Campagne annuelle de financement

En cette année qui s'achève, je fais appel à vous afin de contribuer à maintenir ce site en ligne. Par votre contribution, vous pouvez aider un grand nombre de vos frères et soeurs qui tout comme vous, par l'appel du Coeur, participent activement à l'élévation de la Conscience personnelle et planétaire... LIRE LA SUITE

------------------------

Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS SANANDA !

Une fois de plus, je viens à vous avec mon énergie et mes enseignements. Aujourd’hui, je voudrais à nouveau commenter votre comportement par rapport au monde. Beaucoup d’entre vous ne peuvent pas faire la différence entre ce qui est l’ego et ce qui ne l’est pas. Je vais essayer d’être aussi explicite que possible. Comme je l’ai déjà dit : personne ne peut vivre sans l’ego, il est nécessaire ; il vous donne le sentiment de survie, le sentiment d’être vivant, de faire tout ce qui est nécessaire pour rester en vie. Donc, sur ce point, c’est positif, et je vous dis que nous ne pouvons pas rejeter toute la faute sur l’ego.

L’ego fait en sorte que vous soyez toujours celui qui est à l’avant-garde, celui qui est au sommet, celui qui impose sa volonté, celui qui a toujours raison, celui qui n’accepte pas l’opinion des autres, celui qui pense toujours être plus intelligent, plus préparé. Ce sont là quelques exemples de l’influence de l’ego et ce sentiment (je l’appellerai ainsi) vous accompagnera jusqu’à votre dernier souffle. Il ne sert à rien de penser que vous allez le tuer, totalement en vous. Vous pouvez faire taire sa voix, vous pouvez la mettre dans un petit coin, tout petit, pour qu’elle n’ait plus la force de dominer quoi que ce soit, mais vous n’y mettrez jamais fin, car elle fait partie de l’existence de l’être humain.

 

Ainsi, la réponse aux attaques de l’ego peut être vue et comprise exactement dans vos attitudes. Tout le monde veut avoir une voix, tout le monde veut donner son avis, tout le monde veut être entendu. Mais alors je vous demande : qu’en est-il de l’écoute des autres ? Pour beaucoup de gens, écouter les autres ne fait pas partie de leurs attitudes. Ce sont des gens qui veulent toujours parler, crier, discuter, imposer leurs idées pour s’ériger en maîtres, en professeurs ; et montrer qu’ils ne se soucient pas de ce que disent les autres. Parce que tout ce qui est pensé et dit par vous est fantastique, merveilleux, irréprochable. Ces personnes n’acceptent normalement pas les opinions des autres, elles n’acceptent pas les pensées des autres, tout doit être comme elles le veulent, parce qu’elles en savent plus que les autres.

Alors pourquoi se soucier des autres ? Ils doivent toujours être devant, tout déterminer, tout imposer, surtout leurs idées. La civilisation humaine s’est longtemps préoccupée de la communication. Et cette communication s’est faite de plusieurs manières. Cela se passait principalement par le biais de lettres et certains messagers portaient ces lettres à d’autres personnes. Lorsque vous écrivez une lettre, vous y mettez tous vos sentiments, vos idées, ce dont vous avez besoin, tout ce que vous avez le courage de mettre sur papier et que vous n’auriez peut-être pas le courage de dire personnellement. Bien avant les lettres, il y avait les papyrus, les papiers que l’on transportait entre les royaumes, écrits avec des phrases courtes, mais avec un seul objectif. Et ces lettres n’étaient pas toujours bien comprises, elles causaient souvent plus de problèmes que de solutions, et tout prenait beaucoup de temps, cette communication n’était pas instantanée.

Il fut un temps où les animaux étaient utilisés pour porter les courses. Et l’homme a évolué, pour arriver au point où il en est aujourd’hui. Parler face à face, parler en direct, c’est une chose, car il faut, par politesse, mesurer ses mots, mesurer sa façon de parler. Et c’est justement parce que vous êtes là, à fixer votre interlocuteur, que vous observez sa réaction. C’est comme un professeur dans une salle de classe : il parle, certains élèves écoutent attentivement, d’autres écrivent, d’autres dorment, d’autres encore bavardent sans le moindre respect pour celui qui est là devant et qui essaie de leur apprendre quelque chose. Mais le professeur observe tout, il sait qui sont les bons élèves et qui sont ceux qui sont là juste pour faire les chiffres ou pour essayer de passer l’année.

Et à partir des réactions, ce professeur, s’il est bon, essaiera d’amener ces élèves dont l’attention est dispersée dans sa classe, en créant des mouvements qui les font participer à tout ce contexte. Mais il y aura toujours des étudiants qui, malgré cela, ne participeront à rien, ils seront là à faire leur numéro, à faire du bruit, à déranger ceux qui veulent étudier. C’est une communication en direct.

Lorsque vous commencez à communiquer virtuellement, vous ne voyez pas la réaction de l’autre, vous ne faites que parler. Et cela est devenu un environnement de pure impolitesse, d’incompréhension, et je dirais même d’abrutissement. Parce que vous voulez écrire aussi vite que vous parlez, vous créez un nouveau langage, de nouveaux mots, qui n’ont rien à voir avec le vocabulaire que vous avez appris, c’est-à-dire que la communication, au lieu de s’améliorer, détériore vos connaissances, votre langage et votre façon d’être. Parce que quand vous voulez écrire quelque chose, vous écrivez simplement, vous ne pensez pas : « Comment se passe ce cours ? »

Je reviens donc à l’exemple de la classe. Le professeur enseigne un sujet important ; certains élèves participent, ils donnent leur avis, c’est-à-dire que c’est une classe extrêmement agréable et qui apporte des connaissances profondes à chacun. Soudain, un élève qui n’était pas attentif soulève une phrase, un sujet qui n’a rien à voir avec ce qui était discuté, et que se passe-t-il alors pour le reste de la classe qui était attentif ? Ils commencent à prêter attention à celui qui a commencé à parler, même s’ils se rendent compte que le sujet n’a rien à voir avec lui. Ils peuvent ignorer l’élève qui a dit des bêtises hors contexte, mais lorsqu’ils reviennent à leur point de départ, ce mouvement est perdu, l’enseignant lui-même perd, comme vous avez coutume de le dire, « le fil » et il doit continuer à trouver un moyen d’attirer l’attention des autres élèves.

Ainsi, aujourd’hui, la grande majorité d’entre vous agit de cette manière ; vous imposez ce dont vous voulez parler. Vous ne vous souciez pas de savoir si vous allez perturber le groupe, si vous allez en rajouter, si vous allez causer des problèmes, vous ne vous en souciez pas. Vous voulez juste laisser ce citoyen à l’intérieur, l’ego, donner son opinion, ou simplement poser une question que vous avez pensé à demander à ce moment-là, et qui n’a rien à voir avec le sujet de ce cours.

Vous voyez donc comment l’éducation au sein de la communication aujourd’hui est totalement coincée sur un mur oublié, là, comme un balai. Il n’y a plus d’éducation. Il n’y a aucun respect pour les opinions des autres. Tout le monde veut donner son avis et, pire encore, il veut dire ce qu’il a besoin de savoir à ce moment-là, peu importe si cela casse le rythme de la classe. « Je veux une information et je vais la demander. Je ne me soucie pas du reste ». C’est comme ça que vous pensez.

Vous êtes myope. Lorsque vous entrez dans une salle de classe, le simple fait d’ouvrir la porte attire l’attention de certains, mais si vous ouvrez la porte lentement, entrez tranquillement, vous asseyez, certains peuvent remarquer votre entrée, mais ceux qui sont effectivement concentrés dans la classe ne remarqueront même pas que vous êtes entré ; et vous restez là tranquillement et pouvez participer au sujet qui est discuté à un moment donné ou simplement rester silencieux et tout regarder. Vous n’avez peut-être pas contribué au cours, mais vous n’avez rien fait pour le perturber.

 

Maintenant, si vous entrez, en ouvrant la porte, en claquant la porte sur le mur, en saluant tout le monde, en disant des choses qui n’ont rien à voir avec le sujet, en attirant l’attention de tout le monde, qu’est-il arrivé à cette classe/ Ce raisonnement a disparu. Cette classe qui était extrêmement agréable avec tout le monde échangeant des idées et des pensées a disparu, parce que vous avez simplement fait sentir votre présence. Vous vouliez montrer que vous entriez dans la pièce, pour que tout le monde puisse vous voir. Vous ne pouvez pas simplement entrer et disparaître, vous devez montrer que vous existez. Alors votre ego se gonfle et dit : « Allez, entrez, faites du bruit, montrez que vous êtes vivant », et c’est ce que vous faites ; et vous pensez que c’est merveilleux parce que tout le monde a vu que vous êtes entré. Fantastique pour vous, et qu’avez-vous provoqué dans la classe ?

Oh non, ce n’est pas grave, c’est le moindre des problèmes ; vous avez voulu entrer, imposer votre présence, et bien souvent, pire encore, en plus d’être assis et de faire du bruit, vous allez poser à l’enseignant une question qui n’a rien à voir avec le cours. Le cours est consacré aux mathématiques et vous lui demandez comment les éléphants se reproduisent, c’est-à-dire qu’il sera un peu perplexe face à votre question et tentera d’y répondre. Mais ce n’est pas sa classe. Mais vous deviez connaître cette réponse parce que sur le chemin de l’école, vous avez vu un éléphant, vous l’avez trouvé intéressant et vous avez voulu savoir comment il se reproduisait. Vous pouvez donc constater le manque d’éducation, le manque d’intégration, le manque de respect, avec ce professeur qui est là devant et avec vos collègues qui étudient. Le respect est un mot que vous ne connaissez pas, car votre ego ne vous l’enseigne pas ; au contraire, il vous enseigne le manque de respect.

Ainsi, la communication aujourd’hui, instantanée, immédiate, merveilleuse, parce que tout se passe sur le moment, est devenue un grand manque de respect, parce que vous écrivez ce que vous voulez, vous demandez ce que vous voulez ; vous ne pensez pas si l’autre personne de l’autre côté va être dérangée par ce que vous avez écrit. L’autre personne, de l’autre côté, est-elle intéressée par ce que vous lui avez envoyé ? A-t-il déjà dit : « Ecoutez, vous pouvez m’envoyer toutes les ordures que je veux ». S’il avait dit ça, très bien ; mais il n’a jamais dit ça et vous continuez à l’envoyer parce que vous pensez que c’est intéressant. Et parce que l’ego est immense, vous l’envoyez à tout le monde, sans vous soucier du fait que quelqu’un de l’autre côté recevra un message et s’inquiétera de ce que c’est, et quand il regardera, il verra un tas de bêtises. Cela a été dit à maintes reprises ici, mais il semble que nous devions le répéter autant de fois pour que vous acceptiez la réalité de ce que vous provoquez.

Donc, nous avons tous, et pas seulement Saint-Germain, observé votre comportement. Certains d’entre vous savent comment se comporter. Beaucoup ne le font pas. Vous entrez, faites du bruit, traînez vos chaises, changez de sujet, parce que vous devez avoir la réponse à ce moment-là. Ah, et il y a un autre problème : personne ne prend la peine d’écouter ou de lire ce qui est publié, précisément pour éviter cela. « Oh, non. Je n’ai pas le temps pour ça », et ils agissent comme ils pensent devoir le faire.

Alors quand hier Saint-Germain a dit qu’il pourrait fermer le groupe… Avez-vous entendu ce que j’ai dit ? Saint-Germain a dit qu’il pourrait fermer le groupe. Quelqu’un est passé à ce moment-là et répète cette information, mais pas que c’est lui qui l’a dite. Alors je lui demande, « Où veux-tu en venir ? » Pour provoquer quoi ? Une révolte au sein du groupe ? Pour monter tout le monde contre ceux qui dirigent le groupe ? Réalisez-vous à quel point vous êtes irresponsable dans ce que vous publiez ? Vous n’écoutez pas, vous n’écoutez pas, vous ne lisez pas avec attention et concentration, et vous répétez votre compréhension ; et pire encore, vous vous trompez.

Nous vous observons tous, pas seulement Saint-Germain. Quand j’ai dit que vous pouviez étudier les décrets de ce voyage au sein des groupes Chargés, c’est un moyen que vous pouvez étudier, déjà avec des personnes que vous connaissez, avec lesquelles vous avez l’habitude d’échanger des messages. Je n’ai pas dit de créer des groupes de l’extérieur. L’ai-je fait ? Saint-Germain a-t-il dit quelque chose à ce sujet, que vous pouviez créer de nouveaux groupes par vous-même depuis l’extérieur ? Est-ce que ça a été dit ?

Puis vous vous plaignez que nous ne venons ici que pour vous donner du fil à retordre. Et quel est votre comportement ? Vous prenez des décisions qui n’ont pas été dites. Tout a été fait, tout a été créé, avec la planification de nous tous, pas seulement de Saint-Germain. Donc, si vous pensez que vous ne pouvez pas étudier dans un grand groupe, à cause du manque d’éducation des gens, vous pouvez étudier dans les Groupes de la Charte, pas dans des groupes privés. Pourquoi pas ? Je vais vous expliquer. Parce que tout est alimenté en énergie par Saint-Germain. Chaque groupe qui se propose d’étudier à l’intérieur de ce qui est déjà créé, Saint-Germain est là, ensemble, aidant, ouvrant la conscience de beaucoup ; maintenant si vous créez des groupes de l’extérieur, vous n’aurez aucune aide, et je dis seulement : Celui qui insiste pour créer des groupes de l’extérieur, ne mentionne pas les groupes existants. Que cela soit bien clair.

Ne vous appelez pas groupes de Voyage à la Flamme Violette, car vous ne le serez pas. J’espère avoir été très clair. Ceux qui veulent le faire peuvent le faire, mais ne vous identifiez pas comme faisant partie du voyage. Le but, tant pour Michaël que pour moi, en fixant des règles, n’est pas d’être autoritaire et d’essayer d’imposer notre volonté. Considérez tout cela comme un apprentissage. Chaque règle, chaque chose que nous déterminons est une leçon ; celui qui veut y passer, y passe. Si vous n’êtes pas d’accord, ne le faites pas, ne participez pas. C’est très simple. Je vais retourner à la scène de l’école. Si vous êtes dans une école où vous ne vous adaptez pas aux règles de cette école, c’est facile, changez d’école. C’est notre maison et comme c’est notre maison, elle a nos règles. Vous suivez qui vous voulez.

Réfléchissez-y bien. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce que nous demandons, avec ce que nous disons, avec la façon dont nous agissons, vous n’avez pas besoin de vous exposer et de le dire. Pour quoi faire ? Pour gonfler votre ego et mettre de l’énergie négative dans la classe ? Il suffit de tourner le dos et de s’en aller, c’est très simple. Personne ne vous oblige à faire quoi que ce soit. Aucun d’entre nous ne vous force à faire quoi que ce soit. Vous suivez si vous le voulez, maintenant respectez les règles.

 

Je voudrais donc que chacun d’entre vous écoute cette vidéo avec attention et concentration, et qu’il analyse quel type d’élève êtes-vous en classe ? Comment se comporter dans une salle de classe ? Parce que c’est exactement le même parallèle que le groupe d’étude dans lequel vous êtes. Il y a une salle de classe, ce n’est pas un bazar, ce n’est pas un endroit où chacun vient et fait ce qu’il veut, et soyez assurés, de plus en plus, nous, moi, Michaël et Saint-Germain seront dans plus de règles, pour que ceux qui veulent effectivement étudier, ceux qui veulent effectivement étudier, pour ceux qui veulent effectivement apprendre et évoluer, ne soient pas interrompus par d’autres qui ne veulent que faire valoir leur ego. Rien de plus.

Ecoutez très attentivement. Si vous souhaitez prendre cela comme un avertissement, cela ne nous dérange pas. C’est la seule façon pour vous de comprendre nos paroles. Malheureusement, nous ne voudrions plus que cela se produise, mais nous avons constaté que la classe du jour est remplie d’élèves qui ne se préoccupent pas du Tout ; ils se préoccupent de leur ego. Alors oui, nous devons imposer des règles, pour que ces étudiants réalisent à quel point ils doivent encore évoluer, ils doivent calmer leur ego. C’est aussi une leçon.

Canalisé par Schieb Band

Traduit du Portugais pour Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0