Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS SANANDA !

Et comme je l’ai déjà dit, je ne me lasserai jamais d’être reconnaissant d’être ici à nouveau. En ce jour où vous vénérez les morts, je voudrais vous laisser quelques mots. Qu’est-ce que la mort ? Pour vous, c’est un motif de désespoir, de souffrance, d’angoisse, de douleur, de colère ; et pourquoi ne pas dire pour beaucoup, de joie, de bonheur d’être libéré d’un être nuisible. Les sentiments sont donc innombrables. Chacun la ressent à sa manière, mais je demande à nouveau : qu’est-ce que la mort ?

Pour beaucoup d’entre vous, c’est la fin ; la fin de la route, la fin du voyage, la fin de la vie commune, la fin de l’amour, la fin de la relation. En termes généraux, la fin. Pour nous, c’est une raison de nous réjouir, car cette âme est à nouveau libérée du corps qui l’emprisonnait et elle pourra voir tout ce qu’elle a fait de mal, elle pourra apprendre ; elle pourra étudier ; elle pourra décider de revenir, elle pourra décider de ne pas revenir ; tout dépendra de son degré d’évolution et de ce que le Conseil karmique décidera.

 

Bien sûr, nous comprenons la douleur de la perte. Je ne suis pas ici pour enlever ce fait, ni pour le trouver inutile. Il faut vivre le deuil d’un décès, où l’on souffre de la rupture de cette relation. Alors pleurez, pleurez beaucoup, regrettez, mais ne vous attachez pas à cette âme qui s’en va. Nous avons toujours dit ceci : chaque âme fait son choix, chaque âme obtient ce qu’elle plante.

La mort survient donc pour de nombreuses raisons : par la propre détermination de l’âme ; pour ne pas avoir pris soin d’elle-même, de son corps physique ; pour avoir mis sa vie en danger ; pour sa propre décision de s’ôter la vie. La mort se présente sous de nombreuses formes et c’est à chacun d’entre vous d’en décider ? Pour respecter cette âme. Pour beaucoup, la mort de quelqu’un est quelque chose de volontaire ; cette personne est morte pour vous faire souffrir, pour vous faire du mal. Et alors je vous dis : vous laissez votre ego parler plus fort. Parce que si vous planifiez votre propre mort pour nuire à un autre, il serait impossible de mentionner tous les sentiments impliqués.

Donc, c’est un sujet dont je pourrais parler, parler ici, pendant des heures et des heures et des heures, mais ce n’est pas le cas. Ce que je voudrais vous laisser, c’est un seul mot : L’amour. Soyez reconnaissant pour le temps que vous avez vécu avec ceux qui sont partis. Vous avez eu cette opportunité, peu importe le type de relation que vous aviez. Vous avez eu des moments heureux, vous avez eu des moments tristes, des moments de désaccord, peu importe ; vous avez vécu avec cette âme qui est partie. Soyez-en reconnaissant.

Vous lui avez beaucoup appris et elle vous a aussi beaucoup appris. Soyez donc reconnaissants pour le temps que vous avez vécu ensemble. Ne voyez pas la mort de cet être, de cette âme, comme une punition pour vous parce qu’elle vous fait souffrir. Ce n’est pas son choix de vous faire souffrir. Elle a simplement choisi de mourir et serait très heureuse si vous acceptiez sa décision. Et voici une chose très importante : la décision de mourir intervient avant de s’incarner. L’âme établit exactement ce qu’elle va traverser et quand elle va mourir.

Les gens autour n’ont donc rien à voir avec la décision. Il y a des cas exceptionnels, ceux où l’âme cause sa propre mort, mais aussi, je dirais, respectez sa décision. Ainsi, à tout moment, il y a toujours de l’amour et du respect. Et si je disais à chacun d’entre vous que très bientôt, dans la Cinquième Dimension, vous aurez l’occasion de retrouver chacun des êtres chers que vous avez eus ? Et alors je vais vous dire quelque chose : vous serez conscients de toutes les vies que vous avez eues. Il sera donc encore plus difficile de voir tant de parents, tant d’amis, depuis des lustres.

Bien sûr, ils n’apparaîtront pas tous en même temps ; les plus récents apparaîtront, ceux avec lesquels vous vous souvenez avoir eu des contacts. Mais un fait est important : vous ne verrez pas tous ceux avec qui vous avez eu des contacts dans la cinquième dimension, car ce ne seront pas des âmes de cinquième dimension ; ce seront peut-être encore des âmes de troisième dimension. Mais vous aurez cette conscience et vous pourrez les aider à évoluer, même sans les voir. Il suffit d’être conscient de là où ils sont, et vous pouvez émaner tout l’amour pour qu’ils suivent le chemin de l’évolution ; ils ne veulent pas rester dans la dualité d’une troisième dimension.

Alors pourquoi cette tristesse ? Si la douleur est très profonde, si la douleur est très forte, nous sommes là pour vous donner un petit coup, vous soutenir, vous serrer dans nos bras. Il suffit de demander, et certainement ceux qui demandent avec foi, qui demandent avec tendresse, avec affection, recevront cette étreinte ; ils recevront le giron de ma Mère qui caresse et sèche toutes les larmes. Je voudrais vraiment demander à chacun d’entre vous aujourd’hui : ne souffrez pas. Soyez reconnaissant pour le temps passé avec cet être. Souvenez-vous des bons moments. Rappelez-vous tout ce que vous avez vécu ; passez la journée à rire, à vous souvenir des bons moments ; cela apportera de la joie à l’âme de celui qui est parti et apportera de l’encouragement à vos cœurs.

La souffrance n’est pas représentative de l’amour. Pleurer, se débattre et crier pour montrer que la perte ne représente pas l’amour. Je dirais qu’il s’agit souvent d’une pièce, d’un jeu théâtral, dans lequel vous devez montrer votre désespoir pour que les autres aient pitié de vous ; mais au fond de vous, votre cœur fait la fête à celui qui est parti. Alors soyez authentique. Soyez reconnaissant pour l’expérience d’avoir vécu avec ceux qui sont partis.

Ce n’est plus un moment de douleur, de souffrance. Le moment de la douleur et de la souffrance se situe au moment de la perte et puisque vous vénérez l’enterrement des corps physiques, là se termine toute cette douleur, et elle se transforme en nostalgie et en gratitude. Il ne peut plus être souffrant. Parce que lorsqu’elle souffre, vous ne faites pas seulement souffrir vous-même, mais aussi l’âme qui est partie ; et elle n’a pas de paix, elle ne se déconnecte pas, elle reste attachée à vous, parce que vous restez en contact avec elle.

 

Réalisez donc à quel point vous êtes égoïste. Respectez la décision de cette âme de partir et changez vos sentiments en gratitude et en désir. Je comprends que cela fait de nombreux éons de temps que vous avez été habitués à ces rituels macabres qui vous ont été imposés. Autrefois, les corps étaient toujours brûlés, parce qu’ils ne représentaient plus rien, mais aujourd’hui, vous prenez plaisir à vénérer quelque chose de mort, quelque chose sans vie, totalement dénué de sens.

Je ne demande donc qu’une chose à chacun d’entre vous : ayez de la nostalgie et de la gratitude, pas de la souffrance et de la douleur. Parce que je ne pouvais pas oublier qu’en souffrant et en attachant cette âme à vous, cela se répercute aussi, cela a aussi des conséquences pour vous, parce que vous asservissez cette âme et il est certain que votre récolte ne sera pas bonne.

Alors respectez l’âme qui est partie et continuez votre chemin. Demandez de l’aide à qui vous voulez et elle vous sera sûrement donnée.

Canalisé par Vania Rodrigues

Traduit du Portugais pour Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0