Salutations, JE SUIS Yeshua. Et, oui, il y en a beaucoup qui souhaitent s’avancer et vous embrasser, qui souhaitent marcher avec vous… et le font… mais je m’avance ce jour-là aussi en tant que Nouveau Gaïen. J’étais Nouveau Gaïen bien avant qu’un tel terme n’existe.

Et je viens ce jour, non seulement en tant qu’allié ou ami, mais aussi en tant que frère, en tant qu’âme soeur, en tant que cher coeur. Et, comme vous, mes chers amis, comme quelqu’un qui sert et aime notre Mère, notre Père, et tous. Il n’y a rien en moi, dans ou hors de la forme, que vous n’ayez pas, que nous ne partagions pas… comme l’ADN d’une famille… qui, bien sûr, est exactement ce que nous sommes.

 

Je souhaite m’assurer que vous comprenez, non seulement le pouvoir, la capacité, la responsabilité d’être créateur, mais aussi comment cela fonctionne. Parce que je partage avec vous, c’est l’une des choses les plus amusantes que j’ai jamais faites sur la planète, dans et hors de la forme. Parce que, bien sûr, je continue à créer, et je crée chaque jour avec la plupart d’entre vous… nous le faisons tous. Non, nous ne passons pas outre… c’est contre les règles de la maison Mère. Mais il n’y a jamais, dans votre vie, ou dans aucune de vos vies, besoin d’attendre.

La formule de création, les lois, les règles vous ont été données et vous les utilisez de temps en temps, à l’intérieur et à l’extérieur. Mais, très cher, ce que vous faites aussi, c’est créer inconsciemment, inconsciemment, par inadvertance. Je vous demande, je vous supplie, je vous implore de faire en sorte que si jamais il y a eu un moment sur cette planète où vous vous êtes concentrés sur ce que vous avez choisi de créer et de vivre, c’est maintenant.

Beaucoup d’entre vous ont pensé : « Eh bien, je vais m’élever, et ensuite je vais créer ». Non. Vous créez parce que cela fait partie intégrante, non seulement de votre essence, mais aussi de votre ascension. C’est vous qui vous avancez dans votre inspiration divine et qui dites : « Je le ferai ». Et ce n’est pas simplement « Je veux faire ta volonté », c’est « Je veux faire ma volonté », pas dans une arrogance pétulante… nous pouvons laisser cela de côté. C’est revendiquer ce pour quoi vous êtes venus ici, pourquoi j’ai marché sur la terre, et pourquoi vous marchez sur la terre… c’est pour connaître l’amour.

Les gens disent : « Quel est le sens de la vie ? Quel est le sens de l’univers ? » Et j’ai dit, et je le répète, c’est l’amour. Ce n’est pas seulement l’amour Divin parce que je vous le dis… tout amour est Divin.

Et il en est ainsi, vous avez cette richesse d’expérience et de moyens d’expression… oui, et pour certains d’entre vous, c’est la tarte aux cerises ! Et pour certains d’entre vous, c’est la création de Cités de Lumière. Et pour certains d’entre vous, c’est la création de lieux de guérison. Et pour certains d’entre vous, c’est marcher dans les couloirs du pouvoir. Chaque être a choisi un élément, un fil, pour que le tissage de la tapisserie soit exquis.

C’est vous qui êtes venus pendant cette période de renaissance de la Mère. Et, oui, certains d’entre vous sont encore dans le ventre de leur mère, in utero ; certains d’entre vous sont même en train de le briser. Mais laissez-moi vous suggérer… non, laissez-moi vous dire… aucun d’entre vous n’est mort-né et aucun d’entre vous n’est destiné à partir tant que vous n’aurez pas réalisé, non seulement votre rêve mais aussi votre promesse. Et il ne s’agit pas seulement de votre promesse à votre mère, à votre père, à nous tous ; il s’agit de votre être sacré.

Alors oui, je viens à vous en tant que frère, en tant que famille. Notre but est uni dans le coeur, dans le rêve, dans la forme. Et vous êtes les courageux qui parcourent la planète. Le courage, la vraie valeur n’est pas d’aller dans le chaos, ni de s’engager dans le drame, mais d’avoir la patience, la prudence, la force d’âme, la sagesse d’être vraiment les dépositaires du rêve… les sages-femmes de la Mère, et les sages-femmes de votre moi sacré, et les uns les autres.

Le véritable travail est la création et s’il n’est pas d’amour, s’il est du moindre soupçon de drame, non seulement prenez du recul, retournez-vous et fuyez.

Oui, il y a beaucoup d’histoires, et j’en ai partagé beaucoup avec vous, de conversations avec les Romains, avec les soldats, avec les empereurs, avec les pharisiens, avec les rabbins, avec ma famille, et souvent cela a eu une aura de drame.

 

Mais n’oubliez pas non plus que j’ai marché dans le désert, que j’ai jeûné, prié, rêvé et créé. Et ce que j’ai créé, c’est l’amour… l’amour avec ma famille, avec ma Madeleine, avec mes enfants. L’amour de mes apôtres, de mes disciples, de mes amis. Je ne les ai pas appelés disciples… nous étions unis dans notre coeur, comme vous l’êtes.

On vous a donné tant d’outils au fil des ans, mais vous êtes venus avec le seul outil essentiel… et c’est votre cœur, votre conscience, votre savoir, votre amour. Vous savez très bien ce qui est de la tendresse, de la douceur, de la vigilance, de l’équilibre. Ramenez-vous à l’équilibre. Et créez à nouveau mes frères et soeurs.

Je suis avec vous à chaque étape du chemin. Je marche avec vous, je suis assis avec vous, je ris avec vous, et je crée avec vous. Alors, si vous avez besoin d’un petit coup de main, tournez-vous vers moi parce que je vous aime. Je vous aime. Adieu.

Canalisé par Linda Dillon

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

Print Friendly, PDF & Email