Bien-aimé, saint et unique enfant de notre Père céleste, enfant de l’unique source, enfant de la lumière, divine. Voilà ce que tu es. Découvrez-le profondément dans la conscience et contemplez ce que cela signifie.

Je suis celui que l’on appelle Jeshua ben Joseph, Jésus que vous m’avez appelé, et c’est avec une grande joie que je viens me joindre à vous ce soir dans le cadre de votre programme, car vous avez choisi de m’appeler une fois de plus. Je me rends compte qu’avec ton esprit d’aventure, tu m’as permis de venir te rendre visite à tout moment, le soir, le matin, au milieu de la nuit, au milieu de l’après-midi. Je suis toujours et pour toujours avec vous.

Ce soir, nous parlerons d’un sujet lourd, et nous en ferons un sujet léger. Parce qu’il y a vraiment des moments où votre monde devient trop lourd avec vous et où il vous semble lourd. Vous écoutez vos nouvelles, et en vérité ce n’est pas nouveau. Vous écoutez vos commentateurs qui commentent toutes les nouvelles. Vous écoutez chacun d’entre eux donner son point de vue, encore et encore, à l’endroit où vous dites : « Qu’est-ce qui arrive à mon monde ? Qu’est-ce qui se passe dans mon monde ? Comment puis-je être dans l’état d’amour alors que tout ce qui m’entoure semble chaos et ruine ? J’aime ça. C’est une bonne combinaison de sons, parce que c’est ce que ça semble être – le chaos et la ruine.

 

En vérité, la paix que vous recherchez est toujours la vôtre. La paix que vous recherchez est intérieure. Une respiration profonde suivie d’une autre respiration profonde et peut-être d’une autre vous transportera de l’endroit du monde à l’endroit à l’intérieur où vous pouvez être le souffle lui-même. Prenez avec moi une profonde respiration, en l’inspirant, en la retenant et en la laissant partir ; en l’inspirant, en la retenant et en la laissant partir.

« Mais Jeshua, si je prends encore une grande respiration comme ça, je vais tomber. » Assurez-vous que vous êtes assis sur quelque chose de doux. Inspirez, retenez et laissez-vous aller, voilà. En vérité maintenant, vous avez revitalisé le corps, l’esprit et l’âme. Dans ce lieu de paix, permettez-vous de dire : » « Soi », ça fait du bien. Moi, je sais que nous pouvons venir ici à tout moment en prenant une profonde respiration. »

Donc quand vous avez quelqu’un qui vient devant vous et qui dit : « Oui, mais… » Il y a beaucoup de personnes qui veulent que vous vous sentiez totalement et complètement en vie, donc elles vous diront en face : « Oui, c’est bien beau, mais comment vous sentez-vous par rapport à… » et ensuite elles aborderont un sujet. Et vous leur dites : « Un instant, il faut que je respire. » D’habitude, ils sont assez bouleversés, impatients, mais vous leur avez rappelé une vérité, une vérité selon laquelle une respiration profonde, retenue un instant, transforme ce que vous pensiez, ressentiez, expérimentiez un instant auparavant. C’est aussi simple que cela.

« Oh, mais Yeshua, ça ne peut pas être aussi simple que ça. » Le monde…ah, oui, le monde dira que vous devez étudier dur, que vous devez lire les bons livres, que vous devez suivre les bons professeurs, etc. Une respiration profonde vous donne l’opportunité. Un souffle profond vous donne une opportunité. Cela ne veut pas dire que vous allez choisir cette opportunité. Je vous ai vu prendre une grande respiration, même à trois reprises, puis vous vous êtes mis à vous inquiéter de quelque chose. Cependant, votre espoir, votre pouvoir réside dans la profonde respiration et le choix de choisir la paix qui est votre nature même.

D’où pensez-vous que cette paix vienne ? Elle vient du Christos en vous, le Christ en vous, qui est toujours avec vous, quoi que vous fassiez, quelle que soit l’excitation que vous pensez qu’il va venir troubler votre paix. Le Christos, c’est vous. C’est votre paix pour l’accepter.

C’est la partie délicate. Vous devez l’accepter. Et aussi facilement qu’il est facile de l’accepter, il est facile de la laisser s’échapper ; donc, respirez à nouveau. Prenez conscience de votre véritable « S » capital – le Christos, et respirez, retenez, expirez et répétez.

Maintenant que nous nous sommes placés dans un lieu d’Unité, je voudrais vous parler de ce qui se passe dans votre monde. Maintenez la paix pendant que nous parlons des bouleversements qui se produisent dans le monde. La nature du monde est de bouleverser. Nous avons inventé ce mot il y a longtemps. Vous êtes très doué pour bouleverser et pour dire ensuite : « Oh, comme nous souffrons ».

Mais en vérité, la paix est votre nature même, et c’est à vous de l’accepter. Vous avez de nombreuses opinions dans le monde. Vous avez de nombreuses opinions qui se rejoignent d’un côté comme de l’autre, et il semble que jamais les deux ne se rencontreront et ne s’accorderont. Mais en vérité, alors que vous vous tournerez vers ce que vous appelez votre avenir, on en viendra à connaître une paix et un accord.

Ce que vous faites maintenant, c’est faire le tri. C’est comme quand vous étiez enfant et que vous aviez ces petites choses rondes en verre que vous appelez billes – d’autres terminologies dans d’autres groupes. Vous vouliez rassembler tous les cailloux bleus. Ou votre ami vous a dit : « Mais je vais ramasser tous les rouges ». Et un autre ami a dit : « Eh bien, vous pouvez le faire, mais je vais prendre tous les galets verts, les galets clairs. Les transparents sont les meilleurs ».

Eh bien, non, ils sont tous les meilleurs car vous leur donnez de la valeur. Et c’est tout à fait ce que vous faites lorsque vous regardez toutes les possibilités du monde. Vous dites : « Eh bien, cette personne est un meilleur leader. Cette personne est un meilleur porte-parole. Cette personne se soucie davantage.

Cette personne a un meilleur plan financier, etc. Vous vous empilez les uns contre les autres et vous choisissez votre préféré. Je vous demande – et c’est une bonne question pour les réalisations personnelles qui vous apportent la paix ? « Non, mais ça m’apporte beaucoup d’énergie. »

Quand vous vous lassez de cette énergie, laissez-vous aller à respirer et sachez que vous savez très profondément qu’avec le temps, parce que cela se jouera avec le temps, vous allez arriver à un lieu d’entente où l’on va oublier ce qui vous a tant excité. Ils vont essayer de le refaire. Mais comme vous l’avez vu, la durée d’attention de la plupart des Christos est un peu courte ; Dieu soit loué. Et cela aussi passera.

Vous vivez en faisant des choix, que même ceux qui n’ont pas les pieds ancrés sur la sainte mère Terre, sont en train de regarder. Vous avez beaucoup de ce que vous appellerez les ET, ceux qui ne sont pas sur ce monde tel que vous vous voyez, et pourtant ils sont plus concernés par le drame, comme lorsque vous allumez votre boîte carrée et que vous voulez savoir, « Ok, quel drame se joue ce soir ? Que font les personnages ce soir ? Quelles décisions vont-ils prendre…oh, non, ne prenez pas cette décision. Cela va vous emmener dans la mauvaise direction, etc.

Eh bien, vos amis qui sont avec vous depuis avant que le temps ne soit conçu regardent pour voir ce que vous avez sur votre chaîne. Quel drame jouez-vous ? Seront-ils impliqués ? Pas vraiment, dans la mesure où il n’y a pas de séparation, donc ils vont regarder et ressentir et avoir leur propre jugement sur les choses, mais ce ne sera pas à l’endroit où ils interviendront et prendront le relais. Cependant, cela fait un bon drame.

Vous êtes l’un des endroits qu’ils surveillent en ce moment, parce que l’énergie a fait naître toutes sortes de « dangers » que vous vous créez. C’est : « Oh, mon Dieu, que va-t-il se passer ? » Et vos médias, ceux qui aiment vous dire ce qui se passe, vous diront avec des couleurs vives ce qui s’est passé et l’interpréteront pour vous et ce qui va se passer et vous diront à quoi faire attention et comment vous pouvez vous en sortir par n’importe quel moyen.

L’une des magies préférées utilisées depuis très, très longtemps est celle qui consiste à remettre à Dieu. Dieu, en tant qu’énergie extérieure à vous, toute-puissante, omnisciente, va s’en occuper pour vous. J’ai des nouvelles pour vous. Vous êtes Dieu. Dans votre propre sphère, votre propre drame, vous le créez ; vous êtes Dieu. Donc, je vous suggère de passer le plus de temps possible dans ce lieu de profonde « respiration ». Permettez-vous de demeurer dans la paix et dans l’inspiration qui vient de la paix. Permettez-vous de regarder autour de vous pour voir où vous pouvez répandre la paix ; avec vos voisins, avec vos amis. Lorsqu’ils sont bouleversés par quelque chose, répandez la paix.

 

Invitez-les à respirer. Suggérez-leur de prendre une grande respiration et ils vous regarderont d’une drôle de façon. Mais vous leur direz : « Essayez. Vous pourriez aimer. Respirez avec moi.

« Oh, mais Yeshua, je ne pourrais pas faire ça. Ils vont penser que je suis un drôle de dingue, et je ne veux pas être un drôle de dingue dans l’esprit de qui que ce soit. Je le sens à l’intérieur de moi. Je sais que je suis un cinglé bizarre, mais je ne veux pas que quelqu’un d’autre le sache. »

Permettez-vous de respirer et de répandre la paix. « C’est une idée originale. Répandre la paix ? D’habitude, on répand des rumeurs de guerre, des rumeurs de qui est contre quoi, etc. » Essayez la paix pour changer. Essayez la paix pour changer. Essayez la respiration profonde. Si vous prenez une grande respiration avant de dire quoi que ce soit, vous vous inspirerez de ce qui pourrait dissiper toute opposition persistante à la paix ; non pas l’opposition à un point de vue quelconque, mais l’opposition à la paix.

« Maintenant, Yeshua, il n’y a pas beaucoup d’argent ou de pièces d’or dans la paix. » Aha, avez-vous essayé ? Il y a pas mal de choses qui valent plus que les pièces d’or pour connaître la paix et savoir comment offrir le cadeau de la paix à un autre.

Ce qu’il faut, ce sont des porteurs de lumière, ceux qui porteront la lumière et diront aux autres : « Vous savez, on se sent vraiment bien dans cet espace de lumière, dans cet espace de paix. Essayez-le avec moi. Respirez, retenez, restez, expirez. Faites cela. Et s’ils pensent que vous êtes fou, ils vont venir – c’est une prédiction que je sais être vraie – ils vont venir à un moment de leur expérience de vie où ils auront besoin de respirer, et ils vont se sentir en paix avec cela. Ils peuvent ou non se souvenir que vous leur avez dit cela. Mais au plus profond de leur esprit, vous avez planté une graine de paix, une graine qui dit : « Il peut y avoir autre chose que du désordre ».

Lorsque vous êtes confronté à ce qui semble être un problème insurmontable… » Oui, je ne sais pas comment faire. Je ne sais pas comment résoudre ce problème ». Tout d’abord, vous n’avez peut-être pas à le résoudre. Peut-être que ce n’est pas un problème. Deuxièmement, en prenant une grande respiration, laissez passer un peu de temps. L’inspiration peut venir pendant ce temps, la réponse que vous cherchez. Ou la réponse peut venir du fait que ce n’est pas vraiment ce que vous devez chercher. En réalité, ce que vous recherchez, c’est un peu de paix. Permettez-vous de prendre cette profonde respiration et de rester en paix.

Vous avez ceux qui regardent les pièces d’or qui peuvent venir en remuant un peu les attitudes « nous et eux ». Ils ne veulent pas mettre une récompense monétaire sur la paix.

Cependant, votre corps va vous parler de la suggestion que la paix peut faire du bien à un corps.

Vous avez beaucoup de gens dans votre monde qui souffrent : ceux qui n’ont pas d’abri au-dessus de la tête, ceux qui n’ont pas de nourriture pour nourrir le corps, ceux qui n’ont pas de nourriture pour nourrir l’âme. Et ils regardent en dehors d’eux-mêmes pour qu’on leur donne.

Ce que vous pouvez faire, c’est leur adresser des paroles de paix. Dites-leur des mots d’encouragement, puis donnez suite à quelque chose de tangible qu’ils peuvent comprendre. Donnez ce que vous avez à donner. Vous avez dans vos écrits sacrés les histoires de ceux qui ont aidé un frère/sœur qui avait besoin de quelque chose. Vous avez l’histoire de celui qui a traversé la route pour aider un étranger en apparence.

Permettez-vous de donner. Vous aurez l’impression de combler le fossé de la séparation.

C’est en soi un cadeau pour vous. Lorsque vous comblez le fossé de la séparation suggérée, une récompense vous est offerte ; pas une grosse récompense qui est vantée dans vos journaux et sur chaque boîte carrée, mais une récompense qui vous permet de savoir : « J’ai été dans cette situation dans une autre vie, ou je peux me retrouver dans cette situation plus tard dans cette vie. Comment voudrais-je être traité ? Qu’est-ce qui serait le plus important pour moi ? Et vous occuper à donner.

Cela fait du bien au corps.

Vous vous trouvez maintenant à un moment de décision. C’est ce qui se passe. Vous avez demandé. Vous avez crié vers le ciel. Vous avez dit : « Que diable se passe-t-il ? » Eh bien, dans la nature du ciel, c’est une opportunité de paix. C’est une opportunité pour vous de sortir de la peau de ce corps et de vivre dans le cœur et de donner au frère/au sœur ce pour quoi, premièrement, il sera compris comme une aide, et deuxièmement, il comble la séparation qui est ressentie.

Permettez-vous d’être très actif dans le don. Vous avez beaucoup. Regardez autour de vous quand vous êtes chez vous, dans votre logement. Regardez autour de vous. Vous avez plus que ce que vous pouvez supporter à tout moment. Permettez-vous de donner. Permettez-vous de dire : « De mes largesses, tout ce que j’ai, je vous donne ce dont vous avez besoin. »

Oui, le petit ego va dire : « Eh bien, regardez comme je suis grand. » Au bout d’un moment, ce petit ego va être oublié. Vous n’aurez même pas besoin de vous en occuper et de dire : « Mets-toi derrière moi », parce qu’il n’existera plus pour vous. Vous serez tellement occupé à vous tourner vers quelqu’un qui a besoin de vous que vous ne penserez pas à « Regarde ce que j’ai fait ». Vous vous demanderez : « Que puis-je faire ensuite ? Qui puis-je servir ensuite ? Qui puis-je inviter à prendre un repas, même une croûte de pain pour celui qui a une faim de loup qui fait mal ».

Permettez-vous de donner. Oui, vous avez l’obligation d’honorer vos dettes. Vous le ferez. En tout cas, vous le ferez. Mais de votre abondance, donnez. Comblez la séparation. Je suis mon frère/sœur. Et voilà, j’ai faim. Et voilà, et j’ai mal à la tête en pensant : « Qu’est-ce que je vais faire pour ma famille, mes enfants, tous ces soucis ? »

Permettez-vous de vous ouvrir et de donner. Soyez les porteurs de lumière. Soyez le porteur de nourriture. Soyez celui qui tient la main d’un autre et dit : « Regarde, je sais où il y a une banque alimentaire. Je sais où il y a de la nourriture. » Ils ne le savent peut-être pas. Ils peuvent ne pas vouloir savoir. « Ma famille n’a jamais eu à aller dans une banque alimentaire. Jeshua, je ne peux pas faire ça. Oui, mes enfants ont faim, mais je ne peux pas y aller et demander de la nourriture. »

Oh, si, tu peux, et tes enfants ont besoin de toi. Sortez de votre petit moi. Prenez cette fierté qui dit : « Eh bien, ma famille n’a jamais demandé d’aide. » C’est un nouveau jour. Permettez-vous d’accepter de l’aide maintenant afin de pouvoir vivre un autre jour pour aider quelqu’un d’autre. Vous n’êtes pas une île rien qu’à vous. Vous êtes un porteur de lumière. Vous portez la lumière et l’espoir, et plus que cela, vous portez la subsistance physique dont les gens ont besoin. Mais c’est déjà assez.

Je veux vous parler maintenant de ceux qui ont profité de l’occasion pour tuer le corps avec ce qu’on appelle la pandémie qui s’est répandue sur la sainte Mère la Terre. Il y en a beaucoup… vous voyez les chiffres sur votre boîte carrée chaque jour, chaque heure de chaque jour si vous vous branchez ; ils vous disent combien de personnes ont lâché le corps.

Réjouissez-vous. Ce ne sont pas des victimes. Ils ne sont pas victimes d’une toute petite chose que vous ne pouvez même pas voir. Ils ont dit « oui » à la transmutation de leur énergie en lumière. Ils sont, en vérité, les anges qui vous chantent. Ils ont décidé que personne n’entendrait leur voix humaine. Personne n’a entendu leur voix humaine, et ils l’ont criée de temps en temps. Mais il y a eu une petite voix qui a dit : « Viens vers moi. »

 

Et même si l’esprit humain ne voulait pas lâcher le connu, ce qui était connu, et aller dans ce qui semble être inconnu, ils ont répondu à l’appel. Ce sont les anges de ce temps. Ne les pleurez pas. Célébrez-les. Mettez leurs noms devant votre visage. Organisez une fête d’anniversaire pour eux. Ils ont eu une naissance, un nouvel être. Ce sont les anges que vous voulez appeler. Ils vous regardent et vous observent, et vous les avez pleurés avec un lourd deuil. Ils ne veulent pas que vous fassiez cela ; chacun, comme ils disent oui, et ils l’ont fait, parce que personne ne va avant qu’ils ne soient d’accord.

C’est pourquoi certains s’accrochent plus longtemps, parce qu’ils ont été, comme vous les avez connus dans leur corps, les plus têtus. Certains s’accrochent plus longtemps. Certains disent : « D’accord, je vais y aller. » Chacun célèbre la lumière qu’il est. Ils sont vraiment les porteurs de lumière.

Maintenant, vous êtes les porteurs de lumière aussi loin que vous pouvez voir, mais aussi loin que vous pouvez voir, ce n’est pas tout à fait aussi loin que vous le souhaiteriez. Et je ne suggère pas que vous décédiez du corps pour y arriver tout de suite. Mais je vous suggère de communier avec ceux qui ont permis que le corps soit mis de côté et qui vivent comme la lumière qu’ils sont, parce qu’ils se réjouissent ; pas une fausse joie de « Oh, Dieu merci, je suis débarrassé de cette vie ».

Non. Une fois la décision prise de laisser le corps derrière soi, ils se concentrent sur la lumière qu’ils sont. Ils se concentrent sur l’expansion de l’Être. Vous regardez le corps et vous vous dites : « Eh bien, comment cela peut-il être une expansion ? Il a l’air tout ratatiné et décoloré, et on dirait qu’il souffre vraiment ». Ha ha. Mais ce n’est pas ce qu’ils sont. Ce n’est pas ce que vous êtes. Vous êtes la lumière. Ils sont les porteurs de lumière, et ils ont commencé à reconnaître, à ressentir, à se réjouir comme la lumière qu’ils sont.

Ceux que vous pleurez, vous les pleurez parce que leur association vous manque. Cette facilité de communication vous manque. Cela va changer, a changé pour certains, et il y a un moment où vous pouvez entendre : « On aurait dit Joe, on aurait dit Richard, on aurait dit Jim, Catherine. Où est Kevin ? Es-tu ici ? Ah, ce n’est pas possible. »

Si, c’est possible. Permettez-vous de sortir de la boîte qui dit que c’est tout ce qu’il y a, et réjouissez-vous. Vous avez des chœurs d’anges qui, il y a seulement quelques jours, semaines, mois, voire années, traînaient un corps et faisaient de leur mieux, en étant amis, en étant utiles, en faisant de leur mieux. Mais maintenant, ah, comme le dit le proverbe, « Vous devriez me voir maintenant ».

En vérité, vous devriez. Il y a un rayonnement. Rappelez-vous celui qui a récemment lâché son corps et demandez-lui : « Dans le calme, montrez-moi ce que vous êtes maintenant. » Et ne soyez pas surpris si celui-ci vous montre la lumière, le rayonnement, le bonheur, la lumière en expansion. Ils sont vraiment les porteurs de lumière, et il n’y a pas de lourdes charges à porter. Ils n’ont pas à le faire, car vous avez parfois l’impression de devoir être la lumière autant que vous le pouvez et soulever les autres. Ils savent qu’ils élèvent les autres simplement en étant la lumière qu’ils sont. Ils n’ont pas besoin d’y travailler. C’est du genre : « Vous voulez dire que ça peut être aussi facile ? » Bien sûr, je le fais tout le temps.

Eh bien, je plaisante. Mais en vérité, vous êtes la lumière, et vous êtes devenu si amoureux du corps et de ce qu’il peut faire et ne peut pas faire. Certains de vos frères et soeurs ont connu la lumière qu’ils sont tout en activant le corps. Vous en avez connu qui ont marché le long de la route et qui ont été aussi loin de la route parce qu’ils se savaient légers. Vous avez des frères et des sœurs qui sont partis facilement avec le sourire sur le visage et les suggestions utiles, où leur âme chantait même si le corps avait peut-être mal. Vous avez connu des personnes qui vous ont élevé simplement par leur Être, simplement en étant ce qu’elles sont et en étant heureuses.

Permettez-vous d’avoir un sourire sur le visage. Un sourire fait du bien au corps, et cela fait du bien à quelqu’un d’autre de voir un sourire. « Pourquoi souriez-vous ? Qu’y a-t-il dans le monde pour lequel vous pouvez sourire ? » Et vous dites : « Ah, mais vous savez, j’ai vu ce pissenlit, et il était si joli. J’ai vu la pluie scintiller au soleil. Savez-vous que chaque goutte de pluie contient un arc-en-ciel ? Tu le savais ? » tu diras à un ami, et ils diront : « Euh, il est devenu fou. Maintenant, il regarde des gouttes de pluie. » Quelle meilleure chose à faire que de regarder une goutte de pluie et de contempler l’arc-en-ciel sous la pluie ?

Permettez-vous de vous récompenser pour l’être que vous êtes. Chacun de vous a accepté d’être qui et ce qu’il est sous une certaine forme pendant un certain temps. Profitez-en. C’est un cadeau que vous vous offrez à vous-même. Même le bâillement… avez-vous pensé au miracle d’un bâillement ? Cela vient de l’intérieur et de l’arrière de la gorge veut se dilater, et cela fait tellement de bien de se laisser flotter avec ce bâillement.

Je vous offre un cadeau. Vous bâillez. C’est un cadeau. Permettez-vous de vous réjouir. C’est cela la vie sous toutes ses formes. Se réjouir à nouveau. Être à nouveau dans la joie. Se réjouir à nouveau. Oui, vous avez des défis à relever ; du moins, le monde les qualifie ainsi. Vous pouvez les appeler défis ou vous pouvez les appeler récompenses.

 

« Mais Yeshua, si j’ai une température élevée et que le corps est comme de la « M….. », et qu’il est si fatigué et faible, vous voulez que je me réjouisse de ça ? » Oui, cela vous montre à quel point vous pouvez être créatif. « Oh, mon Dieu, le revoilà qui parle de création. » Oui, parce que tu es en train de créer. Réjouissez-vous de ce que vous créez.

Vous avez vu des personnes qui ont été blessées pour une raison ou une autre et qui ont perdu l’usage de leurs jambes, peut-être. « Mais j’ai encore des bras, Yeshua. » Vous avez vu des personnes qui ont perdu tous leurs membres ou qui sont paralysées. « Oui, mais Yeshua, je peux encore sourire, et j’ai une main qui fonctionne encore, et je peux travailler sur le fauteuil roulant. »

Regardez ce que vous avez. Regardez ce que vous pouvez faire. Soyez le porteur de lumière. Pas besoin de soulever de lourdes charges. Soyez. Réjouissez-vous. Encore et encore. Ainsi soit-il.

Traduit et partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0