Conversation avec Sananda

CORONA ÉSOTÉRIQUE

JJK : Depuis une bonne année, j’observe une dangereuse tendance ésotérique. Les gens se protègent brutalement de toute énergie négative, et la plupart du temps, ils ne savent même pas si c’est justifié. « Ne soyez pas si négatif » est le slogan et de plus en plus souvent, les faits sont ignorés, ne sont même pas regardés ou réfléchis. « Soyez positif » est la devise et la vie vous répondra positive et pleine de lumière. Ainsi, les attributions correctes font défaut et la plupart des gens ne savent même pas quand quelqu’un décharge de l’énergie négative et quand quelqu’un ne fait que rapporter les aspects négatifs sans vouloir mettre ces ordures sur quelqu’un.

 

Cette tendance ésotérique va clairement dans le sens de se concentrer uniquement sur le positif, sur le lumineux, alors tout ira bien. Certaines personnes ne veulent pas voir, entendre ou savoir quoi que ce soit de plus sur ce qui existe autour de nous – et toute personne qui développe ses propres pensées sur les affaires courantes est « négative » et indésirable.

La « corona ésotérique » me vient à l’esprit, en ce sens qu’une « distanciation sociale » est imposée aux personnes qui traitent de choses désagréables, et qu’elles sont bannies de la vie. Pour moi, il s’agit d’un développement dangereux, car il bloque tout simplement toute la vie sur ce niveau 3D. Après tout, c’est la réalité dans laquelle nous évoluons encore – ou faisons encore !

Je constate surtout que les personnes qui ne veulent plus voir le négatif ont les plus gros problèmes lorsque les événements négatifs les rattrapent eux-mêmes. Cela les prend au dépourvu et ils ne comprennent plus le monde.

Certaines personnes vivent dans leur microcosme ésotérique et croient que le monde entier est basé là-dessus. Ma question à ce stade est la suivante :

« Quand une personne se décharge-t-elle de quelque chose d’inapproprié et quand ne le fait-elle pas ? », et plus loin, « Quand est-il même nécessaire de partager la négativité parce que c’est une opportunité de croissance pour tout le monde ? ».

SANANDA : Un arc significatif de thèmes de cette époque, que nous allons maintenant examiner en profondeur.

Bénédictions à vous qui suivez ce message de la Lumière et qui accordez toute votre attention à cette conversation.

CARACTÉRISTIQUES DE L’ABUS

Vous pouvez reconnaître les personnes qui veulent déverser la négativité par le fait que ces personnes ne veulent pas en parler. Ils monologuent, posant au mieux des questions insignifiantes et bidons, juste pour pouvoir continuer leur récit.

Les personnes qui abusent de vous comme d’un seau à ordures sont faciles à repérer : elles vous confrontent à leurs peurs, à leur colère refoulée ou à leur rage retenue, elles vous racontent telle ou telle horreur, mais elles ne veulent pas de réponse.

COMMENT AIDER LES ENFANTS ?

JJK : Avec nos enfants, je le vis souvent. Ils captent des énergies quelque part et ensuite ils sont de mauvaise humeur. Qu’en est-il ?

SANANDA : Cela arrive aux adultes comme aux enfants. Les nombreux champs électromagnétiques nocifs et les nombreuses personnes qui s’entassent, notamment dans les grandes villes, rayonnent et dégagent de l’énergie – souvent au détriment de leurs semblables et de l’environnement.

JJK : Comment réagir à cela. Faut-il s’en séparer ou le comprendre ?

SANANDA : Les deux et. Dans le cas des enfants, les parents doivent l’accepter avec amour et montrer aux enfants comment se comporter.

Grâce à des exercices simples, ils peuvent ainsi devenir plus forts et prendre conscience que la colère ou la rage des camarades de jeu peut avoir un effet et être transmise.

Le panneau d’arrêt intérieur est important ici pour renvoyer ces énergies si elles sont déjà là. Les enfants comprennent très bien que c’est ainsi que cela fonctionne à un niveau subtil et que ce n’est pas du charabia.

JJK : Quand le partage de « l’énergie négative » est-il justifié ? Par exemple, je me vois souvent parler à ma femme de tel ou tel développement négatif sur la Terre. Parfois, ma femme découvre d’abord une nouvelle imposition, puis c’est à nouveau moi. Est-il bon d’en parler, ou ne faut-il pas en parler à l’autre, pour ne pas l’accabler, c’est-à-dire le couvrir de déchets. Comment se comporte-t-il avec elle dans le partenariat ?

COMMENT GÉRER LA « NÉGATIVITÉ » DANS LA FAMILLE ?

SANANDA : Vivre le partenariat consciemment signifie participer consciemment à ce qui touche et concerne le partenaire. Les objets lourds sont ainsi plus faciles à transporter, car ils sont portés ensemble.

En revanche, la joie et le bonheur augmentent lorsqu’ils sont vécus ensemble et pas seulement seul.

Qu’est-ce qui est important dans tout cela ? Votre narration doit toujours laisser suffisamment d’espace pour que le partenaire puisse répondre et mener à bien ses réflexions. Celui qui dit quelque chose de négatif, uniquement pour que ce soit dit, se décharge unilatéralement et accable ainsi son partenaire.

En gros, sachez que les familles et les partenariats sont faits pour que vous puissiez évoluer ensemble à travers certaines situations. Vous ne pouvez pas vous ignorer mutuellement, pas plus que vous ne pouvez ignorer les problèmes de votre partenaire. Quand il est dit :

« Séparez-vous » ou « évitez les énergies étrangères qui ne sont pas appropriées », cela s’applique tout autant au partenariat. Mais cela ne signifie pas que ce que votre partenaire vit ne vous regarde pas. Laissez toujours à votre partenaire la possibilité de se sentir mal aussi, et ne le rejetez jamais.

Reconnaissez dans chaque problème qui vous interpelle une nouvelle opportunité pour votre propre croissance.

Mais si quelqu’un se vautre constamment dans ses problèmes comme un toxicomane sans travailler sur lui-même ni changer quoi que ce soit à sa vision négative de la vie, restez à l’écart – même s’il s’agit de votre partenaire.

JJK : Aujourd’hui, la tendance ésotérique est de dire : « Les décisions ont été prises, il ne sert plus à rien de s’impliquer là-dedans, de signer des pétitions, d’aller à des manifestations ou autres. » Je suis sceptique dans la mesure où, si elle peut convenir à l’individu, elle ne peut jamais convenir à tous. Après tout, chacun a sa propre mission. Qu’en est-il ? Cela a-t-il encore un sens de s’engager sociopolitiquement quelque part ?

QUI ÊTES-VOUS ?

SANANDA : La chose la plus importante est de savoir qui vous êtes et ce que vous êtes venu faire.

C’est le but de toute entreprise. Ce qui est bon pour l’un est mauvais pour l’autre – et vice versa.

Veuillez éviter les généralisations. Les nombreux efforts déployés par différents groupes pour apporter la lumière et la vérité sont très précieux. C’est préparer le terrain pour quelque chose de plus grand. Ce n’est pas encore un réveil spirituel, mais c’est une bonne voie pour un changement global plus doux.

JJK : C’est-à-dire que les personnes qui reconnaissent comment le monde tourne secrètement, qui voient à travers le 11 septembre ou Corona une attaque des obscurs sur l’humanité, font que le changement se produit plus facilement, cependant, ce n’est pas encore le changement spirituel réel.

SANANDA : Tu es éveillé lorsque tu peux te percevoir comme une créature divine immortelle. Si vous ne fixez votre regard que sur le sol, le céleste vous échappe. Cependant, la cognition pour le céleste est préparée sur le terrain.

JJK : Cela signifie pour moi en résumé : Le déversement et le déchargement sont deux choses différentes.

Dans le cadre d’un partenariat, cela se justifie dans la mesure où il y a d’autres perspectives liées à ce partenariat pour toutes les parties concernées. Dans ce cas, ce n’est pas un abus, mais le contraire, car tout le monde en sort grandi. Sinon, il est important de garder une certaine distance, même dans un partenariat. En ce qui concerne les révolutions à l’extérieur, il s’agit toujours de savoir quelles sont les affectations d’une personne ……

JOURNALISTES D’INVESTIGATION

À cet égard, le travail des nombreux guerriers de la lumière qui se tiennent au milieu du marécage de la 3D et exposent, par exemple, la maltraitance structurelle mondiale des enfants, est infiniment précieux. Même si ces personnes sont confrontées à la « négativité » au quotidien, l’exposition est un processus lumineux et infiniment précieux pour nous tous. Ces journalistes ou blogueurs d’investigation méritent ma plus grande reconnaissance !

SANANDA : Tout d’abord, veuillez développer de toute urgence un sens de ce que font les personnes qui amènent les questions sombres de cette réalité 3D dans la lumière.

C’est un grand service rendu à l’humanité et il est présomptueux de s’élever au-dessus de ces personnes par une prétendue supériorité ésotérique. Leur service sauve de nombreuses personnes du mal et ceux qui font ce travail sont des âmes très évoluées. Le tapis de méditation n’est pas le seul à apporter de la lumière, il faut souvent trouver des moyens très différents pour y parvenir. Veuillez reconnaître la lumière derrière le « négatif » et trouver les bonnes attributions.

SURMONTER LA CONSCIENCE DE VICTIME

Pour répondre à votre question, « déverser » et « décharger » peuvent être deux choses différentes.

 

Dans l’ensemble, de nombreuses personnes qui se sont engagées dans leur propre travail de transformation au cours des dernières années ont appris qu’elles ne doivent plus être un dépotoir pour les énergies étrangères négatives.

De grands progrès ont été réalisés ici pour s’éloigner de la conscience victimaire.

Devoir tout supporter sans discernement et arbitrairement est indigne d’un être humain et nuit à sa conscience. C’était très souvent le cas dans le passé et l’Église catholique et les sectes ont joué un rôle majeur dans de nombreuses traditions religieuses.

Aujourd’hui, vous êtes en train d’apporter la guérison à cette douleur. Vous portez votre lumière avec plus de confiance que jamais.

Maintenant, vous avez le pouvoir d’aller plus loin et d’intérioriser la leçon suivante : porter consciemment l’amour.

PORTER DANS L’AMOUR

Les reproches ou les réprimandes brusques à l’égard des gens peuvent maintenant être remplacés par la vibration d’amour qui consiste à supporter consciemment, là où vous choisissez de le faire, mais pas toujours et partout. Il est important de garder cela à l’esprit.

JJK : Ma femme et moi sommes aussi parfois confrontés à la situation suivante : que puis-je supporter avec l’autre personne et est-ce le bon moment ?

En revanche, je tire toujours de grands enseignements de ce que ma femme partage avec moi en termes d’observations, et je pense que c’est pareil dans l’autre sens.

Pourriez-vous clarifier à nouveau : Quand est-il acceptable de partager la négativité avec quelqu’un et quand est-ce interdit – et inversement, quand faut-il supporter la négativité et quand faut-il s’en éloigner et dire STOP ?

SANANDA : Partagez vos observations négatives en étant prêt au dialogue, et pas seulement lorsque vous voulez vous soulager. Il faut toujours donner à la personne suivante l’espace nécessaire pour répondre. Un échange animé est toujours bénéfique pour tous. Vous êtes utilisé comme un seau à fumier lorsqu’une réponse de votre part est indésirable et que la réflexion est évitée. Il est important d’en tenir compte et de faire la distinction.

JJK : J’ai souvent l’impression que le monde entier est sur le point de se déchirer. Tout devient de plus en plus fou.

ADOPTER LE POINT DE VUE DE L’AIGLE

SANANDA : Rester sain d’esprit maintenant est le grand défi pour tout le monde. C’est pourquoi la boussole intérieure, c’est-à-dire la connexion avec le divin, est si importante. Cela vous permet d’adopter la perspective de l’aigle sans vous éloigner complètement du monde.

Un aigle appartient au monde comme une fourmi, mais il a une perspective complètement différente sur ce qui se passe. Il intervient quand il le souhaite, alors qu’une fourmi intervient en permanence.

L’œil aiguisé de l’aigle ne rate pas la moindre petite chose, un aigle qui tourne dans le ciel en fermant les yeux, ça n’existe pas.

JJK : Je suppose que cela s’applique aux personnes qui ne veulent pas voir ce qui se passe dans ce monde, qui suppriment le « négatif » et pensent être dans la perspective de l’aigle à cause de cela seulement.

SANANDA : Ouvrez les yeux et soyez autodéterminé comme l’aigle, et vous comprendrez l’objet de cette conversation.

JJK : Sinon, quelqu’un est probablement en train d’imiter l' »autruche » plutôt que l’aigle…..

SANANDA : Déplacez toutes vos aspirations vers la reconnaissance de qui vous êtes et de ce qui vous a amené sur cette terre. Alors vous n’avez plus besoin de modèle, parce que les idées de vous-même et les images de comment quelque chose devrait être sont dissoutes. Les modèles de rôle déforment votre champ de vision de vous-même. Soyez toujours vous-même – ou devenez de plus en plus vous-même.

Examinez votre vie et ce qui vous entoure avec des yeux d’aigle. C’est la voie à suivre.

Si vous croyez un gourou, vous faites un détour ; si vous vous croyez vous-même, vous allez directement à votre destination.

JJK : Les sujets abordés ici ont été intensément présents dans mon esprit toute la journée d’aujourd’hui.

Les gens aiment encore s’orienter en fonction des « tendances », ils suivent des « gourous » ou ils imitent. Même si beaucoup veulent être un aigle, la plupart d’entre eux ne le prennent pas très au sérieux.

Je me suis rendu compte du peu de personnes qui aiment Dieu, qui sont pleines de désir pour Dieu et qui donneraient tout pour Dieu. Les gens s’enlisent dans des concepts ésotériques de la foi et n’arrivent à rien en fin de compte. L’amour de Dieu, la clé universelle de la vie, reste encore caché à la plupart des gens. Pourtant, c’est si simple…

 

C’est ainsi que, réfléchissant, j’ai pris le livre « SANANADA REVELATIONS 1 » dans la soirée.

J’ai demandé un indice sur ce qui m’avait motivé toute la journée. Spontanément, je suis passé à la page 194 et j’ai lu :

Le chemin spirituel commence là où s’arrêtent tous les systèmes, les croyances et la sagesse des gourous, là où commence le recours direct à Dieu, là, et seulement là, s’arrête la recherche arbitraire du sens et du bonheur. Sans la nostalgie du Créateur, il est impossible de s’engager sur la voie spirituelle.

Je t’aime infiniment
SANANDA

Traduit de l’Allemand pour Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0