tient en une phrase qui va être la plus importante, et je dirais quand même à conscientiser avec cette lucidité particulière qui vous permettra de ne plus être résistant ou en opposition, aussi bien avec la société qu’avec vous-mêmes dans certains conflits intérieurs, ou encore dans une relation affective, professionnelle, fraternelle avec les parents, avec les enfants.

Ça rejoint quelque part, comme disait Osho voilà cinq ans maintenant, cette espèce de Divine indifférence parce que vous êtes installés dans le réel. Et vous ne pourrez pas y échapper, ça j’en ai déjà dit quelques éléments lors de ma dernière intervention le mois précédent. C’est que vous allez découvrir l’inutilité et la futilité de tout ce qui n’est pas vécu au sein de l’instant présent.

Ça concerne aussi bien tout ce qui peut venir encore des dernières habitudes, des dernières mémoires ou des dernières, comment dire, bribes d’histoires. Mais ça concernera aussi tout intérêt pour le futur. C’est-à-dire que votre conscience va en quelque sorte se rétrécir à l’instant présent, rien d’autre que l’instant présent ne pourra vous occuper ou vous préoccuper.

C’est-à-dire que, quels que soit les évènements de votre corps, de vos pensées, de ce que vous pouvez imaginer ou de ce que vous pouvez percevoir, ne pourra plus vous éloigner de ce que vous êtes. Vous demeurerez sans effort dans les moments de convergence dans cet état de Shantinilaya, dans ce fameux paradis blanc où tout se suffit à lui-même et tout est inutile.

Et cette inutilité est ressentie et vécue, que ce soit dans le rôle d’un mari, dans le rôle d’un parent, dans la société, dans votre profession si vous en avez une, mais dans toute les relations, même avec vous-même, tout va vous sembler inutile, puéril et superflu. En quelque sorte, le cœur du cœur de l’instant présent, le fameux temps zéro au cœur du double tore, va envahir les aspects les plus routiniers et les plus habituels de vos mécanismes de fonctionnement.

Rappelez-vous, vous n’avez pas à le rechercher, vous avez et je l’ai toujours dit, à faire ce que la Vie vous demande de faire, là où vous êtes, dans l’instant où vous êtes, et de ne vous préoccuper de plus rien d’autre. C’est comme ça que vous êtes dans l’instant présent, c’est comme ça que vous êtes dans l’acceptation, c’est comme ça que vous vomissez comme ça été dit les mondes de la création et de l’illusion. Vous êtes de moins en moins dupes de tout ce qui peut attirer, séduire, attracter la forme ou encore la conscience.

Vous découvrez à ce moment là que vous êtes bien plus que l’observateur, mais que l’ensemble de la création en vérité n’est issu que de votre propre rêve, avant de comprendre qu’il n’y a même pas eu de rêveur et qu’il n’y a que ce qui est là et que cela a toujours été là. Et que cela va prendre de plus en plus d’importance et va prendre le relais, je dirais de votre rêve, du cauchemar, mais aussi bien sûr, et vous le savez avec l’évènement collectif, du monde en sa totalité.

Vous n’êtes pas sans ignorer pour ceux qui font des recherches, que les activités des Hayot Ha Kodesh, autrement dit des éléments, deviennent de plus en plus perturbées sur l’ensemble de la Terre. Ce n’est plus seulement un continent, ou certains endroits qui sont modifiés si je peux dire, aussi bien par les évènements climatiques, géophysiques, cosmiques, mais bien sûr aussi sociétaux.

Tout ça est en train de se dérouler maintenant et comme nous l’avons dit déjà depuis plus d’un an que, avec la révélation du mensonge cosmique, la révélation de la supercherie allait s’amplifier. À partir de ce mois de juin vous allez à une autre étape si je peux dire, à un autre niveau de cette lucidité.

Et bien évidemment, quel que soit ce qui peut vous sembler peut-être difficile de lâcher, ou même en le vivant peut-être d’accepter cette compréhension, va s’éloigner de vous au fur et à mesure que vous restez silencieux intérieurement, c’est-à-dire quand vous n’êtes pas dans la réaction de quoi que ce soit, mais dans l’acceptation de tout ce qui peut vous concerner, je parle aussi bien des douleurs dans votre corps, je parle aussi bien si vous êtes en fin de vie, ou je parle aussi pour ceux qui envisagent par exemple de se marier ou de faire des enfants.

Rappelez-vous que vous êtes strictement à la bonne place, que ce soit au niveau de l’âge, que ce soit au niveau de l’argent, que ce soit au niveau de vos pensées, au niveau de votre vie au sein du rêve dans toutes ces composantes, vous allez comprendre que vous êtes très exactement à la seule place où vous pouviez vivre et découvrir qui vous êtes, c’est-à-dire de mettre fin au phénomène de l’oubli, vous souvenir de qui vous êtes avant la forme, avant l’histoire, avant les planètes et avant les soleils et avant les multivers.

C’est de votre capacité à accepter encore une fois toutes les composantes de votre vie, qui changeront les composantes de vote vie, si cela doit être le cas, pour vous rapprocher quelque part au plus juste et au plus près de l’éther, de l’Intelligence de la Lumière que vous êtes.

C’est-à-dire vivre le Grand Silence dans le brouhaha du monde, dans le brouhaha peut-être de la société qui explose, peut-être de votre famille, peut-être de votre couple ou au contraire un espace de résolution, mais l’un comme l’autre, que ce soit le conflit ou la résolution, vous mène de toute façon à votre point de convergence du temps zéro et de votre capacité à laisser être ce qui se déroule ,non pas comme une capitulation, mais plutôt comme un observateur ébahi, stupéfait, qui regarderait les évènements qu’il est en train de vivre. Et c’est ainsi.

 

Ça concerne même votre corps qui est en train de périr ou votre corps qui fait l’amour pour une première fois. Ça ne change rien. Ce ne sont que des prétextes et des occasions que, je vous le rappelle, vous avez écrit vous-mêmes, qui sont en train de se concrétiser, et c’est là que vous mettez fin à l’oubli et c’est là que vous vous souvenez de qui vous êtes, de qui vous avez été et de qui vous serez au-delà de l’être et au-delà des mondes, et au-delà de la conscience.

C’est donc une révolution intime extrêmement importante que nombre d’entre vous, même s’ils ne le comprennent pas pour l’instant, sont en train de vivre. Vous pouvez observer des changements à la fois de comportement en vous comme autour de vous. Vous pouvez observer des changements plus ou moins abrupts de personnalité, de communication, mais rappelez-vous que tout ce qui se produit sur la scène extérieure n’est fait que pour vous rapprocher de ce grand Silence.

Alors bien sûr, les évènements ne concernent pas seulement les émotions, les pensées, votre histoire, les Hayot Ha Kodesh, les constituants de la matière, mais va concerner avant tout le souvenir, non pas d’une quelconque forme, non pas d’un quelconque passé ou dimension, mais vraiment cette convergence va vous apporter cette Divine Indifférence, ce grand Silence dans lequel vous constaterez qu’au travers de vous, la Vie coule et que vous êtes cette Vie qui coule, quoi qu’il se déroule à la surface de ce monde.

Bien sûr, pour ceux qui suivent le déroulement et le développement de la société, nous sommes effectivement rentrés, comme l’avait dit Bernard de Montréal voilà déjà l’été il y a deux ans, dans quelque chose qui est vraiment ce qui était nommé dans les prophéties la bataille de tous contre tous, Gog et Magog.

Tout ceci se déroule en ce moment même, ne vous faites pas d’illusion, il n’y aura aucune amélioration des circonstances de vie pour chacun de vous dans tous les secteurs de votre vie et c’est cette déstabilisation, parfois ces changements abrupts intérieurs comme extérieurs, qui sont là pour vous faciliter vos ultimes retrouvailles et votre lucidité totale.

Bien sûr, les circonstances de votre vie une fois que la convergence ou les convergences auront été vécues, alors vous vous apercevrez d’un sentiment inexprimable au sein de ce Silence d’une liberté, d’une liberté qui est la liberté de l’ici et maintenant.

Ce n’est pas la liberté d’aller et venir dans les rêveries, ce n’est pas la liberté d’aller et venir dans les autres dimensions, ou de se projeter dans quelque chose de futur. Non, bien au contraire. Ça va être de différentes façons pour chaque personne sur cette Terre, l’installation dans l’ici et maintenant, c’est-à-dire dans la seule chose qui soit véritable dans cette scène de théâtre, qui est ce qui a été nommé par de nombreux enseignants si je peux dire, l’instant présent ou le temps présent, là où vous découvrez que vous n’êtes ni soumis au temps, ni à la forme, ni à l’espace, ni à un monde.

C’est-à-dire que vous continuez à rêver en sachant que c’est un rêve, mais la différence par rapport aux années précédentes et surtout depuis deux ans, c’est que maintenant ça ne concerne non plus seulement un individu par ci, par là, qu’on pouvait nommer réveillé, éveillé, si vous voulez puisqu’il faut employer des mots, mais ça concerne la totalité de l’humanité.

C’est bien plus qu’un face à face où on voit les choses d’un point de vue ou de l’autre, que ce soit avec soi-même ou avec l’autre, c’est le moment comme je l’ai dit où vous découvrez réellement et concrètement qu’il n’y a jamais eu personne, et que tout ceci n’est que le jeu de la conscience qui s’est déployée dans l’infini des possibles, dans l’infini des dimensions et qui se rappelle comme ça a été expliqué, que l’instant initial, l’Alpha, ne peut être que le même que l’instant final, c’est-à dire Oméga, puisque le temps et l’espace de même que la conscience n’ont aucune pérennité et n’appartiennent pas au Réel.

Ils appartiennent au rêve, et ça vous allez être quelque part obligés de le constater par vous-mêmes. Et bien évidemment en constatant cela vous le vivez, et c’est ça qui donne la compréhension, qui ne peut s’exprimer au travers d’aucun discours d’aucun éveillé, d’aucun maître, d’aucun gourou, mais qui est une affaire intime, personnelle à chacun.

Vous constaterez alors que ce qui faisait peut-être encore relief dans votre vie, ce qui pouvait encore vous paraître comme inachevé ou à résoudre quelque part, ou encore des résistances, des habitudes, des mémoires, ou des projections dans le futur, vont aussi s’éloigner de vous parce que la source de votre contentement sera dans le grand silence. Plus rien n’aura d’importance, et je dis même aujourd’hui pour ceux qui pensent que le plus important c’est de gagner leur vie, où d’élever leurs enfants, ou d’avoir une relation correcte ou parfaite, ne représentera strictement plus rien.

Ça ne veut pas dire que vous partirez dans les bois ou dans une grotte, ça veut dire que vous ne serez plus jamais dupes des circonstances extérieures qui, comme je l’ai dit et je le confirme, vont devenir de plus en plus ardues dans le quotidien : que ce soit les déplacements, que ce soit le fait de manger, que ce soit le fait de communiquer les uns et les autres, vous allez avoir une espèce de dégoût ou simplement de désintérêt avec tout ce qui va se jouer.

Ça ne veut pas dire que vous ne vous intéresserez plus à cette scène de théâtre, mais que réellement cette scène de théâtre et les aspects même de votre vie intime ou de vos problématiques personnelles ne pourront plus vous affecter, et là vous découvrirez, si ce n’est pas déjà fait, l’immuabilité de ce qui se situe à l’ultime Demeure de Paix Suprême, à Shantinilaya comme je l’ai dit, à la jonction de l’Être et du Non-Être. Mais non plus seulement comme des expériences qui passent ou des états qu’on essaye de retrouver, mais réellement comme l’État Naturel que nous sommes tous.

Et c’est là que vous comprendrez, en le vivant, qu’il n’y a jamais eu personne et que tout ce monde qui s’agite autour de vous, même au niveau de votre famille, de vos relations les plus proches, n’est que du cinéma et ne représente rien par rapport au Réel. Et bien évidemment vous ne serez pas dans la démission des rôles, mais dans une indifférence, avec une présence totale dans ce qui est l’instant présent.

 

Paradoxalement, vous serez à la fois absent et à la fois présent, parce que c’est indescriptible, nous sommes bien plus que dans les résonances Agapè, nous sommes bien plus que dans les processus vibratoires ou d’expansion ou de bilocation de la conscience, mais nous sommes dans le Réel pur de l’instant du temps Zéro, là où l’Alpha et l’Oméga se conjuguent, là où il n’y a rien d’autre à espérer, à redouter, à penser, à questionner ou à évoluer.

Alors bien sûr cette convergence va gagner de proche en proche, un petit peu comme les résonances Agapè réseau, mais c’est votre présence et votre absence qui deviennent les contaminantes. Elles contaminent l’autre parce que c’est un champ d’informations au même titre qu’une énergie qui passe.

C’est la bonne nouvelle et, si vous préférez, cette bonne nouvelle, c’est que rien de cela n’est réel, et quand vous êtes dans la convergence du temps Zéro, quand vous êtes dans l’instant présent et quand vous êtes dans le silence, il y a une espèce d’émanation naturelle qui n’est ni énergétique ni vibratoire mais c’est informationnel, c’est le temps Zéro qui ne nécessite ni vibration, ni parole, ni discours, ni énergie ni vibration. Dans la disparition, vous êtes présent.

Et ce processus, vous êtes appelés à le vivre de toutes les façons possibles dans votre vie personnelle, que ce soit dans des rêves et vous allez voir que certains d’entre vous ont déjà commencé à faire des rêves avec des grands archétypes, les dieux et les déesses d’avant, les archanges, tous ces grands archétypes qui ont accompagné la création, qui ont accompagné le rêve, le cauchemar, vont parfois vous apparaître. Donc faites attention à vos rêves, non pas pour les interpréter, mais bien plutôt pour être lucides aussi de ce qui vous est dévoilé dans ces moments-là.

Je disais aussi que dans votre vie durant ces mois de juillet et août qui se présentent maintenant, l’ensemble de la Terre va vivre des processus de révolutions, de révolutions réelles je parle, sociales, révolution des peuples, révolution aux niveaux mêmes les plus archétypiels des combats de l’illusion entre le bien et le mal.

Où est le bien, où est le mal ? Et vous voyez bien à travers de ce que jouent les différentes composantes de la Terre au niveau des groupes humains, – je ne parle même pas des pays -, vous avez des groupes, un groupe qui représente l’illusion c’est à dire ceux qui rêvent, mais aussi ceux qui étaient nommés à l’époque de l’Atlantide les enfants de Bélial, ceux qui refusaient l’Unité, ceux qui veulent s’approprier tout ce qui appartient à la conscience et à la Terre et, de l’autre côté, les enfants de la loi de Un.

Nous vous avions évoqué les enfants de Bélial et les enfants de Un il y a extrêmement longtemps, je l’avais fait de mon vivant, mais ça fait partie aussi de l’ancien enseignement de Autres Dimensions concernant les références ou les relations avec d’autres civilisations qui étaient sur cette Terre au niveau des rêves antérieures.

Retenez bien que ce que vous devez garder quelque part dans un coin de votre mental, de votre conscience, c’est que tous ces processus n’appellent pas d’effort, n’appellent pas le besoin de fuir quoi que ce soit, mais de demeurer réellement dans une espèce de stupeur d’abord, mais aussi d’acceptation.

Vous verrez par vous-mêmes que le fait de ne plus vivre dans la sécurité, que ce soit d’un emploi, que ce soit de la société au niveau simplement de la vie dans la cité par exemple, que ce soit tous les éléments de sécurité que l’humanité dans sa totalité a bâti, que ce soit les assurances sociales, les assurances de maison, bref tout ce qui faisait que la vie dans le rêve pouvait se dérouler sans anicroches trop importantes, le besoin de sécurité n’évoquera plus rien en vous.

Parce que, à l’horizon et avant l’automne du mois de septembre, – bien sûr nous vous avons prévenus suffisamment longtemps et chaque mois depuis deux ans à peu près – vous allez être confrontés à des événements inhabituels pour ne pas dire autre chose. Et je rappelle que c’est aussi bien dans la société que, de la même façon, dans votre intimité, et dans tout ce qui rentre en interaction avec vous, que ce soit les objets, que ce soit les personnes, que ce soit la famille ou que ce soit encore d’autres éléments de votre vie, vous allez constater que vous n’aurez plus d’intérêt pour cela.

Vous serez disponibles pour l’instant présent, vous serez disponibles pour le sourire, vous serez disponibles pour la plénitude de ce qui se déroule en ce monde. Vous n’aurez aucune prétention ou désir de fuir quoi que ce soit, sauf si la vie change pour vous votre façon de vivre d’une manière ou d’une autre, que ce soit la rencontre d’un amour, que ce soit un changement de lieu, peu importe, si ce n’est pas vous qui le décidez, il se produira parce qu’il doit se produire pour vous.

Vous constaterez que vous n’avez plus rien à chercher, et ça nous l’avons toujours dit et Bidi a insisté lourdement là-dessus, la disparition du chercheur met fin à la souffrance. Qui cherche si ce n’est celui qui ne s’est pas souvenu de qui il est tout simplement. Et donc vous ne rechercherez effectivement plus rien, ni la mort, ni le grand amour, ni la sécurité. Vous serez installés réellement et concrètement dans le Réel et dans la Vérité, c’est à dire ce que nous avions nommé l’état Agapè, l’Etat Naturel et surtout le Grand Silence.

Vous constaterez que tout ce qui pouvait encore vous tenir à cœur, que ce soit aussi bien votre compagnon ou votre compagne, que ce soit votre travail, que ce soit votre passion pour un élément ou pour un autre, ça ne veut pas dire qu’il va s’arrêter, ça veut dire que vous ne le considérerez plus comme quelque chose d’essentiel. La seule chose qui deviendra essentielle, parce qu’elle l’est déjà mais vous l’aviez oubliée, comme nous tous d’ailleurs, c’est ce que vous êtes au-delà de l’Être, c’est-à-dire ce Grand Silence, la totalité du rêve, la totalité des dimensions. Ce ne sont pas des concepts, ce ne sont pas des croyances mais c’est le Réel que vous allez découvrir ou redécouvrir, ou conforter si vous le vivez déjà.

 

Bien sûr les événements du monde, comme je l’ai dit, vont prendre un aspect de tohu-bohu, c’est-à-dire où tous les repères de la vie normale vont disparaître, mais vous ne ressentirez pas de privation, bien au contraire. Au fur et à mesure, des événements collectifs, mais aussi interpersonnels dans votre vie qui vont se produire, vont entraîner un relâchement en vous, réellement et concrètement. Vous sentirez que vos organes se relâchent, vous sentirez que votre mental et vos émotions se relâchent, et vous constaterez, à ce moment-là et si ce n’est déjà fait, que plus vous acceptez ce qui se produit, plus vous constatez que ça se produit sans vous et que vous avez toujours été là en tant qu’observateur de ce qui se produit.

Comme disait Bidi, vous ne pourrez plus être seulement un acteur et vous ne pourrez plus seulement être un spectateur ou un observateur, vous verrez ça je dirais d’une vision différente, lucide comme je l’ai dit, très éloignée, afin de constater qu’il n’y a pas plus d’acteur que de spectateur et, comme disait Bidi, que le théâtre lui-même n’est qu’une vaste escroquerie. Ça vous ne pouvez pas le penser, vous pouvez peut-être l’accepter dans votre tête mais ce n’est pas pour ça que vous le vivez.

L’événement de convergence, des convergences, c’est à dire de rencontres quelque part qui sont au-delà du face à face, c’est la rencontre archétypielle de la création avec l’Incréé, c’est-à-dire l’Absolu ou le Parabrahman de Bidi.

Et ça, tout ce qui va se dérouler dans votre intimité, je viens de vous le dire avec certains rêves, mais aussi dans vos relations, mais aussi dans votre façon de voir et de vivre ce monde ou votre forme, va devenir, si ce n’est déjà fait, de plus en plus différent, et au fur et à mesure que vous constaterez cette espèce d’élargissement de votre lucidité, vous constaterez que le chaos du monde va devenir de plus en plus important, mais cela ne vous affectera pas.

C’est-à-dire que plus vous vivrez cet état de convergence et de Grand Silence, moins vous pourrez être affectés par les préoccupations même de ce corps. Il deviendra extrêmement éloigné de vous l’idée de devoir payer un loyer, un crédit ou de faire un chèque, d’ailleurs ça ne servira plus à rien. Et vous vous apercevrez que, finalement, là où vous êtes, vous n’avez pas besoin de vous échapper, sauf si la vie vous y conduit, mais vous constaterez des bouleversements intérieurs, même au sein de votre façon de vous voir et de vous comprendre qui va profondément changer, et ça sera de plus en plus remarquable pour votre environnement, mais aussi dans toutes les strates de la société.

Un homme politique va comprendre que ce qu’il fait c’est du cinéma. Un escroc va comprendre qu’il était en train d’escroquer. Quelqu’un qui était dans la volonté d’aimer ou de se faire aimer, ce qui est la même chose, va s’apercevoir que c’est un jeu, et qu’il n’a pas besoin de vouloir se faire aimer ou de projeter un amour, puisqu’il est lui-même la totalité de ce qu’il voit et perçoit et vit, même l’autre.

Alors là, ce ne seront plus simplement des mots, ce sont des éclatements de l’illusion. Si vous voulez, le cauchemar commence à se déliter, à se désagréger, et c’est quelque chose que vous allez constater tous sans exception dans vos vies.

Bien sûr, tout le monde n’acceptera pas ce réel d’un seul coup, et c’est d’ailleurs ce qui sera responsable de résistances, peut-être dans vos familles, dans votre relation de couple, ou avec vous-même, mais surtout dans les différents types de croyances présents sur la Terre, et surtout croyances liées à ce qui était nommé la spiritualité.

Les chrétiens et toutes les religions vont se croire investis d’une mission et d’une révélation. Mais ça vous savez que c’est aussi de l’illusion, et vous le constaterez. Rappelez-vous que certains vivent un cauchemar, et que ce cauchemar pour eux ne fait que commencer. Mais ce que vous voyez de l’extérieur en l’appelant cauchemar est aussi, et il faut l’accepter, la révélation de la Vérité pour ceux qui sont dans le cauchemar.

Il a souvent été dit, et nous vous l’avons dit, et je le répète encore ce soir, que tant que vous n’avez pas vomi le monde – mais vomir le monde, ce n’est pas seulement vomir la société ou le fonctionnement de la société ou un pays -, c’est vomir votre propre personnage, vos propres relations et vos propres communications. Cela ne veut pas dire que vous allez mettre fin aux relations, aux communications, et à tout, mais simplement que vous le vivrez comme je l’ai dit et je le répète, avec une immense lucidité, comme quelque chose qui est totalement faux, qui ne fait que passer, et qui ne peut plus affecter, en tout cas de moins en moins, le Réel que vous êtes.

Et absolument tout, depuis le fait de se mettre un coup de marteau sur le doigt en plantant un clou, ou encore de vivre le drame d’une séparation à un niveau ou un autre, n’est là que pour vous restituer à votre Liberté.

C’est pour ça que nous avons insisté sur le fait de vous dire de ne pas être réactifs – action/réaction -, mais bien d’être plutôt l’observateur qui se permet de regarder sans jugement ce qui se produit dedans comme dehors. Il n’est pas question de prendre partie pour vous, pour l’autre, pour tel pays ou pour telle religion. Il est question réellement de découvrir à tous les niveaux les rouages de cette escroquerie.

Comme nous l’avons dit, vous avez toujours été parfaits. Seul le personnage se croit imparfait. Seuls les archontes vous ont vendu et nous ont vendu la notion d’une évolution. Comment est-ce que ce qui était parfait ne serait plus parfait à un moment donné, s’il n’y avait pas de trace de cette perfection totale, indépendante de la forme, comment voulez-vous retrouver le fil d’Ariane qui relie l’Alpha à l’Oméga, et vous donne enfin la fin du labyrinthe.

C’est à cela que vous allez assister encore une fois dans les jeux mêmes de la politique, dans les jeux de guerre, dans les jeux économiques, dans les jeux familiaux, mais aussi tout ce qui fait, absolument tout ce qui fait la vie en société. C’est-à-dire tous les actes quotidiens, tous les actes sécuritaires de vos vies, toutes les choses habituelles, les plus ordinaires, les plus simples, les plus répétitives, vont vous apparaître comme quelque chose qui n’a plus de sens.

 

Ça ne veut pas dire que vous n’allez plus vous laver ou que vous n’allez plus faire votre shampoing. Ça veut dire que vous verrez cela simplement comme un véhicule que vous entretenez, mais vous saurez à ce moment-là que vous n’avez rien à voir avec ça, mais que néanmoins vous vous exprimez et vous vivez à travers ça.

Cette prise de conscience est en fait, je dirais l’ultime prise de conscience de l’illusion de la conscience, aussi bien de la supra conscience que des autres mondes, que des univers intérieurs, intimes si je peux dire, de votre personnage.

Il y a donc réellement un mécanisme de vision claire et précise de l’illusion, une vision claire et précise du personnage en action, que Vous n’êtes pas. C’est-à-dire que vous allez comprendre en le vivant, que même l’action que vous pensez la plus juste et que vous manifestez à l’extérieur, ne traduit pas ce que vous êtes, parce que ce que vous êtes n’a jamais bougé, n’a jamais agi.

Il y a donc une espèce de translation, non pas dimensionnelle, mais une translation au sein de l’éphémère vers le temps Zéro et l’Éternité, à travers ce processus comme je l’ai nommé de convergence, qui bien sûr nous rapproche inéluctablement des évènements et de la transsubstantiation.

Vous le savez, vous n’êtes peut-être pas sans ignorer qu’il y a, déjà depuis de nombreuses années, ce qu’on appelle une dérive du pôle magnétique, qui sera suivie d’une dérive du pôle aussi physique, et qu’il reste aussi une échéance de temps extrêmement brève, et qui elle est physique. Il n’est pas question de donner de date, il n’est pas question de faire des prophéties, mais il est question de comprendre que vous êtes dans cela, et que ce basculement, cette convergence comme je l’ai nommée, l’évènement en lui-même, est inscrite dans une fourchette de temps.

Ça ne veut pas dire que c’est aujourd’hui. Ça ne veut pas dire que la date ultime est la date du basculement des pôles. Mais que c’est dans cet intervalle que votre convergence avec vous-mêmes va se réaliser. Elle se réalisera d’autant plus facilement, comme nous vous l’avions dit vous allez le vivre maintenant, que le chaos du monde s’amplifiera.

Quand vous ne serez plus tenus par aucune obligation, en particulier de jouer un rôle, dans la société, dans la vie de tous les jours, quand vous serez disponibles pour le Rien, parce qu’il n’y aura réellement plus rien, alors vous découvrez ce que vous êtes. Et la convergence s’établit parce que votre conscience n’est plus projetée, attractée par le quotidien, par le fait de gagner sa vie, par le fait de respecter certaines règles inhérentes même à l’hygiène de la vie, parce que cela ne sera plus possible, alors vous serez, à ce moment-là, de plus en plus disponibles pour le Réel.

C’est la grande farce cosmique, et nous avions toujours dit, et Tête de Caboche l’avait dit aussi et d’autres intervenants comme Phahame l’ont aussi dit, à un moment donné, ça finira dans un grand éclat de rire. Quelles que soient les larmes de l’instant d’avant, elles laisseront la place au Réel et vous n’y pouvez rien, ni pour vous, ni pour l’autre, ni pour la société, à quelque niveau que ce soit.

Par contre, en étant disponibles pour l’instant présent de qui vous êtes, alors l’efficacité de votre présence et de votre absence réunies, c’est-à-dire ici, incarnant dans votre personnage, la jonction de l’Être et du Non-Être, vous permettra de voir que tout se réalise sans vous, et pourtant au travers de vous, c’est-à-dire au travers du rêve, pour vous comme pour tout autre, dans une relation, dans une communication ou dans ce que vous verrez, à quelque niveau que ce soit.

Alors bien sûr, l’activité des Hayot Ha Kodesh, vous l’avez vu, des éléments, devient de plus en plus importante. Il y a de nombreuses années, No Eyes et surtout Snow avaient évoqué le tam-tam de la Terre, avaient évoqué les signes de ce qui conduisait, en quelque sorte, à la résolution.

Bien évidemment, ces signes se multiplient de partout. Et rappelez-vous que tout ce qui se produit dorénavant n’est qu’une résolution de l’illusion. N’y voyez pas un combat entre le bien et le mal, n’y voyez pas un camp contre l’autre, dans votre famille ou dans la société ou n’importe où. Voyez simplement cela pour ce que c’est, c’est-à-dire un espace de résolution de l’illusion.

Cet espace et ce temps de résolution de l’illusion se font quoi que vous en pensiez, quoi que vous en doutiez, et quoi que vous en ayez peur, ou même que vous l’acceptiez en totalité. Vous comprendrez que vous n’aurez plus de prise, et qu’effectivement comme le disaient Abba et Tête de Caboche et Bidi, que tout a déjà été écrit à l’instant initial, qui n’est rien d’autre que l’instant final, puisque le temps et l’espace n’existent pas.

Et que la courbure du temps, l’enfermement archontique, et la courbure de l’espace/temps des mondes enfermés- vous vous rappelez à l’époque je parlais des quatre vingt un mondes qui avaient été enfermés par les archontes -, ce scénario n’est pas linéaire, il s’est aussi produit à l’instant initial, c’est-à-dire à l’apparition de la première conscience et, si vous voulez, donc de l’anomalie primaire dont il a été fait état voilà quelques années.

En résumé, qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que pour chacun de vous, accepter l’instant, accepter vos pensées, accepter vos souffrances, accepter vos différences, ne peut que déboucher sur la lucidité et la paix. Quand vous constatez cela, quand vous acceptez cela, vous allez voir que la paix va devenir de plus en plus importante dans votre vie, et que tout ce qui voudra ou essaiera de déstabiliser cette paix, ne trouvera en vous aucun défaut et aucun écho, et aucun espace de résonance.

 

Vous serez dans la perfection de l’instant, indifférence divine, accueil, acceptation, silence et présence et absence. Ça peut se résumer en ces mots. Et bien sûr, derrière cela et en cela, il y a bien plus qu’une grande joie ou une exubérance de l’Agapè interdimensionnelle. Il y a le Grand Silence et vous êtes ce grand silence.

Et que plus le brouhaha du monde va monter en flèche, dorénavant, plus le silence intérieur va grandir. C’est inéluctable. Et tout ça va converger, bien sûr en un laps de temps précis durant cette période, à vivre la Vérité, non plus de manière parcellaire ou par convergence ou que par des groupes, mais je vous le rappelle, par un moment unique qui est l’Alpha et l’Oméga, et qui ne concerne pas seulement la Terre qui est l’origine du rêve comme l’avait expliqué Phahame, mais sur l’ensemble des rêves dans toutes les dimensions.

A ce moment-là, vous constaterez que même si vous êtes en train de mourir de faim, de blessure, de maladie, de perte affective, qu’en fait vous êtes vivants. Il n’y aura plus, de manière archétypielle, de réflexes de survie, c’est-à-dire que la pénétration de l’Intelligence de la Lumière, les trois composants que nous avions décrits au temps des Noces Célestes vont pénétrer au plus intime de votre notion d’être une identité.

Ça correspond si vous voulez à l’atome germe du Cœur, mais aussi au centre du cerveau qui est le siège de l’identité, de l’illusion d’être quelqu’un. Les deux structures vont être touchées de manière conjointe, non pas par un rayonnement précis, mais par l’accumulation des particules adamantines dont je vous avais fait état quand nous parlions des rencontres avec les peuples de la nature.

Aujourd’hui, c’est une rencontre avec vous-mêmes, antérieurement à toute mémoire, antérieurement à toute souffrance comme à toute projection. Et cette rencontre est fondamentale. Vous ne pouvez pas y échapper. Simplement vous y serez avec plus ou moins de lucidité, mais la lucidité va s’imposer d’elle-même, c’est-à-dire que, au plus les évènements vont se complexifier, au plus vous serez libres.

Je dirais même que plus il vous semblera peut-être que la liberté extérieure – d’aller et venir, de manger à votre faim, d’avoir du chauffage ou d’avoir des combustibles pour vous déplacer – ne représentera plus rien, réellement et concrètement. D’abord, parce que vous ne pourrez pas faire autrement. Et ensuite parce que vous comprendrez, à ce moment-là, réellement ce que vous êtes en vérité.

C’est donc un processus passionnant qui est en train de se dérouler, parce que si on regarde avec un regard extérieur, c’est le chaos général, et si on regarde de l’intérieur, c’est la pureté de ce que vous êtes. L’un et l’autre, je dirais, sont les deux faces de la même pièce, tout simplement, et c’est cela que vous allez constater, avec une évidence qui va grandir au fur et à mesure de ce que vous allez avoir comme défi, comme évènement intérieur, je l’ai dit, même dans vos rêves, même dans vos relations avec un frère, une sœur, un mari, une femme, un ami ou un ennemi, peu importe, Tout ne sera que prétexte à cette lucidité.

Et ça, vous ne pourrez que vous en rendre compte, et je sais que parmi vous il y en a déjà bien sûr qui s’en sont rendu compte, puisqu’ils le vivent déjà. Mais même pour ceux qui le vivent, regardez votre propre chemin durant ces deux à trois dernières années, faits de moments où vous sentiez et viviez cette liberté que vous n’étiez pas une personne. Et puis des moments où la vie vous rattrape d’une manière ou d’autre, si je peux dire, à quelque niveau que ce soit.

Et bien, tout ça c’est fini, c’est-à-dire que les évènements qui vont vous rattraper maintenant, ne viendront pas vous perturber malgré les apparences, mais vous réveilleront à vous-mêmes. Et ces chocs successifs que l’Humanité vit, qui n’est pas le choc de l’humanité encore, mais des chocs successifs, vous rapprochent irrémédiablement et nous rapprochent, nous aussi, Anciens et Confédération Intergalactique des Mondes Libres, de ce moment de Noces Cosmiques absolument incroyables, où tout le monde se réveille en même temps, pour constater qu’il n’y a jamais eu personne.

Alors il n’est pas question de dire : « je suis prêt » ou « je ne suis pas prêt », puisque quand le temps est venu de mettre fin au temps, vous n’avez pas à êtres prêts ou à ne pas être prêts. Vous avez simplement à être Là. Et vous ne pourrez pas faire autrement que d’être là où vous êtes au moment où vous le vivez.

Là aussi, ça fait partie du processus de l’acceptation. Alors bien sûr, si certains parmi vous connaissent les prophéties, soit celles très anciennes, ou celles données plus récemment, vous constaterez qu’il y a une convergence totale vers ce qui a été nommé bien sûr la troisième guerre mondiale. La troisième guerre mondiale a déjà commencé, elle a été écrite, mais cette troisième et dernière guerre mondiale ne va pas vous renvoyer à l’âge de pierre, elle va vous renvoyer à vous-mêmes.

Toutes les couches de la société seront « dé-symphonisées » et désorganisées. C’est déjà le cas si on peut dire, mais vous n’avez rien vu, parce que cela va se complexifier à outrance, et plus ça va se complexifier, plus ça va devenir simple pour vous, parce qu’il n’y aura rien d’autre à faire ou à entreprendre. Simplement être vous-mêmes dans l’Instant où vous êtes.

Et ça vous le comprendrez en le vivant. Comme je l’ai dit, vous ne pouvez pas l’accepter intellectuellement, vous pouvez toujours trouver des arguments pour ou contre. Mais quand vous le vivez, vous ne pourrez pas en douter, parce que c’est tellement quelque chose qui vous frappe, quelque chose qui est indélébile, contrairement à une expérience que vous situez dans un temps donné.

Comme les frères et sœurs vous disent, c’est l’État Naturel, l’état réel, cet état de simplicité et d’humilité, c’est exactement cela. Et tous, même les méchants garçons – je ne parle pas bien sûr des portails organiques qui eux sont au-delà, comme toujours, de ce type de révélation quelque part -, mais même les méchants garçons, ils ne vont pas se convertir, mais ils vont se rendre compte que tout ce qu’ils ont fait, qui était au départ bien sûr pour un avantage personnel, n’est en fait que la restitution de la liberté à l’autre.

 

C’est-à-dire que plus on veut vous comprimer, plus on veut, comment vous dites, je ne sais plus l’expression, essorer quelqu’un, comprimer quelqu’un, plus vous le libérez. Ça semble paradoxal d’un point de vue extérieur, mais c’est la stricte vérité.

C’est-à-dire comme vous n’aurez plus les moyens, à tous les niveaux, de rêver, à des lendemains qui chantent, quand vous n’aurez plus l’occasion de rêver à une quelconque amélioration, alors c’est simple, vous ne rêverez plus. Vous vivrez ce cauchemar, peut-être, mais vous vous réveillerez par les mécanismes de convergence.

Il n’est plus temps de parler de mémoire, de face à face, il est vraiment question, comme nous l’avons introduit déjà depuis deux ans les uns et les autres, de vous rapprocher de plus en plus de cette vacuité de l’instant présent, là où tout se déroule sans vous et sans l’autre. C’est le miracle de la Lumière, c’est le miracle de l’Amour, mais c’est aussi le miracle du rêve qui, par le cauchemar, vous ramène à l’essence du rêve, c’est-à-dire antérieurement au rêve.

Et ça, c’est un processus, même si vous ne pouvez pas mettre les mots dessus, auquel vous ne pourrez pas échapper, d’une manière comme je l’ai dit ou d’une autre.

Alors bien sûr, là dessus je pense qu’il y aura des questions qui vont se poser, personnelles. D’autres vont vouloir m’expliquer aussi comme je le faisais avant certains rêves. Mais aujourd’hui, à un autre niveau, je crois que Tête de Caboche sera bientôt en vacances et nous aurons l’occasion de nous retrouver à de nombreuses reprises pour échanger de manière plus personnelle peut-être avec vous, plutôt que de rester dans ces grandes lignes.

Donc nous répondrons à vos questions de différentes façons, que ce soit moi, que ce soit Bidi ou encore Abba, le moment venu, c’est-à-dire dans quelques semaines je crois, un peu moins d’un mois. Et là, nous accompagnerons – en ce qui me concerne toujours – cette révolution et cette résolution intérieure que vous vous apprêtez à vivre, en étant au plus proche de vous, et peut-être en vous aidant à travers certains avis, certains éclairages qu’il semblerait que je pourrais peut-être apporter de l’extérieur, avant que vous ne compreniez que c’est vous-mêmes qui vous éclairez vous-mêmes.

Voilà ce que j’avais à dire aujourd’hui, retenez ces mots de convergence harmonique, on espère, parfois disharmonique.

Je vous rappelle tout de suite pour couper court, il y en a qui s’aperçoivent qu’aujourd’hui est un jour en numérologie 666, je vous précise que je n’en ai strictement rien à faire, et que le jour n’a pas été choisi non plus en fonction des alignements astronomiques bien réels dans votre ciel, mais simplement pour une raison, comme je l’ai dit, aux alentours du Solstice tout simplement, et en tout cas avant le mois de juillet qui signera, là c’est un jour précis, dès le premier juillet, votre entrée dans cette convergence, à tous les niveaux de la Terre, au niveau de chaque individu, au niveau de chaque relation, au niveau de chaque rouage de la famille et de la société, mais aussi, bien sûr, dans tous les univers et dans toutes les dimensions.

Vous n’êtes pas sans savoir que beaucoup de présences des forces de la Confédération Intergalactiques se manifestent dans vos cieux, nous en avions parlé déjà il y a quelques années. Mais maintenant cela prend une proportion que je qualifierais volontiers de biblique, comme les évènements de l’apocalypse qui se révèlent de partout, que ce soit au travers des Hayot Ha Kodesh ou, si l’on peut dire, de la folie humaine, qui cherche à dominer quelque chose qui ne peut pas être dominée, c’est-à-dire la Vie et le Réel.

Voilà chers frères et sœurs et chers amis ce que j’avais à vous délivrer. Il n’y a pas grand chose de nouveau, si ce n’est un processus d’intensification à nulle autre pareille, à la fois de la révélation de qui vous êtes, de la supercherie et du mensonge planétaire bien sûr, mais avant tout maintenant cosmique, sur les tenants et les aboutissants d’une histoire qui finalement, la Création, n’a ni queue ni tête face au Réel que vous êtes, que nous sommes, quand il n’y a plus personne, et simplement cette Béatitude que vous ont décrite certaines Étoiles et certains mystiques qui ont témoigné de leur vécu dans le Réel et dans l’État Naturel.

 

Voilà ce que j’avais à vous dire. Permettez-moi de vous donner et de vous présenter tous mes hommages et toutes mes bénédictions. Nous aurons l’occasion d’échanger durant ces mois de Juillet et Août, de façon peut-être plus profonde entre les uns et les autres, mais aussi bien sûr en fonction de l’ensemble des évènements qui se produisent dorénavant sur Terre au niveau de l’activité aussi bien des Hayot Ha Kodesh, mais aussi de ce qui a été nommé les quatre cavaliers de l’apocalypse qui sont, vous le voyez bien, autour de vous en pleine action. Et c’est une grande réjouissance.

Alors je vous transmets encore une fois tout mon amour, toutes mes bénédictions et je vous dis, bien sûr, à cet été, durant la période qui va, je crois, du 20 juillet à la mi-août à peu près, où nous aurons l’occasion d’échanger, et où j’aurai l’occasion de beaucoup m’exprimer.

Je vous dis, tout mon amour vous accompagne, et vous êtes la Vérité, et vous êtes la Beauté au-delà de toute apparence et de toute présence.

A bientôt.

Canalisé par Jean-Luc Ayoun

Partagé par : https://messagescelestes.ca

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Newsletter : Suivez-nous pour ne rien manquer...
Recevez les nouveaux articles à tous les jours, une fois par jours :

Print Friendly, PDF & Email