Campagne annuelle de financement

En cette année qui s'achève, je fais appel à vous afin de contribuer à maintenir ce site en ligne. Par votre contribution, vous pouvez aider un grand nombre de vos frères et soeurs qui tout comme vous, par l'appel du Coeur, participent activement à l'élévation de la Conscience personnelle et planétaire... LIRE LA SUITE

------------------------

Mes chers ! JE SUIS L’ARCHANGE MICHAEL !

J’aime voir le mouvement que je vois maintenant. L’action en relation avec Gaia est nécessaire et bienvenue. Le changement, c’est ainsi qu’il commence : un peu ici, un peu là, un changement de conscience, un changement d’attitude. Je dirais plutôt de petits changements dans les consciences et les attitudes. Ne pensez jamais qu’un petit geste ne mènera à rien. C’est avec un petit geste, qu’une nouvelle conscience se forme et qu’elle peut s’étendre de plus en plus.

Peut-être que pendant longtemps, le manque de conscience, le manque d’attention, le manque de compréhension de ce qu’était cette planète a conduit beaucoup d’entre vous à des attitudes incorrectes. De la même manière que de nombreuses personnes prennent aujourd’hui conscience des attitudes que leurs âmes ont eues tout au long de leur voyage et sont horrifiées qu’elles aient pu faire ce qu’elles ont fait, la conscience par rapport à la planète suit le même chemin.

 

À cette époque, dans les temps passés, dans les temps de violence, dans les temps de magie, dans les temps de guerres au nom de Dieu, au nom de quelque chose qui n’apportait que du profit à ceux qui les gouvernaient ; beaucoup a été fait, beaucoup de vies ont été prises, beaucoup de souffrances ont été apportées à la planète et à ses habitants. Mais quelle était la conscience de cette époque ? Y avait-il la conscience que vous avez aujourd’hui ? Certainement pas, car vous avez suivi les ordres et les consignes de ceux qui étaient censés avoir un contact direct avec Dieu Père/Mère. Donc vous avez juste obéi.

Au fil du temps, beaucoup de choses ont changé, mais le concept de la planète n’a pas beaucoup évolué. La planète n’était qu’un morceau de terre, d’eau, où l’on pouvait prendre tout ce dont on avait besoin sans limites ; et c’est ainsi que cela se faisait et se fait encore aujourd’hui. Donc, se blâmer, être triste, se plaindre, demander le pardon de Gaia ; je ne dis pas que ça ne marche pas. Demander le pardon à Gaia est important car cela vous montre le premier pas de votre conscience, mais à quoi cela sert-il de demander le pardon ?

Un fait passé, une mort sur le dos d’autres vies, on ne peut rien y faire ; ce qui est fait est fait. La seule action que vous pouvez vraiment faire est de demander pardon à cette âme ou à ces âmes. C’est un fait concret et réel, car il n’y a plus moyen de changer cela, c’est passé. Parlons donc du moment présent. Les erreurs commises, graves ou non, entraînent des conséquences et vous vivez les conséquences des erreurs commises. Demander le pardon de Gaia ne change pas grand-chose ; cela ne fait qu’apaiser votre sentiment de culpabilité.

Mais c’est maintenant le grand moment pour agir, pour changer. Demander le pardon est valable, mais jusqu’à quel point sa conscience a-t-elle changé, jusqu’à quel point a-t-elle changé ses attitudes, sa façon de vivre ? Je dirais que dans la grande majorité, pas du tout. Je le répète : beaucoup demandent le pardon de Gaia pour apaiser leur culpabilité, rien de plus. Maintenant, si vous demandez le pardon de Gaia, mais que vous commencez à ouvrir votre conscience, à changer vos attitudes, à adopter d’autres habitudes, vous commencez à montrer que quelque chose change en vous. Et je dirais plus, agir, faire quelque chose, juste dans un moment, vous vous réunissez, vous planifiez des actions et dans ce moment vous le faites. Puis vous rentrez chez vous et vous ne vous inquiétez plus de rien. Le moment de conscience était éphémère, il était rapide, c’était juste ce moment où vous avez rejoint ce groupe et fait quelque chose ; pour vous, c’est suffisant, vous avez fait votre part.

C’est le cas ? Est-ce suffisant ? Ou bien changer la conscience, c’est changer dans son ensemble, c’est changer ses habitudes, c’est changer les choses dans ses maisons, c’est changer beaucoup de choses, pas seulement en un moment, pas seulement en une heure, pas seulement pour dire des choses gentilles. L’objectif principal est de faire, de changer, de trouver de nouveaux moyens et de nouvelles solutions. Je dis donc à chacun d’entre vous : je vois que vous êtes très enthousiastes à l’idée de faire des actions pour Gaia. Nous aimons cela, nous sommes très heureux de voir que vous prenez conscience. Mais j’aimerais que cette prise de conscience ne soit pas momentanée, j’aimerais que ce soit une attitude à vivre à chaque instant, à chaque moment.

Ne soyez pas seulement cette petite flamme qui, lorsqu’elle rencontre un buisson sec, devient plus forte, elle brûle, brûle, brûle et lorsque le buisson se consume, la flamme se consume aussi. Ne soyez pas cette flamme, ne brûlez rien. Vous devez être actif comme cette flamme, vibrer comme cette flamme, mais ne pas perdre le stimulus à la fin. Quand je dis de ne rien brûler, ce n’est pas littéralement que vous allez mettre le feu à quoi que ce soit, c’est juste que vous ne devez pas brûler cet enthousiasme qui se manifeste maintenant.

Je vous dis que parler, planifier, mettre des idées ensemble, c’est facile. Maintenant, je veux voir l’action réelle. Beaucoup se réunissent, beaucoup parlent, beaucoup donnent des idées et que fait-on réellement ? Je dirais très peu. Et une fois de plus, je voudrais suggérer ce que nous disons ici depuis un certain temps : créer de nouvelles voies demande du travail, conduit à des erreurs, souvent même à une perte de temps. Il existe déjà de nombreux groupes qui travaillent pour Gaia et qui prennent des mesures efficaces en sa faveur. Ce n’est donc pas le moment de vous asseoir, de vous rassembler, de mettre des idées sur papier, car lorsque le moment sera venu d’appliquer ces idées, vous rencontrerez de nombreux obstacles et vous risquez de perdre la force et l’énergie que vous avez maintenant, car il y aura tellement d’obstacles à surmonter que vous perdrez votre enthousiasme.

 

Alors pourquoi ne pas le faire différemment ? Cherchez ceux qui le font déjà. Ce n’est pas le moment pour l’ego. « Oh non, c’est moi qui ai créé cette idée, c’est moi qui en ai eu l’idée, donc il faut que ce soit à ma façon ! ». Il n’y a plus d’ego à ce moment-là. Le moment est à l’action, le moment est aux actions communes, aux actions avec ceux qui sont déjà passés par tout cela et qui savent déjà aujourd’hui, affronter les obstacles. N’oubliez jamais que là où vous vivez, il y a des lois, il y a des règles. Il ne s’agit donc pas de se réveiller un jour et de décider de planter un millier d’arbres partout où l’on va ; ce n’est pas comme ça, ça ne peut pas être comme ça. Il y a des lois, il y a des règles dans chaque ville, dans chaque état, dans chaque pays. Et ceux qui sont passés par là savent déjà exactement ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire.

Ce n’est donc pas le moment de créer quoi que ce soit, c’est le moment de l’unité. Entrez en contact avec ceux qui le font déjà, avec ceux qui, aujourd’hui, restent peut-être les bras croisés parce qu’ils n’ont personne pour les aider. Et vous, en tant que grand groupe, pouvez être ces personnes et commencer à faire une réelle différence. Ne restez pas bloqués dans les groupes ici et là, nous parlons de Gaia, nous ne parlons pas d’autre chose. Alors ne soyez pas lié par des frontières, des barrières, dispersez-vous sur la planète. Ce n’est pas en créant des groupes que vous obtiendrez beaucoup. Tout a des règles, tout a des lois et tout apporte des obstacles.

Donc si vous voulez vous unir, unissez-vous à ceux qui existent déjà et qui savent déjà quoi faire. Proposez vos idées, créez de nouvelles idées, présentez-les, mais écoutez ceux qui ont déjà essayé de faire beaucoup de choses et n’ont pas réussi. Alors ne laissez pas votre ego parler plus fort. « Il faut que ce soit à ma façon, il faut que ce soit comme je l’ai dit ! » Actuellement, cela ne peut plus se produire. L’action est commune, l’action c’est tout le monde qui agit pour la planète. Oubliez les limites de ces groupes ici. L’action est globale, elle n’est pas individuelle, elle n’est pas l’action d’un seul canal, elle est l’action de tous. C’est ce que nous demandons. Alors arrêtez de vous limiter, arrêtez de vouloir faire les choses à votre façon.

Si nous disons cela, c’est parce que nous connaissons déjà le résultat, qui sera pratiquement nul si vous décidez de partir de zéro. Recherchez ceux qui travaillent déjà. Demandez notre aide et nous vous conduirons vers ces groupes, vers ces entités qui font déjà du bon travail et qui sont souvent arrêtées parce qu’elles n’ont plus d’aide. Demandez-nous donc de vous y conduire et nous le ferons. Ne perdez pas de temps à créer des routes s’il y a déjà des gens qui ont ouvert ces routes. Vous ne voulez pas affirmer vos égos. Il n’y a plus d’ego sur lequel agir pour le moment. Le moment est global, le moment est pour la planète. Vous ne voulez pas apparaître parce que c’était votre idée. Vous avez eu une idée brillante, super, transmettez-la aux autres, ne soyez pas celui qui doit tout faire tout seul, juste parce que c’est votre idée.

Mais si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je dis, n’hésitez pas, faites-le comme vous voulez. Ne vous plaignez pas après coup, ne regardez pas en arrière en vous disant : « Oh, nous avons perdu beaucoup de temps et nous avons été prévenus. Nous vous mettons en garde, nous ne sommes pas là pour favoriser qui que ce soit. Tout ce que nous voulons, c’est que vous rejoigniez ceux qui font déjà du travail. Développez ces groupes, rendez-les plus forts, car plus les groupes sont grands, plus l’action est grande et plus le résultat est grand.

Donc si chacun d’entre vous, au lieu de penser « qu’est-ce que je vais faire, qu’est-ce que je peux inventer » ; cherchez ceux qui le font déjà. Les petites idées sont bonnes, mais connaissant parfaitement l’esprit humain, je vous dis que si vous présentez, comme une simple graine, une idée à votre entourage, elle ne sera guère appliquée. Maintenant, si une grande entité commence à faire un travail de propagande, en diffusant l’idée à tous, cela change la donne. Parce que les gens respectent plus, les idées qui viennent d’entités, que d’une seule personne.

 

N’oubliez pas que nous voyons l’esprit humain, et nous savons que personne n’aime accepter les idées de l’autre, « Qui est-il pour me dire ce que je dois faire ? ». C’est ainsi que vous pensez, la grande majorité. Donc, la conquête, l’idée, doit venir de quelque chose d’un peu plus grand. Puis les gens commencent à se rendre compte que cette idée s’est déjà répandue dans de nombreux endroits de la planète. Et ensuite, ils peuvent même changer d’avis, ils peuvent accepter ces idées.

Pour terminer, je vais répéter : vous avez le libre arbitre. Faites ce que vous pensez être juste. Je ne fais que vous montrer la voie la plus facile, la plus prospère et celle qui vous donnera le meilleur résultat en un minimum de temps.

Transmis par Anjos e Luz Terapias

Traduit du Portugais pour Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

Print Friendly, PDF & Email

Campagne annuelle de financement.
Merci de votre soutiens.

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire. Avec tout mon Amour... Bernard
$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard G. CP 522 Prévost Prévost, Qc Canada J0R 1T0