Entretiens d’Octobre 2019

O.M. Aïvanhov (Partie 1)

29 Octobre 2019 (Tunisie)

 

Et bien, chers amis, je suis extrêmement content de vous retrouver dans ce pays ensoleillé, je vous transmets comme d’habitude toutes mes bénédictions et tout mon Amour.

Et si vous le voulez bien et fidèle à mon habitude, nous allons répondre à vos questionnements de toutes natures, et en ce que vous vivez, et en ce moment, ou ce qui vous pose questions dans votre tête, ou dans votre vie, ou à quelque niveau que ce soit.

Alors, chers amis, après mes bénédictions, je vais vous laisser parler et demander ce que vous avez à demander.

Alors, qui se lance dans la première question ?

Frère : Je vais me lancer. Ce n’est pas une question, c’est un témoignage, même deux.

Ah, j’adore les témoignages.

Sœur : C’est un témoignage.

Là j’entends, il est juste à côté.

Frère : C’était à Tenerife et c’est l’équivalent d’un rêve éveillé, donc très fort pour la conscience et pour l’émotionnel. J’ai vu, en observateur, à droite, quelque chose qui était absolument néant, il n’y avait rien, et sur la gauche, il y avait comme un nuage très clair, très… peu épais, voilà. Et j’étais observateur, et là je dis : Tiens, ma conscience, à droite ne sert rien et à gauche, il y a quelque chose qui renvoie.

Là c’était le premier témoignage.

Le deuxième, c’était quelque chose de plus fort. Je me suis senti pénétré par un boa, un gros serpent, qui faisait entre 12 et 15 cm, entre le point OD de la poitrine et le point de la rate, et il montait de bas vers le haut, en direction du cœur.

Ce serpent était, j’ai dit préhistorique, parce qu’il avait des écailles triangulaires, la pointe décollée du côté de la queue. Donc il était gros et il rentrait, il rentrait. Et à un moment donné, j’ai eu peur, j’ai dit : ça y est, il va m’envahir tout mon côté, comment dire, structuré. Et puis, c’est là où j’ai eu l’idée tout de suite de dire : Agapè, Phahame, Agapè, Phahame. Et j’ai accompagné l’absorption de ce serpent.

Et, un moment donné, j’ai vu la queue, c’était terminé. Et puis, il y a Osho qui m’a apparu dans ma conscience en me disant : Avale le reste. En fait, je voyais encore, sur ma gauche, je voyais ce nuage très parsemé, très clair de lumière, voilà. Et bien, j’ai absorbé le nuage. Et terminé.

Alors je te remercie. Ça appelle, si tu veux bien, non pas des explications, mais quelques commentaires. Et ainsi que tu l’as dit toi-même dans le premier témoignage, tu étais simplement celui qui observe, et qui se tient à la lisière de l’être et du non-être, dans Shantinilaya ou la Demeure de Paix Suprême, qui te donne à percevoir, là, cette fois-ci de manière visuelle, d’un côté la Lumière blanche, et de l’autre, ce que effectivement, du point de vue de celui qui observe, on peut appeler le néant qui est le non-être.

Donc tu t’es tenu à la lisière en quelque sorte de l’être et du non-être. Ça c’est le premier témoignage.

Dans le deuxième témoignage, tu as absorbé un serpent, comme tu dis préhistorique, qui a mis en résonance, et la porte Attraction et, bien évidemment, le chakra du cœur, c’est-à-dire que lors de ce rêve éveillé, de cette expérience de la conscience, il y a eu effectivement une forme de digestion de l’attraction du premier désir, illustré symboliquement par le serpent et la tentation.

C’est-à-dire qu’il y a eu vraisemblablement une espèce de transformation de ta conscience personnelle depuis cet instant là, avec une forme de relâchement comme tu l’as dit, par rapport à la structure, c’est-à-dire que tu as dû constater, dans les différents secteurs de ta vie, une espèce de plus grande facilité, ou en tous cas, de plus grande disponibilité à traverser les aspects structurels et subtils même, pour déboucher sur la Joie nue, ou en tous cas, au minimum la paix.

Et cela vient conforter le sentiment de Joie nue ou de paix qui se produit, que vous le voyez ou pas, quand vous vous tenez à la jonction de la Lumière manifestée et de la source de la Lumière, si je peux dire.

As-tu constaté, dans les jours, les semaines ou les mois qui ont suivi, quelque chose qui a changé en toi ?

Frère : J’ai plus de paix, j’ai la paix, disons il n’y a pas de peur de tout ce qui peut arriver maintenant. Voilà, une tranquillité.

C’est exactement ce que je te décris, dit avec tes mots bien sûr, mais ce qui a été vécu, dans ce que tu nommes rêve éveillé avec un aspect très conscience, très fort, n’est pas un rêve. La preuve, tu en as vécu au-delà de l’expérience, comme toujours, il y a l’effet de l’expérience ou du vécu, qui est bien plus important je dirais que l’observation, ou la vision, ou les énergies, ou les vibrations.

Et tu nous confortes à travers tes témoignages que tu viens de donner, que quelle que soit la façon dont cela se passe, il y a, après ce genre d’expériences, une transformation qui se produit. Vous êtes d’ailleurs fort nombreux dorénavant sur cette Terre à avoir expérimenté les processus de l’accueil, de la résonance Agapè, de la résonance Agapè réseau, et comme tu l’as dit et quand tu as vu Osho, il t’a dit de absorber tout, c’est-à-dire de laisser la peur se digérer d’elle-même par l’acceptation, et tu as découvert que derrière la peur, il y avait la paix.

Et bien évidemment, la transformation après ne peut être qu’observée, parce que c’est le moment, comme disait Abba ce matin, où tu te retrouves, où tu te souviens réellement et concrètement, même sans rien voir, que tu es en quelque sorte antérieur à la Lumière, antérieur à la manifestation et tu es cela de toute éternité.

Et tous, quelle que soit la façon d’y arriver, comme ça a été dit par Abba, la bonne nouvelle est disponible de partout. Le temps zéro vous est accessible de toutes les manières possibles, dès l’instant où la peur laisse la place à l’acceptation.

Ne confondez pas le mot acceptation que vous dit Abba tout le temps avec la résignation, ça n’a rien à voir. C’est un mécanisme intime de auto-absorption de la projection de votre conscience, à l’intérieur du cœur du cœur, c’est-à-dire au temps zéro.

Il ne peut en découler que la paix, la sérénité et des modifications réelles de fonctionnement au sein de ton quotidien, de ton ordinaire, comme tu l’as dit, une espèce d’éradication de la peur, une persistance de la paix, qui ne peut que gagner en intensité, en profondeur et en durée, au fur et à mesure du temps qui s’écoule au sein du rêve.

Je te remercie de ce témoignage qui m’a permis effectivement de vous dire que vous pouvez tous arriver à cela. Simplement, les voies sont innombrables. Ça peut être lors d’un accident, ça peut être lors d’une heureuse surprise, ça peut survenir même indépendamment de toute circonstance, ou de toute perception.

Et vous êtes aujourd’hui de plus en plus nombreux, éveillés à l’énergie ou pas, à voir comme disait notre cher Bidi, la scène de théâtre, le simulacre et la mascarade. Et plus vous êtes nombreux, plus le dévoilement de la Lumière par la consumation d’Amour du rêve, réalisé par les quatre cavaliers, par le cosmos, par les galaxies, par les univers, par les super-univers, va vous apparaître de plus en plus clairement.

Ne rechignez à rien de ce qui se produit en vous. Ne vous condamnez pas, ne vous jugez pas, ne jugez aucune circonstance, et vous verrez qu’à ce moment-là vous découvrirez derrière, si je peux dire, juste derrière, cette paix et cette disparition de toutes les peurs. Et c’est la meilleure façon d’y arriver, et vous constaterez que chaque jour, ce genre de choses, de toutes les manières possibles, va vous être proposé.

Je te remercie.

 

Alors, qui veut questionner ou témoigner à nouveau ?

Sœur : C’est Leyla. Est-ce que…

Sœur : Je répète la question.

Alors là il faudra répéter, oui.

Sœur : C’est le témoignage d’une sœur, le vécu récent d’une sœur québécoise absente en ces lieux.

Et qui t’a transmis son témoignage, n’est-ce pas, c’est ça.

Sœur : Elle dit : Bonjour OMA. Tout d’abord, un grand merci de votre présence et accompagnement pour nous tous. Voici mon témoignage.

Comme plusieurs de nos sœurs en incarnation actuellement, je vis comme encore un problème de santé. Il s’agit dans mon cas d’un kyste volumineux…

Je crois que j’entends, je pense que le micro aussi doit entendre là, parce que la puissance sonore est bonne. Donc tu peux te reposer.

Sœur : Merci.

Alors continue.

Sœur : Il s’agit dans mon cas d’un kyste volumineux à l’ovaire, gros comme un pamplemousse. Dans environ deux semaines, je serai opérée.

Elle ne précise pas de quel côté c’est ?

Sœur : Elle ne l’a pas dit.

Ce n’est pas grave, continue.

Sœur : Kyste, ovaires et trompe seront enlevés. J’ai accepté la situation. Il y a quelques jours, j’ai accueilli en posant une main sur mon ventre, l’autre sur mon cœur, dans l’abandon total à l’Intelligence de la Lumière. Je reconnais en moi que nous sommes Un et les uns dans les autres. Je le vis dans l’accueil et l’acceptation en toute simplicité et humilité.

Je me laisse traverser par ce qui se présente, des résidus de peine, tristesse, souffrance, et par une très grande peur liée à la croyance de séparation d’être abandonnée par l’amour, le manque d’amour, le mal d’Amour, les luttes, la guerre entre le masculin et le féminin vécu sur ce monde en de multiples incarnations.

Dans mon ventre, la masse, entre parenthèses kyste, devenait la Terre et la souffrance de toute l’humanité en incarnation et, simultanément, j’ai perçu être entourée d’une grande colombe blanche pure d’Amour. J’ai accueilli dans le souffle Un, en me laissant traverser, tout en respirant doucement jusqu’à être accueillie par la Source, en moi, dans ses aspects masculins puis féminins, puis dans l’Unité, Amour, Joie, Paix, puis comme un mouvement d’aspiration dans le trou noir, dans un grand espace noir.

Je vivais que ça se passait simultanément sur l’ensemble de la planète et dans tout le créé. C’était aspiré naturellement dans et par le trou noir vers l’espace noir.

C’est ton téléphone qui fait des castagnettes ?

Sœur : Oui

Ce n’est pas grave, continue.

Sœur : J’étais l’Amour, s’accueillant lui-même, il n’y avait que ça. Autour, et dans mon corps, je devenais un pilier de Lumière où se rejoignaient, en mon cœur, le noyau cristallin de la Terre et la Source, puis aspirés dans le trou noir de mon cœur.

Pendant ce vécu, j’étais simultanément dans tout et dans le trou noir, j’en fais partie.

 

Le lendemain, à mon réveil, j’ai perçu la présence de mon père me traversant, puis la présence d’un de mes fils qui me traversait dans un grand amour. Mon corps fut content de partout en accueil, en accueil Amour. Je précise que ce sont deux personnages dont j’ai eu peur dans mon scenario de cette vie. J’ai conclu que la guérison s’est faite en moi, me sentant libre et joyeuse. Question : Bien Aimé OMA, puis-je, pouvons-nous avoir votre commentaire éclairé sur ce vécu en humanité. Merci à vous et sourire au cœur.

Je te remercie de ton témoignage. Maintenant il faudra voir effectivement du côté médical qu’est-ce qui s’est passé par vos examens et techniques modernes bien sûr. Mais l’important a été, si je peux dire, la guérison de ses mémoires liées à cette incarnation qui, je vous le rappelle, résument vraiment tout ce que vous avez vécu, non pas à titre de rétribution et karmique, mais simplement qui est le résumé du rembobinage du film comme vous disait tête de caboche.

Alors ce qui est important, c’est un problème comme tu l’as décrit, qui correspond à toute la Terre, qui a été cette espèce de déchirure entre le masculin et féminin, qui est liée au rêve de création lui-même, c’est-à-dire la polarisation, avant même de parler de bien, de mal, ou de masculin et de féminin. Et avant l’apparition de cela, il y a cette déchirure.

Et tu le dis toi-même d’ailleurs, les ovaires, et surtout l’ovaire droit, est lié chez la femme aux relations au masculin. Et tu décris toi-même l’image de ton père et de ton fils qui ont été, dans ton histoire de cette vie, des choses certainement d’une façon ou d’une autre, difficiles à digérer et difficiles à vivre.

Effectivement vous êtes nombreux à constater, même si vous êtes libres totalement, qu’il y a eu depuis quelques semaines, voire quelques mois, chez beaucoup et essentiellement des sœurs plutôt que des frères, des espèces de cristallisation, qui ne sont pas des défauts, qui ne sont pas des punitions, qui ne sont plus des habitudes ou des croyances, mais comme tu l’as exprimé, à travers la vision de la Terre, une résolution.

Et à titre individuel, ce que tu as vécu par l’acceptation, l’accueil, même si ça n’a pas guéri ce kyste, qu’il faudra peut-être l’enlever, il y a eu cristallisation justement pour permettre de ôter, par l’Intelligence de la Lumière, qui de toute façon a éclairé les choses, peut-être même par le miracle de la Lumière, ou, je dirais autrement, par la voie chirurgicale, de résoudre les derniers éléments, non plus de résistances mais plus même que des mémoires, d’habitudes de fonctionnement du masculin et du féminin.

Voilà de nombreuses années, nous avions évoqué longuement le masculin sacré et le féminin sacré. Ensuite, vous avez eu la cessation de l’anomalie primaire, la dissolution de l’anomalie primaire, qui a permis d’entamer le processus de retour au temps zéro pour l’ensemble de la création et pour l’ensemble de l’univers.

C’est exactement ce qu’à travers ton expérience personnelle et individuelle, correspond aussi effectivement à la totalité de ce qui s’est passé sur cette Terre.

Vous n’avez pas de meilleur exemple que la petite Thérèse de Lisieux, qui quand elle était incarnée, voulait prendre sur elle la misère du monde, la souffrance du monde, parce qu’elle était toute petite et parce qu’elle avait la foi comme elle disait en Christ, mais si vous préférez en la Lumière Ki Ris Ti, pour endosser réellement, par le sens du service, par le sens du sacrifice, elle a endossé elle aussi, très jeune, le karma si on peut dire, parce qu’à l’époque on ne pouvait pas parler de libération, et de la souffrance du féminin.

Je vous rappelle qu’elle est morte d’une tuberculose qui touche les poumons, et qui est en rapport bien sûr avec le chakra laryngé, qui est lui-même en rapport avec tout ce qui est deuil, tout ce qui est aussi non exprimé, refoulé, mais qui aussi doit sortir.

Et je rappelle d’ailleurs que dans le cas de cette sœur, si elle confirme que c’est l’ovaire droit bien sûr, c’est le côté de la relation au masculin, et c’est lié au deuxième chakra comme je l’ai dit, en résonance directe et en affinité directe dans le couplage des chakras avec le chakra laryngé ou le chakra de la gorge.

Donc oui, même si ce n’est pas résolu physiquement, même si le kyste est toujours là, tu peux être assurée et certaine que tu as permis de résoudre sur cette Terre quelque chose, c’est évident, et vous le vivez tous de cette façon.

J’en profite effectivement pour dire que vous êtes un certain nombre je dirais, tout en étant libres, à traverser en ce moment ce processus de cristallisation. Retenez surtout que ce n’est pas une punition, c’est justement la façon d’éliminer du champ de votre esprit, par le corps, quelque chose. Ça n’a pas besoin d’être expliqué, mais c’est effectivement ce que vous traversez pour un certain nombre d’entre vous, et comme tu l’as remarqué, effectivement, encore une fois, beaucoup par les sœurs.

Parce que la polarité féminine, puisque vous avez encore un sexe bien sûr, et vous êtes homme ou femme, est celle qui est le plus à même d’accueillir la souffrance du monde, cette fois-ci non pas pour payer l’enfermement, mais pour restituer la liberté au travers même de votre corps ou de votre conscience, ou de vos émotions. Certains d’entre vous vivent des manifestations parfois désagréables, en ce moment.

Mais là, il ne s’agit plus d’éclairage de la Lumière, mais en quelque sorte de retour à l’Unité et à la Liberté, et grâce à vous, même si vous ne le savez pas et vous ne l’acceptez pas, c’est-à-dire que, comme tu l’as dit dans le préambule de ton témoignage, nous sommes réellement les uns dans les autres, et réellement tout est en chacun de nous en incarnation et nulle part ailleurs.

Donc il y a, quand l’ouverture, la dissolution de l’anomalie primaire a été réalisée, beaucoup de processus se sont enchaînés automatiquement sur cette Terre, dans la conscience, dans les corps, dans l’activité de ce qui fut nommé les Cavaliers de l’Apocalypse, mais aussi dans le processus de restitution au temps zéro, qui est la bonne nouvelle et la conséquence du serment et de la promesse. Mais vous êtes très, très nombreux à vivre cela.

N’y cherchez surtout aucune explication autre concernant votre individu, votre histoire ou votre vie, même si ça correspond nécessairement. Mais c’est un prétexte et une opportunité pour vivre la libération de la Terre, et pour accompagner la libération totale du rêve sur cette Terre, comme dans toutes les demeures et comme dans tous les univers.

Et d’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui passent par ce genre de cristallisation au niveau du corps, vous ne pourrez que constater, soit immédiatement au niveau subtil, soit après, malheureusement dans certains cas après des opérations ou des interventions parfois nécessaires, que vous serez transformés totalement, encore plus transformés même pour ceux qui vivent la Liberté, l’absence de peur, la Joie nue et Agapè.

 

En tous cas, je te remercie de ton témoignage.

Est-ce que quelqu’un à quelque chose à rajouter par rapport à ce domaine là dont je viens de parler, ou par rapport à ce témoignage ?

Alors s’il n’y a pas de commentaires ou quelque chose à rajouter, nous allons écouter le frère ou la sœur suivant.

Sœur : Je ne sais pas si ça a un lien, mais depuis quelques temps, par moments, j’ai la bouche et la gorge complètement en feu, et la sensation comme d’un feu ou d’une flamme qui sort de ma bouche. Est-ce que ça aurait un lien avec le chakra laryngé ou avec ce qui se passe en ce moment ?

Bien sûr, bien sûr. Pour ceux qui sont les anciens, je dirais de Autres Dimensions, vous vous rappelez que dès l’année 2010, il y a eu d’innombrables passages, si je peux dire, de la gorge, avec des épurations successives, et qui ont, en quelque sorte, débarrassé le corps causal de toutes les mémoires, de tous les karmas liés à la personne et à l’âme, qui n’ont rien à voir avec la Vérité.

Et aujourd’hui aussi, dans ce que tu décris, ça correspond exactement au même processus. C’est la réparation, par la grâce du féminin sacré, de l’outrage à ce féminin sacré, mais aussi la réparation du féminin sacré, mais aussi du masculin sacré. C’est le retour, je vous le rappelle, à l’androgynat primordial qui était lié au douzième corps, et bien plus que l’Unité, c’est ce qui prépare le paradis blanc que nous avons eu dans le témoignage précédent du vécu de notre frère.

C’est exactement le même processus qui est à l’œuvre. Certains d’entre vous ont eu des manifestations importantes au niveau de la gorge, mais aussi quand c’est plus dense et physique, au niveau de tout ce qui est lié au deuxième chakra, c’est-à-dire chez les femmes l’ovaire droit, le colon droit aussi chez l’homme, mais aussi tout ce qui est lié à la prédation. Le deuxième chakra c’est le pouvoir, c’est la volonté, c’est aussi la volonté de bien. C’est ce que vous nommez dans l’ésotérisme l’assise, l’ancrage parfois, mais qui n’a rien à voir.

Tout ça, il n’y a plus besoin. Vous êtes ancrés parce que vous êtes présents, simplement présents. Vous n’avez pas à mobiliser des énergies, à visualiser quoi que ce soit pour vous ancrer sur Terre, vous êtes sur Terre, et c’est là vraiment suffisant.

Mais effectivement, comme la petite Thérèse, vous avez vous-mêmes écrit ce scenario, ce script, afin d’aider, à votre façon, même au travers du corps, cette fois-ci à la libération du rêve, et pas seulement sur Terre. C’est indéniable.

C’est pour ça qu’on vous dit toujours, ne cherchez pas d’explications, acceptez, accueillez. Et d’ailleurs dans les deux premiers témoignages que nous avons eus, vous avez vu que c’est exactement cela, quel que soit le résultat sur le corps physique, de chair, il y a Libération, et ça passe au travers de vous.

De la même façon que vous avez été, à des moments donnés, les ancreurs de Lumière, les semeurs de Lumière, aujourd’hui vous êtes les agents, je dirais, de la Bonne Nouvelle.

Et la bonne nouvelle étant accessible au plus grand nombre, dès l’instant où vous décidez, comme ça a été dit, de vous sacrifier, non pas pour mourir, mais pour dépasser et transcender les manifestations du rêve les plus cristallisées dans ce corps, mais aussi au niveau psychologique.

Et tous, sans exception, frères ou sœurs, qui traversez des évènements douloureux dans le corps, dans l’esprit et dans la psychologie, dans les aspects relationnels, ne sont là que pour vous libérer. Ne cherchez pas midi à quatorze heures, ne cherchez pas d’explications autres, que de déployer l’acceptation. Parce que c’est comme ça, pour certains d’entre vous, que vous avez écrit les choses et que vous avez décidé de les vivre pour littéralement, alléger si je peux dire, le fardeau du rêve.

Parce que vous voyez bien que partout autour de vous, comme ça avait été annoncé, et comme je vous l’ai dit sans le cacher, bien avant les noces célestes, depuis plus de dix ans, quand je parlais du grille-planète et des évènements de cette Terre dans lesquels vous êtes rentrés à pieds joints maintenant.

Et tout va de plus en plus vite, tout s’éclaire de plus en plus vite, tout est de plus en plus violent dans tous les sens. Mais je vous rappelle, que vous avez là aussi, à accepter sans comprendre, et ce n’est pas une question de croyance, ce n’est pas une question de foi aveugle, mais c’est réellement le processus qui vous rendra à la Liberté et qui va accélérer aussi la Liberté pour toutes les consciences de cette Terre, mais aussi présentes de partout, dans tous les multivers.

Vous êtes à la fois la cible, le récepteur, le créateur du rêve et la créature qui permet de solutionner dans cet instant de la fin des temps, et qui sera magnifié par les évènements que nous vous avons décrits pendant des années, qui se produisent maintenant directement sous vos yeux, dans votre vécu quotidien de tous les jours, et dans tous les pays.

Aucun pays, aucun endroit de cette Terre, ne peut échapper à l’éclairage du simulacre, et à la découverte de la Vérité.

Ça devient de plus en plus intense bien évidemment, et de votre capacité d’acceptation découle l’allègement du fardeau, du cauchemar de la création, puisque maintenant vous le voyez de partout, votre Joie est bien réelle, mais le cauchemar de ce monde du rêve est bien réel. Il est enclenché, et comme j’ai eu l’occasion de le dire voilà déjà quelques mois, cela ne s’arrêtera plus, il n’y aura plus jamais la moindre pause dans le déroulement du processus.

Vous pouvez en constater les effets en vous, mais aussi pour ceux qui s’intéressent à ce qui se passe sur le monde, dans l’univers, sur la Terre, vous constatez exactement la même chose. Et c’est ça le choc de l’Humanité, indépendamment même de l’évènement : grille-planète, appel de Marie, trompettes et visibilité de Nibiru bien sûr.

Tout ça, plus les jours passent, va être totalement synchrone et le chaos va être de plus en plus dévastateur pour le rêve, mais de plus en plus libérateur pour qui vous êtes, afin de vivre la Vérité.

C’est le chemin que vous avez choisi lors de l’instant initial de la création, c’est comme ça que l’éphémère est littéralement consumé et que vous vous réveillez du rêve, du cauchemar de se croire un individu ou une conscience qui doit évoluer, se perfectionner. Et c’est comme ça que vous découvrez que tout est affreusement simple et qu’il n’y a, comme ça a été dit, que cet Amour indicible nommé Agapè.

Avez-vous d’autres choses à dire par rapport à ce témoignage, ou d’autres choses à demander ?

Sœur : Je veux bien témoigner si personne …

Alors on t’écoute. Tu n’as pas besoin de te répéter, n’est-ce pas.

(Rires)

Sœur : Je me répète assez dans la tête comme ça. Je vis une relation, et il y a un aspect de cette relation qui depuis un an me met dans un désespoir sans nom, ce qui ne m’empêche pas par moments de vivre l’Amour et la Joie, et …

C’est une relation masculine, avec un amoureux, tu veux dire.

Sœur : Oui, on peut dire ça comme ça. Et récemment, je me rends compte que je peux vivre ce désespoir simultanément en même temps que la Joie et l’Amour, ça peut être tout-à-fait …

C’est surprenant n’est-ce pas. De ressentir en même temps, ou simultanément ou à très peu de distance, cette Joie inouïe et ce désespoir total, n’est-ce pas ?

Sœur : Oui, parce qu’avant, je plongeais dans le désespoir, je mettais du temps à en sortir, et là maintenant, ou alors le désespoir est là et deux minutes après je suis déjà, je reprends toute la grandeur et l’espace de l’Amour, et par moments ça se vit en même temps.

Tout-à-fait. Et je peux te dire qu’à ce niveau-là, n’en fais pas une affaire personnelle, même si ça concerne ta vie personnelle entre guillemets, parce que c’est une réparation qui concerne toute la création. Alors le terme réparation n’est pas vraiment adapté par rapport à la Lumière, mais il permet l’établissement de la Liberté.

C’est quelque chose, et tu dois accepter, que tu as écrit toi-même et que ce compagnon a écrit aussi lui-même. Et en général, dans les relations homme-femme, ou dans un couple, et de façon générale, il y a toujours, et je peux dire, le gentil et le méchant. Mais c’est le gentil qui mange le méchant. C’est toujours comme ça que ça fonctionne. Ça c’est le service aux autres, mais en quelque sorte, le service aux autres dont vous parlait Abba, qui est en même temps une résolution, pas pour toi, peut-être pour l’instant, mais pour l’ensemble de la création, et qui aide à la sortie du rêve, au réveil, à la Liberté.

Et comme tu le dis, tu constates qu’après les grands désespoirs, et bien comme tu dis, les deux sont présents. Et plus tu accepteras, sans comprendre, sans chercher de causalité, c’est-à-dire c’est lui le méchant et moi la gentille, même si c’est la vérité, il faut lui dire l’inverse, tu sais comment sont les hommes, n’est-ce pas, c’est toujours les femmes les méchantes et les hommes les gentils.

 

Mais bon, laissons-les parler et laissons-les croire ce qu’ils veulent. L’important, c’est aussi l’acceptation à ce niveau-là, et plus tu accepteras, plus tu verras l’autre se transformer. C’est évident.

Mais encore une fois, même si c’est, je ne sais pas moi, des histoires d’âmes-sœurs ou de flammes jumelles, ça dépasse largement votre histoire. Ça concerne l’histoire du rêve, n’en faites pas une affaire personnelle, c’est ça que je veux vous dire aujourd’hui. Si vous acceptez de ne pas en faire une affaire personnelle, vous verrez que ça se passera d’autant mieux. Et rassurez-vous vous-mêmes, quoi que vous en disiez, quoi que dise votre tête, c’est vous-mêmes qui avez écrit cela, pour chacun de vous.

Bien sûr tout le monde ne passe pas par là, heureusement. Mais ce sont en général, je dirais, les plus endurcis par l’incarnation, ceux qui ont pris le plus d’incarnations sur ce monde, qui passent par ces épisodes là en ce moment. Et vous avez même des frères et des sœurs qui ont vécu des étapes indicibles de Joie et qui, aujourd’hui, ont l’impression de sombrer dans ces espèces de désespoir, de souffrance.

Acceptez tout simplement. Mais s’il vous plaît, arrêtez de vouloir comprendre, arrêtez de vouloir résoudre, acceptez-vous telles que les choses sont. Je vous répète la phrase de Bidi, ce qui doit être sera quoi que vous fassiez, ce qui ne doit pas être ne sera pas, quoi que vous fassiez non plus. A partir de là, vous devenez libres, paradoxalement.

Alors bien sûr, dans un des témoignages précédents, nous avons eu une sœur qui a parfaitement vu les choses. Toi tu les exprimes autrement, mais c’est la même chose. C’est exactement le processus par lequel vous endossez la Vérité que vous êtes les uns dans les autres. Ce n’est pas pour vous, même si ça vous semble vous concerner, et surtout dans une histoire amoureuse. C’est pour l’ensemble de la création.

Donc, s’il vous plaît, ne cherchez pas à expliquer par le passé, ne cherchez pas des culpabilités ou des responsabilités, c’est ce que vous avez écrit et que vous devez jouer sur la scène de théâtre.

Et rappelle-toi comme tu le dis, et que aujourd’hui tu en as l’évidence, la Joie est là malgré tout. Mais vous avez fait don de vous-mêmes, ça fait partie aussi du sacrifice que vous aviez décidé avant même d’être dans une forme. Pour chacun de nous c’est comme ça.

Je vous rappelle que nous aussi, Anciens, nous dû solutionner tout ce que nous avons créé au sein du rêve, et pourtant il n’y avait pas de moyen de faire autrement auparavant. Mais même ça, qui n’est pas du karma, puisque nous avons fait du bien, a dû être solutionné. Il faut rendre la Liberté à chacun.

Dès l’instant où vous créez un mouvement, dès l’instant où vous créez une école comme je l’ai fait, et bien, vous avez devoir de réparation, c’est aussi simple que ça. Chacun de vous sort du rêve entièrement libre, et vous vous libérez maintenant les uns les autres, au travers de votre histoire personnelle, au travers de votre corps même.

Donc ne cherchez pas de justifications, ne cherchez pas de causalités, simplement, là aussi, traversez cela, acceptez, parce que comme je disais, toujours derrière, juste derrière ou juste après, il y a la Joie qui est là et qui vous attend. C’est vous qui avez décidé d’aider les frères et les sœurs incarnés, d’aider l’ensemble du rêve à solutionner ce rêve et ce cauchemar, et de vivre la Bonne Nouvelle et la Vérité.

Ce n’est pas du masochisme, ce n’est pas du karma, c’est de l’Amour, c’est de la bienveillance envers chacun. Si vous acceptez cela, vous ne pourrez que le vivre et le comprendre en totalité, comme l’avait si bien expliqué la petite Thérèse quand elle était incarnée, mais aussi dans tout ce qu’elle vous a transmis sur la petite voie, la voie de l’enfance.

Vous n’avez pas d’autre possibilité, tout ce qui a été écrit, doit être traversé, individuellement comme collectivement, comme au niveau des pays, comme au niveau des religions, comme au niveau de cette Terre, comme au niveau des extra-terrestres, comme au niveau des dimensions. C’est exactement la même chose.

Bien sûr, il faut vous sortir de la tête la notion aussi de culpabilité de quoi que ce soit. Il n’y a pas de coupable, il n’y a pas de responsable, c’est vous qui avez écrit cette scène à jouer, et vous la jouez, c’est tout. Et plus vous acceptez cela, là aussi, plus vous serez dans l’acceptation, plus vous accueillez, plus vous libérez, et plus le feu vous consumera et consumera le rêve de création, comme vous le voyez au niveau de la Terre en ce moment, au niveau par exemple des incendies des forêts, pas seulement des volcans.

Le feu d’Amour ne sort pas seulement par la bouche des volcans, mais il sort aussi directement du sol, indépendamment des volcans. C’est un brasier d’Amour, réellement et concrètement. Et vous en aurez très vite, individuellement comme collectivement, la preuve indéniable.

Le principe de l’acceptation vaut aussi, aussi bien pour une souffrance relationnelle, que dans l’exemple précédent pour un gros kyste au niveau de l’ovaire, et je dirais même pour n’importe quelle pathologie. Et vous aurez souvent l’occasion de vérifier que quand vous avez, foncièrement et réellement, accepté sans chercher à comprendre, vous serez d’autant plus libres, et d’autant plus en Joie.

Mais si vous maintenez, ou si vous créez par vous-mêmes un besoin d’explication ou un besoin de compréhension dans la logique spirituelle ou tout simplement humaine, vous souffrirez de plus en plus. Mais ça aussi vous l’avez écrit. C’est pour ça que depuis des mois, je vous dis, non plus l’Amour ou la peur, parce que la peur elle disparaît, mais l’Amour ou la souffrance.

Et souvent, pour ceux d’entre vous qui doivent passer par là, c’est l’Amour, en même temps que la souffrance. Je crois d’ailleurs que tête de caboche vous avait expliqué cela à travers des concepts et des neurosciences et de psychologie, bien sûr. Mais ça ne concerne pas votre histoire, ça concerne toute l’histoire du rêve. Acceptez cela et vous le traverserez.

Mais si vous mettez devant le besoin de compréhension, le besoin d’explication, ou même le besoin de solutionner, vous serez de plus en plus souffrants. Ce qui ne veut pas dire, encore une fois, qu’il ne faut pas le solutionner, même par un geste chirurgical. Mais ce qui doit être devant, c’est l’éclairage, non pas de votre tête, mais l’éclairage total de qui vous êtes.

Et je te remercie.

 

Alors, qui parle ?

Sœur : Alors moi je voudrais faire un témoignage.

Ne répète pas ses mots. J’entends aussi là, tout proche.

Sœur : C’est là où j’habite, j’ai une amie qui pratique avec moi Agapè, et puis elle a un fils qui traverse une crise de malaise de la vie en ce moment, et qui est vraiment très mal, et elle me demande, m’appelle, elle me demande : Est-ce que tu veux bien que l’on se mette tous les trois ensemble pour faire Agapè réseau…

Agapè résonance réseau.

Sœur : Voilà, et je lui dis, et dès cet instant déjà, j’ai senti qu’il se passait quelque chose, rien que d’en parler, déjà on était en relation. Et puis, le temps, bon très bien, on se dit ce soir on fera ensemble, vraiment. Et le temps passe, la journée passe, elle me rappelle un peu plus tard, elle me dit : Tu sais, quelque chose s’est déjà passé, parce que mon fils m’a appelée, il a déjà changé d’attitude. Mais je lui dis, c’est formidable, bon.

Mais le soir, quand même, je me suis mise en relation avec ce jeune homme et cette personne, et j’ai ressenti immédiatement une tristesse énorme, un poids énorme, malaise, et je me suis dit, j’accueille, ça a été instantané, j’ai accueilli cette souffrance, comme ça, et d’un seul coup la paix est arrivée.

Et le lendemain, elle m’a rappelée encore pour me confirmer que son fils avait vraiment ressenti, d’un seul coup, une légèreté. Et surtout ce qui m’a interpelée, c’est que j’ai vécu vraiment ce que c’est de vivre les uns dans les autres. C’est surtout ça qui m’a interpelée, vraiment je ne l’avais jamais vécu si fort.

Tout-à-fait.

Sœur : Et là, ça m’a touchée profondément parce que j’ai vu que c’était moi aussi, là-dedans, c’était moi. C’était moi et j’ai tout lâché.

Mais comme disait Bidi, tous les autres que vous voyez sont vous, il n’y a personne d’autre que vous, et c’est valable pour chacun d’entre vous, c’est ça qui est réel.

Sœur : C’est surtout ça.

C’est totalement réel, et d’ailleurs aussi ça attire deux commentaires ton témoignage.

Le premier, c’est que dès que vous pensez maintenant à un frère, à une sœur, à un inconnu, cela se fait tout seul. Vous êtes nombreux à constater que vous n’avez plus besoin de faire même ce que Abba vous avait dit, en croisant les chevilles, de croiser les mains devant la poitrine, de dire Agapè, Agapè, Agapè, Phahame, Phahame, Phahame, que simplement le fait d’y penser, sans aucune intention de déclencher une résonance Agapè ou une résonance réseau Agapè, dès l’instant où vous pensez à quelqu’un, vous avez la solution.

C’est indépendant de vous, c’est indépendant de vos rendez-vous, c’est indépendant d’un rendez-vous à une heure donnée, ça se fait de plus en plus immédiatement. Dès l’instant où vous accueillez quelqu’un, sans aucun rituel, même si les moyens, les béquilles, que vous avaient donnés Abba et Bidi de prononcer le nom et le prénom, ne servent plus à rien.

Vous n’avez même pas besoin d’avoir une photo, ni même de connaître cette personne effectivement, ni son nom, ni son prénom. Vous êtes dans l’instant zéro, dans le temps zéro et dans la Vérité. Et quiconque se branche sur vous est instantanément guéri.

Rappelez-vous le Christ, il disait : Qui m’a touché ? Et la femme était guérie. Est-ce que le Christ avait fait quelque chose ? Non. Simplement vous êtes là, simplement vous êtes dans cet Amour indicible, tout le reste se fait à partir de là. Vous n’avez même plus besoin de rendez-vous, vous n’avez même plus besoin de vous étendre, de vous mettre dans une certaine posture, comme par exemple l’année dernière où vous faisiez, pour certains d’entre vous, l’absorption des essences.

Il vous suffit de penser à quelqu’un, il est en vous, il est guéri. Vous n’avez même plus besoin de lui demander une quelconque permission puisqu’il est vous. C’est comme ça que vous vous le prouvez.

Vous n’êtes plus dans l’absorption des essences, vous êtes dans la réabsorption de la création. C’est une grande Liberté, une grande libération, et je vous certifie que chacun d’entre vous est à même de vivre cela. Et je pense d’ailleurs que tête de caboche vous expliquera comment faire maintenant les résonances Agapè réseau.

Une fois que vous l’avez faite, avec la position du corps en répétant Agapè, Agapè et Phahame, ce sont des béquilles, c’est pour ça qu’il vous a dit que c’était une pratique sans pratique, parce que ça débouche effectivement sur l’instantanéité. Nous sommes les uns dans les autres. Nous sommes tous comme vous l’ont dit les archanges, à l’intérieur de vous.

C’est la Vérité, il n’y a pas d’autre Vérité. Vous êtes le monde, vous êtes les univers, c’est pareil pour chacun. Quand je dis chacun, c’est parce qu’il n’y a qu’une Présence.

Là, jamais votre corps, jamais votre mental, jamais vos énergies ne pourront l’accepter et le vivre. Par contre c’est vivable dès l’instant où vous êtes dans cette espèce de nudité, dans cet accueil inconditionnel qui est le propre d’Agapè. Et les miracles, réels, vont être de plus en plus fréquents. Et plus vous réaliserez ces miracles, la véracité de ces miracles, plus vous verrez ce monde se consumer dans le Feu de l’Amour, totalement.

Vous ne pourrez plus être dupes d’un quelconque devenir, d’une quelconque forme, d’un quelconque souhait, d’une quelconque peur. Mais tant que vous ne l’avez pas vécu, aujourd’hui vous allez en souffrir, tant que vous n’avez pas lâché vos dernières résistances, vos dernières réticences plutôt, c’est-à-dire tenir.

Si vous ne le vivez pas et vous souffrez, ça veut dire que quelque part vous tenez encore, même inconsciemment, à votre petite vie, même si vous êtes libres. C’est-à-dire que la conscience, vous croyez encore qu’elle vous sert à quelque chose. Ce n’est pas vrai. Et le témoignage de cette sœur en est l’illustration parfaite, comme notre frère tout à l’heure avec son serpent préhistorique qui rentrait là, par la porte Od.

C’est exactement la même chose, chacun avec un scénario différent, mais qui aboutit à la même finalité et à la même conclusion. Vous ne pouvez pas y échapper, quoi que vous en disiez, quoi que vous en pensiez, vous passerez tous par ce chas de l’aiguille, sans aucune exception. Ça a été nommé la crucifixion, sauf que là maintenant, il n’y a aucun travail à fournir, sauf que là maintenant il n’y a aucune distance, sauf que là maintenant vous êtes réellement les uns dans les autres, en totalité, quoi que vous en pensiez.

Et si vous vous opposez même à cela, vous allez en souffrir, surtout vous qui êtes informés de tout cela.

Vous voulez vous débarrasser de la souffrance, vous voulez être libres de toute maladie, acceptez ce qui est, même s’il faut agir comme j’ai dit tout à l’heure, mais mettez cette acceptation, cet accueil, cet inconditionnel, au-devant de tout, et à ce moment-là, Amour et souffrance, ne voudront plus rien dire. Vous serez Agapè et c’est tout.

Et chacun d’entre vous a exactement le même potentiel, surtout dès l’instant où vous laissez et vous lâchez, même la pratique sans pratique dont vous a parlé Abba. C’est instantané, même si l’autre n’est pas au courant.

Et jusqu’à présent tête de caboche vous disait de vous donner des rendez-vous. Bon après, pour ceux qui l’ont vécu, vous êtes passés par l’absorption des essences, vous êtes passés par la résonance d’Amour dans les circonstances les plus diverses, aujourd’hui, chacun d’entre vous réalise le miracle en étant simplement là, même sans aucune intention, et vous verrez même que si vous n’avez pas l’intention de faire une Agapè résonance réseau que ça se produira indépendamment de vous.

Et c’est comme ça que vous réalisez que vous n’êtes rien de ce que vous pensez encore aujourd’hui, que vous n’êtes rien de vos souffrances quelles qu’elles soient, et que vous n’êtes absolument rien de ce que vous ressentez. Et ça c’est une grande liberté, et ça ne dépend pas de vous, c’est l’Intelligence de la Lumière qui agit, c’est ce que vous êtes.

Vous n’avez plus besoin d’intention, vous n’avez plus besoin, même si pour l’instant je conçois tout à fait que pour beaucoup d’entre vous c’est quand même plus véridique, peut-être quelque part, en vous mettant dans la posture que vous a donnée tête de caboche, ou en répétant Agapè, Agapè, Phahame, Phahame ou Eynolwaden par exemple.

Mais très vite, vous allez vous apercevoir que vous n’avez besoin de rien, vous êtes réellement dans cet état de Lumière, ici-même, en ce monde, dans le rêve, dans le cauchemar, quel que soit le cauchemar, où que vous passez, où que vous regardiez, ou que vous pensiez, la résolution est là, pour l’ensemble des univers.

Et ce que tu viens de dire en est l’illustration totale. Il vous suffit d’une idée, il vous suffit d’une pensée pour que cela se fasse. Il n’y a pas besoin d’énergie de transférer la conscience, il n’y a pas besoin d’envoyer de l’énergie ou d’envoyer je ne sais quoi, ça c’est encore de la dualité.

Soyez tranquilles comme disait Osho, si quelque chose se présente dans votre vie, accueillez-le et après vous verrez bien. C’est la meilleure conduite que vous ayez à adopter, et vous découvrirez cette Joie nue qui s’installera de façon de plus en plus claire.

 

Et je le répète, les miracles abonderont, mais pas dans le sens où vous voulez, pas dans le sens où l’autre le veut, mais dans le sens de l’Intelligence de la Lumière. C’est pour ça qu’il vous a toujours été dit de ne pas émettre d’intention de guérison. C’est pour ça que tête de caboche vous a dit que vous ne deviez pas décider d’agir sur ceci ou cela, parce que l’Intelligence de la Lumière saura toujours beaucoup mieux que vous ce qui est nécessaire et ce qui est utile.

Et c’est comme ça que le miracle se produit et pas par une quelconque volonté d’Amour ou volonté de soigner. Ce sont des prétextes les résonances Agapè ou les résonances Agapè réseau, pour laisser la Vérité se vivre, pour vous comme pour partout sur cette Terre.

Vous voyez bien que vous avez autour de vous des frères et des sœurs qui souffrent, et d’autres qui découvrent, sans jamais avoir rien cherché, la Vérité de la scène de théâtre, de la mascarade ou du simulacre, c’est la même chose. Plus vous êtes dans cette neutralité d’acceptation de bienveillance, plus vous acceptez que rien ne peut aller autrement que ce qui est, et que vous n’y pouvez rien. Alors à ce moment-là vous constaterez l’effet.

Mais ce n’est pas votre pouvoir, ce n’est pas votre énergie, ce n’est même plus votre intention, c’est le jeu spontané de la Lumière et de l’Intelligence de la Lumière, c’est Agapè, c’est tout.

Mais sans ça, si quelque part il existe des habitudes, si vous êtes encore en train d’essayer de comprendre, même si vous vivez les chakras, même si vous êtes sortis de votre corps, et bien vous allez souffrir jusqu’à tant que vous lâchiez, ça peut aller jusqu’à la mort et je ne plaisante pas, ça peut aller jusqu’au suicide.

Alors on a besoin de vous, ici, dans ce corps, et pas ailleurs. On a besoin de vous dans l’instant présent, pour justement permettre à cette Intelligence de la Lumière d’entrer réellement en manifestation sensible, afin de permettre aux Cavaliers d’ébranler ce qui doit l’être au sein du rêve. Vous le voyez de partout sur la Terre.

Mais je vous rassure, ça ne fait pas de vous un mystique qui doit se retirer de sa vie familiale, ou quitter femme et enfants, bien au contraire, c’est justement ce que vous avez choisi. Il n’est plus temps de réajuster quoi que ce soit, il est temps d’accepter, comprenez cela une bonne fois pour toutes.

Tout ce que vous souhaiterez, même si cela vous semble logique, vous reviendra en plein milieu de la figure avec beaucoup de souffrance, et ça sera imparable. C’est pour ça que je vous ai prévenus, l’Amour ou la souffrance, il n’y a pas d’autre choix possible. C’est l’un ou l’autre, et même pour ceux qui ne se doutent de rien, maintenant c’est cela.

Retenez que ce n’est jamais une punition, c’est exactement ce que vous avez écrit et ce que vous jouez, même si vous n’en comprenez rien, et surtout si vous n’en comprenez rien.

Quelque chose à dire sur ce qu’a dit notre sœur, et ce que j’ai complété ?

Sœur : Ces derniers mois, j’observais que quand je pensais à quelqu’un, enfin quand quelqu’un me traversait, il y avait un pétillement dans le cœur, comme si mon cœur répondait, enfin le cœur répondait à la résonance.

Tout à fait, tout à fait, la résonance comme tu le dis se fait toute seule, il suffit de penser à quelqu’un pour que ça se fasse.

Sœur : Mais depuis quelques temps j’ai observé, je ne sens plus le cœur de la même manière, comme si je me penche sur le cœur c’est un espace noir, et quand quelqu’un vient, il disparaît sans… et moi je ne fais rien du tout, je ne pense à rien du tout, mais il disparaît dans le trou noir.

Tout à fait, il disparaît dans le trou noir, tout à fait. Vous n’avez même plus besoin de la respiration du cœur, vous n’avez plus besoin de sentir, même s’il se produit bien sûr, le Feu du Cœur, ou de sentir le double tore. Ça se fait tout seul et c’est effectivement depuis votre personnage, par la simple idée ou pensée de quelqu’un, d’un frère, n’importe où sur la Terre, que vous apportez la guérison, parce que vous l’avez accueilli dans votre tour, et lui aussi ne peut que résonner à cela.

C’est ça la Bonne Nouvelle, elle n’a plus besoin d’intention, elle n’a plus besoin de votre volonté bien sûr, ça depuis toujours, mais elle n’a plus besoin de rituels, ni de pratiques.

Et vous êtes de plus en plus nombreux à le vérifier. C’est ce que j’ai nommé l’Amour ou la souffrance, il n’y a pas de positionnement intermédiaire, c’est fini ça. A l’époque je vous parlais d’avoir le cul entre deux chaises, vous vous rappelez, ou je vous disais de vous occuper de vos fesses. Mais oui, mais vos fesses c’est aussi les fesses de chacun. Eh oui. C’est vous. Même le pire des ennemis, même le diable est vous, en un autre espace temps que vous avez écrit, que nous avons tous écrit.

C’est une célébration perpétuelle de l’Amour qui consume dans le Feu de l’Amour le décor du rêve, et très bientôt, votre corps physique réellement et concrètement.

Ça c’est en train de se renforcer de jour en jour, et là je parle dans l’aspect quotidien. Le mois d’octobre d’ailleurs, vous l’avez vu, et je crois que tête de caboche avait aussi appelé ça, non sans humour, octobre rouge. Oui, mais novembre, c’est novembre noir

(Rires)

Vous allez comprendre ce que ça veut dire, très vite, mais pas le noir de la noirceur, le noir du trou noir.

Sœur : Wouah ! Super !

C’est une préparation à l’évènement qui est de plus en plus proche. Bien sûr il n’y a pas de date, mais néanmoins, il y a des éléments de partout que nous voyons nous aussi, qui nous font dire que la bonne nouvelle a touché l’ensemble des univers, et que tout est prêt, et que chaque jour ça sera encore plus prêt, non pas près en distance, mais apprêté pour vivre cette célébration de l’évènement final, du grille-planète final, avec une Joie et un sentiment de liberté que même ceux qui vivent Agapè ne peuvent pas se douter encore de l’intensité.

Ça sera ce que vous vivez en Agapè, mais en mille fois plus intense. C’est une jouissance…

Sœur : Ha ! On va mourir.

Ben oui, c’est le but, le but est de mourir, de mourir au rêve, de mourir à l’illusion, de mourir à la souffrance, de mourir à la forme, de mourir au cauchemar ou au rêve de la création. C’est réellement une mort de l’illusion, afin de découvrir le Je Éternel. Croyez-vous que tous les mots que nous avons employés récemment comme depuis des années, trouvent leurs justifications aujourd’hui et leurs vécus aujourd’hui.

Alors évidemment Abba vous dit de ne pas vous plonger sur les canalisations passées. Mais si vous y jeter un simple œil, vous allez voir que ça correspond à ce que vous vivez maintenant. De même que notre cher Nisargadatta qui avait exprimé cela quand il était incarné, avait bien dit que ses paroles ne pouvaient pas échouer. Qui, pourtant, au moment où il les a prononcées, l’a vécu ? Croyez-vous que les paroles du Christ, de Mahomet, de Bouddha, de Moïse qui ont été prononcées il y a seize cents ans, il y a deux mille ans, il y a trois mille ans, avaient une efficacité sur le moment ? Non.

 

Ils ont une efficacité aujourd’hui, seulement aujourd’hui. C’est une histoire comme vous le dit Abba qui vous a été racontée pour vous rapprocher le plus possible de la faculté à lâcher le rêve de la conscience, et le rêve de la création. Et à ne plus projeter, même comme l’a fait mon maître, Peter Deunov, à travers une nouvelle création ou un nouveau rêve, puisqu’il n’y a pas de temps.

Tous les cycles ont eu lieu dans le même cycle, au même instant, et quand vous acceptez cela, vous le vivez réellement.

L’Amour ou la souffrance, je le répète, et tête de caboche vous avait parlé d’octobre rouge, vous voyez bien les incendies de partout, vous voyez bien les révolutions, les révoltes, et bien novembre, je vous le dis, c’est novembre noir. Et décembre, c’est sans couleur.

(Rires)

Sœur : Justement, cette entrée dans novembre noir se fera ici, donc en Tunisie, et ayant vécu plusieurs rencontres, notamment …

Alors là tu peux travailler (à la sœur qui est chargée de répéter), je t’écoute.

(Rires)

Sœur : J’ai déjà oublié …

Sœur : Cette entrée dans novembre noir va avoir lieu quand nous sommes ici en Tunisie.

Oui, mais novembre ça dure trente jours, n’est-ce pas.

Sœur : Oui, justement, ayant vécu la rencontre par exemple aux Canaries…

Oui, je sais.

Sœur : …Me trouvant présente ici, est-ce que le lieu géographique a un impact, parce que je sens…

Bien sûr.

Sœur : …Cette absorption dans le trou, dans le silence, dans le trou noir beaucoup plus présente ici, justement en Tunisie. Est-ce que c’est personnel ou est-ce que c’est géographique ? Voilà.

C’est géographique bien sûr.

Sœur : Voilà.

Aucun déplacement de Abba ne se fait au hasard, jamais. Aux Canaries vous avez vu, tête de caboche vous avait dit, il sentait le magma sous les pieds, et bien le volcan s’est réveillé. Il dormait depuis dix millions d’années, n’est-ce pas. Et dans tous les pays où vous vous réunissez, il se passe quelque chose, bien sûr.

Et la Tunisie, sans rentrer dans les détails, c’est quand même un carrefour, un lieu de passage aussi, comme le Portugal qui est la porte des Gaules, qui est un lieu de passage.

Donc tous les lieux où vous célébrez Agapè, dans ces rencontres Agapè, avec à la fois les plaisirs que vous prenez, les vacances que vous prenez, sont extrêmement importants et ne sont pas là par hasard. Il ne faut pas dire ça trop vite parce que sans ça ils vont expulser notre cher tête de caboche de la région où il vit.

(Rires)

Parce que vous savez, là-bas aussi c’est la révolution, n’est-ce pas, et partout où vous passez, on peut dire, mais n’y voyez aucune négativité, que vous êtes le grand destructeur, le grand révélateur, pas seulement Abba, mais aussi ceux qui organisent, ceux qui se réunissent dans ces différents endroits.

Partout où passe Abba, au Québec par exemple, où je suis revenu avec une grande Joie et cet été passé où je reviens bientôt avec Abba, il s’est passé beaucoup de choses pendant qu’il était là-bas. L’arrêt de la chasse à la baleine, l’arrêt de l’enfermement des cétacés, beaucoup de choses se sont passées au niveau politique même, et c’est pareil dans tous les pays.

Regardez par exemple le Portugal, c’est là où se tiendra la première rencontre au sommet international Agapè, c’est la porte d’entrée du phare de l’Humanité qui est le Québec, dans leurs cousins du Portugal, et qui va informer le continent européen et l’éclairer, et donc le consumer, à tous les niveaux.

C’est pour ça que j’ai parlé aussi de novembre noir, pas seulement en Europe, pas seulement en Afrique, mais sur toute la Terre. La route est tracée, les organisateurs qui invitent Abba, même s’ils ne savent pas pourquoi, sont bien évidemment eux aussi dans le script et dans le scénario de ce qui doit se produire géographiquement, et au niveau des peuples qui y vivent dans leur totalité.

Je crois que dans ce pays, vous avez eu, élu, vous avez eu des élections, je crois. Mais attendez, ce n’est pas fini, il y en a d’autres. Regardez par exemple là où nous étions il y a peu de temps, je crois en Belgique, et regardez simplement dans les gazettes et dans vos journaux, sur le plan de la scène de théâtre, c’est la première fois que, en Belgique, c’est une femme qui dirige le gouvernement. Ça change tout, même si ça concerne la scène de théâtre.

Le simulacre, comme Abba l’a dit, a rejoint le sacré, et c’est le point de vue qui fait la différence, le positionnement. D’un côté vous voyez le simulacre, de l’autre vous y voyez le sacré, mais c’est le même évènement selon où vous regardez, c’est tout.

Alors vous pouvez suivre Abba à la trace maintenant, et comme je vous l’ai dit, il y a retour au Québec, après bien évidemment il y a la porte du temps planétaire qui se situe au Pérou et dans les pays voisins, après qu’est-ce qu’il y a. Et bien c’est très simple. Il y a le Brésil, le continent sud-américain, et en juin, retour au Portugal.

Croyez-vous que tout ça n’a pas été écrit ? Il n’y a aucune liberté, tout est prévu, tout est prévisible. Amusez-vous avec ça si vous voulez, ça va vous occuper.

(Rires)

Regardez par exemple les pluies, les inondations qui surviennent, les volcans qui se réveillent, les éléments qui se réveillent. Bien sûr que ce n’est pas Abba tout seul, c’est vous qui participez aux rencontres, mais aussi tous ceux qui se branchent si je peux dire, qui écoutent, qui entendent ce qui s’est passé dans ces différents pays. C’est très important.

L’aspect géographique permet d’allumer si je peux dire des phares à différents endroits stratégiques si je peux dire, dans le sens historique de la Terre, civilisationnel de la Terre, géographique de la Terre, tellurique de la Terre, mais aussi cosmique.

Le simulacre rejoint le sacré en totalité.

Nous pouvons continuer, sauf si vous avez quelque chose à rajouter à cela bien sûr, comme toujours.

Sœur : Oui, peut-être moi. J’ai un petit témoignage par rapport, pour rejoindre ce que vous venez de dire…

Alors répète peut-être pour le micro, oui.

Sœur : Notre sœur a un témoignage par rapport à ce que vous venez de dire.

Bien sûr, je t’écoute, nous t’écoutons.

Sœur : Au niveau de la Tunisie, par exemple, je ne sais pas si c’est lié à Agapè, à cette rencontre qu’on a préparée, déjà la Tunisie avec l’élection de ce nouveau président qui est prometteur, il a été voulu par les électeurs, il a un taux très élevé, il a été élu à soixante douze pour cent des voix, et il est connu pour être quelqu’un d’intègre, de loyal, de propre, de correct, et le lendemain de son élection déjà, des campagnes de nettoyage, de propreté partout, réalisées dans presque toutes les régions par les jeunes, par les adultes, par tout le monde, et beaucoup d’espoir, un sentiment d’espoir, de soulagement d’une grande majorité des Tunisiens…

 

Sœur : C’est vous qui m’aidez en plus (la sœur qui répète, à OMA qui lui souffle !)

(Rires)

Eh oui, chère amie, ton prénom est comment ? Je crois que j’ai entendu tout à l’heure…

Sœur : Leyla.

… Leyla, et tu sais que Leyla en sanscrit ça veut dire les jeux du Seigneur, les leyla du Seigneur, en ayurvédique, en sanscrit. Je ne sais pas quelle est la signification dans ta langue, mais en tous cas, c’est ça… Qu’est-ce qu’elle a dit ?

Sœur : C’est Nuit, la Nuit, en arabe cela signifie la nuit.

Eh oui, la nuit a besoin du phare et le phare, c’est chacun de vous en tant que Abba. C’est mettre fin à l’obscurantisme, c’est mettre fin au fanatisme, non pas par la lutte, non pas par le combat, mais par l’éclairage. Alors, oui bien sûr, dans tous les pays, il y a des grandes transformations. Vous avez même vu qu’il y a des pays qui s’embrasent de partout. Mais même au niveau sociétal, politique comme tu dis, et même au niveau des entreprises comme vous dites, où la compétition, la prédation, sont omniprésentes, il y a aussi des grands changements.

Mais ne faites pas de Abba, c’est vous Abba, c’est la rencontre qui acte par ce que vous vivez, vous, ici, mais aussi tous ceux qui écoutent et qui résonnent à ces rencontres. Bien sûr.

Sœur : Merci.

Et si vous regardez le périple d’Abba dans les différents pays, je parle de cette année, où est-ce que ça a commencé, et où est-ce que ça se termine. Et si vous regardez et si vous tracez sur une, comment vous appelez ça, une mappe, non un globe terrestre, vous allez avoir des choses surprenantes. Je vous laisse jouer avec ça, ça fait partie du script et du scénario de ce qui a été écrit.

Je sais d’ailleurs que ça a fortement énervé Abba de ne pas pouvoir aussi avoir les activités habituelles dans son lieu de résidence, mais Abba ne doit plus avoir de résidence, il est itinérant, qu’il le veuille ou pas, mais ça bon, c’est une histoire.

(Rires)

C’est la boucle de 2019, et si on a le temps, la boucle de 2020 au moins jusqu’à l’été. Mais personne ne connaît la date, même nous. Simplement nous constatons, tout comme vous que tout est en cours, et que, effectivement, dans tous les sens du terme, ça peut basculer à n’importe quel moment, mais tant qu’il y aura des jours, ce n’est pas une question d’espoir mais c’est une question d’affermissement de la Vérité et d’un éclairage de plus en plus clair de ce qu’est ce rêve de création pour chacun.

Cette mascarade, ce simulacre, ce rêve, ce cauchemar même, ça suit, là aussi comme disait Abba, une forme de rembobinage du film sur la Terre.

Sœur : Et est-ce que ce rembobinage touchera l’Asie puisque c’est un continent dont on n’a pas entendu parler encore ?

Le continent asiatique comme vous le savez, et comme Anaël l’avait déjà dit, sera le premier continent à s’enfoncer sous les eaux. C’est déjà commencé d’ailleurs. Et eux, ils n’ont pas besoin d’être éclairés, ils sont brûlés directement et ils s’enfoncent sous les eaux, c’est leur baptême à eux.

L’important, bien évidemment, dans ce que vous pourriez nommer les cycles ou les ères civilisationnelles, c’était bien sûr Europe, c’était bien sûr le continent nord-américain, le Maghreb, et la culture méditerranéenne au sens large, et le continent sud-américain.

Ce qui ne veut pas dire que le reste en est exclu, mais que le reste n’a pas besoin d’une présence concrète, non pas seulement d’Abba, mais de votre attention et votre conscience par rapport à ce qui se déroule, c’est-à-dire que pour ces autres continents, l’Asie, l’Australie, la Nouvelle Zélande, tout ce qui est, comme vous le voyez pour la plupart, sauf l’Amérique latine, dans l’hémisphère Sud, n’a pas besoin de la Présence concrète, mais pour les autres pays, oui, pour les autres continents, oui, bien sûr.

Ce n’est pas pour rien que Abba avait été annoncé, même dans son prénom, en tant qu’incarné, par le plus grand mystique du Canada. Quant à l’Inde, elle n’en a pas besoin non plus.

Sœur : Et la Russie … Et la Russie ?

La Russie est, comme ça a été dit dans certaines apparitions, une forme de renouveau. La Russie est l’arbitre qui vient mettre fin à ce qui a été nommé, par les guignols, le nouvel ordre mondial. C’est la Vérité. Donc il n’y a pas besoin d’y aller, ils se débrouillent très bien tout seuls.

Mais tout ce qui est programmé à ce jour a une utilité, qui dépasse largement Abba ou ceux qui participent à la rencontre, mais qui touche la géographie, l’architecture, l’organisation sociétale-même, en totalité.

Sœur : Et comment nous, chacun apparemment dans notre coin, on peut contribuer à cette grande rencontre Agapè au Portugal ?

Ah vous aurez des informations et vous verrez et que vous soyez sur place ou ailleurs, ça sera comment vous dites, une espèce de point d’orgue très particulier. Mais vous verrez d’ailleurs que les frères et les sœurs qui viendront s’exprimer, chanter, que ce soit les artistes, que ce soit les témoignages, que ce soit des personnes très connues, ne pourront que jouer la partition que nous avons préparée pour eux, qu’ils ont eux-mêmes écrite, mais qui se révèlera pour eux, à ce moment-là.

La meilleure façon de participer, vous le faites déjà, dès l’instant où vous écoutez, dès l’instant où vous êtes informés même sans y être, cela se déroule en vous. C’est le même principe que la résonance Agapè dont nous parlions tout à l’heure. Vous n’avez pas à vouloir aider, vous êtes l’aide dès l’instant où vous pensez, dès l’instant où vous écoutez, dès l’instant où vous êtes connectés ou reliés, vous êtes efficaces.

Alors bien sûr, chacun après, selon ses spécificités, pourra aider sur l’aspect purement matériel si je peux dire. Mais ça, ce n’est pas important, l’important c’est d’être informés, de participer pour ceux qui veulent, mais surtout d’être connectés à cela, et vous y êtes nécessairement dès que vous y pensez.

Sœur : Parce que depuis que j’ai appris que ça a lieu au Portugal, je me sens connectée directement, et je ne sais pas encore comment ça peut se préciser, mais je sens une connexion directe.

Oui tout à fait, comme celle qui a organisé le déplacement d’Abba là-bas, qui depuis, je la stimule à coups de fouet pour qu’elle avance toutes les nuits.

(Rires)

Et j’ai toujours fait comme ça. Rappelez-vous à l’époque d’AD, il y avait une autre personne qui était là, que j’appelais ma secrétaire particulière, que j’ai un peu usé d’accord, mais c’était sa fonction et son rôle, tout simplement.

(Rires)

Sœur : Mais OMA personne ne veut rater la célébration, la grande célébration finale.

Ah je n’ai jamais dit que c’était la célébration finale, ça s’appelle quand même le premier sommet international Agapè. Ça peut être avant, il y a toutes les chances d’ailleurs que ce soit avant. Mais ce n’est pas grave, parce que vous êtes en ultra-temporalité. Dès que vous êtes dans l’idée du Portugal, comme vient de le dire notre sœur, vous y êtes.

Vous y êtes reliés, vous y êtes en résonance, même si vous n’y êtes pas physiquement. C’est comme ça que ça fonctionne.

Sœur : Donc si on prend des coups de fouet la nuit, il ne faut pas s’étonner.

Tout-à-fait.

(Rires)

Je ne viens plus chatouiller les pieds maintenant, on passe à quelque chose de plus cruel, mais c’est pour votre bien.

(Rires)

C’est la vérité, demandez à ceux qui étaient là au Portugal s’ils ne se sont pas consumés d’Amour, comme vous allez vous consumer d’Amour ici, si ce n’est pas déjà le cas.

Sœur : (Murmure) C’est le cas.

Autre chose, ou toujours dans la même lignée, c’est vous qui choisissez.

Frère : Je voulais savoir, le rôle de la France après, comment ça va se passer ?

 

Le rôle de la France, alors si vous regardez dans les prophéties, qu’est-ce qu’on vous a dit de partout, la France est censée être la fille aînée de l’église. Elle est la fille aînée de l’église, c’est quoi ? C’est la fille aînée de Satan, tout simplement. Satan, c’est quoi, c’est la raison. Les français ont la tête dure, il faut du temps pour réveiller les français, mais quand ils se réveillent, on ne les éteint plus.

Et cette fois-ci on ne les trompera plus. Il n’y a rien à juger. Ce n’est pas une mission, c’est plutôt je dirais dans l’ordre de l’ancrage et de l’éclairage. N’allez pas chercher des rôles, des missions ou des fonctions, surtout que je vous le dis, ce sont des aspects à la fois géographiques, à la fois des aspects civilisationnels et des aspects historiques.

La France dite Fille Aînée de l’Église qui doit être sauvée par le Roi de France, mais ça, c’est l’histoire des guignols. Fille aînée de l’église ne veut rien dire d’autre que fille aînée de Satan, représentante de Satan, Satan c’est la tête, rien de plus que ça. C’est la prédation.

Alors bien sûr qu’on a appelé aussi la France, dans le temps, le pays des lumières et de la liberté. Je vous rappelle que mon maître Bença Deunov m’a envoyé en France, et que j’y ai fini en prison, enfin je suis passé en prison, par la case prison pendant quatre ans quand même, pour rien.

La France, vous avez eu toute la préparation qui s’est déroulée sur ce territoire et qui fut nommée autres dimensions.

D’autres choses.

Sœur : Cette saisie en le Silence, en le trou noir, c’est, que l’on sent encore plus forte, est-ce que c’est dû à la présence d’Hercobulus qui est tellement proche de nous au point qu’il prend tout notre ciel, souvent suivant les endroits géographiques, et qui fait que on a en fait un peu cette paralysie qui n’est pas la stase qu’on a connue il y a deux ans, mais qui est vraiment très prenante au niveau physique.

Oui, tout à fait.

Sœur : Mais comment peuvent-ils cacher cela, ce corps ?

Ben, ils n’ont pas à le cacher, vous voyez les effets sur Terre. Il n’y a que ceux qui mettent, comme les autruches, la tête dans le sable, qui ne veulent pas. Ça s’appelle le déni, ça a été expliqué par Shri Aurobindo voilà de nombreuses années après les Noces Célestes, je crois en 2010 et 2011.

Le choc de l’Humanité, c’est simplement, d’abord la première phase c’est le déni, parce qu’il n’y a rien de pire que de voir sa propre fin, alors que la personne se croit immortelle, c’est le propre de l’ego, et que l’âme se croit immortelle et que la conscience se croit le but.

Bien évidemment, ce ne sont pas les mêmes octaves, mais je te rappelle qu’il n’y a pas que Nibiru, il y a la Bonne Nouvelle qui n’est plus le serment et la promesse, ça c’est réalisé. La bonne nouvelle, c’est quoi ? Ce n’est pas Nibiru, c’est le trou noir du système solaire, c’est le trou noir de votre cœur. C’est bien plus que ce qu’avait expliqué Seretti bien avant les noces célestes, concernant la réabsorption de Mercure dans la protosphère solaire. C’est la consumation totale du système solaire et de tous les univers, dans le Feu de l’Amour, dans le trou noir.

C’est ça le moment du Souvenir. Le serment et la promesse, vous le vivez déjà depuis plus d’un an, et l’évènement dont j’avais parlé à l’époque, le grille-planète, les trompettes, l’appel de Marie, je dirais que ça représente quelque chose effectivement qui va se produire, mais qui n’est rien comparé à la Bonne Nouvelle.

Mais il fallait d’abord vivre le serment et la promesse, l’éclairage, retrouver le Cœur du Cœur, le Vivre pour permettre la Bonne Nouvelle, qui devait rester cachée jusqu’au dernier moment, d’apparaître.

C’est exactement comme cela que ça s’est passé, parce que c’est exactement comme cela que ça a été écrit à l’instant initial.

Rappelez-vous, je vous ai dit dans, il y a un ou deux témoignages, que nous tous, Anciens, surtout les Anciens, beaucoup plus que les Étoiles, nous avons été abusés par nos propres projections de conscience d’un nouveau monde, d’un monde meilleur. Relisez Shri Aurobindo, regardez moi-même, regardez mon maître Bença Deunov, qui est un des Melchizedeks, qui était le Commandeur des Anciens avant que je ne prenne sa place.

Et d’ailleurs Bernard de Montréal, ce mystique canadien, ce psychologue évolutionniste avait annoncé que le choix judicieux des Melchizedeks se présenterait le moment venu au Canada et qu’il s’appellerait Jean, bien évidemment. Tout est écrit.

Shri Aurobindo lui-même, sur son lit de mort, a dit qu’il s’exprimerait au travers d’un channel comme vous dites. Tout est écrit. Il n’y a aucune supériorité à imaginer ou à poser sur Abba ou sur tête de caboche. Simplement pour vous démontrer que tout est écrit.

 

Ce n’est pas une mission, ce n’est pas un rôle, ce n’est même pas une fonction, il n’y a aucune supériorité qui peut sortir et qui peut s’exprimer au travers de tête de caboche, ce n’est pas possible. On est bien au-delà des gourous, des maîtres, des écoles, des enseignements. Quand je dis bien au-delà, ça ne veut pas dire au-dessus, ça veut dire au niveau du Cœur du Cœur.

Et vous êtes tous Abba, il se tue à vous le dire. C’est la Vérité. Et quand vous êtes Abba, quand vous vivez cette Agapè en permanence, qu’est-ce qui peut être important dans ce qui arrive dans votre petite vie, à quelque niveau que ce soit ? Rien. Même si vous devez la mener avec honnêteté et transparence jusqu’à l’ultime moment.

Autre chose ?

Quand vous en avez marre de m’écouter, vous me le dites, vous pouvez vous arrêter.

Frère : On fait un break ?

Sœur : On n’en a pas marre, mais est-ce que ça serait possible qu’on fasse une petite pause ?

Oui, on peut faire ça en deux parties et vous accorder le moment que vous voulez avant de reprendre bien sûr, il n’y a pas d’urgence pour l’instant.

Alors je vous dis à dans quelques instants…

Salle : Merci, merci.

Merci à vous, à tout à l’heure.

****************

Blog (español) : Link (siendo traducido) Blog (português) : Link
Groupe Facebook (português) Shantilinaya : Link

Téléchargement (download) : Audio MP3 – Texte PDF

Partagé par Messages Célestes : https://messagescelestes.ca

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'élévation de la Conscience personnel et planétaire.

Avec tout mon Amour... Bernard

Faire un Don

 
Print Friendly, PDF & Email